J-2 avant la clôture de l'appel à projets Village 2019 d'Orange Tunisie, avec l'appui de la Fondation Orange    L'ISIE prolonge jusqu'au 15 Juin 2019 la période d'inscription sur les listes électorales des législatives    Seulement 12% des patrons de PME sont des femmes    Coupe du monde U20 : Tout ce qu'il faut savoir sur cette compétition    Tunisie: Arrêt du travail dans le service des consultations externes à l'Institut Salah-Azaïz    Violence(s) Jalila Baccar et Fadhel Jaibi    Advans Tunisie finalise avec succès son premier emprunt obligataire    Tunisie: Sauvetage de trois marins pêcheurs à Sousse après deux jours d'errements en mer    Nasser Al-Khelaïfi mis en examen pour corruption    Al Badil Ettounsi déplore ce à quoi est exposé le Chef du gouvernement et certaines personnalités politiques    Tunisie [Vidéo]: Des tonnes d'abricots jetés au marché central de Kairouan, explications de l'UTAP    Pluies temporairement orageuses à partir de demain    René Trabelsi salue toutes les unités militaires et sécuritaires veillant au bon déroulement du pèlerinage à La Ghriba    Epson lance une imprimante photo commerciale compacte    JCC 2019 : Un avant-goût du festival et 3 nouveautés révélées à Cannes    Tunisie: Possibilité de créer une entreprise en 48 heures, selon le directeur de l'API    LdC, Finale aller, Espérance: Ce soir, dernier entrainement avant d'affronter le Wydad    [Vidéo] : Violence et chaos après la fin du match du match ESM–CA    Des abricots de grande qualité jetés à la poubelle, les raisons…    Tunisie [Photos]: Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 7 millions de dinars    Des hommes d'affaires juifs veulent investir en Tunisie, déclare René Trabelsi    Mouvement de protestation, lundi prochain, de l'association de sauvetage des tunisiens bloqués à l'étranger    Real Madrid: Eriksen officialisé après la finale de la Ligue des Champions??    20 500 nouveaux postes d'emplois dans l'industrie    Tunisie: Moncef Marzouki candidat du parti Al-Harak et du mouvement Wafa pour la prochaine présidentielle    Moncef Kartas a quitté la Tunisie pour l'Allemagne    Tunisie: Descentes dans les cafés ouverts le jour de Ramadan, précisions du ministère de l'Intérieur    CAN 2019 : 27 joueurs présélectionnés pour le Mali    Football : Les plus importants matchs de ce jeudi et retransmission TV    Libye : Haftar à Macron : Pas question de cessez le feu à l'état actuel    Plusieurs centaines de manifestants pacifiques jugés par contumace à Gafsa, dénonce Amnesty International    Mobilisation d'un public marocain nombreux vendredi prochain lors du match Wydad de Casablanca – Espérance Sportive de Tunis à Rabat    Tunisie: Réseaux sociaux dans la campagne électorale, Ennahdha met en garde contre les ingérences étrangères    En photo : Habillée par Ali Karoui, la compagne de Cristiano Ronaldo fait sensation au festival de Cannes    Harrissamayo    Tunisie : Signature d'une convention entre le ministère des technologies de la communication et celui de la formation professionnelle pour l'utilisation du QR Code    Le rappeur franco-Tunisien Swagg Man édite un clip “5alina n3ichou” qui fait le buzz (vidéo)    Youssef Chahed ouvre à Djerba le congrès « La Cohabitation pacifique entre les religions », à l'occasion du pèlerinage juif de La Ghriba    Un Tunisien de 18 ans expulsé d'Italie pour avoir rallié le djihadisme    En vidéo : Rumeurs de divorce, la réaction de Sami Fehri fait rire la toile...    Un aéroport saoudien frappé par les Houthis    Tunisie – Djerba : Le ministère du tourisme va aider à la réussite du festival d'Ulysse et à la restauration du théâtre de plein air    Pourquoi Siam Ben Youssef a-t-il décidé de mettre fin à sa carrière internationale ?    “Sacré Qallaline !”, un voyage dans l'univers magique et codé de la céramique à Dar Lasram    Nouvelle Zélande: l'auteur des attentats de Christchurch, inculpé d'acte terroriste    Tunisie : une secousse tellurique de 2,7 degrés enregistrée à Métlaoui    Cannes 2019 : l'acteur Mohamed Dhrif primé aux Critics Awards de l'ACC    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La souffrance des femmes libyennes en Tunisie
Migration
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 12 - 2018

Quitter un pays secoué par les guerres et les conflits, laisser sa famille, ses biens et sa vie derrière elles est synonyme, pour certaines personnes, de souffrance et de traumatismes psychologiques graves. C'est le cas de plusieurs femmes libyennes installées en Tunisie.
