Amine Mahfoudh évoque le flou constitutionnel qui entoure les remaniements ministériels    Polémique autour de la prestation de serment, que dit la constitution ?    A Sousse, des protestataires revendiquent la chute du régime    Le patronat libyen sollicite les compétences et la main-d'œuvre tunisiennes    COVID-19 Sousse, situation au 25 Janvier: 62 nouveaux cas et 8 nouveaux décès    Tunisie: En images, manifestation au Kef pour réclamer la libération des détenus    Tunisie [Vidéo]: Coup d'envoi du Match Olympique de Béja contre Espérance Sportive de Tunis    Mechichi : Une carte des centres de vaccination contre le coronavirus a été établie    CONDOLEANCES    Le FLAGSHIP KILLER MI 10T Pro-5G de XIAOMI débarque enfin en Tunisie    CONDOLEANCES : M. Nabil JERIDI    DECES ET FARK : Safia NAAT    Espérance de Tunis : le Ghanéen Khaled Abdelbasset espérantiste jusqu'en 2023    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 26 Janvier 2021 à 11H00    Débats houleux à l'ARP, levée de la séance plénière    Attijari bank annonce un PNB de 488 millions de dinars en 2020    Mobilisation tous azimuts en faveur de l'adaptation au changement climatique en Tunisie    Le premier ministre italien présente sa démission    Tunisie – météo : Poursuite des pluies dans le nord et vent fort sur les côtes    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Programme TV du mardi 26 janvier    Une jeunesse désœuvrée : Les oubliés de la «Révolution»    Tunisie-Fayçal Tebbini: En l'absence de la Cour constitutionnelle, Kais Saied est la Cour constitutionnelle    Les indiscrétions d'Elyssa    Volleyball | Coupes d'Afrique des jeunes : Vers l'annulation...    Mini-Football | Super League Elite (3e journée) : Arriadh confirme, La Marsa cale    Stupeur sur fond d'ambiance délétère au CA : Supplice clubiste !    Télétravail : Quelles sont les entreprises qui investissent dans les solutions IT?    A l'occasion de son 102e anniversaire : «Taraji Pay» voit le jour    Contrepoint | Culture... et interrogations    18e édition du festival des cinémas d'Afrique en ligne : Le numérique comme issue    Tunisie: Les échanges commerciaux avec l'extérieur ont enregistré une baisse    Tunisie-Ligue 1 (J10): les matches de ce mardi et programme TV    Mohamed Ammar : Le gouvernement Mechichi est, moralement et politiquement, déchu    Manifestations-Rafik Abdessalem:"Le président doit choisir entre le chaos ou l'Etat"    Tunisie – Un haut conseil de la sûreté de l'Etat hors norme où tous les coups étaient permis    Appel à candidatures pour le projet "Académie des Musiciens créateurs"    Ramadan 2021: Nouvelle série "Kan Ya Makanesh" d'Abdelhamid Bouchnak avec Hatem Belhaj    Exposition collective "Géographie de l'intime" à la station d'art B7L9 du 29 janvier au 7 mars    [TRIBUNE] #Jeunesse #Espoir !    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un accueil mérité
Retour à Tunis de Rached Ghannouchi, après un exil de 20 ans
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 01 - 2011

La Presse — L'aéroport de Tunis-Carthage revêtait hier à l'envi les couleurs du Mouvement Ennahdha et l'on pouvait voir, pour la première fois dans l'histoire, les affiches de ce parti interdit depuis plus de quarante ans, se disputer les murs de cet aéroport. Banderoles, posters, casquettes, t-shirts, pin's, dépliants, autocollants, toute une panoplie d'objets fétiches est mise en branle pour la bonne cause, que des militants et des sympathisants arboraient fièrement. Les slogans et les témoignages à la mémoire des martyrs de ce mouvement sont ceux qui crevaient le plus les “murs” et pour cause, il s'agit de l'un des mouvements politiques qui a été le plus opprimé dans l'histoire politique du pays sous Bourguiba et sous le régime de Ben Ali, fraîchement déchu.
Hier, l'ambiance de vouloir accueillir triomphalement Rached Ghannouchi, le chef symbolique du Mouvement Ennahdha, montait vertigineusement, au fil du temps d'attente du vol BA 2886 en provenance de Londres Gatwick, pays de son exil depuis plusieurs années.
Ici, ça grouillait du côté des militants jeunes et moins jeunes venus en masse hier accueillir leur leader et père spirituel du parti. C'est ainsi que des ex-détenus politiques récemment libérés de même que des compagnons de route du leader islamiste étaient déjà sur les lieux depuis quelques heures.
Des membres des familles et des proches des anciens détenus politiques et des premiers martyrs du mouvement ne voulaient pas non plus rater cet événement, pour lequel ils se sont mobilisés.
Bardé de banderoles, de fanions, de posters et de manifestes du Mouvement islamiste, l'aéroport de Tunis-Carthage accueillait dans son giron non seulement les militants du Mouvement Ennahdha mais aussi des milliers de citoyens venus témoigner leur désir de soutenir un modèle de gouvernance islamiste. Certes, quelques manifestants tenus à l'écart brandissaient timidement des affiches où ils se déclaraient d'accord pour l'Islam mais non pour un gouvernement islamiste.
Bien qu'elles soient peu nombreuses, certaines des femmes qui ont osé témoigner de leur refus ont été malmenées. Des affiches et des banderoles ont été arrachées de leurs mains.
