Trump dévoile la carte des Etats israélien et palestinien selon son plan de paix    ADIEU LINA BEN MHENNI…    Tunisie [ vidéo] :Tout savoir sur le coronavirus    Volleyball – Championnat de Tunisie : Un choc entre le CS Sfaxien et l'Etoile du Sahel    Démarrage des concertations sur le document de référence du programme gouvernemental    SOPAL se repositionne et change d'identité visuelle    En photos : Ahmed Laâjimi, le gagnant de la saison 5 de nescafé comedy show    Subventions et transferts sociaux en Tunisie … Petit budget pour grands besoins    Open d'Australie : Federer sauve sept balles de match et file en demi-finale    Tennis- Open d'Australie : Fin de la belle aventure d'Ons Jabeur aux quarts de finale    « Tunisia Star Pack 2020 » et « Tunisian Student Star Pack 2020 » : Ouverture des inscriptions par PACKTEC pour les concours    Malgré l'ampleur des dettes : Exploitation de nouveaux projets à la Rabta    Candidats aux postes ministériels : L'INLUCC prête à informer Fakhfakh de toute suspicion de corruption    Tunisie : Entrée en vigueur du décret interdisant l'utilisation des sacs en plastiques à partir du mois de Mars 2020    Nécessité de rétablir la confiance : Ennahdha dans des mauvais draps    Tunisie: Attachement d'Ennahdha à la participation de Qalb Tounes au gouvernement, justifications de Abdellatif Mekki    20 bourses d'études au Canada en Master et Doctorat    Les puissances mondiales ont jugé bon de l'écarter : La grande mascarade de la Conférence de Berlin… sans la Tunisie !    Djerba : Perturbation dans l'approvisionnement en eau potable à Ajim et Guellala    Elyès Fakhfakh s'est réuni avec un groupe d'activistes et d'universitaires dans le cadre de ses consultations    Ennnahdha n'est pas contente de Fakhfakh    Football : Programme des plus importants matchs de ce mardi 28 janvier 2020    Hand – CAN 2020 [Vidéo] : La défaite contre l'Egypte jette une ombre sur le public sportif    Merci Ons Jabeur juste pour ces belles images    8 blessés dans un accident de la route à Takelsa    Karim Koundi    Les entreprises tunisiennes innovantes dans les domaines de la ville et les territoires durables invitées à participer au « Challenge des 1000 »    Tunisie – Météo : Températures maximales comprises entre 16° et 21°C    Air France consolide ses vols sur Djerba et Tunis    Décès du sexologue Dr Hichem Cherif    Ligue 1 : Heythem Guirat dirigera le mach ES Tunis-CS Chebba    Ons Jabeur quitte l'Open d'Australie avec tous les honneurs !    Tunisie: Kaïs Saïed reçoit une invitation officielle à visiter les Emirats arabes unis    Algérie: Crash d'un avion militaire en Algérie    Le point sur l'épidémie au coronavirus : Mise à jour du 28-1-2020 à 08H00. L'épidémie s'emballe    La famille de La Presse en deuil Bady ben Naceur n'est plus : Adieu Bady, on t'aimait bien    Le 40e jour du décès du professeur Abdelwahab Mahjoub : Abdel, l'olivier…    Rencontre Tebboune-Erdogan : une équipe de sécurité canine turque inspecte la salle de conférence    Ahmed Laâjimi, le gagnant de la saison 5 de « NESCAFE COMEDY SHOW », et son « Faux profil » sur scène    « Kasr Essaada » : Une nouvelle œuvre et une autre expérience qui s'ajoutent aux expériences précédentes du jeune réalisateur, Nizar Saïdi    L'ancien joueur légendaire Kobe Bryant décédé    Tribune des lecteurs : Je pleure Tahar Labbassi et la Tunisie par Abdelaziz Gatri    Libye - Des pays signataires de l'accord de Berlin déversent armes, munitions et combattants attisant la guerre Sarraj - Hafter    Tunisie – Gafsa : Découverte d'une grande quantité de mines et de produits entrants dans la fabrication d'explosifs    Le sexagénaire, blessé par mine jeudi au mont Chaambi, succombe à ses blessures    Séisme en Turquie: Hausse du nombre des victimes à 20 morts et 1000 blessés    Les 101 tortues de l'atelier Driba 93, une magnifique exposition à découvrir à l'hôtel Dar El Jeld Tunis    Ahmed Laâjimi, le gagnant de la saison 5 de « NESCAFE COMEDY SHOW », et son « Faux profil » sur scène    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les « soldats de l'ombre » témoignent
Publié dans Le Temps le 14 - 12 - 2018

Depuis quelques temps, l'Europe est obnubilée par la migration. Une hystérie totalement hostile à ce phénomène s'est en effet emparée du vieux Continent qui pourtant, quelques décennies plus tôt, accueillait les migrants les bras grands ouverts car ils constituaient, en majeure partie, une excellente main-d'œuvre à moindre coût. Aujourd'hui, l'heure est plutôt aux tensions et aux crispations et l'Europe se fait de plus en plus hermétique aux étrangers, sauf pour les plus qualifiés d'entre eux.
