USBG : Sans illusions !    CA : Le regard vers l'avenir    EST : Le titre passe par Monastir !    Jendouba: Opérations blanches de la Protection civile (Vidéo)    Prix au marché municipal de Sidi Bouzid [Vidéo]    Safouane Ben Aïssa : les négociations avec le FMI s'achèveront après l'été    Ridha Chkoundali: Les 300 M€ débloqués par l'UE ne résout pas les problèmes financiers de la Tunisie (Vidéo)    BAL 2022 : Les stats qui font de Radhouane Slimane un joueur plus que spécial    Italie : Ibrahimovic absent 7 à 8 mois    Je reste à Liverpool, assure Salah    Le Fonds de Fonds ANAVA souscrit 6 millions d'euros dans son premier fonds sous-jacent, 216 Capital Fund I    Réactions à la publication du décret présidentiel portant convocation des électeurs pour le référendum du 25 juillet    Crise de déchets: L'UGTT évoque une prochaine grève générale à Sfax (Vidéo)    Claudia Cardinale à Tunis : Une étoile à La Goulette    Tunisie-officiel : Tout sur le référendum    Mercato : Ellyes Skhiri sur les tablettes de Benfica !    JORT: Parution d'un décret-loi sur le référendum du 25 juillet    Tunisie : Swagg Man écope de 3 ans de prison    BCT, gouvernement et interférences...    Météo : Baisse relative des températures    Tunisie...14 élèves hospitalisés : les détails    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Les producteurs d'huile de pépins de figue de barbarie bio tunisienne, Au cœur d'une exposition de produits cosmétiques    Finales Conférence Est NBA : Boston mène 3-2 cotre Miami    Officiel - Kais Saïed convoque les électeurs en référendum le 25 juillet, le projet de la nouvelle constitution sera publié le 30 juin    Tunisie-Béja [VIDEO] : Le président de l'Union Régionale de l'Agriculture appelle à un démarrage immédiat de la récolte de l'orge    Tunisie-Hatem Mliki [VIDEO] : « Le président de la République n'est pas porteur de projet et de pensée »    Tunisie : La star internationale Claudia Cardinale en Tunisie !    Claudia Cardinale en visite en Tunisie    Alerte Météo : 17 gouvernorats placés en vigilance jaune    Dr Spiro Ampélas: Mémoires d'un Grec de Sfax    5ème exposition de l'Association Club Photo de Tunis: "Intelligence manuelle" du 04 au 30 juin 2022    UGTT : le dialogue doit être global et le gouvernement cherche à céder les entreprises publiques    France-Affaire Abad : Matignon avoue qu'il savait pour le viol puis rétropédale, ça fait tache    Signature d'une convention de partenariat entre le Groupe STAFIM et la Société Tunisienne d'Assurances et de Réassurances STAR    Développement des filières oléagineuses: Le colza, une culture indispensable pour la souveraineté alimentaire    Boycott du Dialogue et grève générale...Précisions de l'UGTT    Concessions à Poutine : ça se confirme à Paris et au Forum de Davos, Macron avait raison…    Urgent: Précisions du ministère de la Santé concernant la variole du singe    Neji Jalloul: Il existe une opportunité historique pour la Russie de diriger le monde islamique    LTDH : d'anciens dirigeants appellent à ne pas participer au dialogue national dans sa forme actuelle    Performance sonore en quadriphonie par le collectif Sp|n et «Prestige» à B7L9 Art Station: Expérimentation et détournement    EnviroFest 2022 — « Méditerranée, l'odyssée de la vie », de Frédéric Fougea: Un fascinant voyage dans la Grande Bleue    La ministre des Affaires culturelles désigne Mariem Boukadida pour la promotion de l'habit traditionnel à l'étranger    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    Officiel : Variole du singe : 3 cas dans un pays très proche    45 hommes d'affaires Tunisiens à Malte    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Raconter le monde… en bégayant
En guise de bilan du Salon du livre de Paris (du 26 au 31 mars 2010)
Publié dans Le Temps le 31 - 03 - 2010

Le Salon du livre de Paris fête ses trente ans. Il a été conçu en 1981 comme la grande rencontre de printemps de tous les acteurs de la chaîne du livre : auteurs, éditeurs, scénaristes, libraires, bibliothèques, illustrateurs, imprimeurs, traducteurs... et les lecteurs.
