Bochra Bel Haj Hmida préconise un féminisme plus actif    Masse salariale | Le FMI tire la sonnette d'alarme : Un effectif (toujours) lourd dans la fonction publique    Foot-Europe: le programme du jour    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 Janvier 2021 à 11H00    Colis suspect : Les résultats des analyses, c'est pour quand ?    Signature d'une convention de partenariat entre Flat6Labs Tunis et ENACTUS Tunisie    La BERD et Attijari bank signent un accord portant sur un mécanisme de partage des risques    Entretien avec Raoudha Gafrej, Experte en ressources en eau et en adaptation aux changements climatiques : «Le tarif de vente de l'eau potable doit être revu à la hausse»    Sécurité alimentaire : Fournir les conditions adéquates de production    Facebook va arrêter de recommander les groupes politiques à ses utilisateurs    L'Université internationale de Tunis inaugure son incubateur des startups    Une plateforme numérique de dialogue entre les conseils municipaux, les députés et la société civile    L'urgence socioéconomique    La France voudrait expulser des Tunisiens mais pas Belhassen Trabelsi    L'UEFA maintient son engagement d'un Euro 2020 à 12 villes    Chawki Gaddès : Il est inévitable de passer à l'usage de la carte d'identité biométrique    Démarrage de la communication pédagogique à distance entre les enseignants et les élèves    Des Tunisiens avec des tests PCR falsifiés épinglés en France    Les «sang et or» cartonnent face à l'OB (4-1) : Une Espérance conquérante    Ligue 1 | 10e journée – CA-USM (1-3) : Magnifique USM !    La Tunisie a demandé autre chose que de l'argent au FMI    « Cypher », le nouveau projet de Ridha Telili : Quand le corps s'exprime...    ESZ : Bien prêts !    Prolongation jusqu'au 31 décembre 2021 de la validité des cartes de soin à tarif réduit et celles de soin gratuit    Météo | Ciel nuageux et températures en hausse        Théâtre | « Martyr » de Fadhel Jaïbi : Explosion nihiliste dans une structure morte (II)    Hand : La Tunisie sacrée championne de la Coupe du président de l'IHF    Libye: Visite du ministre algérien des Affaires étrangères pour apporter son soutien à la tenue des élections libyennes    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun, KS et RG    Le Front Polisario menace d'une "escalade militaire"    Tunisie: Haykel Mekki: Rached Ghannouchi est un danger qui menace tous les tunisiens    Les rythmes métissés d'Alune Wade    Un grand challenge en temps de pandémie    Tunisie: Maghzaoui: Nous savions dès le matin et même avant que ce remaniement ministériel sera adopté    Chedly Ayari n'est plus    UAPS – Référendum arabe : Ali Maaloul et Wahbi Khazri nominés    Théâtre| « Martyr » de Fadhel Jaïbi: Explosion nihiliste dans une structure morte    18e édition du Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt (Fcapa) — Table ronde «Circulation immatérielle des films»: L'expérience collective du grand écran avant tout    Démarrage du cycle euro-tunisien destiné aux professionnels de la culture    Tunisie : Le gouvernement Mechichi II franchit l'écueil du Parlement !    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Le premier ministre italien présente sa démission    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La cinéphilie m'a tout donné»
L'entretien du lundi : Mahrez Karoui (directeur du Festival du cinéma russe en Tunisie)
Publié dans La Presse de Tunisie le 23 - 04 - 2012

Comme tous les amoureux du cinéma, il a fréquenté «les bancs des ciné-clubs» dès sa prime jeunesse. Atteint du «virus de la cinéphilie», hélas devenu rare de nos jours, Mahrez Karoui, nourri des chefs-d'œuvre du cinéma mondial d'Occident et d'Orient, est ce qu'on peut appeler «un agitateur cinéphilique».
Secrétaire général-adjoint de la Ftcc, puis secrétaire général et président de l'Atpcc, il a participé, il y a deux ans, au lancement et à l'ancrage du Festival du cinéma russe en Tunisie.
