Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Aides exceptionnelles de 300 dinars: Les objections pourront être émises dés la semaine prochaine    Sidi Bouzid : corruption et falsification de documents    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    "La présidence du Parlement" appelle les députés à défendre leur droit au travail    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    BNA : Le Produit ne bancaire en hausse de 27%    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Sfax sans déchèterie, sans eau courante et sans électricité !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Les déclarations contradictoires de Kaïs Saïed à propos de la Ligue arabe    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    La nouvelle ministre de l'Equipement et de l'Habitat veut des logements abordables    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Vers une coopération entre le ministère de la Jeunesse et la Fédération du sport pour tous    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Sopra Banking Summit 1er festival au service du monde financier de demain    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    LC Europe (poules / 3è J) : les matches de ce mercredi    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un secteur touché par la corruption...
Ressources en eau
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 08 - 2018


L'accès de l'eau est devenu une source lucrative.
La sécheresse à l'origine de la pénurie d'eau observée cette année a pour conséquence une pression de plus en plus importante exercée par la population locale et les agriculteurs en quête d'eau. Cette situation favorise la corruption dans le secteur qui ne fait qu'augmenter et dont la typologie ne fait que se diversifier.
L'accès à l'eau est devenu une source lucrative pour certains particuliers dans le secteur. La fragmentation institutionnelle qui caractérise le secteur de l'eau et la difficulté de mettre en œuvre le code de l'eau sont les principaux handicaps qui favorisent la corruption.
La confusion totale des rôles et le poids du pouvoir font que même un délégué municipal peut intervenir pour faire rétablir l'alimentation en eau de tel ou tel agriculteur et d'un organisme public ou privé quelconque. Des interventions ministérielles sont aussi observées pour le rétablissement de l'alimentation en eau de certains établissements publics et privés n'ayant pas payé leurs factures d'eau. C'est ce qui explique en partie que les créances de la Sonede se chiffrent à plus de 380 millions de dinars dont 80 millions de dinars au niveau des institutions publiques.
Passations de marchés lucratives
Mme Raoudha Gafrej affirme que «les retards, dont certains prémédités, dans l'exécution des projets ainsi que le rejet par la commission supérieure des marchés de certains dossiers pour des raisons douteuses, fait perdre à l'Etat au moins une année ou deux même pour la relance de toute la procédure d'appel d'offres, ce qui a pour conséquence l'augmentation du coût du projet d'au moins 30% à 50% . Cela accroît le risque du recours aux pots-de-vin».
Me Chawki Tebib a bien souligné qu'en 2016 la corruption et la mauvaise gestion rien que dans les marchés publics coûtent à la nation 2000 millions de dinars et que les Tunisiens payent en moyenne 500 millions de dinars par an sous forme de petite corruption, y compris dans le secteur de l'eau.
En effet, plusieurs projets ont été planifiés à la hâte sans études préliminaires et comparatives afin de choisir les solutions les plus appropriées sur le plan économique, social et environnemental et sans même des études d'impact sur l'environnement.
Les normes dans les périmètres irrigués ne sont pas respectés : on trouve des agriculteurs qui ont seulement une borne d'irrigation alors que d'autres détiennent plus de 2 bornes d'irrigation sans compteur.
«Au niveau des GDA et tout particulièrement pour la maintenance des équipements, certains marchés sont attribués sans appel d'offres.
Dans la majorité des périmètres irrigués, le comptage de l'eau est forfaitaire : c'est-à-dire que l'agriculteur paye un volume d'eau calculé sur la base de la superficie de la culture multipliée par la consommation moyenne de cette culture (exemple : 3 ha de blé à raison de 3000 m3/ha = 9000 m3 par an). Or, on ne saura jamais combien chaque agriculteur a réellement consommé et qui a en réalité consommé cette eau. Les agriculteurs refusent tout simplement d'installer des compteurs et/ou les détruisent une fois installés. «On se demande pourquoi on n'observe pas ce genre de comportement au niveau de la Sonede qui gère presque trois millions d'abonnés», s'interroge l'experte en eau.
Et d'ajouter : «Comment peut-on expliquer qu'en dépit Sonede d'une troisième année de sécheresse, les concessions d'exploitation des eaux souterraines pour la production des eaux minérales ont augmenté considérablement ?».
Des audits à différents niveaux sont nécessaires si on veut éradiquer ces pratiques qui nuisent à la préservation et à une bonne gestion de nos ressources en eau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.