Tunisie – VIDEO: Mechichi aux jeunes : Ce gouvernement travaille pour et avec vous... Attention aux casseurs et pilleurs    Tunisie-CPG : Reprise des activités après plus de 40 jours de grève    Hand – Mondial 2021 : Battue par l'Espagne, la Tunisie quitte la compétition    Reprise des activités sportives dès samedi    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    La TIA innove en lançant le concept en ligne "Meetup Embassies"    Bourse de Tunis : Le Tunindex gagne 0,5%, au terme de la séance de mardi    Des cours d'arabe destinés aux enfants des tunisiens résidents à l'étranger    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Centre 13 août, le nombre de demandeurs d'emploi en hausse    Tunisie-Coronavirus: Dossier incomplet du programme Covax pour recevoir des vaccins gratuitement…    La situation générale dans le pays à l'ordre du jour de la plénière à l'Assemblée    Machrou Tounès accuse Mechichi d'avoir cédé au chantage politique    Club Africain : le comité indépendant des élections examine mercredi la demande de superviser les élections    Le digital au féminin; Une exposition de Olfa Dabbabi à WeCode Land    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Une femme meurt poignardée par son frère takfiriste à Nabeul    Moez Joudi dénonce l'amateurisme dans le dossier des Fonds gelés en Suisse    STIP : Un chiffre d'affaires en augmentation de 43%    Le sport, un secteur à la traîne !    Italie : Le Torino se sépare de son entraîneur Giampaolo    Tourisme: un secteur à l'agonie...    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Janvier 2021 à 11H00    Foot-Europe: le programme du jour    Hand – Mondial 2021 : La Tunisie, la victoire et rien que la victoire !    Coronavirus: De nouvelles contaminations à Zaghouan    Tunisie: Rached Ghannouchi: "La Tunisie est votre maison, vous n'êtes pas locataires"    USA: Joe Biden serait-il capable d'offrir la citoyenneté à des millions d'immigrants?    La HAICA inflige des amendes de 5 mille dinars à El Hiwar Ettounsi, Attessia et Telvsa TV    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    Météo | Ciel voilé et températures en légère hausse    L'INDUSTRIE 4.0 POUR STOPPER LA DESINDUSTRIALISATION DE LA TUNISIE    CONDOLEANCES    Pour la clarté de la vision et l'urgence de l'action    Le remaniement ministériel aura-t-il un impact sur le dialogue national initié par l'UGTT ?    Les indiscrétions d'Elyssa    AI Africa Week : Quel(s) futur(s) pour l'intelligence artificielle ?    Slim Laghmani: La révolution et ses effets politiques et juridiques    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Bruits et chuchotements    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Liban de tous les secrets
Littérature : «Le coffre des secrets» de Elias Khoury (*)
Publié dans Le Temps le 10 - 07 - 2010

À Beyrouth, l'histoire de deux hommes et une femme. Une histoire de secrets, entre vérité et mensonge, réalité et fantasme. Sur fond politique, Elias Khoury dresse un portrait kaléidoscopique du Liban, où l'histoire ne cesse de se réécrire, sans fin possible.
L'histoire commence là où elle finit, et c'est aussi là où elle ne finit pas. Car il n'y a pas une seule histoire possible. Et la vérité ne cesse de se réécrire selon les gens. Selon les regards, l'imaginaire et les besoins de chacun. Et c'est ainsi que s'enchaînent les nuits de Shéhérazade, laquelle ne finit jamais les histoires qu'elle raconte. Elias Khoury écrit son roman en ouvrant la grande majorité de ses chapitres par la mention « Voici comment l'histoire a commencé » ; un « Il était une fois » adapté aux besoins de la modernité, du Liban pluriel et de sa guerre infinie. Ainsi l'auteur de la merveilleuse « Porte du soleil » (Actes Sud, 2002) explique-t-il à Monia Zergane pour ‘‘Even.fr'' (octobre 2009) : « Dans ‘‘Les Mille et Une Nuits'', l'histoire est racontée plusieurs fois et ouvre systématiquement vers une autre histoire, il n'y a pas de fin, il y a des suggestions de fin mais c'est un livre qui ne finit pas. Et il ne finit pas précisément parce que l'histoire commence. Je voulais trouver une approche moderne qui assimile cette vision de l'identité narrative. »
L'identité des personnages du « Coffre des secrets » se redéfinit à chaque fois que l'histoire recommence. Les différents angles de vue apportent des rajouts, des modifications, des suppressions, des dénis, et finalement quelque chose de merveilleux et de sensiblement humain, à la fois, aux personnages. Des personnages en bute avec leurs ancêtres et leur propre destin.
