Myriam Boujbel : Et si les colères se rejoignaient ?    La Tunisie souffre d'une crise éthique !    Nabil Karoui s'attèle à ficeler les listes électorales de son parti pour les législatives avant sa comparution le 23 Juillet au Pôle judiciaire économique et financier    CAN 2019 : Les chaines qui diffusent le match Algérie vs Sénégal du 19 juillet    Campagne contre la vente conditionnée dans les cafés et restaurants    Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 135 mille dinars    L'UGET appelle au limogeage du ministre de l'Enseignement supérieur    Bouchamaoui n'est plus le président de la Commission d'organisation des compétitions interclubs    Fin des travaux et journées portes ouvertes à la résidence Les Jasmins – Hammamet    Attijari bank fête le retour des Tunisiens Résidant à l'Etranger    Tunisie: Tous les blocs sans exception ont fait obstacle à l'élection des membres de la Cour constitutionnelle    Tunisie- Des lobbies veulent transformer la forêt de Sidi Amor à Raoued en une zone de construction anarchique    La Confédération tunisienne des maires appelle à un dialogue national sur le rôle de la police municipale et l'application de la loi et le respect des décisions municipales    En photos : Où et comment les célébrités tunisiennes passent-elles leurs vacances ?    Nigeria: Obi Mikel annonce sa retraite internationale    L'administration tunisienne se prépare à intégrer l'intelligence artificielle    Tunisie-Energie renouvelable : Des experts japonais discutent la coopération avec le gouvernement tunisien    Finale de la CAN 2019 : Les Fennecs auront-ils raison des Lions de la Teranga ?    Un prêt de 80,5 MD de la BAD pour financer les filières agricoles à Zaghouan    En Afghanistan, une explosion près d'une université fait six morts    Un don de bus médical pour faciliter l'accès aux soins de santé dans les zones rurales    Khémaïes Jhinaoui s'exprime à Washington sur la Chaîne américaine de langue arabe « Al Horra »    L'ARP échoue de nouveau dans l'élection des membres de la Cour constitutionnelle et l'Instance de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption    CAN 2021 (Qualifications) Tirage au sort , la Tunisie dans le Groupe J    Tunisie: Démission du gouverneur de Kasserine    Italcar le concessionnaire officiel des marques automobiles lance les commandes de la FIAT Panda populaire    Météo: Prévisions pour vendredi 19 juillet 2019    FIFAK 2019 : 55 ans de promotion du cinéma amateur Tunisien et d'ailleurs    Tunis : Le trafic des métros 3,4 et 5 sur une seule voie jusqu'à lundi 22 juillet    Officiel : Aymen Balbouli quitte le Club Africain    Tunisie: Baisse des échanges commerciaux au 1er semestre 2019    CAN 2019 : l'arbitre de la finale changé    Ahmed Ahmed veut sortir le siège de la CAF de l'Egypte    MYRATH « Shehili » au Festival International d'Hammamet: Une expérience incroyablement magique!    Pas de crime en cas de légitime défense !    Appel à candidature à l'Ecole Pratique des Métiers de la scène : Section Acteur – Session d'Octobre 2019 à fin Juin 2021    Tunisie: L'Instance de lutte contre la torture empêchée par la police de parler à un détenu    Le cinéma à vélo du 24 au 26 Juillet avec Vélorution et la Cinémathèque Tunisienne    Festival De Dougga 2019 : Programme de la 43e édition du 24 Juillet au 10 Août    Youssef Chahed se penche sur le Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l'UE) et ses répercussions possibles sur la Tunisie    Donald Trump s'attire les foudres des internautes    Des armes de guerre saisies chez des néonazis italiens    OMS, 1093 morts et 5752 blessés à Tripoli    Bendirman porte plainte contre le parti Ennahdha    Libye : Haftar se prépare à annoncer l'assaut final pour « libérer » Tripoli    Colère aux Etats-Unis après l'arrivée en Turquie de la 1ère livraison de missiles russes S-400    La 29ème Edition du Festival EL MOUROUJ se déroulera du 25 Juillet au 10 Août – Programme    Le Chef du gouvernement, Youssef Chahed se penche sur la question des « réfugiés » à Médenine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ce n'est pas une question d'argent»
Entretien — Abdellatif Aybi, secrétaire général du syndicat de l'enseignement secondaire d'El Omrane
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 12 - 2018

Abdellatif Aybi, secrétaire général du Syndicat de l'enseignement secondaire d'El Omrane, a livré sa vision sur le conflit qui oppose son syndicat rattaché à la Fédération de l'enseignement secondaire au ministère de l'Education.
