Gafsa : Maîtrise de l'incendie déclenché près de la laverie d'Om Larayes    Ridha Tlili: La Tunisie a-t-elle enterré le Panafricanisme?    Libye : Les renseignements turcs lancent la traque de Seif el islam Kadhafi    Tunisie – Kairouan : Aggravation du bilan de l'intoxication collective au méthanol    Participez au vote et choisissez le « Meilleur public au monde » : l'EST fait partie des équipes sélectionnées de #TheBestSupporters    Palestine : aux origines étaient les Philistins    Kef-Covid19 : Evasion de 4 migrants irréguliers du centre d'isolement sanitaire    Saadeddine Zmerli : La Ligue Tunisienne pour la Défense des droits de l'Homme (LTDH) a 50 ans    1931 nouveaux cas et 12 décès en Arabie Saoudite    Ce que l'on sait de la rencontre entre Saïed et Fakhfakh    L'IBM Digital Plateform accessible aux bénéficiaires de l'ANETI sur le site ANETI Tkawen    Tunisie-Espagne: Examen des préparatifs pour la reprise de l'activité touristique dans les deux pays    Coronavirus – Algérie : Le bilan grimpe à 617 décès    Confinement: baisse de 40% de la pollution atmosphérique dans la plupart des régions    L'UNESCO rend hommage à Albert Memmi    Tunisie – Le ministre des domaines de l'Etat renaît de ses cendres…    Soyez lauréats du Growth Stage Impact Ventures au Sommet Finance de Genève : l'appel du PNUD    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 26 mai à 11H00    Tunisie: Des signataires d'un document interne appellent à une alternance de dirigeants au sein du Mouvement Ennahdha    Le transport irrégulier autorisé à assurer le retour des élèves et personnels éducatifs aprés le refus des louagistes    Monji Ben Raies: Une seule planète, un seul peuple, nous avons un avenir commun et nous survivrons    Le spot publicitaire “Jena l'Aïd avec Judy” des années 80 de retour à la Télé (vidéo)    Le film Dachra de Abdelhamid Bouchnak sur la plateforme Netflix dès le 6 juin    Abdelfattah Mourou jette l'éponge    « Far7et El Aïd » avec Tunisie Telecom : 3 voitures Wallys Car, 116 mille DT et des cadeaux pour 32 gagnants    Bassin minier : Et ça chauffe…    L'Arabie saoudite désormais le 15ème foyer du Covid-19 dans le monde    Tunisie – Bac 2020 : reprise des cours dès le 28 mai sous certaines conditions    Tunisie [Vidéo]: En direct , animation au centre-ville de Sfax après la reprise des cafés    Jourchi : le discours de Saied n'est pas protocolaire    Basket : l'Euroleague annulée    Serie A : Ibrahimovic (AC Milan) gravement blessé    Borussia Dortmund – Bayern Munich : sur quelle chaîne voir le match ?    Football – Coronavirus : Le Barça vend ses masques à 18 euros la pièce    Club Africain : Mokhtar Belkhiter résilie son contrat    Tunisie – Météo : Températures en légère baisse    Hédi Bouraoui - Albert Memmi : un fondateur d'une francophonie plurielle    VIDEO : Korchide explique la gravité de la prise de la base militaire d'Al Watya par les turcs sur la sécurité nationale tunisienne    Les pays africains invités à bâtir des économies plus résilientes à travers l'intégration    25 Mai, Journée Internationale de l'Afrique: Achref Chargui et Samia Orosemane ce soir au WAN Music Show    Samir Marzouki - Mort d'Albert Memmi, le Tunisien tourmenté    Arabie Saoudite: 2399 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures    Covid-19: 193 nouveaux cas et 8 décès en Algérie    Albert Memmi est décédé : la Tunisie perd en lui l'un de ses illustres écrivains    Un mur d'acier contre les Palestiniens    Tunisie – VIDEO : Imed Ben Halima appelle à assigner Rached Ghanouchi à la résidence surveillée    L'Alecso publie une version en ligne du "Dictionnaire Terminologique Covid-19"    Tribune | Art, culture et loisirs, le malentendu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emir Kusturica enflamme Hammamet
Un spectacle phare du Festival
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 07 - 2018

Le public s'est trouvé jeté en pleine fanfare gitane, valses country, musique turque, techno, sur fond de sonorités des Balkans. Cette musique complexe et riche que nous aimons tant, où le folklore, les rythmes orientaux et tziganes se mélangent sans complexe.