La migration est, en effet, devenue une carte électorale dont usent et parfois abusent les politiciens, condamnant bien souvent des millions de destins à travers le monde et notamment en Europe. Car qui dit migration, dit autant de vies humaines conditionnées par les conflits mondiaux, et les politiques migratoires évolutives au fil du temps. Mais qui dit migration dit aussi soldats de l'ombre et notamment les membres des organisations œuvrant dans ce domaine mais aussi des journalistes qui relayent tout au long de l'année la réalité de ces millions de migrants, jeunes et moins jeunes, hommes ou femmes, ayant quitté volontairement ou forcés leur terre natale. La parole leur est donnée.
«La question migratoire obsède l'Europe, mais ce n'est pas pour autant que c'est un sujet très demandé par ma rédaction car il est clair que le grand public s'en est très vite lassé et que sauf cas extrêmes, les histoires des migrants n'ont plus du tout la côté auprès des médias», affirme Maurine Mercier, journaliste suisse basée à Tunis, correspondante de radios et télévisions étrangères. Et la jeune femme sait de quoi elle parle, elle qui s'intéresse tout particulièrement à cette thématique aussi bien sur le plan professionnel qu'humain. En septembre dernier, elle embarquait d'ailleurs à bord de l'Aquarius, le navire de sauvetage qui a pour mission de sauver les migrants échoués en mer et dont l'équipage a subi de lourdes pressions internationales pour cesser son activité.
De cette expérience humaine au contact de dizaines de migrants africains et des ces témoignages recueillis dans la douleur mais aussi parfois dans des éclats de rire, Maurine garde un poignant souvenir. Elle explique : «Je me rappelle de chaque moment passé à bord du navire et de chaque regard rencontré. Un migrant est avant tout une histoire humaine, un destin. Je me rappelle par exemple de cette dame libyenne avec laquelle j'ai passé des heures à discuter et qui m'a raconté le calvaire qui l'a poussée à quitter son pays, entre privations, viols et autres traumatismes. Il y a eu des larmes mais aussi des sourires et surtout beaucoup de confiance. Il faut savoir profiter de ces petites pépites d'espoir, de vie. La confiance que me font les personnes que j'interviewe en se livrant ouvertement à moi, en toute pudeur mais aussi en toute liberté, est un précieux cadeau auquel il faut se raccrocher. Il faut se nourrir du terrain mais ça laisse des traces. Ecouter les malheurs d'autrui n'est pas chose aisée tant pour la journaliste que je suis mais aussi pour l'être humain. »
Un professionnel compatit
mais ne pleure jamais... ou presque !
De cette souffrance et de ces confidences, Meriem Mzoughi en sait, elle aussi, quelque chose. Psychologue de formation, la jeune femme est la coordinatrice du pôle de permanence d'accueil et d'accompagnement juridique et social des migrants chez Terre d'asile Tunisie. Auparavant, elle exerçait son métier au sein de l'ONG Médecins du Monde et rencontrait en majorité des migrants subsahariens souffrant de maladies et ayant des difficultés à accéder aux soins en Tunisie et ce, par manque de ressources financières ou par ignorance de leurs droits.
«Au début, c'était vraiment difficile d'écouter ces individus raconter leurs vies et leurs malheurs au quotidien puis, petit à petit, on se construit une petite carapace et on se réfugie derrière elle à chaque fois que l'émotion devient intense. En tant que psychologue, il ne faut surtout pas que je pleure devant eux car cela briserait le processus d'accompagnement et serait contraire à l'éthique de ma mission. Mais parfois, cela devient vraiment dur de se retenir. Je me rappelle encore de ce migrant syrien qui souffrait du même cancer que celui de mon père et qui me racontait les douleurs qu'il ressentait au quotidien. Je n'ai pas pu m'empêcher de sortir un moment, pleurer toutes les larmes de mon corps puis revenir l'air de rien, tendant vers lui une oreille bienveillante mais surtout professionnelle».
Elle ajoute : « Parfois aussi, c'est la rage qui s'empare de nous quand on se retrouve face à une impasse juridique ou administrative. Je me rappelle encore de cette migrante Libyenne et de ses quatre enfants dont l'aîné, âgé de 11 ans, a été violé dans son pays. L'enfant garde de profondes séquelles psychologiques de ce crime odieux. Mais faute de ressources financières, la mère et ses enfants ont dû rebrousser chemin au bout de trois ans et regagner leur terre natale malgré les menaces qui pèsent sur eux et le traumatisme de son aîné. Quand on ne peut plus aider et qu'on se retrouve démuni face aux problèmes d'autrui, c'est rageant. Mais heureusement que ce n'est as toujours le cas et que nous rencontrons aussi des migrants qui prennent leurs destins en main comme c'est le cas de cette dame syrienne qui a fui son pays et qui s'est installée en Tunisie depuis quelques temps. Aujourd'hui, elle prépare de bons plats syriens et elle régale les papilles des plus gourmands. Elle arrive à subvenir dignement à ses besoins et vit sereinement».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.