Tunisie-Rafik Abdessalam : " Voilà ce qu'il faut faire maintenant »    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    Football : Où regarder les matches de vendredi ?    Ennahdha hausse le ton et tire à boulets rouges sur Kaïs Saïed    Infos Bourse – La STIP fait accroitre fortement ses bénéfices    Le Mondial des Clubs exclusivement sur cette chaîne …    Examen en conseil des ministres de projets de décrets à caractère économique    France : Nouvelles conditions d'accès depuis la Tunisie    Tunisie – Saïed : Bientôt l'annonce des mesures qu'attend le peuple    Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi rattrapés par la réalité socioéconomique du pays    La Tunisie présente une plateforme géospatiale pour une évaluation des informations alimentaires    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    FIFA Arab Cup – EN : Deux formations probables contre la Syrie !    CTN | Report de la desserte Tunis-Gênes du vendredi 3 décembre au samedi 4 décembre 2021    Les OGM : un ancien débat toujours d'actualité    Libye-Présidentielle : Seïf al-Islam Kadhafi revient dans la course électorale    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    Noureddine Ben Ticha : La situation actuelle nécessite une certaine rapidité    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Tunisie : Najla Bouden rencontre Arnaud Peral    Productivité : Une centaine d'entreprises tunisiennes ont bénéficié du projet Kaizen    IACE : Tayeb Bayahi demande à la chef du gouvernement de soutenir les entreprises    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Ligue 2 : désignation des arbitres de la 4e journée    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Tébourba submergée par les ordures : Appel à la dissolution du conseil municipal    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    Riadh Daghfous: La vaccination des enfants dans la balance    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Coronavirus Amine Slim : Pas de restrictions de déplacement pour le moment    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Clôture haute fréquence
«Echos Electrik 4» à l'Acropolium de Carthage
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 11 - 2010

Pour la soirée d'echos electik 4 qui a eu lieu samedi dernier, à l'Acropolium de Carthage, l'association «Echos Electriques» a mis le paquet. La programmation du concert de clôture de l'E-Fest était pour le moins alléchante, animée par High Tone (haute fréquence), un groupe-référence sur la scène dub instrumental française. La première partie a été quant à elle assurée par deux duos d'artistes electro tunisiens, formés spécialement pour l'occasion : Hayej et gaziH, suivis de Skndr et Shinigami San.
Il faut rappeler ici que le Fest (festival des échos sonores), qui se tient en juin, est depuis sa création en 2007 l'unique manifestation, en Tunisie et dans le monde arabe, qui soit dédiée à la musique et à la culture électroniques. Le E-Fest est un projet dérivé du Fest, consistant en un ensemble d'événements autour de cette discipline. Dès son lancement en novembre 2009 et jusqu'à samedi dernier encore, le E-Fest a proposé des concerts, des ciné-concerts, des installations interactives, des ateliers et des projections d'arts visuels que la soirée des High Tone a clôturés en toute beauté.
Les organisateurs ont misé sur une formule qui ne cesse de prouver son efficacité : chaque concert est une plateforme où les artistes tunisiens peuvent évoluer, elle est en même temps une scène pour les noms les plus connus de la musique électronique mondiale.
L'Acropolium de Carthage était particulièrement paré, grâce aux peintures géantes de l'espagnol Dario Basso, accrochées tout autour du balcon donnant sur l'enceinte de l'église, où le concert a eu lieu. L'exposition intitulée Algoritmi-dixit était sur place depuis le 29 octobre. C'est une expérimentation de couleurs et de formes débordante de créativité, inspirée par les voyages de l'artiste en Orient, qu'il a ressortie dans ses toiles sous forme de symboles et de figures géométriques, dans un langage qu'il qualifie d'universel et d'une incarnation de paix et de compréhension de l'autre. Ces œuvres ont apporté un plus réel à l'atmosphère dans laquelle s'est déroulé le gala.
Pour le public, il nous semble bien qu'aucune soirée du Fest ou de l'E-Fest n'ait attiré autant de monde, de quoi supposer une plus grande réussite pour la prochaine édition du festival. A condition, bien entendu, que les organisateurs poursuivent dans le même esprit de variation et de créativité. Le démarrage du concert, annoncé à 20h30, a quelque peu tardé, les artistes tunisiens s'étant quand même fait attendre. Hayej et gaziH, montés en premier, proposaient «une chakchouka» (ratatouille), comme ils aiment appeler le produit qu'ils nous ont proposé, fait d'images et de sons. Grâce à une installation vidéo expérimentale, avec un montage intéressant et un contenu expressif, adapté et complémentaire à leur musique à base de sons acides et de grosses basses, ils ont offert les ingrédients d'une recette que l'on qualifierait volontiers de tuniso-tunisienne. On y retrouvait des dialogues en dialecte local comme des passages de chant bédouin, intégrés à leurs compos. Hayej vient d'ailleurs d'initier un rendez-vous musical mensuel intitulé «Hiss» (bruit), qui «squatte» le club Tahar Haddad et qui se veut une plateforme pour les musiciens tunisiens du genre.
Près d'une heure plus tard, Hayej et gaziH ont cédé la place à deux des anciens de la scène electro underground tunisienne, Skndr (de son vrai nom Skander Besbes) et Zied Meddeb Hamrouni, alias Shinigami San. Le point fort de la prestation de ce duo, constitué le temps d'un soir, fut l'association heureuse de leurs musiques respectives, pour le grand plaisir d'un public qui ne cessait d'en redemander de ce mélange des genres.
Le cerise du gâteau était, bien évidemment, proposée par les High Tone. Cinq Français spécialistes du dub expérimental, qui, entre les jeux de lumières, les vidéos et le son de leurs instruments ajouté aux mix électroniques, en ont fait voir de toutes les couleurs à l'assistance déchaînée. Il y avait tout dans leur concert qui a pris les dimensions d'un vrai show. La fusion musicale est un terrain où les High Tone jouent à leur aise en mélangeant reggae, musique orientale et airs asiatiques au son électronique. Fort d'une longue expérience et de cinq albums dont le dernier, «Out Back», composé de deux disques, «Dud Axiom» et «No Border», ce groupe se permet les plus audacieuses des expérimentations et semble bien réussir par une formation faite de didjeridoo, bass dub, scratch, basse, guitare, batterie, claviers et platines. Ils ont terminé leur programme par un mini ciné-concert sur des séquences du film de Louis Gasnier, «Reefer Madness», datant de 1936, avant de céder aux rappels du public et reprendre quelques airs. Un moment marquant de cette dernière soirée de l'E-Fest. De quoi tenir les fidèles en haleine jusqu'en juin prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.