Dans un cadre intimiste que propose le théâtre de Hammamet où l'on se sentirait dans une soirée entre amis plutôt que dans un festival, samedi 21 juillet, c'était la fête. Danse, chant et bonne musique. L'ambiance est à son comble. Emir Kusturica et sa troupe «No Smoking Orchestra» ont déboulé sur la scène vers 22 heures munis de leurs instruments pour entrer dans le cœur du sujet. Pas besoin de s'échauffer par un morceau instrumental, ils l'étaient déjà. 8 musiciens, sans compter la vedette, avec leurs accordéon, trompette, saxo, batterie, violon, piano, guitare, se lancent dans un rythme effréné pour ne plus s'arrêter que vers minuit.
Le public s'est trouvé jeté en pleine fanfare gitane, valses country, musique turque, techno, sur fond de sonorités des Balkans. Cette musique complexe et riche que nous aimons tant, où le folklore, les rythmes orientaux et tziganes se mélangent sans complexe.
Les spectateurs, l'un des éléments forts de cette nuit folle, notamment les jeunes, ne se sont pas fait prier pour danser, tanguer et twister dès les premiers sons émis à travers les airs. Sur le palier séparant les deux parties des gradins, ils se trémoussaient joyeusement, librement sur des cadences qui l'étaient tout autant.
Joie, musique et liberté
Kusturica est cinéaste de haute volée, deux fois lauréat de la Palme d'or au festival de Cannes, il est acteur et donc aussi musicien. Sa musique s'en ressent. Avec son orchestre, il a joué les bandes originales de ses films, connus par un public qui crie et gesticule à chaque nouveau titre annoncé : Le Temps des Gitans, Arizona Dream, Chat noir, Chat blanc, Underground.
Les chansons, Tic-Tac et Comandante et bien d'autres se suivaient sans répit, entrecoupées parfois par un court intermède musical puisé du générique nonchalant de la panthère rose. La scénarisation de la lumière aidant, les fans de Kusturica reprenant les refrains, n'ont pas permis à l'ambiance de se tasser. Le théâtre était en effervescence.
Le chanteur et son orchestre ont aussi fait du spectacle. Ils ont dansé, dialogué entre eux par instruments interposés, se sont mélangés avec le public. Joyeux, libres, ils rigolaient et sautillaient sans cesser de jouer. Des musiciens virtuoses, avec eux un violon est assimilé à un luth et une guitare est mise sur la tête. Aucune limite pour faire la fête mais aussi épater un public conquis déjà.
La chanson Roméo et Juliette a été un autre moment fort de la soirée. Etant une compagnie exclusivement masculine, ils n'avaient pas de Juliette. Alors ils l'ont choisie parmi les spectateurs. Spontanée, la jeune fille, invitée sur scène, est tout de suite mise à l'aise, elle a interpelé le public à la demande de Kusturica en tunisien, elle a joué le jeu, dansé et chanté. Le public était en symbiose.
Très belle soirée, même pour ceux qui sont restés sagement assis, les adultes qui battaient des mains, entrevoyant la scène à travers les ombres animées et les têtes ébouriffées des jeunes.
Emir Kusturica, en short et chaussures de sport, ce Serbe à la bonne humeur communicative, qui aime l'humanité, les musiques du monde, la révolution mexicaine, et plus que tout, la liberté, nous a fait passer un bon moment.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.