La Poste tunisienne édite deux timbres à l'effigie de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi    Hachemi Louzir : Nous préparons un processus de dépistage massif du Covid-19    Coronavirus – Italie : 542 morts en 24 heures    Le parlement exprime sa totale solidarité avec Zouhaier Maghzaoui et Samia Abbou    Hausse des tarifs de l'eau potable pour l'usage domestique et touristique    Coronavirus [audio] : Le refus de l'enterrement des victimes de coronavirus peut conduire à des poursuites judiciaires    Bulletin de veille sanitaire COVID-19 du 06 Avril 2020 de l'Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes à l'issue des 623 cas confirmés    El Mekki : l'objectif de l'application de la quarantaine sanitaire globale, est l'ancrage de la distanciation sociale qui reste le seul moyen pour cerner la pandémie    Tunisie : Salem Labyeth fait l'objet de menaces terroristes    Covid-19 – STAFIM Peugeot et Groupe Khechine : Don de 13 véhicules « 10 Pick Up et 3 Ambulances »    Le Qatar réfute les allégations de corruption autour de la Coupe du monde    Coronavirus: Aucun nouveau cas à Sidi Bouzid    Club Africain : malgré le coronavirus, la FIFA menace encore    CA Bizertin : les joueurs impayés depuis 6 mois    La famille de La Presse en deuil : M'Hamed Jaïbi, n'est plus    Le sommet de Tunis de la Francophonie sera-t-il repoussé à 2021 ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 08 Avril à 11H00 :    La FIFA dévoile ses recommandations et directives par rapport aux contrats des joueurs    Tottenham avertit Mourinho et plusieurs joueurs vus s'entraîner ensemble    Tunisie-Lutte contre le Corona: La BNA lance une campagne pour le soutien du fonds 1818    Elyès Fakhfakh désigne comme "Porte-parole du Gouvernement" la ministre de la Femme Asma Shiri    Huawei soutient les étudiants tunisiens dans l'enseignement à distance    COVID-19: le fondateur de Twitter donne 1 milliard de dollars    Météo : ciel voilé et températures stationnaires    Covid-19 | Trump menace de suspendre la contribution américaine à l'OMS    «La CAN est toujours fixée à janvier et février 2021»    Nagguez de retour à l'Etoile?    Allagui va rompre son contrat avec Mouscron    Repartir du bon pied    L'ONU s'abstient d'incriminer directement la Russie    Impitoyable « guerre mondiale » des masques    Le métier de Président ….    L'INS déplore l'impact du confinement sur son activité    Baisse timide sous fond de contraintes budgétaires et guerre sanitaire    Tunisie Telecom leader des connexions mobiles en Tunisie    Le Calife de Carthage met la main à la pâte !    Artistes et intellectuels, comment vivent-ils le confinement ?    La poésie, l'amour et les femmes    Hommage à l'un des plus grands écrivains africains    Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les freins majeurs de l'enseignement privé
Opinions
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 07 - 2012


Par Mohamed DAMAK *
De 1993 à 2000, le secteur de l'enseignement privé s'est forgé une image négative.
Depuis la mise en place d'un cadre de lois approprié durant les années 2000-2001, des efforts considérables ont été déployés du côté des établissements agréés, soignant progressivement et considérablement les prestations pédagogiques de l'enseignement.
Aujourd'hui, ce secteur est confronté à trois problèmes posant des freins majeurs à son développement : développement qui pourrait générer et drainer des recettes en devises permanentes (l'étudiant étranger, notamment africain, est assimilé à un touriste dépensant des sommes relativement importantes en devises pour financer son séjour et ses frais d'études).
Premier problème :
Le cadre de la loi régissant le secteur de l'enseignement privé accorde des avantages significatifs incitant à l'investissement.
Il s'agit principalement:
- d'une subvention à hauteur de 25% du coût d'investissement, fonds de roulement exclus ;
- d'une subvention d'exploitation, contribuant à 25% de la rémunération des enseignants permanents ;
- d'une exonération de la cotisation patronale à la CNSS relative à la rémunération des enseignants permanents ;
- de l'acquisition sans TVA des équipements pédagogiques.
Or ces avantages, à ce jour, aucun établissement n'en a bénéficié, sauf celui de l'épouse du président déchu.
Aussi, force est de constater que ces avantages, non seulement n'ont pas été accordés, mais ils s'avèrent insuffisants au niveau des avantages fiscaux.
En effet, un établissement de l'enseignement supérieur, bien qu'il relève du droit privé, demeure un métier ou une activité à caractère social et à nature publique. Il a un rôle considérable à jouer, quant à l'allègement du budget de l'Etat en la matière et quant à la contribution à l'amélioration de l'efficacité qualitative du secteur de l'enseignement dans sa globalité, puisqu'il permettrait nécessairement la réduction des sureffectifs des étudiants dans la quasi-totalité des établissements publics.
Et, donc, un avantage fiscal mieux réfléchi incite davantage à l'investissement quand il est cohérent et entier. Pour ce faire, il faut :
- revoir la liste incomplète des équipements, autorisant leur acquisition sans TVA (à titre d'exemple, il n'est pas normal que l'équipement informatique soit autorisé à une acquisition sans TVA et que le mobilier pédagogique ne le soit pas) ;
- généraliser l'exonération de la TVA pour les projets de développement (études architecturales et technique, constructions).
Paradoxalement, un établissement d'enseignement privé est non assujetti à la TVA au niveau de la vente de ses services, mais les achats sont assimilés à des charges fixes dont la TVA n'est pas récupérable par compensation avec la TVA à la vente.
Deuxième problème:
Le comportement de l'autorité de tutelle, accordant des autorisations pour de nouveaux diplômes, se caractérise par une marginalisation manifeste, à travers un mode de traitement qui impose une logique d'administration publique à un système de management privé dont seuls le marché de l'emploi et les besoins de l'entreprise peuvent arbitrer les choix pertinents en vue du lancement des nouveaux diplômes à créer.
Or l'autorité de tutelle empêche cette interaction positive entre l'offre et la demande des compétences exigées par le marché.
D'ailleurs, cet empêchement est un des principaux facteurs qui contribue à la formation des chômeurs détenteurs de diplômes universitaires.
Troisième problème:
Le manque de souplesse et de rigueur de l'autorité de tutelle en matière de coopération pédagogique internationale pénalise le développement de l'enseignement supérieur à l'international.
Pour se positionner à l'international, nous avons l'obligation d'être soumis aux normes pédagogiques internationales, secteurs privé et public confondus.
Notre cadre de lois national est appelé à réglementer rigoureusement les normes techniques relatives à l'exercice des différentes disciplines des métiers de l'enseignement.
Cette réglementation devrait rendre possible un système de contrôle et d'évaluation sans équivoque.
Par ailleurs, la souplesse devrait s'imposer quant aux choix des nouveaux diplômes à créer dans le cadre d'un champ d'investigations internationales, rendant possible la dispense de toutes catégories de diplômes de renommée mondiale.
L'autorité de tutelle se doit de développer ses structures publiques chargées du traitement des équivalences sans freins. Les finalités ultimes recherchées seraient toujours l'amélioration continue de notre qualité pédagogique et l'excellence de nos compétences tunisiennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.