Tunisie: 250.000 nouveaux inscrits sur les listes électorales en 9 jours, selon l'ISIE    Tunisie- Report du procès de l'homme d'affaires Chafik Jarraya    Tunisie: Suspension du travail dans tous les tribunaux de Jendouba    LdC Afrique (1/2 finale): Le programme et désignation des arbitres    Météo: Prévisions pour vendredi 19 avril 2019    BCE félicite l'Etoile Sportive du Sahel pour son sacre arabe concrétisé face à Al Hilal saoudien    Europa League: les résultats des quarts de finale retour    L'Etoile Sportive du Sahel s'assoit sur le trône du Football arabe aux Emirats arabes unies    Ligue 1 : Programme de la 20ème journée    L'ESS sacrée championne de la Coupe arabe    L'Etoile du Sahel remporte la coupe arabe des clubs    Tunisie – ARP : plus de 95 mille dinars prélevés des indemnités de 58 députés    Tunisie- Le ministère de l'Intérieur s'apprête à faire réussir la saison de pèlerinage de la Ghriba    Samsung marque la décennie en tant que leader mondial de l'affichage numérique        Libération de 12 tunisiens arrêtés en Libye    Tunisie: 109 cas d'intoxication alimentaire dans une école à Sejenane    Tunisie : 60 mille cas atteints d'Alzheimer enregistrés en 2018    L'acteur tunisien Ahmed Hafiane sacré meilleur acteur au festival “Vues d'Afrique” 2019 à Montréal (photos)    Tunisie- La ville de Siliana rend hommage au sculpteur des femmes, Azzedine Alaïa    Tunisie: 11 points de vente du producteur au consommateur dans 8 gouvernorats, selon Samir Taieb    Le Président de la République préside une cérémonie consacrée à la commémoration de la Fête des forces de sécurité intérieure    Ford Mustang est le coupé sportif le plus vendu dans le monde pour la 4ème année consécutive    Coupe du Monde de football 2022 au Qatar : les inquiétudes européennes !    Libye: 205 morts et 913 blessés nouveau bilan des combats à Tripoli    Tunisie- Des blessés libyens hospitalisés aux cliniques tunisiennes    La Tunisie deuxième meilleur pays arabe pour la liberté de la presse    Tunisie – Météo : Ciel partiellement voilé et vent fort    Tunisie- Le FMI donne son accord pour le versement d'une sixième tranche de 247 millions de dollars    Un débat national efficace et transparent pour dépasser la crise actuelle, déclare Taeib Bayahi    Il faut travailler à baisser la charge fiscale, déclare Mongi Rahoui    Spectacle "Les Quatre Saisons" oeuvre d'Angelin Preljocaj les 20 et 21 avril au Théâtre de l'Opéra    L'Allemagne endeuillée par le décès de prés de 29 de ses touristes dans un accident de bus tombé dans un ravin à Madère au Portugal    La Tunisie championne d'Afrique de la pression fiscale ?    Sondages d'opinion en Tunisie : un secteur à organiser pour protéger le processus démocratique    Les entreprises des réseaux sociaux sanctionnées par l'Union Européenne    Carrefour Tunisie élu « Meilleur Service Client 2019 » dans la catégorie hypermarchés et supermarchés    Les alliances, c'est après les élections ! Déclare Mohamed Ben Salem    Tunisie- Pas de recrutement dans la fonction publique en 2020    Corée du Nord- Kim Jong-un supervise le tir d'essai d'une nouvelle “arme tactique guidée”    Borj Laarif : Un court métrage réalisé par les étudiants de la faculté de médecine de Monastir    Les blessés Libyens pourront se faire soigner en Tunisie, selon le consulat libyen    Omar el-Béchir : Du palais présidentiel…à la prison Kober à Khartoum, mais pas devant la Cour pénale internationale    L'opération sécuritaire menée minutieusement au Kef confirme l'inexistence de terroristes dans la région ratissée        Programme de la nouvelle semaine à la Cinémathèque tunisienne du 16 au 21 avril 2019    Le Tunisien Mehdi Benna découvre des fontaines d'eau sur la Lune    En photo : Le message de Maya Ksouri à Anissa Daoud…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eviter les solutions de rafistolage
Pénurie de médicaments
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 06 - 2018

Les fournisseurs européens avaient averti la Pharmacie centrale de Tunisie depuis la fin de l'année dernière. Il n'y aura pas de produits à défaut de paiement. Aujourd'hui, et en raison du statu quo, ils sont tout simplement passés à l'action, ce qui explique en grande partie la pénurie de certains médicaments malgré les démentis du ministère de tutelle. Le CMR tenu ce lundi à cet effet est venu confirmer que la politique de la fuite en avant n'est plus permise. C'est tout le secteur de la santé qui se porte mal
Plusieurs médicaments sont en rupture de stock en officines ou dans les hôpitaux. Les professionnels de la santé dénoncent une situation précaire. Pendant ce temps, le ministre de la Santé souffle le chaud et le froid. En mars dernier, il a déclaré que la Pharmacie centrale de Tunisie a failli être classée dans une liste noire par les fournisseurs européens. Un mois après, il tient un discours rassurant et dément la pénurie des médicaments, notamment pour les maladies chroniques. Sauf que la vérité est tout autre. Certains fournisseurs européens sont déjà passés à l'action. Ils exigent maintenant des paiements ou d'autres garanties pour libérer les envois.
