CAN 2019: formation probable de la Tunisie face à l'Angola    Les résultats du BAC 2019 par SMS    Tunisie – Météo : Températures en hausse    Tunisie: Décès d'un nourrisson dans l'incendie de la demeure familiale à Sousse    Tunisie-Démarrage des épreuves du concours de neuvième année    Tunisie: Un dauphin retrouvé échoué sur une plage à Sfax    CAN 2019 : L'Algérie mène le Kenya tranquillement    Libye: Un avion dérouté de l'aéroport de Tripoli après la chute d'un obus    Najeh Ben Abdessalem – Président directeur général de la SOMEF : « Objectif, 50% d'exportation de la production »    Tunisie – Yassine Brahim no concerné par les prochaines élections    7ème édition du Tunis Forum ce 26 Juin    CAN 2019 : La formation probable de la Tunisie contre l'Angola    Manifestation des ingénieurs du service public devant le siège de l'UGTT    CAN 2019 : Alain Giresse revient sur la mise à l'écart d'Ali Maaloul    StartupGateX le Sommet de la Cyber sécurité et nouvelles tendances technologiques africaines    CAN 2019 : Résultats du samedi et Programme de ce dimanche – Le Maroc et l'Algérie entrent en jeu ce soir    Sfax : Des habitants de Skhira lancent un appel de détresse suite à des coupures d'eau et la SONEDE s'explique !    Tensions au Golfe: La Compagnie aérienne saoudienne change l'itinéraire des vols de ses avions    Tunisie – Les agriculteurs pratiquent la politique de la terre brûlée, pourvu qu'ils aient la tête du ministre du commerce    Le Chef du gouvernement Youssef Chahed en visite à Mahdia annonce des mesures importantes pour la région    Egypte : Quatre morts dans une attaque armée contre l'aéroport d'Al Aârich    ALECA : Le risque pour la Tunisie est de se transformer en satellite économique de l'Europe et de fragiliser des pans entiers de son économie    René Trabelsi récompense des hôteliers, des professionnels et des journalistes qui se sont distingués dans le domaine touristique    La TUNISIE entrera dans le bal de la CAN 2019 le 24 Juin prochain à Suez face à l'ANGOLA    CAN 2019 : L'Egypte peu convaincante lors de sa 1ère sortie face au Zimbabwe    Dire que le front Populaire appartient à tous n'a aucun sens, déclare Hamma Hammami    En vidéo : La stabilité financière de la Tunisie au cœur d'une conférence-débat de l'ATUGE    Le candidat à l'élection présidentielle du mouvement Ennahdha sera connu ce soir    La STEG impliquée dans des affaires de corruption    Tunisie- Marouane Abbassi affirme que la Tunisie sortira officiellement et définitivement de la liste noire du GAFI en octobre 2019    Tunisie Telecom et Tunisie Autoroutes renforcent leur collaboration    La Poste Tunisienne organise son 1er hackathon pour réinventer le timbre-poste    L'Iran reste en alerte, Trump aurait renoncé à des représailles    La Tunisie élue à la présidence du comité permanent de la Conférence des Etats signataires de la Convention de l'Unesco    BCE s'entretient avec Madeleine Albright    Stade Tunisien : Montassar Louhichi nouvel entraîneur    Tunisie: Le gouvernement considère Hafedh Caïed Essebsi comme représentant légal de Nidaa Tounes    SFAX célèbre la fête de la musique à travers la fondation BIAT et l'IFT    Ivanka Trump honore Raoudha Laabidi à Washington    Un détenu pour terrorisme agresse deux surveillants en France    Tunisie : La Fête de la Musique sera célébrée avec 179 concerts le 21 juin    Festival Carthage 2019 : Le violoniste Zied Zouari au programme le 23 juillet avec “Electro Btaihi”    La DIVA Amina FAKHET : Pour une 2ème fois à Yuka gammarth le 16 juillet 2019.    Signature d'une convention de partenariat entre le Festival International de Carthage et Tunisair    Après le chaos qui a suivi les frappes aériennes de l'OTAN et le meurtre de Kadhafi, OBAMA a reconnu qu'il s'agissait de la « pire erreur de sa vie »    REGARDE-MOI de Nejib Belkadhi remporte 4 prix au festival du cinéma tunisien    Une idée sur les salaires des Présidents, Chefs de gouvernement, et Chanceliers…    MOOD TALENT devient partenaire de LA SAISON BLEUE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eviter les solutions de rafistolage
Pénurie de médicaments
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 06 - 2018

Les fournisseurs européens avaient averti la Pharmacie centrale de Tunisie depuis la fin de l'année dernière. Il n'y aura pas de produits à défaut de paiement. Aujourd'hui, et en raison du statu quo, ils sont tout simplement passés à l'action, ce qui explique en grande partie la pénurie de certains médicaments malgré les démentis du ministère de tutelle. Le CMR tenu ce lundi à cet effet est venu confirmer que la politique de la fuite en avant n'est plus permise. C'est tout le secteur de la santé qui se porte mal
Plusieurs médicaments sont en rupture de stock en officines ou dans les hôpitaux. Les professionnels de la santé dénoncent une situation précaire. Pendant ce temps, le ministre de la Santé souffle le chaud et le froid. En mars dernier, il a déclaré que la Pharmacie centrale de Tunisie a failli être classée dans une liste noire par les fournisseurs européens. Un mois après, il tient un discours rassurant et dément la pénurie des médicaments, notamment pour les maladies chroniques. Sauf que la vérité est tout autre. Certains fournisseurs européens sont déjà passés à l'action. Ils exigent maintenant des paiements ou d'autres garanties pour libérer les envois.