Que signifie cette journée de colère dans ce feuilleton de la crise de l'enseignement secondaire ?
Cette journée de colère intervient en réponse aux positions et aux agissements du ministère de l'Education et notamment du ministre Hatem Ben Salem, ayant porté atteinte à la dignité et aux droits des enseignants. Notre activité et notre mobilisation sont malheureusement liées aux élèves et à leurs parents, et c'est le point qu'a utilisé le ministère pour nous dénigrer. Il nous accuse d'avoir pris en otage le destin des élèves alors qu'il n'en est rien. Durant nos protestations, nous avons appelé les enseignants à poursuivre les cours et à faire prévaloir l'intérêt des élèves. Les établissements éducatifs et les délégations de l'enseignement ont été fermés sur ordre de ce ministre. Nos revendications sont légitimes, et cette journée de colère est une occasion pour exprimer notre ras-le-bol.
Vos revendications consistent essentiellement en des améliorations salariales, fait qui pourrait nuire à votre cause. Qu'en pensez-vous ?
Ce n'est pas vrai, il ne faut pas résumer nos revendications dans les augmentations salariales et les primes, c'est beaucoup plus important que ça. Ce que nous refusons catégoriquement, c'est la diminution du budget du ministère de l'Education et l'absence de réformes au niveau de l'infrastructure des établissements éducatifs tunisiens. Venez voir l'état des toilettes dans tous les lycées même de la capitale Tunis, c'est catastrophique. Les toilettes sont toujours fermées et nous constatons, au quotidien, des risques sanitaires. Inutile de parler et de rappeler l'état des lycées dans les régions intérieures.
Les programmes éducatifs sont pleins d'erreurs pédagogiques et scientifiques et j'en ai les preuves. Moi en tant qu'enseignant de langue française, je constate toujours des erreurs de ce genre, et je suis contraint parfois de supprimer des chapitres tellement il y a de fautes. Même les épreuves du baccalauréat sont parfois erronées. Nous appelons à ce que des réformes soient opérées dans l'immédiat dans tout le secteur de l'enseignement, c'est un grand dossier à ouvrir, et ce n'est pas seulement une question de revendications salariales.
Avez-vous une solution pour pouvoir faire passer les examens dans de bonnes conditions ?
La question des examens n'a jamais été un problème ni pour le cadre d'enseignement ni pour les élèves. Nous ne cherchons que l'intérêt de l'élève, et d'un point de vue pédagogique, nous envisageons différentes solutions pour faire passer les examens et rattraper ce retard. C'est l'enseignant qui prépare l'examen et qui le corrige, le ministre, lui, n'a aucun droit de s'ingérer dans cette question.
A cet égard, nous revendiquons des négociations sérieuses avec le ministère, et pour les examens, nous envisageons des solutions efficaces, mais c'est le ministère qui veut approfondir la crise.
Une journée de colère et après ?
Je le dis haut et fort, si après cette journée de colère rien n'est résolu, d'autres formes de protestation sont en vue, et nous n'avons pas de lignes rouges. L'année dernière, nous avons réussi à achever l'année scolaire en évitant une année blanche, et le ministère a su qu'il s'agissait de notre talon d'Achille, mais pour cette année, personne ne sait.
La crise se poursuit aujourd'hui en dépit du changement de l'ancien ministre Néji Jalloul, ne pensez-vous pas que la fédération en est, en quelque sorte, responsable ?
Oui nous sommes responsables, parce que nous n'avons pas tranché dès le début. La situation de l'enseignement secondaire et la défaillance de l'infrastructure remontent aux années 90. De quel prestige de l'Etat sommes-nous en train de parler ? Comment une telle situation peut-elle se poursuivre tout au long de ces années au détriment des droits des élèves et des enseignants ?
Les responsables se sont succédé au ministère de l'Education et la situation est toujours inchangée. Nous allons de mal en pis, des choix ont été opérés sans aucune vision stratégique, des programmes éducatifs défaillants, le niveau des élèves ne cesse de se détériorer, où allons-nous ? Le système éducatif tunisien n'est plus valable.
Ce n'est pas une question de personnes, ni de noms, mais une dernière chose à dire. Le peuple tunisien a fait sa révolte contre les ministres de Ben Ali, dont le dernier était Hatem Ben Salem. Aujourd'hui, ce ministre est revenu pour se venger, et je suis responsable de ce que je suis en train de dire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.