L'étude intitulée «La souffrance psychologique des femmes libyennes en Tunisie» a été présentée mardi dernier à Tunis lors d'une conférence de presse à l'occasion de la Journée internationale des migrants, organisée par l'Association pour le leadership et le développement en Afrique (Alda), le réseau Watch the Med-Alarmphone et le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (Ftdes), en collaboration avec le réseau Euromed droits.
L'étude conduite en 2018 par la psychologue Nadia Benzarti fait ressortir, en effet, que la situation psychologique de certaines femmes libyennes vivant en Tunisie est précaire et marquée par des traumatismes résultant directement de leur déplacement forcé, en raison du conflit libyen. Ainsi, l'étude réalisée auprès de 30 femmes libyennes installées en Tunisie, montre que 70% d'entre elles sont directement affectées par le conflit, dont 45% ayant reçu des menaces, 33% ayant perdu des biens et 22% torturées.
Ces souffrances et traumatismes psychologiques résultent aussi des pertes ou ruptures de liens familiaux et du parcours de migration jugé rude et peu confortable, toujours lié à un vécu de violence et de conflit. «Ces femmes vivent dans une situation psychologique marquée par une souffrance et des traumatismes résultant principalement des ruptures de liens familiaux, des difficultés d'intégration dans la société tunisienne et des effets directs ou indirects du conflit libyen, dont notamment la mort ou la blessure de proches, ou la perte des biens», a expliqué, Nadia Benzarti.
Tentatives de suicide
L'étude, qui n'a pas été encore publiée, fait remarquer également que cet état psychologique, inconfortable et douloureux se caractérise chez certaines femmes libyennes par ce qu'on appelle le syndrome de stress post-traumatique. Attentats, bombardements, mort, viols, violences physiques... sont autant d'événements traumatisants auxquels ont été confrontées ces personnes et qui ont fait naître un trouble de stress post-traumatique. Il s'agit d'un état psychologique anxieux sévère et permanent causant insomnies, cauchemars, irritabilité, isolement, colère, peur et parfois même des tentatives de suicide.
Parmi les recommandations de cette étude figurent en premier lieu la prise en charge médicale et l'appui psychologique immédiat de ces femmes libyennes installées en Tunisie dont l'état psychologique s'est détérioré. La première étape de la prise en charge consiste ainsi à écouter et rassurer les victimes. «Dans l'urgence, le soutien aux personnes qui souffrent de stress post-traumatique est très important. A cet égard, le rôle de la société civile s'avère important, mais c'est l'Etat tunisien qui devra assurer cet appui psychologique à ces femmes», explique toujours Nadia Benzarti.
Durant cette conférence de presse, la situation des migrants subsahariens a également été passée en revue par les différents participants, notamment des représentants de la société civile. De ce fait, Touré Blamassi, directeur exécutif de l'Association pour le leadership et le développement en Afrique, a appelé à instaurer des dispositifs légaux permettant aux Subsahariens de travailler dans la conformité en Tunisie pour éviter certains manquements et leur assurer un minimum de droits.
«Partout dans le monde, les étrangers, notamment les étudiants, ont le droit de travailler dans leurs pays de résidence pour subvenir à leurs besoins. Nous appelons le gouvernement tunisien à instaurer des lois permettant aux Subsahariens de travailler même avec un quota d'heures car ces personnes sont exploitées et parfois malmenées lorsqu'elles travaillent au noir», a-t-il rappelé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.