L'histoire est un secret
L'histoire ? Elle commence à Beyrouth, avec la mort d'Ibrahim Nassar, au tout début de la guerre civile de 1975, et de la disparition de son amante dépitée, Norma Abdelmassih. Cette dernière entretenait aussi une relation avec le cordonnier Hanna Salmân et disait à chacun de ses deux hommes qu'il l'avait déflorée le premier. C'est ainsi qu'est posé le premier secret de l'histoire, et que le temps est remonté jusqu'au XIXe siècle, sur les traces des autres secrets disséminés à travers les années. Peut-être à la recherche du secret originel qui cadenasse ce coffre poussiéreux où dépérissent les lettres du grand-père d'Ibrahim. Les secrets s'enfantent les uns les autres, en nous promenant à travers tout le Liban, jusqu'en Colombie, en passant par la Syrie et les pays du Golfe. Et à mesure que se vide la boîte de Pandore, les secrets se multiplient à travers les âges, noyant la vérité qui, en fin de compte, n'existe peut-être pas…
« Norma n'était un secret pour aucun des deux, elle était son propre secret. Le secret est à la fois ce qui est caché et ce qui est déclaré, il n'est celé aux uns que parce qu'il est dévoilé aux autres et ne devient une histoire qu'avec la disparition des uns et des autres. Le secret n'en est plus un, il devient alors une énigme à résoudre.»
Plus loin, le narrateur interroge : « Quelle est la part du conte ? Quelle est la part de la vérité ? » Comme s'il interrogeait l'identité de son propre pays. Comme s'il questionnait : que s'est-il passé, en fait ? Si le Liban est devenu un Etat après la première guerre civile de 1860, il n'en est pas devenu pour autant un pays uni, et les frictions, les dissensions et finalement d'autres guerres ont achevé – ou pas – de déchirer les dix-sept communautés. À l'image des personnages de ce roman, déchirés à travers leurs histoires réfractées à l'infini, comme dans une galerie de glaces déformantes. Les trois héros et la vingtaine de personnages secondaires incarnent tous la réalité – ce qui est acquis, vrai, indubitable – du Liban, grâce à leurs rêves et à leur folie. Que ce soit le rêve d'immigration qui habite Ibrahim, à l'instar de ses aïeux exilés en Colombie. Ou le rêve de gloire de Hanna Le Salé qui s'adonne au trafic de haschisch après sa sortie de prison… Ou même celui de Norma, courtisane inavouée, qui séduit ses amants comme Beyrouth séduirait les hommes qui la font et la défont.
Elias Khoury ballote son lecteur dans ces histoires qui se croisent, se recroisent, se chevauchent, s'annulent et se reprennent, comme dans un tourbillon infini, où aucune réalité ne peut être saisie à main nue. Quelque chose de psychédélique se dégage de cette chute au plus profond du Liban et de ses gens, de ses rêves de fortune et de destruction. Avec une écriture d'une fluidité musicale entêtante, l'un des plus grands auteurs libanais actuels assoit son style à partir de ce conte oriental moderne paru en 1994 dans sa version originale.
Khalil KHALSI
(*) Trad. de l'arabe par Rania Samara, Actes Sud, sept. 2009, 208 p.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.