Ouverture des inscriptions sur les listes électorales    Visite d'adieu à Mechichi de l'ambassadeur de Turquie à Tunis    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    +2,8%    SOTEMAIL : Le capital social est porté à 34.513.514 dinars    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    "Pour Inetum en Tunisie, 2021 sera l'année de la consolidation de notre stratégie locale"    Ligue 2 : Programme de la 5e journée    La semaine des Zones Humides à Tunis : un enjeu de taille    Journée internationale des Planétariums Dimanche 07 mars 2021 à la cité des sciences de Tunis    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    Nouveaux véhicules pour la police de l'environnement dans 34 communes    La CNSS verse les augmentations dues à la majoration du SMIG    Mustapha Ben Ahmed : Pourquoi ce recours d'Ennahdha à la rue?    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    Covid-19 | Ben Arous : Un décès, 18 nouvelles contaminations et 45 patients rétablis    13 suicides et tentatives de suicide au cours du mois de janvier    ''Kais Saied parle très bien la langue Française'', selon Sonia Dahmani    ''L'UGTT l'union de la ruine'', selon Tarek Haddad    Borhen Bsaïes, nouvel influenceur mode?    C'est quoi l'histoire du TGV dont parle Kais Saied ?    La face cachée des sociétés civiles au Maghreb    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    DECES : Hatem BEN RAYANA    Pour quand la relance économique ? Les nouvelles orientations vertes des entreprises    Pour quand la relance économique ? | Entreprises en difficulté : Tunisair s'enfonce dans la crise    Accédez à l'application beIN CONNECT avec votre ligne mobile Ooredoo    Billet | Une situation hypothétique !    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM MARDI 23 FEVRIER 2021    LC Afrique-MC Alger/Espérance ST : satisfait du nul obtenu à Alger (Mouine Chaabani)    Coupe de la CAF | 2e tour bis retour ESS-Young Buffaloes FC (2-0) : Chikhaoui, l'inusable !    Ligue des champions d'Afrique (2e journée) – EST-MC Alger (1-1) : L'Espérance confirme son statut de favori    CONDOLEANCES : Feu Lotfi HABBACHI    Covid-19 | le bilan s'élève à 7851 cas confirmés et 39 décès en milieu scolaire    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    Boxe | 72e tournoi de Stardinja de Sofia : Victoire de Khouloud Halimi    Météo | Temps voilé et températures stables    Lecture de l'abaissement de la notation souveraine de la Tunisie par Moody's    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    Trump a nui à la Tunisie, Selon Rached Ghanouchi    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Arrestation de l'épouse du baron de la drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Conteur, conteur, si tu es là, manifeste-toi!»
Festival du conte Tahar-Haddad
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 12 - 2012

«Les contes et légendes de Tunisie», les deux livres de Boubaker Ayadi et du Dr Ali Laâribi, ainsi que le Festival du conte ont permis à cette activité culturelle ancestrale de renaître de ses cendres. En effet, cette tradition orale, qui existait avant la littérature écrite et avant même Homo Sapiens, est humaine par excellence. Le conte échappe généralement à toute notion de temps et de lieu, aux dates et aux pays d'origine des personnages. Ce qui importe, ce sont les contes de faits et le caractère humain des personnages. C'est ce qui rend l'histoire profondément universelle. Il est vrai que le conte est le fruit d'une imagination créatrice, puisque son univers est purement fantastique, mais c'est aussi un conte d'effet éloquent, parce que la fable est au cœur même de la réalité. D'ailleurs, on voit que les notions du bien et du mal forment l'ossature même du conte et que c'est toujours le bien qui est vainqueur. Le conte s'est encore enrichi à travers les époques en passant du conte populaire aux contes africains et aussi aux contes philosophiques, dont l'instigateur est Voltaire avec Candide. Ce genre a été une arme de critique et l'outil majeur de la pensée philosophique voltairienne.
Pour en revenir au Festival du conte, rappelons qu'on a voulu répartir les activités en deux espaces, historiquement fort significatifs : le club Tahar-Haddad et Souk Chaouachia, on plonge de plain-pied dans le monde des contes où on trouve notre conteur, vêtu de chéchia et de Jeba, et dans le café où l'odeur de l'eau de rose et de la chicha enfument les ruelles étroites racontant elles aussi des histoires tunisiennes de souche.
Ces contes seront accompagnés d'un spectacle dont l'intitulé est: «Le voyage de Abou Saadia», d'une exposition de masques : «Le masque et la vie», ces derniers appartiennent à des personnages imaginaires de contes anciens ou encore de contes pour enfants inspirés du conte populaire. Et enfin, d'un atelier de formation : «L'histoire du corps et le corps de l'histoire», cet atelier est fort intéressant dans la mesure où il initie les amateurs (les comédiens, les éducateurs, les étudiants) à se forger à l'art du savoir-conter en s'appuyant sur l'expression du corps qui constitue le savoir-faire du spectacle conté.
Ainsi, « La flûte enchantée» du conteur est désormais sa voix douce et fluide qui conduit l'esprit de l'enfant dans un monde merveilleux, qui lui apprend le sens de l'écoute sans s'ennuyer, d'ailleurs Jean de La Fontaine disait qu' «une morale nue apporte de l'ennui; le conte fait passer le précepte avec lui.»
Le conte est donc cette autre vision de la réalité, une fiction qui fixe les événements dans une tournure réelle. La richesse de l'imaginaire tunisien et la sagesse sont l'équivalent d'une philosophie qui nous apprend à mieux vivre et à voir autrement le monde dans lequel nous vivons.
Avec Emile ou de l'éducation de Jean- Jacques Rousseau, qui traite de «l'art de former les hommes», qui a été imposé dans plusieurs programmes pédagogiques, on ne peut nier aussi la dimension didactique du conte, sous tous ses aspects : éducation, divertissement, détente et morale. La sagesse de nos ancêtres se frotte à celle des philosophes, donc essayons de conserver ce cher et précieux trésor qui nous appartient et dont notre fierté doit croitre d'une génération à une autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.