La difficulté financière persistant au niveau des caisses sociales a eu un impact direct sur la Cnam, ce qui explique la situation très difficile du secteur des médicaments. Le mal provient des prises en charge que la Cnam octroie à ses affiliés au niveau des policliniques de la Cnss au moment où les paiements ne sont pas honorés à temps. De plus, les hôpitaux commandent auprès de la Pharmacie centrale de Tunisie (PCT) mais les paiements font défaut puisque, encore une fois, la Cnam ne peut pas honorer ses engagements vu la situation des deux caisses sociales marquée par un manque criard de liquidités.
Du coup, c'est la PCT qui se trouve en difficulté. C'est toujours l'effet domino vécu depuis ces dernières années et qui persistera tant que les réformes des caisses sociales se feront encore attendre. La PCT n'a pas de trésorerie suffisante pour honorer ses engagements avec les fournisseurs étrangers principalement. Actuellement, la pénurie touche essentiellement les produits importés. Les médicaments de la classe thérapeutique Héparines de bas poids moléculaire, les antiépileptiques et bien d'autres (gynécologie, diabète, oncologie et anesthésie) sont presque en rupture de stock, nous confie Aida Chekir, Dr en pharmacie et pharmacien officinal.
Les fournisseurs avaient averti la PCT depuis la fin de l'année dernière. Il n'y aura pas de produits à défaut de paiement. Aujourd'hui, ils sont tout simplement passés à l'action et exigent soit des paiements soit d'autres formes de garantie comme condition pour libérer les envois. En conclusion, les plannings prévisionnels ne sont plus respectés, ajoute Mme Chekir.
Ces produits sont livrés suivant une procédure de répartition permettant un partage à égalité de la quantité reçue. Le pharmacien officinal, qui se trouve au bout de la chaîne de distribution, ne peut avoir qu'une quantité toujours insuffisante par rapport à la demande. Mais quand le pharmacien achète directement de la PCT, la facture se paie cash et non à la fin du mois, comme c'est la règle qui régit les achats auprès des grossistes, ce qui pose de gros problèmes financiers pour les officines en raison du retard accusé au niveau du remboursement par la Cnam. Des retards qui peuvent aller jusqu'à trois mois en dépit des accords conclus entre les deux parties.
Deux mois après le limogeage du Pdg de la PCT en avril dernier sur fond d'une vive polémique autour de la pénurie de médicaments, un CMR a été tenu ce lundi sous la présidence du chef du gouvernement et une série de mesures prises en vue de pallier les lacunes observées et redresser la situation de la PCT. Il est notamment question d'injecter de l'argent (500 MD) la Pharmacie centrale, c'est-à-dire payer les dettes de la PCT dues aux impayés de la Cnss et de la Cnrps et ce au moment où l'Etat même s'endette à son tour auprès des banques locales.
Pourtant d'autres solutions plus efficaces existent, dont notamment le droit de substitution à accorder aux pharmaciens, qui les autorise à remplacer un princeps par son générique (qui est moins cher) d'autant plus que ce dernier est fabriqué localement. Selon Dr Chekir, une demande a été déjà faite par les professionnels du métier auprès des autorités de tutelle pour le droit de substitution mais c'est toujours le statu quo. Ceci pourrait contribuer au développement de la production locale, ce qui revient à appuyer nos industriels et réduire la facture en termes de paiement en devises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.