Le communiqué de la Commission Tunisienne des Analyses Financières concernant la sortie de la Tunisie de la liste noire du GAFI    Les JCC 2019 de retour dans les prisons tunisiennes avec 7 projections    Le nouveau président élu Kais Saïed prêtera serment à l'ARP le mercredi 23 Octobre    Tunisie-[photos] Les agents de l'Institut national du patrimoine, déployés pour décolorer les pavés de la Médina    Selim Azzabi fait un don au club Africain    Open art week 2019: 2ème édition du 19 au 27 octobre à Tunis (Programme)    La FTF s'engage à prendre en charge le règlement de deux dossiers financiers du Club Africain    Programme TV du vendredi 18 octobre    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Vidéo, Lotfi Laâmari : La Tunisie tombe dans les mains des frères musulmans    Photos : Quand les campagnes de propreté et de boycott se joignent    Kais Saïed prêtera serment mercredi prochain    CHAN-2020 (éliminatoires) Libye-Tunisie : Première séance d'entraînement du onze national à Rabat    Tunisie – Météo : Pluies l'après-midi sur le centre et les régions ouest    La Tunisie retirée officiellement aujourd'hui de la « Liste Noire »    Décès de l'ancien Ministre et pionnier des Télécommunications Brahim Khouaja    Zouhair Maghzaoui: Même la réussite ça sera un échec pour Ennahdha    Numeryx, acteur majeur de la French Tech s'installe en Tunisie    Orange Summer Challenge 2019: les systèmes embarqués et l'intelligence artificielle, au cœur de l'innovation numérique    Tunisie- Evacuation de l'imam Houcine Lâabidi de la mosquée Zitouna par la force publique    Tunisie Telecom et ESPRIT : Au chevet de nos ingénieurs    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    CA : la FTF prend en charge le règlement de deux nouveaux dossiers financiers    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    Libye – Tunisie : à quelle heure et sur quelle chaîne voir le match ?    Entretien téléphonique entre Giuseppe Conte et Kais Saied    L'absence de l'Agriculture dans le projet de la Loi de Finances dénoncée par l'UTAP    Besoin d'emprunter 11,2 MD pour financer le budget 2020    Tunisia Digital Awards    Club Africain : un gardien de but fait son retour    Photo du jour : A la maman de Omar Labidi, Chapeau bas Madame    Spectacle “Tango Legends”, 21 et 22 octobre 2019 au Théâtre de l'Opéra    Education : Retour de l'émission télévisée inter-lycées à la Télévision Nationale    A propos des déclarations médiatisées et attribuées au Président de la République élu Kais Saïed : Précision    Fermeture partielle de la route au niveau du Pont du Grand Cyrus    L'unité d'exploration cardiaque pédiatrique au service de cardio-pédiatrie de l'hôpital de la Rabta est renforcée par l'achat d'une échographie cardiaque et d'un électro cardiogramme    Tunisie – Météo : Températures maximales entre 25 et 30 degrés    Le roi du Maroc gracie Hajar Raissouni    Sir Roger Moore, acteur de James Bond, décède à 89 ans    Retour sur un exploit : Le DUO tunisien Skander Mansouri et Aziz Dougaz, remporte l'Open du Nigeria de tennis    Les JCC 2019 (Edition NEJIB AYED): Les films tunisiens en compétition officielle des longs –métrages et courts- métrages documentaires    Un député libyen : le chaos libyen profite aux barons tunisiens de la contrebande    Fatwa remporte le Grand Prix Festival de Fameck    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival Interférence revient à la médina
Rentrée culturelle de L'IFT
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 09 - 2018

Des installations évanescentes qui seront projetées sur des espaces publics, des bâtiments prestigieux ou des sites désaffectés et oubliés pour dialoguer avec un patrimoine architectural et culturel qui apparaîtra forcément sous un angle nouveau.