Cette manifestation, que ses protagonistes ont voulu décentralisée, s'est déroulée du 31 mars au 7 avril à Tunis et du 15 au 23 avril à Sousse, et se tiendra du 28 avril au 5 mai 2013 à Hammamet.
Mahrez Karoui nous parle, ici, de son parcours et évoque les enjeux, les objectifs et les perspectives du Festival du cinéma russe dont il est le directeur. Entretien.
Commençons d'abord par votre parcours, qu'est-ce qui vous a amené à la cinéphilie?
Tout d'abord, durant ma jeunesse, j'étais membre du ciné-club de l'Ariana, qui était présidé par le regretté Mondher Gargouri, qui était également sous-directeur de la direction du cinéma au ministère de la Culture. Je lui dois tout ce que j'ai appris, c'est-à-dire l'amour du cinéma et notamment l'animation cinéphilique. J'ai participé aux «Week-ends techniques» et aux stages de la Fédération tunisienne des ciné-clubs (Ftcc) où j'ai découvert les chefs-d'œuvre du cinéma mondial occidentaux et arabes. J'ai également appris comment décortiquer et analyser un film, et comment en débattre avec d'autres cinéphiles. Parmi nos formateurs, je cite : Taher Chikhaoui, Taher Ben Ghédifa et Hédi Khelil qui nous ont inculqué les outils fondamentaux de l'analyse filmique. La cinéphilie m'a tout donné : j'ai été successivement responsable du Centre de documentation cinématographique et de secrétaire général-adjoint de la Ftcc. J'ai, également, présenté des émissions culturelles à la radio régionale du Kef avant de rejoindre l'équipe rédactionnelle de la revue spécialisée 7e art, sous la direction de Mustapha Nagbou.
En 2000, j'ai adhéré à l'Atpcc (Association tunisienne de promotion de la critique cinématographique), où j'ai occupé le poste de secrétaire général jusqu'à 2004 et président du comité directeur de l'Atpcc de 2010 à 2011. J'ai collaboré en tant que critique de cinéma au journal El Qods El Arabi et au quotidien La Presse dans la page Cinéma. J'ai, également, participé à des jurys de la critique dans plusieurs festivals internationaux, dont Le Caire, Moscou et Torino.
En 2011, j'ai fondé avec des amis un magazine bimensuel d'actualité nationale et internationale intitulé El Kandil, dont nous préparons le lancement dans tout le pays après la parution de deux premiers numéros uniquement dans la capitale.
Vous avez participé, il y a deux ans, à la création du festival du cinéma russe en Tunisie. Quels sont les objectifs et enjeux de cette manifestation cinématographique et pourquoi le choix du cinéma russe ?
En 2010, je n'ai pas vraiment pris part à l'organisation du festival qui était, en fait, une initiative du jeune réalisateur tuniso-russe, Skander Naâs, mais étant donné que j'ai eu la chance auparavant, en 2008, de participer, en tant que membre du jury, au festival international de Moscou, où j'ai découvert la richesse du nouveau cinéma russe, héritier du prestigieux cinéma soviétique, j'ai rejoint l'équipe du festival et nous avons décidé de créer l'Atec (Association tunisienne d'échanges culturels) en février 2011. Le but étant de montrer et de faire découvrir au grand public tunisien un cinéma et une culture à la fois si lointains et si proches, mais aussi de développer et de stimuler les échanges entre professionnels tunisiens et russes.
Maintenant, le choix du cinéma russe s'explique essentiellement par deux raisons : d'une part, parce que la majorité des cinéastes tunisiens ont été nourris, dans leur jeunesse, des chefs-d'œuvre du cinéma russe réalisés par ses grosses pointures, tels Eisenstein, Tarkovsky, Vertov, Podovkine.
D'autre part, parce que cela coïncide avec la volonté de mon ami Skander Naâs, président de l'Atec, et qui jouit d'une double culture tuniso-russe.
