Météo: Prévisions pour vendredi 05 mars 2021    Biatlabs, l'incubateur de la Biat fait peau neuve pour appuyer les entrepreneurs en Tunisie    OPPO se positionne sur la charge ultra rapide et accélère son processus d'innovation    Vers l'allégement des horaires du couvre-feu?    Tunisie – Saïed exigerait la démission de Mechichi avant tout dialogue national    Bilan Covid-19 : 635 nouveaux cas et 32 décès    Kais Saied visite le groupe Telnet    La crise politique en Tunisie: éloge du «conflit constructif»    Il serait scandaleux si l'avocat des terroristes bénéficiera d'une protection policière    La Tunisie est dans un régime politique présidentiel, selon Khlifi    Rania Amdouni condamnée à 6 mois de prison    Sortie officielle du film documentaire : Je suis ma propre république    Ouverture d'une enquête sur d'éventuels crimes de guerre    Au moins dix-huit morts et de nombreux blessés    BH LEASING : Appel à candidatures pour la désignation d'un administrateur indépendant    Ocres patines du temps fugace    «Om Layoun» un film documentaire tendre et sans compromis    Fâcherie envers les gâteries    Tunisie [Vidéo]: Salon du livre pour enfant de Sfax, les conditions d'organisation de la 27ème édition    Ghannouchi sollicite Mechichi pour l'ouverture d'une enquête sur le riz contaminé à l'aflatoxine    Dangereux: Les quantités de Riz cancérigène n'ont pas encore été détruites        Mustapha Ben Jaâfar : Appliquons la constitution avant de la critiquer et de vouloir la changer !    LC Afrique: Espérance de Tunis , 23 joueurs pour affronter Zamalek    Levante vs Athletic Bilbao: où regarder le match de demi-finale de la Coupe du Roi du 4 mars?    Le patronat désapprouve les mouvements de grève des douaniers    La Tunisie invitée à la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 à Rome    Signature d'un accord de partenariat pour renforcer la gouvernance dans les administrations    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 04 MARS 2021 à 11H00        Ali Laarayadh : Nous ne sommes pas comme Kais Saied...    Le FMI veut une nouvelle direction économique en Tunisie : Faut-il craindre le scénario grec ?    Programme TV du jeudi 04 mars    REMERCIEMENTS : Hatem BEN RAYANA    Tunisie : L'épreuve du bac sport est annulée    Arrivée prochaine de 300 mille doses de vaccin provenant de la Chine    ESM-ESS (1-1) : L'Etoile revient de loin !    ASR-CA (1-1) : Nul équitable    Tunisie – Météo : Temps nuageux avec des pluies éparses    Ouafa Belgacem, experte en mobilisation des ressources et en durabilité : «Ne plus frapper à la mauvaise porte»    1ère édition de la Biennale d'Art du 5 au 8 mars à Tunis : Du Pop Art pour les réunir    Ligue 1 | 15e journée : Pas de droit à l'erreur...    Tunisie: Daily brief du 4 Mars 2021    Un attentat terroriste déjoué à Alger    Trois employées de télévision tuées par balles en Afghanistan    Et la fin de la vie sur Terre c'est pour quand ?    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conteur in fabula
Publié dans La Presse de Tunisie le 02 - 04 - 2013

C'est dans le cadre de Pelliculture que le Club Tahar-Haddad organise la projection de cinq films inédits de Naceur Khemir. L'ouverture a été effectuée avec la projection du film Schéhérazade (2011).
Naceur Khemir est conteur, peintre et réalisateur tunisien. Polyvalent, il nous berce de mysticisme et de mystère à travers sa vision du monde, une vision qui prend en charge toutes les dimensions : artistique, plastique, esthétique, socio-historique, philosophique, etc. et qui, en joignant son expérience artistique à d'autres arts comme la calligraphie, la sculpture, le dessin et la littérature, demeure parmi l'un des plus éminents artistes en Tunisie.
Voulant réhabiliter le statut du conteur dans la culture arabe, le cinéaste s'est promis de s'engager dans un ouvrage colossal: celui de revoir le conte arabe en images, en calligraphie, et en littérarité singulières.