Top départ pour la rentrée culturelle. On respire enfin en ce septembre chaud ! La période de disette marquée par la fin des festivals d'été et l'attente de la nouvelle saison semble prendre fin. Les espaces culturels annoncent à tour de rôle la reprise de leurs activités. A la bonne heure.
Lundi, c'est au tour de l'Institut français de Tunisie de proposer une levée de rideau porteuse du thème et non des moindres : «Mise en lumière du patrimoine par des artistes contemporains». Un événement se propose d'en être le prétexte et la trame, le festival Interférence.
La Biennale d'Interférence présentée par son directeur artistique, Aymen Gharbi, et sa commissaire, Salma Kossentini, est un projet international qui a vu le jour dans la Médina en 2016, par un collectif composé de la communauté de la Médina, — comment se passer d'elle —, par des organisations et des artistes.
Dans la même veine, outre une valeur ajoutée que représente l'expérience, cette année, le festival réunira 42 artistes tunisiens et venus des quatre coins de la planète. Le lieu sera encore et toujours la vieille ville, plus précisément les espaces géographiquement circonscrits par Bab Bhar et la Kasbah et Rue Mestiri à Bab Mnara. Cette deuxième édition, dont le public de l'IFT a pu en découvrir lundi soir quelques prémices, se déroulera du 6 au 9 septembre.
Un côté cosmique dans le stambali
Les thèmes : art dans l'espace public, art et société, patrimoine culturel dialoguant avec l'art contemporain sont autant de pistes de réflexion débattues au cours de la table ronde que des processus esthétiques. De quoi s'agit-il concrètement ? D'installations évanescentes qui seront projetées sur des espaces publics, des bâtiments prestigieux ou des sites désaffectés et oubliés pour dialoguer avec un patrimoine architectural et culturel qui apparaîtra forcément sous un angle nouveau.
Au cours de la rencontre ont été invités Joris Guibert, vidéaste plasticien français, Mohsen Haraki, artiste marocain basé en France, et Chris alias Yukao Nagemi, artiste français. Tous les trois ont présenté un aperçu de leurs approches qui s'inscrivent toutes, quel que soit le matériau utilisé, dans une volonté de relier une œuvre à un espace visuel et acoustique. Ainsi des lieux et édifices qui naguère figés pourraient retrouver un second souffle insufflé par un art contemporain et des technologies de pointe.
Le croisement entre la vidéo, «le stylo électronique », les effets Larsen ou encore la musique stambali, produit du terroir, procède de la même volonté de relier des supports artistiques qui peuvent paraître à première vue éloignés. «Il y a un côté cosmique dans la musique du stambali, » précise Yukao Nagemi et d'ajouter : «L'idée est de mettre côte à côte des éléments qui paraissent à première vue non cohérents».
De la résistance
Joris Guibert a présenté, quant à lui, le process technique de son travail : «Je prends des machines et les relie entre elles pour donner une forme infinie qui s'autogénère». L'artiste sera appelé alors à vagabonder durant les nuits du festival avec ses machines installées sur une « barwita », carriole, en diffusant ses formes se reproduisant indéfiniment, en interpelant les murs mais aussi les habitants et les visiteurs de la ville historique.
Mohsen Haraki a, pour sa part, posé cette question cruciale : « A-t-on le droit de toucher à ce qui existe déjà, s'agit-il d'un dialogue ou d'une violation ? » Cet angle a passionné l'assistance qui, moyennant questions et critiques, a abondé dans cette direction. Il y avait de la résistance dans l'air et en face un débat fructueux pour rassurer certaines voix qui ont vu à travers l'échange patrimoine /art contemporain presque une transgression.
Interférence, une expérience artistique, porteuse de concepts et non moins ludique qui consistera, in fine, à inviter le public à déambuler dans les ruelles de la Médina avec les artistes, la nuit, pour contempler des installations qui jonglent avec les murs, les bâtisses et l'obscurité statiques et la lumière faite de tableaux, de lignes, de formes versatiles et mouvantes, et, dans tous les cas, éphémères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.