Le festival du cinéma russe en Tunisie a ciblé le public de la capitale, mais aussi de Sousse et d'Hammamet, pourquoi cette décentralisation?
Dès le début, notre objectif était d'élargir le rayonnement du festival à d'autres villes du pays, et déjà, en 2010, le festival a englobé Sousse et Sfax.
Outre le programme destiné au public de la capitale, nous avons inclus deux autres villes en attendant d'en inclure au moins huit autres pour l'édition 2013, surtout que le public n'a pas souvent l'occasion de voir des films russes.
Mais nous avons remarqué que dans la capitale le public n'était pas toujours au rendez-vous pour suivre la manifestation, comment l'expliquez-vous ?
Cette désaffection du public est due, à mes yeux, à deux raisons : d'abord le mauvais choix de la date du festival qui s'est déroulé du 31 mars au 7 avril 2012, soit juste après les vacances scolaires, d'où l'insuffisance de la promotion du festival auprès du public estudiantin, les portes de l'université étant fermées.
La deuxième raison est due à la multiplication, dans la même période, de manifestations cinématographiques, telles que Le cinéma de la paix, le Fifej et News of America, en plus de notre festival…
Ce qui dénote un manque considérable de coordination entre les organisateurs de ces festivals. Toutefois, et à notre grande surprise, le programme de la section «Rétrospective de Mosfilms» a drainé un public assez important.
Quels ont été les moments forts de cette manifestation?
L'édition de 2012 se distingue par la présence d'une délégation importante de professionnels russes, entre réalisateurs, acteurs et producteurs-distributeurs, dont notamment le cinéaste Karen Chakhnazarov et le producteur-distributeur Yuri Obukhov, directeur-général de «Karo-films» qui ont marqué le cinéma russe.
Le premier étant un grand cinéaste, réalisateur, entre autres, de L'Assassin du Tsar, et L'Empire disparu, deux films importants illustrant le nouveau cinéma russe et ses nouvelles tendances. Le deuxième est à la tête d'un grand groupe de production et de distribution qui produit une moyenne de 20 longs-métrages par an et possède 900 salles de cinéma sur un total de 2.500 écrans dans toute la Russie. Ils sont venus à Tunis pour de réels échanges, à preuve, un festival du cinéma tunisien en Russie est prévu durant l'automne 2012.
Lors de la rencontre du 8 avril entre les professionnels tunisiens et russes, des accords de principe ont été évoqués dans le domaine de la coproduction, des tournages de films en Tunisie et notamment dans la distribution, puisque nos partenaires russes comptent créer des multiplex dans certaines villes tunisiennes et dont le principal promoteur sera le même Yuri Obukhov.
D'autre part, lors de la rencontre animée par le producteur de télévision et universitaire, Vladimir Gabyshev, d'autres créneaux de coopération ont été évoqués concernant les films documentaires et la coopération entre les écoles de cinéma et les festivals tunisiens et russes, notamment le festival de Moscou et les Journées cinématographiques de Carthage (JCC). Les Russes comptent aussi mettre à la disposition de la Ftcc un lot de films entre courts et longs-métrages.
Au final, nous souhaitons que le festival du cinéma russe soit consolidé et devienne un rendez-vous régulier et annuel, afin d'approfondir les échanges professionnels et s'ouvrir sur un cinéma artistique et de haute qualité, rarement programmé sur les écrans commerciaux.
Qu'est-ce qui vous a marqué dans le cru de cette deuxième session du festival?
Que ce soit au niveau des films documentaires ou de fiction, j'ai été frappé par la représentation cinématographique de la société russe que j'ai trouvé à la fois euphorique en raison du nouveau climat de liberté qui règne en Russie et victime de la perte de certaines valeurs traditionnelles. La société russe ressemble énormément à la nôtre, surtout en ce qui concerne les difficultés de la période de transition que les Russes vivent depuis l'effondrement du régime soviétique à l'orée des années quatre-vingt-dix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.