En 1982 et 1988, cet engagement fut physique ; c'est lui-même le conteur en chair et en os : à Paris, les Mille et Une Nuits ont illuminé le Théâtre national de Chaillot avec le scénographe éminent Yannis Kokkos.
Fantaisie
Le conte relève de la littérature orale. C'est un récit qui a eu du succès, notamment avec l'histoire des Mille et Une Nuits qui est un texte fondateur de la culture arabe: la sultane Schéhérazade et le sultan Shahriar. Un homme et une femme, et la vie qui tourne toujours autour de ces deux personnages. Ce texte traduit dans toutes les langues du monde est impressionnant, et le premier qui l'a traduit est le célèbre orientaliste français Antoine Galland. Le traduire n'est plus le trahir mais plutôt le faire connaître et le faire circuler dans le monde entier.
Le film commence par une chaise, un pêcheur, et un conteur. Tout au long du film, l'eau est omniprésente : la mer, qui est un élément symbolique dans le film de Nacer, montre que l'espace aquatique représente la profondeur des contes, les agitations de la mer évoquent les éléments perturbateurs de l'histoire contée, on voit le pêcheur qui jette l'ancre et le filet au fond de la mer quand le conteur lance son encre et réécrit le conte en allant pêcher les récits les plus fabuleux. L'eau dans son film est aussi régénérescente : elle guérit, on la perçoit d'ailleurs dans le film à l'image du conte, éternelle dans son mouvement, mais ressurgissant à chaque fois d'une autre manière, ce qui prouve sa lutte incessante contre la mort. Ainsi, la parole du conteur-cinéaste est une parole vivante qui se revivifie. D'ailleurs, Georges Lucas disait que «les cinéastes sont les conteurs d'aujourd'hui».
Le film de Khemir chancelle entre le réel et la fiction, d'une part, on voit le fantaisisme, l'imaginaire et le biscornu, et d'autre part, on le trouve pris en otage comme narrateur dont les historiettes sont démunies de didactisme et de moralisme. On a l'impression que ces histoires sont infinies et inachevées ; cette approche-là traduit le choix du réalisateur d'une mise en abyme fort significative : l'œuvre est une esquisse, un brouillon d'un film ouvert à l'infini dont le but est de laisser le lecteur et/ou le spectateur plus libre et plus délié dans ses interprétations. Le conteur est à la fois acteur dans l'histoire fictive, mais aussi spectateur: il observe l'univers fictionnel analogue au nôtre et regarde les autres personnages.
Ce film qui est le fruit d'une libre imagination casse les frontières entre le signifiant et le signifié ; il s'inscrit dans une spirale qui n'a pas de fin, et dit explicitement que le conte est un genre polymorphe, souple et très riche. Cet esthète révèle que la poétique et la poésie sont au cœur du conte. Dans sa lecture des contes comme dans sa façon de filmer, Nacer a mis en relief le rythme, la rime et l'allitération afin de séduire le spectateur. Il voit que l'esprit et l'âme des populations ont toujours «besoin d'horizon et d'imaginaire», ce qui rejoint l'idée du cinéaste et écrivain Peter Handke qui pense que «quand une nation perd ses conteurs, elle perd ses enfants.» L'artiste ajoute que le conte peut être charpenté grâce au mythe qui est composé d'«un dilemme, d'une douleur» intense.
Cet artiste complet et complexe est impressionnant. Son parti pris contre l'immersion du conte dans l'oubli l'engage dans une action noble, celle de «rendre hommage à l'oralité et aux conteurs disparus en silence», note l'artiste en se référant à Goethe, Cervantès, sans oublier les frères Grimm et Edgar Poe.
Finalement, la fluidité de la nature toujours présente dans son film nous fait penser aux contes d'animaux «du temps où les bêtes parlaient», notait Jean de La Fontaine. Ainsi, tous les éléments de la nature, du ciel et de la terre racontent des histoires, fabulent à leur manière et nous laissent écrire leur fable. Et ce sont le cinéaste, l'homme de théâtre, le peintre, l'écrivain qui lisent le monde, écrivent leurs fables et racontent au gré de leur image-imagination les contes de l'humanité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.