56% d'augmentation du déficit budgétaire à fin juin 2020    Phosphate : Accord pour lever les sit-in à Redeyef    Entrée en service de la salle d'opération relevant du comité national de lutte contre le coronavirus à la Caserne de l'Aouina    Tunisie : Ces «compétences» partisanes que l'on souhaite ne plus voir au gouvernement...    Par Hadi Sraïeb : Je hais les indifférents !    Mohamed Meddah: Qui était Hassouna Klibi, père de Chédli Klibi?    De la caserne de la Garde nationale à El Aouina, Elyès Fakhfakh active la salle des opérations de l'Instance nationale de lutte contre le Corona    3 nouveaux cas de contamination locale à Sfax    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Mechichi reçoit les représentants du bloc de la réforme    Cybermenaces : 10 conseils pour vous protéger pendant vos vacances    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Espagne: Le roi Juan Carlos décide de s'exiler après des soupçons de corruption par la justice    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Tunisie – Bac 2020 : Inscription au service SMS dès le 5 août pour obtenir les résultats de la session de contrôle    Tunisie : Mechichi rencontre des présidents de blocs parlementaires et des dirigeants de partis politiques au palais Dar Dhiafa [vidéo]    La défense appelle à suspendre le jugement rendu en première instance    Mondial 2022 – Aucun arbitre tunisien n'est convoqué !    Scope of Work : Third Party Inspection for Crushers and Sifters    SNJT : Appel pour la libération immédiate de Taoufik Ben Brik    Seifeddine Makhlouf : « Le prochain gouvernement doit être composé de partis et formé sur la base de quotas partisans »    Pétrole : Les cours du Brent en hausse de 5% sur l'ensemble du mois de juillet 2020    TOPNET: Le leader qui s'emploie à démocratiser l'internet et innover utilement    INDISCRETIONS D'ELYSSA    Les unités de la protection civile effectuent 114 interventions pour éteindre les incendies    Les Aghlabides ratent la reprise : La JSK touche le fond    Le CAB concède le nul face à l'USBG au Bsiri : La situation devient alarmante !    En marge de EST-Assoliman : Ces Capbonais qui forcent le respect    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    Météo : Températures en baisse    Tunisie: Le syndicat des travailleurs au sol de Tunisair réclame la fermeture de l'aéroport Tunis-Carthage    Nouveau comité sur les affaires réglementaires : placer les lois et régulations au cœur de la compétitivité de l'Afrique    Tunisie: Reprise du transport du phosphate vers le complexe chimique après un mois de suspension    Canon et Climatepartner Célèbrent Dix ans de Partenariat    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Monastir | Les familles de 24 pêcheurs appellent à intervenir pour libérer leurs enfants retenus par les autorités italiennes    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une histoire de rythme
Arts Plastiques : «Alors...on danse», de Patricia Natale à Efesto
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 12 - 2011

Fille de pieds noirs d'Algérie, Patricia Natale n'a de cesse, depuis des années, de sillonner les rives de ses origines. Palette et couteau à la main, elle découvre son autre identité en allant justement vers l'autre. L'autre pour elle c'est aussi la Tunisie qu'elle visite depuis 10 ans, profitant de ses séjours pour participer à des expositions et des festivals, à l'instar de ceux de Sbeïtla et de Zarzis. Elle a exposé également dans différentes galeries et espaces d'art comme El Teatro, le Cap de Gammarth et le club Tahar Haddad. «Elle s'appelle Patricia Natale et sa terre est la peinture... Elle mêle le formel et l'informel avec la même ferveur qu'elle mêle la Tunisie et la France...Même territoire ardent dont Patricia ressent simultanément les points communs et les différences», écrit Mustapha Chelbi, à propos de l'artiste.
C'est, donc, une histoire de territoire affectif, de tangente, d'identité et d'altérité que P. Natale, qui réside actuellement à Nice, transmet à travers une signature picturale et chromatique qui se fait couleurs, formes et matières sur la toile, ainsi que calligraphie arabe, en bas du support. Car l'artiste, en signant en arabe, affirme cette double identité, ou double appartenance, qu'elle se réapproprie sur le support pictural. Elle présente actuellement, et depuis dimanche dernier, son exposition «Alors… on danse» au salon des artistes Effesto à La Marsa.
«C'est une toile qui présente un derwish-tourneur en plein mouvement qui nous a inspirées, moi et la galeriste, Michela Margherita Sarti, quant au thème», souligne l'artiste en explicitant le choix du sujet qui s'articule autour de la notion du mouvement. Un mouvement que l'on retrouve exprimé au pluriel, sous différentes couches de matière que l'artiste applique avec précision au couteau. Un mouvement suggéré par la force de la matière qui vient dissiper une certaine redondance ressentie par moments et selon l'humeur du geste qui accouche de non- figures et qui nous dit qu'au final, c'est le rythme (et de l'artiste et du mouvement suggéré sur la toile) qui prévaut et avec lui cette non-figure qui se cache sous les strates des différentes matières et qui tend à libérer sa danse.
L'exposition se poursuit jusqu'au 21 décembre 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.