CAN 2022 : Programme des huitièmes de finale et Live TV et streaming pour regarder les Matchs    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    Foot-Europe: le programme du jour    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Récupération politique    Urbanisme et planification urbaine    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    La Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens (Fnut) lève le voile sur les défis de l'urbanisme en Tunisie: Un chantier en cache un autre...    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La communication, enjeu majeur de la nouvelle Tunisie
OPINIONS
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 02 - 2011


Par Abdelkrim HIZAOUI *
Une nouvelle Tunisie émerge sous nos yeux émerveillés par l'extraordinaire sursaut populaire qui a abattu la dictature et rétabli la dignité du Tunisien en tant qu'homme libre et citoyen.
Cette Tunisie en projet se cherche, cafouille, improvise et se construit au sein d'un espace public réinventé, où les médias classiques relaient les mouvements populaires et Facebook articule et agrège les mouvements d'opinion au sein d'une communauté qu'on hésite à qualifier de « virtuelle» tant ses membres se connaissent plus ou moins dans la vie réelle.
Après les années «langue de bois», les Tunisiens découvrent avec délectation la médiatisation spontanée de la parole gouvernementale et les ministres en découvrent les risques. Les ministres de l'Intérieur puis des Affaires étrangères en ont fait l'amère expérience, leur réputation d'intégrité et de compétence n'a pas suffi à compenser le ratage de leur examen de passage à la télévision. Désormais, pour les responsables politiques, la maîtrise de la communication politique est aussi vitale que celle des dossiers.
Dans une accélération de l'histoire dont seules les révolutions ont le secret, les trois chaînes nationales de télévision s'érigent en agora cathodique où s'exerce une forme moderne de démocratie directe et qui devient le lieu du contre-pouvoir.
Rappelons que c'est à la télévision que le doyen Sadok Belaïd a dénoncé, le 14 janvier, l'invocation de l'article 56 de la Constitution, obligeant le Premier ministre à se rétracter et à appliquer l'article 57 qui consacre la vacance du pouvoir et met un terme au mandat du président déchu.
Refondation
Mais les médias libres et influents sont aussi des médias responsables. Il est donc urgent de réfléchir à la mise en place de nouveaux mécanismes permettant à la fois de garantir l'indépendance des médias et d'assurer qu'elle ne s'exerce ni contre l'intérêt public ni contre les droits légitimes des personnes.
Il s'agit là d'un défi majeur à la nouvelle République, car on n'est plus dans une logique de réforme, mais de refondation. On n'a guère le choix : il faut faire table rase du système existant et en inventer un autre. Les textes actuels, à commencer par le code de la presse, ont été conçus pour système révolu. Les rares textes régissant l'audiovisuel sont indigents et le cadre juridique des médias de l'Internet est introuvable.
Tout le droit tunisien de la communication est à faire ou à refaire : les garanties juridiques de la liberté d'expression et du droit à l'information, le statut des entreprises et des agences de presse, la régulation de l'audiovisuel public et privé, la presse en ligne, le statut des journalistes, le régime juridique des sondages d'opinion et des études d'audience, etc.
Vaste chantier qui, par son ampleur, aura du mal à trouver sa place dans l'agenda de la Commission des réformes politiques présidée par M. Iyadh Ben Achour.
Après la suppression du ministère de la Communication, quel cadre pourra donc abriter la réflexion stratégique sur le secteur de la communication ?
On peut bien entendu se tourner du côté du Conseil supérieur de la communication, mais dans son état actuel, il fait davantage partie du problème que de la solution.
Ce serait plutôt une conférence nationale sur l'avenir de l'information et sur la nouvelle configuration du paysage médiatique tunisien est à envisager d'urgence. En présence des professionnels des médias, des partis politiques et des acteurs de la société civile, cette conférence aura à dégager les grandes orientations et à faire émerger les points de consensus. A la lumière de ces résultats, les experts pourront ensuite prendre le relais et entreprendre la refondation du système médiatique tunisien.
Et ne soyons pas modestes, imaginons un espace médiatique ouvert à l'ensemble arabe, la Tunisie est bien placée pour abriter une «media city» florissante, conforme à sa tradition pionnière en matière d'information et de communication. La liberté d'expression et de presse est aussi un argument commercial précieux, nul doute que les investisseurs et les promoteurs des médias y réfléchissent déjà. Sachons leur offrir le cadre attractif qui fera de la Tunisie un pôle régional des industries de l'information et de la communication.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.