Des débordements que les cadres et militants du parti ne voyaient pas d'un bon œil car ils voulaient apporter au monde une autre image des musulmans et du modèle islamiste tunisien.
D'ailleurs, pris d'assaut par des centaines de citoyens, des cercles se formaient autour de ces cadres et militants d'Ennhdha. Un jeu de questions- réponses se transformait en un vrai cercle de débat. Habib Ellouze, l'une des icônes du mouvement, répondait sans détour aux questions les plus délicates. La femme, la démocratie, le gouvernement d'union nationale, le rôle du parti dans les prochaines échéances politiques ne le gênaient pas.
En même temps, un cordon de sécurité pour assurer la sortie du leader islamiste était mis en place. Coiffés de casquettes blanches, les gros bras qui n'ont rien à voir avec les anciens «barbouze» du MTE demandaient gentiment aux journalistes de reculer.
Il n'empêche, la présence massive des médias ne facilitait pas du tout la tâche de la sécurité «rapprochée» du leader islamiste. Enfin, à l'annonce de l'atterrissage de l'avion en provenance de Londres, les youyous fusèrent de partout. Du coup, le premier couplet du chant «Talaâ al badrou aleïna» par lequel était accueilli le Prophète Mohamed à Médine, était repris par un parterre de militants.
Quand il fit son apparition dans le hall d'accueil, Rached Ghannouchi eut droit à une standing ovation accompagnée d' un bain de foule jamais connu auparavant. Porté par une marée humaine sous le halo des projecteurs, le leader islamiste prononcera un speech devant des milliers de partisans à l'aéroport de Tunis-Carthage. Un discours à peine audible et interrompu à maintes reprises par des slogans et l'hymne national.
Dans une déclaration écrite qu'il a fait distribuer, Rached Ghannouchi confirme qu'il ne compte pas se porter candidat aux prochaines élections présidentielles. «Tout ce dont j'ai envie est de respirer l'air de mon pays après 20 ans d'exil et de souffrance, de prier à la mosquée Ezzitouna, de visiter et d'embrasser chaque coin de mon pays», souligne-t-il. Il souhaite en bref devenir «un homme simple» dont le rêve n'est autre que de partager la saga de cette révolution populaire.
Certes, le retour de Ghannouchi donne un nouveau souffle au Mouvement Ennahdha. Cependant, le parti qui a souffert pendant plus de deux décennies d'une politique d'oppression menée tambour battant par un grotesque déploiement policier et des procès bâclés, devra faire dans les prochains jours face à des urgences d'ordre structurel telles que le dépôt d'un visa pour exercer en toute légalité, la nécessité de la tenue d'un congrès national (tous les derniers congrès ont été tenus en exil) ainsi que la nécessité de rassurer les Tunisiens par un discours politique rénové.
Le retour de Ghannouchi sera donc le coup d'envoi pour préparer le terrain à la vraie offensive politique du Mouvement Ennahdha. Un mouvement qui risque d'être enrayé par une mobilisation frontale des factions politiques laïques.
« Je ne brigue aucun poste »
M. Rached Ghannouchi, chef du mouvement "Ennahda", parti non reconnu par l'ancien régime du président déchu Zine El Abidine Ben Ali, a regagné, hier, Tunis en provenance de Londres.
Des milliers de personnes ont convergé vers l'aéroport Tunis-Carthage pour accueillir le leader historique de ce mouvement.
«Le sang des martyrs nous a libérés et permis à des milliers des fils de ce pays de regagner le pays et à d'autres de sortir de l'exil» a crié Rached Ghannouchi. «Je suis de retour. C'est mon plein droit de retrouver mon pays et ma famille après plus de 20 vingt ans d'exil», a-t-il soutenu.
«Je ne brigue aucun poste. Seulement, je rêve d'une Tunisie libre et prospère», a-t-il assuré.
«L'Islam n'est pas l'apanage du mouvement Ennahda et cette religion accorde tous les droits légitimes de la femme et de l'homme», a-t-il relevé.
«Je salue les jeunes, la région de Sidi Bouzid, Mohamed Bouazizi et toutes les régions du pays qui ont participé à cette glorieuse révolution qui a libéré le peuple du joug de la tyrannie», a ajouté Rached Ghannouchi, qui a saisi cette occasion pour rendre un hommage appuyé à l'armée tunisienne, l'appelant à continuer de protéger la révolution et défendre la patrie.
«Je suis confiant que l'avenir de la Tunisie sera meilleur», a-t-il affirmé, appelant le peuple tunisien à resserrer les rangs et à œuvrer la main dans la main pour s'affranchir de la tyrannie et finir avec tous les restes de l'ancien régime.
Les foules de citoyens venues accueillir Rached Ghannouchi ont entonné l'hymne national et scandé longuement plusieurs slogans dont : «Un peuple musulman non soumis» et «Fidèles, fidèles au sang des martyrs».
Rached Ghannouchi n'a pas pu faire de déclaration à la presse à cause de la cohue de journalistes et de correspondants qui ont envahi l'aéroport à son arrivée.
Une altercation a eu lieu entre les partisans du mouvement Ennahda et un groupe de citoyens sans pour autant dégénérer en rixe.
Ces citoyens ont brandi des banderoles portant des slogans hostiles aux positions d'Ennahda : « Oui à la séparation entre la religion et l'Etat », « Non à l'extrémisme», «La Tunisie laïque» et «Oui à l'Islam, non à un gouvernement islamique».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.