Tunisie: Anas hammadi s'exprime sur le mouvement dans le corps des magistrats [vidéo]    Tunisie: Arrivée du 1er vol charter de Pologne à l'aéroport Djerba-Zarzis    Tunisie-Mouvement des magistrats : Le président de l'AMT dénonce des critères de deux poids deux mesures    L'Evolution de la pandémie du Coronavirus dans les pays arabes se poursuit toujours et s'est aggravée dans certains d'entre eux    A Kairouan, l'eau qui donne soif    Ces femmes tunisiennes, tireuses d'élite, qui sécurisent les prisons    Quand Facebook nie avec constance les droits des palestiniens    Tennis – Tournoi de Lexington : Ons Jabeur affronte la 53e mondiale en quarts de finale    Ligue des Champions (Quarts) : Leipzig-Atletico, les compos probables    Tunisie: Le SNJT met en garde le ministère de l'Intérieur contre les excès de ses agents    Fête nationale de la femme | Saïed se rend à Mraïdeya et rencontre les ouvrières agricoles    6 nouveaux cas de coronavirus à Mornag    Tunisie : Kais Said accorde la grâce présidentielle à 73 détenues    Tunisie: La présidente de l'association des femmes démocrates se déclare contre la célébration de la fête de la femme    Un décès dû au coronavirus à Gabès    Algérie : Secousse tellurique à Blida    Tunisie: BicyClean: Opération Mer Propre    Le Président Buhari finalise l'adhésion du Nigeria à l'Agence pour l'Assurance du Commerce en Afrique (ACA)    Tunisie-Ligue 1: programme de la 20è journée    Programme TV du jeudi 13 août    Météo | Températures en hausse    Ligue 1 — 19e journée: Favorable à l'ESM et à l'UST    Hand — expatriés: La déferlante du Golfe    1499 nouveaux cas confirmés et 23 décès en 24 heures au Maroc    CONDOLEANCES: Tarak BEN AISSA    Tribune: Les droits de la femme sont les droits de l'homme    Technopole de Gabès: Aménagement de la zone industrielle de Matmata    Nouvelles frappes israéliennes sur Gaza    EST-CSS : 0-0: Il ne manquait que les buts !    « Certified Mail » de Hisham Saqr à Cinémadart et Ciné Amilcar: La dépression post-partum en toile de fond    Ministère de la santé – mise au point sur l'épidémie de Covid-19: « La situation épidémiologique sous contrôle mais... »    Tunisie: 38 infections locales au coronavirus enregistrées à Gabès    GEOPOLITICUS | Le drame du Liban profitera-t-il aux intérêts de la France ?    Les Libanais réclament le départ de la classe politique tout entière    Le torchon brûle entre Athènes et Ankara    EST-CSS    Un huis clos féminin    Un Orient meurtri    MAHMOUD DARWICH, la Palestine et les terres spoliées...    BCT : Hausse de la masse salariale de l'administration 13,5% en 2019    Tunisie: 600 millions de dinars de manque à gagner pour la SNCFT    Salon International de la Bande Dessinée de Tazarka 2020: 24e édition digitale du 13 au 16 Août    Economie tunisienne : Le diagnostic de Marouane El Abassi    « Sahriyet été 2020 à Hammamet » | Spectacle «Lamis» de Abderrahmane Ayadi : Toujours aussi authentique...    Tunisair : Nécessité de mise en place d'un plan de sauvetage    Prix Zoubeida Bchir 2019 : Quatre œuvres lauréates dont un roman en français    Radio : Hommage à l'œuvre de Mokhtar Hachicha    Frappes israéliennes sur Gaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La souffrance des femmes libyennes en Tunisie
Migration
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 12 - 2018

Quitter un pays secoué par les guerres et les conflits, laisser sa famille, ses biens et sa vie derrière elles est synonyme, pour certaines personnes, de souffrance et de traumatismes psychologiques graves. C'est le cas de plusieurs femmes libyennes installées en Tunisie.
L'étude intitulée «La souffrance psychologique des femmes libyennes en Tunisie» a été présentée mardi dernier à Tunis lors d'une conférence de presse à l'occasion de la Journée internationale des migrants, organisée par l'Association pour le leadership et le développement en Afrique (Alda), le réseau Watch the Med-Alarmphone et le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (Ftdes), en collaboration avec le réseau Euromed droits.
L'étude conduite en 2018 par la psychologue Nadia Benzarti fait ressortir, en effet, que la situation psychologique de certaines femmes libyennes vivant en Tunisie est précaire et marquée par des traumatismes résultant directement de leur déplacement forcé, en raison du conflit libyen. Ainsi, l'étude réalisée auprès de 30 femmes libyennes installées en Tunisie, montre que 70% d'entre elles sont directement affectées par le conflit, dont 45% ayant reçu des menaces, 33% ayant perdu des biens et 22% torturées.
Ces souffrances et traumatismes psychologiques résultent aussi des pertes ou ruptures de liens familiaux et du parcours de migration jugé rude et peu confortable, toujours lié à un vécu de violence et de conflit. «Ces femmes vivent dans une situation psychologique marquée par une souffrance et des traumatismes résultant principalement des ruptures de liens familiaux, des difficultés d'intégration dans la société tunisienne et des effets directs ou indirects du conflit libyen, dont notamment la mort ou la blessure de proches, ou la perte des biens», a expliqué, Nadia Benzarti.
Tentatives de suicide
L'étude, qui n'a pas été encore publiée, fait remarquer également que cet état psychologique, inconfortable et douloureux se caractérise chez certaines femmes libyennes par ce qu'on appelle le syndrome de stress post-traumatique. Attentats, bombardements, mort, viols, violences physiques... sont autant d'événements traumatisants auxquels ont été confrontées ces personnes et qui ont fait naître un trouble de stress post-traumatique. Il s'agit d'un état psychologique anxieux sévère et permanent causant insomnies, cauchemars, irritabilité, isolement, colère, peur et parfois même des tentatives de suicide.
Parmi les recommandations de cette étude figurent en premier lieu la prise en charge médicale et l'appui psychologique immédiat de ces femmes libyennes installées en Tunisie dont l'état psychologique s'est détérioré. La première étape de la prise en charge consiste ainsi à écouter et rassurer les victimes. «Dans l'urgence, le soutien aux personnes qui souffrent de stress post-traumatique est très important. A cet égard, le rôle de la société civile s'avère important, mais c'est l'Etat tunisien qui devra assurer cet appui psychologique à ces femmes», explique toujours Nadia Benzarti.
Durant cette conférence de presse, la situation des migrants subsahariens a également été passée en revue par les différents participants, notamment des représentants de la société civile. De ce fait, Touré Blamassi, directeur exécutif de l'Association pour le leadership et le développement en Afrique, a appelé à instaurer des dispositifs légaux permettant aux Subsahariens de travailler dans la conformité en Tunisie pour éviter certains manquements et leur assurer un minimum de droits.
«Partout dans le monde, les étrangers, notamment les étudiants, ont le droit de travailler dans leurs pays de résidence pour subvenir à leurs besoins. Nous appelons le gouvernement tunisien à instaurer des lois permettant aux Subsahariens de travailler même avec un quota d'heures car ces personnes sont exploitées et parfois malmenées lorsqu'elles travaillent au noir», a-t-il rappelé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.