Orange Summer Challenge 2020 en partenariat avec Google : Inscrivez-vous avant le 15 juin    Tunisie : Nissaf Ben Alaya menace de revenir aux mesures restrictives du confinement    Entretien téléphonique entre Kaies Saied et Emmanuel Macron    La vente aux enchères du patrimoine beylical officiellement suspendue    Les forces du GNA contrôlent tout Tripoli et sa banlieue    L'Elysée en quête de nouvelles solutions    Le temps des hommages à George Floyd    Deux stages de six jours chacun    Plus de flexibilité pour l'accès des entreprises résidentes aux sources de financement extérieur    Aucune nouvelle contamination et 70 cas actifs    Vers une bipolarité Ennahdha-PDL    Hassouna Nasfi (Président du bloc de la Réforme nationale)    Un changement de billets de banque est envisageable    Frémissements et initiatives    Rien n'est encore annoncé !    Pratiques coloniales et injustice    HUAWEI WATCH GT 2, le monstre d'autonomie et le partenaire sportif ultime.    Tunisie [Vidéo]: Découverte d'une infection locale ne signifie pas un risque de propagation du Covide-19, selon Nissaf Ben Alaya    DECES : Mohamed Salah BACCOUCHE    DECES ET FARK : Rekaya Bouhoula    Fakhfakh demande le retrait de projets de loi    Le taux d'inflation se stabilise à 6,3% en mai 2020    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 5 juin à 11H00    Libye: Les forces du gouvernement en Libye prennent le contrôle du dernier bastion de Haftar à l'Ouest    La signature du Pacte de la stabilité et de la solidarité gouvernementale reportée    L'épidémie est sous contrôle en France    Nidhal Chamekh, artiste, à La Presse : Questions de culture    Djerba | Atteinte au patrimoine architectural : Des mosquées ibadites peintes en vert    SNTRI : Pas de voyages durant les heures de couvre-feu    Qui est Hamdi Guezguez, nouveau PDG de la Sotulub    Raoult a finalement raison… The lancet retire son article sur la chloroquine    Coronavirus : la CAF suspend les formations d'entraîneurs    ST | Lundi, La Reprise : Un programme copieux    Ligue des champions | Affaire EST-WAC : L'Espérance préserverait son titre !    Tunisie: Le nombre de guérisons du coronavirus atteint 969 cas    Chiraz Laatiri : « Nous avons retiré du parlement le projet de loi sur l'artiste … »    Faouzi Benzarti solidaire avec le Club Africain    Angleterre : 5 remplacements et 9 remplaçants sur le banc en Premier League    Météo : baisse des températures    Dr Dorra Mahfoudhi, la championne d'Afrique du saut à la perche, et la « star » d'une nuit de Covid-19, honorée par un article sur le site « rfi »    Ahmed Nejib Chebbi : Ennahdha est plus fragile après les élections de 2019    Annulation de la vente aux enchères à Paris de pièces du patrimoine historique tunisien grâce à l'ambassadeur de Tunisie à L'Unesco Ghazi Gherairi    Banque Mondiale : Les pays peuvent agir aujourd'hui pour favoriser leur reconstruction post-COVID-19    Le Projet SAFIR entre dans sa phase opérationnelle avec le lancement des premiers « Appels à candidatures »    Al Karama Holding lance un 2e avis de cession de Shems FM et Dar Assabah    L'UE mobilise un fonds d'urgence dans la course aux vaccins    Tunisie – Musées: guide des procédures sanitaires de prévention contre la Covid-19    Libye: Haftar a perdu la bataille de Tripoli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival Interférence revient à la médina
Rentrée culturelle de L'IFT
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 09 - 2018

Des installations évanescentes qui seront projetées sur des espaces publics, des bâtiments prestigieux ou des sites désaffectés et oubliés pour dialoguer avec un patrimoine architectural et culturel qui apparaîtra forcément sous un angle nouveau.
