Chris Murphy : Kaïs Saïed ne tient pas ses engagements    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Abir Moussi : La définition de Kaïs Saïed de l'Etat civil se croise avec celle d'Al-Qaradhawi    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Flat6Labs, une levée de fonds de 30 MDT pour l'Anava Seed Fund et accueil d'un nouvel investisseur    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Il y'a 23 ans, naissait Google, rappelle le Google Doodle du jour    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Infrastructures : Doublement de la route reliant Zarzis à Djerba    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    ONU-Habitat : Les cinq lauréats tunisiens recevront leur prix le 29 septembre    Tunisie – météo: Cellules orageuses et températures seront en légère baisse    Abdellatif Mekki appelle les députés à agir pour réclamer le retour du Parlement    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    CJD Business Awards 2021 - Le prix du Meilleur Jeune Dirigeant décerné à Marouan Ariane    Dernière minute-Coronavirus: 11 décès et 381 nouvelles contaminations, Bilan du 25 septembre 2021    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'irréparable « erreur » de 1947
Chronique du temps qui passe
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 11 - 2012


Par Hmida BEN ROMDHANE
Le président palestinien Mahmoud Abbas a présenté hier, jeudi 29 novembre, sa demande à l'ONU pour la reconnaissance de la Palestine comme «Etat observateur non membre», un statut similaire à celui du Vatican. Le choix de cette date n'est pas fortuit bien sûr. Il y a soixante cinq ans jour pour jour, le 29 novembre 1947, le Conseil de sécurité de l'ONU avait voté sa résolution 181 portant création de deux Etats, l'un pour les Palestiniens, l'autre pour les Israéliens. Le refus par les Arabes de cette décision de la communauté internationale a eu des conséquences désastreuses.
Il y a un an, en novembre 2011, Mahmoud Abbas a étonné plus d'un en confiant au journaliste Enrique Zimmerman qui l'interviewait sur la deuxième chaîne israélienne que «le refus du plan de partage par les Arabes était une erreur que je tente aujourd'hui de réparer».
Rien ne sert de conjecturer sur l'évolution de l'histoire moyen-orientale si les Arabes avaient accepté le plan de partage. Peut-être cette histoire aurait-elle été aussi sanglante. Il suffit pour s'en convaincre d'avoir en tête la rengaine d'«Eretz Israël» et l'expansionnisme inhérent à l'idéologie sioniste. Toujours est-il que de nombreux intellectuels et politiciens arabes qualifient le refus du plan de partage d'«erreur catastrophique».
On ne peut pas douter de la bonne volonté du président Abbas, mais force est de constater qu'il y a une disproportion vertigineuse entre l'ampleur de l'«erreur» et de ses conséquences dramatiques qui n'ont cessé de s'aggraver depuis 65 ans d'une part, et les moyens très limités dont dispose la direction palestinienne pour la «réparer», d'autre part.
Cette disproportion, on la retrouve dans toutes les tentatives palestiniennes de «réparer» cette erreur, et notamment dans la proclamation de l'Etat palestinien par l'OLP le 15 novembre 1988 à Alger.
Les tentatives internationales de «réparer l'erreur» de 1947 ont toutes échoué. Des accords d'Oslo de septembre 1993 à la conférence d'Annapolis de novembre 2007, parrainée par George W. Bush, en passant par la conférence de Camp David d'août 2000, parrainée par Bill Clinton, aucune n'a fait avancer «le processus de paix» israélo-arabe d'un iota. La raison est très simple : l'absence absolue de neutralité et d'impartialité de la part des Etats-Unis qui, depuis la guerre de 1967, se sont rangés avec armes et bagages aux côtés d'Israël.
On retrouve cette partialité américaine chaque fois que la question des droits palestiniens se pose sur la scène internationale. Elle risque de se manifester encore une fois aujourd'hui lors du vote de l'Assemblée générale de l'ONU sur la demande de Mahmoud Abbas, puisque Washington a tout fait pour dissuader celui-ci, utilisant même les menaces de rétorsion financière contre l'Autorité palestinienne.
