Hafedh Caïd Essebsi malmené à son arrivée à l'aéroport de Tunis-Carthage    Tunisie- Hamadi Jebali ” Les chefs du gouvernement étaient nommés selon les caprices de BCE”    Huawei Y9 Prime 2019 : Une expérience unique de caméra selfie rétractable    Tunisie-Ligue 1 (1ere journée) : Un objectif commun pour tous    Volley-Mondial U19 : Première victoire pour la Tunisie aux dépens de la Biélorussie    En vidéo : Safi Saïd réagit à la polémique autour des candidats binationaux    Tunisie: Kamel Morjane donne le lancement de l'exploitation du champ gazier Nawara    Journées de la Céramique d'Art de Carthage: 1ère édition du 31 août au 08 septembre 2019    Journées de la coopération Tunisie- européenne de la Recherche et de l'Innovation, les 9 et 10 Septembre    4,3% de recul pour l'indice de production industrielle    Lancement d'appels à candidature à des programmes dédiés aux startups Tunisiennes    Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 255 mille dinars    OPPO Signe des accords sur des brevets avec Intel et Ericsson pour augmenter ses    Hausse du plafond des dépenses de la campagne présidentielle    Un rapport américain assure qu'une fois au Conseil de sécurité des Nations-Unies, début 2020, la Tunisie pourra trouver une solution à la crise libyenne    LG et LUMI s'associent pour offrir une solution d'IoT plus complète pour chaque maison    Basket-ball : la sélection tunisienne perd en amical avant le Mondial    Programme TV du vendredi 23 août    Boga lance une campagne marquée par le renouvellement de son image    Tunisie- Nouri Lajmi appelle les candidats à la présidentielle et les médias à respecter le silence électoral    Un CAB dominant confirme en Coupe arabe des clubs    Nouvelle composition de l'ARP    Ligue 1 : Liste des joueurs Clubistes convoqués contre le Stade Tunisien    Arrêt du train de la banlieue sud    Les pharmaciens menacent de rompre la convention avec la CNAM    L'Amazonie, le poumon qui produit 20% de l'oxygène de la Planète, est en feu !    Incendies catastrophiques en Amazonie    La Poste Tunisienne certifiée Masterpass QR    Une statue pour rendre hommage à l'artiste défunt Sofiène Chaâri    Festival Carthage 2019 : 5000 livres seront offerts au public en marge du concert de Lotfi Bouchnak    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    PANDA TOUR    Trois cinéastes Tunisiennes au programme de la 44ème édition du TIFF 2019 du 5 au 15 septembre    Mohamed Khélil : Les Frères musulmans et la phase précédente vécue par le pays sont un point noir dans l'histoire de la Tunis et cela servira de leçon    Tunisie – Météo : Pluies attendues les 22 et 23 août 2019    Démarrage du Championnat du Monde de Volley-ball à la Salle omnisports du Complexe olympique de Radés    Alain Giresse s'en va – La FTF annonce la résiliation à l'amiable de son contrat !    Le festival de La Goulette accueille la pièce de théâtre ‘'Juif''    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    Slah Mosbah aux festivals : programmé à son insu    Les candidats aux élections présidentielles tunisiennes par Noor sur TikTok (Vidéo)    L'aéroport de Tunis-Carthage ouvre à nouveau ses portes au public dès jeudi 22 août    Rendez-vous avec le Grand Gala de l'Opéra Italien au théâtre de Carthage    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui mettra fin à la crise ?
Enseignement secondaire-journée de colère
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 12 - 2018

Hier, les enseignants du secondaire ont fini par exprimer leur ras-le-bol en manifestant dans la rue. Journée de colère à Tunis, mais aussi dans les différentes régions du pays. Qui pourra mettre fin à cette crise ?
Ce mercredi 12 décembre 2018 était une journée de colère organisée par les enseignants du secondaire, dont le syndicat n'a toujours pas trouvé de terrain d'entente avec le ministère de l'Education.
Des marches protestataires, des manifestations et des rassemblements populaires ont été organisés dans tout le pays alors que les enseignants du Grand-Tunis se sont mobilisés à l'avenue Habib Bourguiba et à la Place Mohamed Ali, devant le siège de l'Ugtt, « pour dénoncer l'attitude et les positions du ministre et celles de son département à l'égard des enseignants ».