La singularité de la manifestation tient à la diversité des participants et à son ampleur.
Il ne faut manquer ni de patience ni d'entraînement pour visiter ce Salon qui couvre les 5 hectares et demi de la Porte de Versailles, regroupe plus d'un millier d'éditeurs de 25 pays et attire sur plusieurs jours 200 000 visiteurs.
Le salon mélange des éditeurs généralistes et de petits éditeurs spécialisés dans des domaines insoupçonnés, des amateurs de dédicaces et des bibliophiles, des écrivains médiatiques et des auteurs en herbe qui se croisent au gré des débats thématiques, des animations et des dégustations.
Comme chaque année le brouhaha et un choix d'ouvrages extraordinaire sont au rendez-vous : le Salon conserve le titre de premier évènement culturel grand public d'Europe.
En apparence, tout se passe pour le mieux mais non sans tensions ni inquiétudes.
Pour la première fois, depuis 1989, le salon du livre n'a pas de pays invité d'honneur. Les organisateurs, aussi pour éviter les polémiques passées, ont choisi de faire porter l'éclairage sur 30 auteurs français, 30 auteurs étrangers et 30 auteurs invités par le Centre National du Livre.
En plus des quelques centaines d'écrivains directement programmés par les éditeurs sur leurs propres stands, ces 90 auteurs parmi lesquels figurent Paul Auster, Salman Rushdie, Umberto Eco, Alaa El Aswany, Doris Lessing, Luis Sepulveda, Georges Balandier, Yves Coppens, Edouard Glissant... ont été choisis pour leur talent à "Raconter le monde".
Autre fait marquant du Salon, la place accordée à la jeunesse. Une cinquantaine d'éditeurs jeunesse sont présents. Un espace d'animation est réservé à des récitations de slam et, à l'instar de ce qui se fait déjà au festival de la BD d'Angoulême, à un défilé de personnages de mangas. Des rencontres avec de grands noms du divertissement ont été programmés : Luc Besson, Jacques Tardi (pour les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec), Brigitte Fontaine et Abd Al Malik pour leurs livres.
L'accent qui a été mis sur la bande dessinée et les publications jeunesse rend plus manifeste encore l'absence du groupe Bayard, particulièrement important dans le secteur. De son côté, Hachette, le plus grand groupe de l'édition (Fayard, Grasset, Stock, Lattès, Larousse…) a quant à lui décidé qu'il ne tiendrait cette année qu'un modeste stand de 100 mÇ.
Ce sont deux retraits de taille. Les grands groupes révisent leur stratégie et même leur implantation, quelques vieilles maisons d'édition abandonnent déjà leurs prestigieuses adresses du quartier latin pour s'implanter en banlieue.
Les petites maisons restent un des grands attraits du salon. Il s'agit souvent d'équipes réduites et inventives qui proposent des éditions et des textes de qualités : livres objets, philosophie pour enfants, traductions et rééditions de documents rares. Certaines ont aménagé des niches éditoriales à l'exemple des Editions Chèvre feuille étoilé qui depuis dix ans publient des femmes méditerranéennes (Wassyla Tamzali , Claude Ber, Maïssa Bey, Peggy Inès Sultan, Catherine Rossi, Najia Mehadji, Leïla Sebbar). Pour la plupart, elles se sont installées en province pour des raisons de coût et de qualité de la vie en s'appuyant sur la révolution numérique qui a redéfinit le circuit classique de l'édition et engendré de nouvelles pratiques, de nouveaux supports, de nouveaux usages.
A l'heure où tout le monde parle du livre numérique, il importe à ses structures de disposer de lieux où exposer leurs catalogues et fêter la magie du livre physique, le volume imprimé.
La situation est cependant loin d'être évidente et la participation au salon demeure onéreuse : c'est la plus grande librairie de France et en même temps, les librairies se vident de leur clientèle.
La situation se mesure en regardant ce qui se passe aux Etats-Unis où Il n'y aurait plus que 1500 librairies et où la vente en ligne se concentre entre les mains de quelques opérateurs.
Une des grandes questions de ce salon restera le contact direct avec le public.
Dans les allées on a même entendu proclamer l'urgence de sauvegarder la bibliodiversité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.