On s'étonnera toujours de cette constance américaine dans le soutien indéfectible à la politique israélienne, c'est-à-dire à la politique de colonisation, d'agression, d'expulsion, de bombardements de civils et autres crimes de guerre. Dans le cadre du conflit israélo-arabe, de 1967 jusqu'à ce jour, aucune présidence américaine n'a jugé de son devoir de défendre le droit international, ni de s'opposer sérieusement à la colonisation de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie, ni de se placer entre la victime désarmée et l'agresseur surarmé. Ces attitudes de simple bon sens ont été superbement ignorées par les présidents Johnson, Nixon, Ford, Carter, Reagan, Bush père, Clinton, Bush fils et même par Barack Obama dont l'élection en novembre 2008 a soulevé tant d'espoirs, vite déçus, dans le monde arabe et islamique.
On s'étonnera autant de la capacité du peuple israélien d'avaliser des décennies durant les décisions catastrophiques de ses dirigeants et de les soutenir aveuglément dans leur politique de perpétuation et d'aggravation des injustices infligées au peuple palestinien. On s'étonnera également de son incapacité à prendre conscience de la «grande erreur» de ce conflit, commise côté israélien, et de sa complaisance avec ses dirigeants dont la persistance dans l'erreur est à l'origine de tous les drames qui secouent la région depuis la guerre de juin 1967.
En effet, c'est en 1968 que les dirigeants israéliens ont commis «l'autre grande erreur» de ce conflit consistant à entamer la construction à grande échelle de colonies à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Cette erreur fatale a changé radicalement la nature du contentieux israélo-arabe, le transformant en conflit inextricable d'une incroyable complexité. Le peuple israélien a non seulement fait preuve d'indifférence et d'apathie face à cette grave erreur, mais il l'a financée en acceptant qu'une partie de l'argent du contribuable aille vers la construction de dizaines de milliers de logements pour colons et de routes de contournement en Cisjordanie interdites aux voitures palestiniennes.
Grâce à la politique de confiscation systématique des terres palestiniennes, aujourd'hui Israël contrôle un territoire deux fois plus grand que celui qui lui a été alloué par la résolution du 29 novembre 1947. Ce fait colonial unique au monde en ce début du troisième millénaire a été rendu possible par l'obstination dans l'erreur de la politique d'expansion territoriale des Israéliens d'une part, et par le soutien inconditionnel que ce pays trouve depuis 45 ans auprès des grandes puissances influentes, d'autre part.
Aujourd'hui, les Palestiniens tentent une nouvelle percée diplomatique. Le refus de Washington et de Tel Aviv de répondre favorablement à la demande de Mahmoud Abbas aura pour résultat immédiat d'affaiblir encore plus celui-ci et de renforcer l'extrémisme contre lequel Israël et les Etats-Unis prétendent engager le combat. Si la fuite en avant a toujours été l'une des principales caractéristiques de la politique des dirigeants d'Israël, on comprend mal la disposition de la Maison-Blanche à se laisser entraîner si facilement dans cette fuite en avant.
Le président Obama a été réélu pour un second mandat et, par conséquent, sa politique n'est plus entravée par des soucis électoraux. C'est une occasion en or pour lui de remettre la diplomatie américaine, vis-à-vis du Moyen-Orient, sur la voie de la justice et du respect du droit international. Mais il y a de fortes probabilités que cette occasion soit ratée, si l'on en juge par l'alignement de la position du président américain sur celle du Premier ministre israélien concernant l'initiative de Mahmoud Abbas. Pourtant un peu de bon sens aurait convaincu l'un et l'autre de soutenir le président palestinien qui a largement fait la preuve de son engagement contre la violence et pour un règlement politique du conflit israélo-arabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.