En effet, l'historique Place Mohamed Ali à Tunis, point de rassemblement principal des protestataires, était si pleine qu'on ne pouvait y accéder. Des centaines d'enseignants, de tous profils, se sont rassemblés pour exprimer leurs ras-le-bol, compte tenu, non seulement de la marginalisation de leurs revendications, mais aussi de la situation de l'enseignement secondaire en Tunisie.
«Ce n'est pas une question d'augmentations salariales, mais c'est l'image du professeur qui a été remise en question. Aujourd'hui, ils nous accusent d'avoir pris en otage le destin de nos élèves, alors qu'il n'en est rien, c'est pour eux qu'on se bat, et c'est pour leur avenir qu'on mène cette lutte», s'exprime un enseignant du lycée secondaire du Bardo, présent lors de ce rassemblement.
Faire prévaloir l'intérêt des élèves
Même son de cloche chez un autre enseignant du lycée d'El Omrane à Tunis. Pour lui, le ministère de l'Education mène une campagne orchestrée pour nuire à l'image de l'enseignant tunisien et le faire passer pour un «profiteur». «Descendre dans la rue s'avère être une solution amère mais nécessaire pour défendre ce que nous pensons être nos droits, et loin du discours erroné du ministère. Ce n'est pas une question d'augmentations salariales ni une question de primes, c'est beaucoup plus profond que ça, c'est une question de notre dignité et de réformes qui doivent être opérées dans tout le secteur de l'enseignement».
Que dites-vous aux personnes qui vous accusent d'avoir mis en jeu le destin des élèves ? Une enseignante du Lycée Beb Khadhra se révèle : «Nous sommes proches des élèves, parfois plus que leurs propres parents, et nous savons parfaitement comment prévaloir les intérêts de nos élèves en dépit de cette crise de l'enseignement. C'est le ministère de l'Education et certaines parties que nous connaissons très bien qui sont en train d'avancer ces idées et de promouvoir ce discours portant atteinte à l'image et au statut du professeur tunisien, mais ils n'y parviendront pas. Nous sommes dans les rangs des élèves, ils sont nos enfants après tout ».
Alors que la tension était haute et la voix des enseignants était assourdissante, des slogans, nombreux, ont été affichés pour viser notamment le ministre de l'Education, Hatem Ben Salem, ainsi que son département. Mais, notons-le, d'autres slogans ont été scandés pour dénoncer les choix politiques du gouvernement Chahed ainsi que les éventuels diktats des bailleurs de fonds internationaux.
Retour sur les faits
Le dernier épisode de ce feuilleton qui n'a pas, malheureusement, pris fin, était la position de La Fédération générale de l'enseignement qui a rejeté les propositions du gouvernement les qualifiant dans un communiqué de «non sérieuses» et d' «insignifiantes».
La fédération a estimé que les propositions du ministère de l'Education concernant les revendications des enseignants sont « une tentative de contourner les revendications relatives aux dossiers de la retraite, de la prime spécifique, de la rentrée scolaire et de la situation des établissements scolaires ».
Des propositions qui n'ont pas été révélées mais qui ont été faites par le ministre de l'Education après la reprise des négociations avec l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) concernant le boycott des examens.
Aujourd'hui il est temps de faire le bilan. La crise remonte à plusieurs mois, alors que la Fédération générale de l'enseignement, conduite par Lassaad Yacoubi, revendique des augmentations salariales et des améliorations des primes, mais aussi l'amélioration des conditions d'enseignement, notamment celles des établissements éducatifs, et des réformes structurelles dans ce secteur, le ministère ne parvient toujours pas à les satisfaire. Résultat, les enseignants boycottent depuis plusieurs semaines les examens, une décision confrontée par des menaces de prélèvement sur les salaires des enseignants grévistes, le bras de fer se poursuit. En tout état de cause, la situation reste confuse et ouverte sur tous les scénarios, mais qui saura faire preuve de sagesse pour préserver l'intérêt des élèves ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.