La difficulté financière persistant au niveau des caisses sociales a eu un impact direct sur la Cnam, ce qui explique la situation très difficile du secteur des médicaments. Le mal provient des prises en charge que la Cnam octroie à ses affiliés au niveau des policliniques de la Cnss au moment où les paiements ne sont pas honorés à temps. De plus, les hôpitaux commandent auprès de la Pharmacie centrale de Tunisie (PCT) mais les paiements font défaut puisque, encore une fois, la Cnam ne peut pas honorer ses engagements vu la situation des deux caisses sociales marquée par un manque criard de liquidités.
Du coup, c'est la PCT qui se trouve en difficulté. C'est toujours l'effet domino vécu depuis ces dernières années et qui persistera tant que les réformes des caisses sociales se feront encore attendre. La PCT n'a pas de trésorerie suffisante pour honorer ses engagements avec les fournisseurs étrangers principalement. Actuellement, la pénurie touche essentiellement les produits importés. Les médicaments de la classe thérapeutique Héparines de bas poids moléculaire, les antiépileptiques et bien d'autres (gynécologie, diabète, oncologie et anesthésie) sont presque en rupture de stock, nous confie Aida Chekir, Dr en pharmacie et pharmacien officinal.
Les fournisseurs avaient averti la PCT depuis la fin de l'année dernière. Il n'y aura pas de produits à défaut de paiement. Aujourd'hui, ils sont tout simplement passés à l'action et exigent soit des paiements soit d'autres formes de garantie comme condition pour libérer les envois. En conclusion, les plannings prévisionnels ne sont plus respectés, ajoute Mme Chekir.
Ces produits sont livrés suivant une procédure de répartition permettant un partage à égalité de la quantité reçue. Le pharmacien officinal, qui se trouve au bout de la chaîne de distribution, ne peut avoir qu'une quantité toujours insuffisante par rapport à la demande. Mais quand le pharmacien achète directement de la PCT, la facture se paie cash et non à la fin du mois, comme c'est la règle qui régit les achats auprès des grossistes, ce qui pose de gros problèmes financiers pour les officines en raison du retard accusé au niveau du remboursement par la Cnam. Des retards qui peuvent aller jusqu'à trois mois en dépit des accords conclus entre les deux parties.
Deux mois après le limogeage du Pdg de la PCT en avril dernier sur fond d'une vive polémique autour de la pénurie de médicaments, un CMR a été tenu ce lundi sous la présidence du chef du gouvernement et une série de mesures prises en vue de pallier les lacunes observées et redresser la situation de la PCT. Il est notamment question d'injecter de l'argent (500 MD) la Pharmacie centrale, c'est-à-dire payer les dettes de la PCT dues aux impayés de la Cnss et de la Cnrps et ce au moment où l'Etat même s'endette à son tour auprès des banques locales.
Pourtant d'autres solutions plus efficaces existent, dont notamment le droit de substitution à accorder aux pharmaciens, qui les autorise à remplacer un princeps par son générique (qui est moins cher) d'autant plus que ce dernier est fabriqué localement. Selon Dr Chekir, une demande a été déjà faite par les professionnels du métier auprès des autorités de tutelle pour le droit de substitution mais c'est toujours le statu quo. Ceci pourrait contribuer au développement de la production locale, ce qui revient à appuyer nos industriels et réduire la facture en termes de paiement en devises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.