REMERCIEMENTS ET FARK: M'Hamed Ben ALYA    DECES: Dr Mokhtar JELILI    Analyse sociologique du discours de Mechichi    Et Kaïs Saïed ne jouit plus de la même popularité    Examen des mesures exceptionnelles: Débat parlementaire ou blocage et temps perdu    Monsieur Mahmoud Zani:LES ENTREPRISES MULTINATIONALES : QUELLES NORMES DE REGULATION ? QUEL TYPE DE CONTROLE ?    Mondial Hand 2021 – Autriche vs Maroc : sur quelle chaîne voir ?    Foot-Europe: le programme du jour    Météo| Temps partiellement nuageux sur la plupart des régions    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    Réunion constitutive du groupe d'amitié parlementaire Tunisie-Espagne-Portugal    Ahmed Friaa - Tunisie: Deux hypothèses possibles (Vidéo)    Club Africain : vers le règlement de tous les dossiers auprès de la FIFA    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    Tunisie : Le 2ème pays sur le plan africain en matière de création d'entreprises en ligne    Sonia Ben Cheikh rassure les Tunisiens    Coronavirus: Décès de 5 personnes après avoir reçu le vaccin Pfizer-BioNTech en France    Tunisie [Vidéo + Photos]: Nouvelle nuit d'affrontements entre forces de l'ordre et jeunes de la Cité Ettadhamen    Tunisie-Protestations nocturnes: Détention provisoire de 21 personnes à Sfax    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Mouvements de protestation des jeunes en colère | Appel à trouver des solutions urgentes    Habib Ammar participe à distance à la 113 session du conseil exécutif de l'OMT    Chakchouk : Le nouveau système d'acquisition des billets de la CTN sera prêt au cours du dernier trimestre 2021    Tunisie: Doit-on arrêter de boire l'eau du robinet ?    Tunisie-CPG : Reprise des activités après plus de 40 jours de grève    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Centre 13 août, le nombre de demandeurs d'emploi en hausse    Le digital au féminin; Une exposition de Olfa Dabbabi à WeCode Land    STIP : Un chiffre d'affaires en augmentation de 43%    Covax, le dossier de la Tunisie est incomplet    Le sport, un secteur à la traîne !    Hand – Mondial 2021 : La Tunisie, la victoire et rien que la victoire !    USA: Joe Biden serait-il capable d'offrir la citoyenneté à des millions d'immigrants?    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Janvier 2021 à 11H00    Foot-Europe: le programme du jour    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    L'INDUSTRIE 4.0 POUR STOPPER LA DESINDUSTRIALISATION DE LA TUNISIE    AI Africa Week : Quel(s) futur(s) pour l'intelligence artificielle ?    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Bruits et chuchotements    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A la recherche du sens perdu
Shéhérazade ou la parole contre la mort, de Naceur Khemir
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 11 - 2012

Présent avec deux films au panorama du cinéma tunisien, le réalisateur Naceur Khemir est, pour cette édition, l'auteur de Looking for Mohieddine, projeté en avant-première mondiale, mardi dernier au théâtre municipal et de Shéhérazade ou la parole contre la mort, qui a meublé la séance de 21h00 au Mondial, le lendemain.
Avec ces deux documentaires, Naceur Khemir raconte au cinéma deux personnages qui le fascinent : la maître soufi Ibn Arabi (1165-1240) et Shéhérazade, celle qui a étoffé les Mille et une nuits par ses contes. La princesse compte tellement pour ce réalisateur et conteur qu'il avait refusé, à la dernière minute, de passer le film lors la rencontre annuelle des réalisateurs tunisiens, organisée en février dernier par l'association des réalisateurs de films tunisiens, laissant le public sur sa faim.
Le documentaire d'une durée de 95 minutes obéit à une narration dont le fil conducteur est le conte, évidement. Des extraits des Mille et une nuits sont racontés, dans la langue de Molière, par Naceur Khemir, en plan-séquences et devant une audience dont seuls les rires arrivent aux spectateurs. Des fondus enchaînés permettent un changement de décor où des images des Mille et une nuits sont mises en scène. On se retrouve tantôt dans le désert à suivre deux frères princes, tantôt en compagnie d'un pêcheur, au bord de la mer... Là, c'est une voix féminine qui s'exprime.
Une Shéhérazade donne la réplique au conteur Naceur Khemir, en ajoutant à ses histoires une réflexion sur leur symbolique. Les rôles sont inversés : Naceur Khemir conte les Mille et une nuits et fait parler Shéhérazade de ses pensées. Comme si pour nous prévenir que cette princesse est la sienne, et celle qui sort de son propre imaginaire.
Les images les plus fascinantes restent celles dessinées par les mots du conteur Naceur Khemir, donc celles inventées par Shéhérazade, selon le mythe. Après tout, pour empêcher le prince de l'exécuter, Shéhérazade n'avait que ses paroles, qui devaient charmer et retenir l'attention de son interlocuteur.
Ce qui a réellement sauvé Shéhérazade, c'est d'avoir su que dire, à quel moment le dire mais surtout quand user de son silence. C'est en effet son abstinence de la parole après minuit qui donnait au prince un motif pour la laisser en vie, afin de connaître la suite de l'histoire. Tout comme elle, le conteur use de son éloquence, de sa gestuelle et de sa variation de ton pour impressionner son audience, rajouter du zèle et parfois de nouveaux détails improvisés à ses histoires. Ces dernières sont souvent entremêlées et se rappellent mutuellement grâce à des personnages ou des endroits communs. Les Mille et une nuits sont tel un labyrinthe fait pour que le roi s'y perde et ne demande même pas d'en sortir.
On ne sait pas si Shéhérazade a réellement existé et les Mille et une nuits sont une œuvre anonyme. Naceur Khemir part de ce constat pour parler du conteur anonyme et lui rendre hommage. Celui qui a porté la tradition orale comme une croix est aujourd'hui disparu, «dans l'indifférence, voire même le mépris», explique le réalisateur, parce qu'il détenait le secret magique de la parole. Un pouvoir qui semble, depuis des siècles, enfermé dans un vase aux fins fonds de l'océan, tout comme l'imaginaire arabe. Vouloir le ressusciter serait trop prétentieux mais Naceur Khemir a sa propre vision sur cet héritage sans testament.
Quand, dans Shéhérazade ou la parole contre la mort, il parle de la manière dont ont été transmises les mille et une nuits de génération en génération, par la parole et puis par l'écriture, on ne peut s'empêcher d'y voire une référence au périple du livre saint. Naceur Khemir finit par le dire dans son film. Sa dernière réflexion est en effet que l'Histoire des Arabes a été marquée par deux grands livres : le Livre saint et les Mille et une nuits. «L'un pour dire comment on devrait vivre, l'autre pour dire comment on voudrait vivre ». Il signe au final une œuvre simple, d'apparence simpliste, mais profonde par les idées qu'elle partage avec le spectateur qui veut bien vivre l'expérience. C'est surtout une œuvre très personnelle, où l'auteur semble nous dire que Shéhérazade n'a pas besoin qu'il parle d'elle, c'est plutôt lui qui en a besoin. Et le film s'achève sur Naceur Khemir qui suit, dans les rues de Paris, une jeune femme rencontrée dans un café. Une Shéhérazade des temps modernes...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.