Top départ pour la rentrée culturelle. On respire enfin en ce septembre chaud ! La période de disette marquée par la fin des festivals d'été et l'attente de la nouvelle saison semble prendre fin. Les espaces culturels annoncent à tour de rôle la reprise de leurs activités. A la bonne heure.
Lundi, c'est au tour de l'Institut français de Tunisie de proposer une levée de rideau porteuse du thème et non des moindres : «Mise en lumière du patrimoine par des artistes contemporains». Un événement se propose d'en être le prétexte et la trame, le festival Interférence.
La Biennale d'Interférence présentée par son directeur artistique, Aymen Gharbi, et sa commissaire, Salma Kossentini, est un projet international qui a vu le jour dans la Médina en 2016, par un collectif composé de la communauté de la Médina, — comment se passer d'elle —, par des organisations et des artistes.
Dans la même veine, outre une valeur ajoutée que représente l'expérience, cette année, le festival réunira 42 artistes tunisiens et venus des quatre coins de la planète. Le lieu sera encore et toujours la vieille ville, plus précisément les espaces géographiquement circonscrits par Bab Bhar et la Kasbah et Rue Mestiri à Bab Mnara. Cette deuxième édition, dont le public de l'IFT a pu en découvrir lundi soir quelques prémices, se déroulera du 6 au 9 septembre.
Un côté cosmique dans le stambali
Les thèmes : art dans l'espace public, art et société, patrimoine culturel dialoguant avec l'art contemporain sont autant de pistes de réflexion débattues au cours de la table ronde que des processus esthétiques. De quoi s'agit-il concrètement ? D'installations évanescentes qui seront projetées sur des espaces publics, des bâtiments prestigieux ou des sites désaffectés et oubliés pour dialoguer avec un patrimoine architectural et culturel qui apparaîtra forcément sous un angle nouveau.
Au cours de la rencontre ont été invités Joris Guibert, vidéaste plasticien français, Mohsen Haraki, artiste marocain basé en France, et Chris alias Yukao Nagemi, artiste français. Tous les trois ont présenté un aperçu de leurs approches qui s'inscrivent toutes, quel que soit le matériau utilisé, dans une volonté de relier une œuvre à un espace visuel et acoustique. Ainsi des lieux et édifices qui naguère figés pourraient retrouver un second souffle insufflé par un art contemporain et des technologies de pointe.
Le croisement entre la vidéo, «le stylo électronique », les effets Larsen ou encore la musique stambali, produit du terroir, procède de la même volonté de relier des supports artistiques qui peuvent paraître à première vue éloignés. «Il y a un côté cosmique dans la musique du stambali, » précise Yukao Nagemi et d'ajouter : «L'idée est de mettre côte à côte des éléments qui paraissent à première vue non cohérents».
De la résistance
Joris Guibert a présenté, quant à lui, le process technique de son travail : «Je prends des machines et les relie entre elles pour donner une forme infinie qui s'autogénère». L'artiste sera appelé alors à vagabonder durant les nuits du festival avec ses machines installées sur une « barwita », carriole, en diffusant ses formes se reproduisant indéfiniment, en interpelant les murs mais aussi les habitants et les visiteurs de la ville historique.
Mohsen Haraki a, pour sa part, posé cette question cruciale : « A-t-on le droit de toucher à ce qui existe déjà, s'agit-il d'un dialogue ou d'une violation ? » Cet angle a passionné l'assistance qui, moyennant questions et critiques, a abondé dans cette direction. Il y avait de la résistance dans l'air et en face un débat fructueux pour rassurer certaines voix qui ont vu à travers l'échange patrimoine /art contemporain presque une transgression.
Interférence, une expérience artistique, porteuse de concepts et non moins ludique qui consistera, in fine, à inviter le public à déambuler dans les ruelles de la Médina avec les artistes, la nuit, pour contempler des installations qui jonglent avec les murs, les bâtisses et l'obscurité statiques et la lumière faite de tableaux, de lignes, de formes versatiles et mouvantes, et, dans tous les cas, éphémères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.