Gafsa : Aucune route bitumée depuis 2017, l'argent ira ailleurs…    UBCI : Le Produit Net Bancaire en hausse de 9%    CAN 2022 : Match à suivre ce soir, Nigéria – Tunisie, sur chaînes TV et en Live streaming    EN : trois renforts prennent la direction de Garoua    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    Foot-Europe: le programme du jour    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    Récupération politique    Express    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Urbanisme et planification urbaine    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Assassinat de Faouzi Houimli : l'auteur condamné à mort avec une peine de sûreté de 36 ans    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des solutions à trouver !
Secteur du livre, indépendance éditoriale et bibliodiversité
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 02 - 2012

• «L'édition indépendante : perspectives européennes et maghrébines», une conférence de Luc Pinhas à la Bibliothèque nationale
«Je crois que tout a basculé. Personne ne sait ce qu'il faut faire. C'est terrifiant », a confié Mohamed Kameleddine Gaha, le directeur de la Bibliothèque nationale de Tunisie, mercredi dernier, à l'occasion du lancement d'un cycle de conférences, organisé en partenariat avec l'Institut français de Tunisie et l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ce cycle est une initiative visant à construire « quelque chose pour le livre », pour reprendre l'expression du directeur de la BN. Il essayera, entre autres, de réunir tous les acteurs du secteur autour d'un sérieux projet de réforme alternatif. Il tenterait également de répondre à une question d'une extrême urgence : « Avec quels outils penser la société tunisienne aujourd'hui ? »... Le premier rendez-vous a été donc confié à Luc Pinhas, vice-président de l'Alliance internationale des éditeurs indépendants. Le chercheur a défini avant d'évaluer deux notions apparues dans le champs de l'édition et de la librairie depuis une quinzaine d'années qui sont « l'indépendance éditoriale » et « la bibliodiversité ».
Pinhas s'est basé, dans son intervention, sur des travaux de recherches, menés par des économistes pour évaluer la bibliodiversité. « Une tâche délicate », a précisé le conférencier. Il a brossé un état des lieux de l'édition française, parlé des acquis et des lacunes du secteur, à travers une intervention riche, pointue et très technique... Il a insisté, par ailleurs, sur l'importance du groupement pour faire pression sur l'Etat, en distinguant, à ce propos, deux sortes d'aides possibles : l'une quantitative (à la production et à la vente des livres...) et l'autre qualitative (au financement des projets éditoriaux...). Le chercheur français a aussi évoqué l'édition numérique et sa contribution dans la diffusion du livre à échelle mondiale et dans la conquête d'autres modes de lecture. Il a félicité, à cette occasion, la première initiative de la librairie tunisienne en ligne, lancée par Cérès production.
Avec beaucoup de réserves, Luc Pinhas a abordé la situation du marché du livre dans les pays du Maghreb en général et en Tunisie en particulier, en essayant d'examiner comment les notions « indépendance éditoriale » et « bibliodiversité» peuvent y avoir sens et d'interpeller public, professionnels et responsables politiques. «Après la révolution, le livre a apparemment connu un essor spectaculaire en Tunisie. Il suffit de voir les vitrines des librairies!», a observé le chercheur français. « Ce n'est pas vrai !», devait riposter un éditeur présent. Et d'ajouter : « La révolution a aidé certains éditeurs à prospérer, mais elle a contribué à en tuer d'autres ».
Le secteur du livre regorge apparemment de problèmes immenses. Les auteurs qualifient les éditeurs de « prédateurs » qui reprochent leur « ingratitude » aux écrivains. Selon l'un d'eux, ces derniers « changent de comportement dès la parution de leur premier livre». La relation entre ces deux acteurs semble en crise. «Et ces querelles nous enfoncent de plus en plus dans le gouffre», a observé un auteur.
Il y a urgence à agir. C'est évident. L'historienne Kmar Ben Dana croit que le vrai handicap du secteur vient de la marginalisation du métier de libraire. « Un métier qui doit être révisé de fond en comble. Le livre a besoin d'un récepteur de qualité», propose-t-elle
D'autres éditeurs croient que la privatisation du livre scolaire est essentielle pour nourrir le secteur et favoriser la production du livre culturel. Sans une autonomie financière, le domaine ne pourra pas aller au-delà de ses limites actuelles. L'indépendance de l'édition n'est pas étrangère à la culture tunisienne. L'assistance a rappelé les efforts de Noureddine Ben Khedher, l'un des fondateurs des éditions Cérès qui a toujours milité pour ce principe. « Je me rappelle d'une phrase que ce dinosaure a prononcée pour mettre fin à une querelle avec un auteur. Il a dit : « C'est moi qui mène le plaisir. Et je crois qu'il a raison », nous confie Karim Ben Smaïl, directeur de Cérès. Comment alors peut-on mener le plaisir au lecteur dans cet environnement culturel « trouble » ? « On trouvera des solutions si on restera unis. On a plus que jamais besoin de dialogue», devait conclure Kamel Gaha, le directeur de la BN. Que les bien intentionnés l'entendent...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.