Tunisie – Dernière minute : AUDIO : La Choura va proposer à Ghannouchi la présidence du prochain gouvernement    CHAN 2020 : la Tunisie passe pour la phase finale    Tunisie – Le terroriste tué à Kasserine était le frère de Lokmane Abou Sakhr    CHAN 2020 : formation probable de la Tunisie contre la Libye    Ligue des champions : Programme de la 3e journée    Libye – Tunisie : changement du programme TV de la rencontre    Activation en 2020 du mécanisme du « Contrat de la dignité – عقد الكرامة » au profit de 25.000 diplômés du supérieur    Tunisie – Le ministère de l'éducation part en croisade contre l'absentéisme de son personnel    Participez à l'immense marché des investissements en Afrique !    Programme TV du dimanche 20 octobre    SFBT : Les ventes de la Bière locale ont atteint 163.984 millions dinars durant le 3ème TR de 2019 réalisant une augmentation de 12,46% par rapport à 2018    Qalb Tounes réfute toutes les rumeurs de désunion au sein du parti et confirme la solidité de son Bloc parlementaire    Tunisie – Airbus : Développement du partenariat de coopération à travers la création à Tunis d'un Centre Airbus de formation de pilotes de ligne    Sofiène Toubel : Plusieurs députés indépendants rejoindront le Bloc parlementaire de Qalb Tounès dès l'annonce des résultats définitifs des législatives    Tunisie – La météo du dimanche 20 octobre    CNRPS : Le 30 Novembre est le dernier délai de dépôt des dossiers d'octroi de la pension provisoire pour les orphelins    Harouni : Ghannouchi sera chef du gouvernement, s'il le veut    Les amateurs du football : que regarder à la télé ce soir ?    Photos : la municipalité de Radès aide les jeunes de ‘' 7alet wa3y''    Mort par amour au ring : Le boxeur américain Patrick Day décède à 27 ans victime d'un KO    Super Coupe d'Afrique-2019 : le match Espérance ST- Zamalek aura lieu au Qatar    Vidéo : Ce professeur crée le buzz en dansant avec ses élèves à Nabeul    La rayonnante Randa Driss s'éteint    Sonia Ben Cheikh : Docteur en Tunisie, ''3awra'' en Iran    Les JCC 2019 de retour dans les prisons tunisiennes avec 7 projections    Open art week 2019: 2ème édition du 19 au 27 octobre à Tunis (Programme)    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Vidéo, Lotfi Laâmari : La Tunisie tombe dans les mains des frères musulmans    Tunisie – Météo : Pluies l'après-midi sur le centre et les régions ouest    Orange Summer Challenge 2019: les systèmes embarqués et l'intelligence artificielle, au cœur de l'innovation numérique    La Tunisie sort officiellement de la liste noire du GAFI    Numeryx, acteur majeur de la French Tech s'installe en Tunisie    Tunisie Telecom et ESPRIT : Au chevet de nos ingénieurs    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Zouhair Maghzaoui: Même la réussite ça sera un échec pour Ennahdha    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    Entretien téléphonique entre Giuseppe Conte et Kais Saied    Spectacle “Tango Legends”, 21 et 22 octobre 2019 au Théâtre de l'Opéra    Fermeture partielle de la route au niveau du Pont du Grand Cyrus    Le roi du Maroc gracie Hajar Raissouni    Sir Roger Moore, acteur de James Bond, décède à 89 ans    Les JCC 2019 (Edition NEJIB AYED): Les films tunisiens en compétition officielle des longs –métrages et courts- métrages documentaires    Un député libyen : le chaos libyen profite aux barons tunisiens de la contrebande    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Hidden Body», un travail lassant et décousu
Carthage Danse
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 06 - 2018

La question qui se pose, ces notions très complexes déjà à l'écrit qui requièrent développements et analyses approfondies pour en saisir la signification exacte et pouvoir la communiquer, peuvent-elles être interprétées, traduites, par un spectacle de danse ?
Les spectacles s'enchaînent dans le cadre de Carthage Danse. Leurs provenances sont diverses, leurs valeurs inégales. C'est normal ! Jeudi après-midi dans le joli théâtre des jeunes créateurs à la Cité de la culture, a été présentée la pièce «Hidden Body» chorégraphiée par la Japonaise Anan Atoyama. La jeune danseuse et chorégraphe a voulu par cette création, nous dit-on, rendre hommage à Kazuo Ohno, danseur et chorégraphe japonais rendu célèbre en Europe par «la légendaire tournée en hommage à la Argentina». Il décède en 2010.
Trois danseurs interprètes Anan Atoyama, elle-même, Francesca Cinalli et Rodrigue Ousmane ont eu pour mission de nous ressusciter pendant près de cinquante minutes l'univers de Ohno. Celui qui avait la faculté «de créer en tant que danseur un geste universel en partant d'un sentiment personnel».
Au commencement dans le noir on croit apercevoir une ombre arroser des fleurs, il s'avère être des verres transparents de toutes les formes par dizaines, posés à même le sol et occupant la moitié de la scène, l'ombre disparaît. Une jeune silhouette frêle étendue donnée pour morte est emportée par un danseur à différents endroits. Elle finit par ressusciter. La volonté est nette d'occuper l'ensemble de l'espace scénique et de jouer avec l'éclairage, un des éléments forts, peut-être le seul, de la représentation.
Est-ce possible dans l'absolu ?
Autant le dire de suite, après le premier quart d'heure ne voyant rien se passer que des gestes répétitifs à travers des séquences décousues, le public a commencé à se retirer d'abord timidement ensuite par des groupes entiers.
Ce n'est pas tant les performances des danseurs qui sont mises en cause, mais l'unicité du spectacle en tant qu'entité esthétique et thématique pourvoyeuse d'émotions. Les danseurs déambulaient, titubaient, se contorsionnaient, accomplissaient des gestes, disparaissaient de la scène et revenaient. La salle ou ce qui en restait était exclue de l'atmosphère tentée par la chorégraphe, si atmosphère il y avait.
A défaut donc, nous avons fait des recherches pour essayer de percer le mystère de l'œuvre. Dans un document PDF, disponible sur le net, la chorégraphe Atoyama présente son projet artistique. Elle précise en l'occurrence que «le travail de Hidden Body est de suivre le chemin créatif que Kazuo Ohno empruntait pour danser et de voir ou cela nous mène aujourd'hui. Ce chemin lui était guidé par sa croyance en une énergie unique unissant toutes choses. Il n'a eu de cesse d'expérimenter comment son corps humain pouvait exprimer cette unicité. Comment manifester à la fois l'espace infini, en extension, et celle du temps en contraction, où passé et futur se confondent. Chercher l'universel au travers d'une forme individuelle était le cœur de son travail».
La question qui se pose, ces notions très complexes déjà à l'écrit qui requièrent développements et analyses approfondies pour en saisir la signification exacte et pouvoir la communiquer, peuvent-elles être interprétées, traduites, par un spectacle de danse, de cinquante minutes, par trois jeunes danseurs, chorégraphe comprise, dans un décor minimaliste et sans texte à l'appui? La réponse est non, du moins si l'on se réfère à ce qui nous a été donné à voir. D'ailleurs est-ce possible, faisable, dans l'absolu ?
Lorsqu'un travail artistique nécessite qu'on fasse des recherches pour essayer de comprendre ce qu'on a voulu nous dire, le mal vient-il de nous ou du créateur lui-même ?
Pour finir, celui à qui on a voulu rendre hommage, Kazuo Ohno, disait à ses élèves «il n'y a rien à enseigner de ma part». Rien à tirer de Hidden body non plus. On s'en est lassé assez vite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.