AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La qualité des matériaux de construction en question
Bâtiment
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 09 - 2013

Le secteur du bâtiment est passé par une période difficile suite au problème qui a eu lieu dans le domaine des barres de fer destinées à la construction. Le marché parallèle a été submergé par ce produit à cause des quantités de contrebande venant des pays voisins et particulièrement de l'Algérie. Vendues à prix relativement abordables, ces barres de fer se distinguent par une qualité non conforme aux normes tunisiennes et internationales. Malgré les contrôles effectués au niveau des frontières, certains camions chargés de ce matériau de construction ont réussi à s'infiltrer dans notre pays pour proposer leur produit à leurs clients potentiels qui sont essentiellement des professionnels dans le domaine du bâtiment. Des particuliers qui veulent effectuer des travaux de bâtiment ont pu acheter également ces barres de fer venues d'ailleurs. Or, ce matériau est très important dans le bâtiment et la construction. D'où les normes rigoureuses mises en place visant à fournir aux intéressés un produit de qualité et durable.
Le moindre défaut au niveau des barres de fer a des répercussions négatives sur la construction dans la mesure où celles-ci sont utilisées dans les fondations et le toit. Le fer à utiliser doit être anticorrosion pour résister aussi longtemps que possible aux multiples facteurs naturels comme l'eau et l'humidité. Dans certaines usines non agréées qui opèrent hors de nos frontières, la fabrication de ces barres de fer se fait de façon rapide sans tenir compte des normes en vigueur. Ainsi, les fabricants collectent des quantités de fer de plusieurs sources sans vérifier leur homogénéité puisque les tôles des véhicules, le reste des équipements en fer jetés dans les dépotoirs sont bons pour être fondus et transformés en barres de fer. Des agents sont mobilisés pour la collecte de ces déchets en acier contre paiement. Parfois, ces déchets sont disponibles gratuitement dans les décharges publiques et d'autres fois, ces restes d'acier sont vendus par les tôliers et autres mécaniciens.
Renforcer le contrôle
Une fois les quantités de fer usé sont collectées, les agents se rendent à la fonderie qui se charge de les fondre après leur nettoyage pour les transformer en barres de fer de construction. Ce secteur informel fait travailler un effectif assez important dont
la qualification n'est pas toujours prouvée. C'est un créneau qui connaît une floraison tout au long de l'année compte tenu d'une demande en évolution constante non seulement au niveau du pays producteur mais aussi au niveau des pays voisins y compris la Tunisie et la Libye. La contrebande a largement facilité l'introduction de ce matériau par la voie terrestre à une certaine période qui a connu un relâchement de la surveillance au niveau des zones frontalières. Aujourd'hui, les points frontaliers sont bien surveillés grâce à un meilleur redéploiement de l'effectif affecté à cette tâche.
Le souci d'opter pour un produit à bas prix motive les constructeurs qu'ils soient professionnels ou particuliers est derrière l'achat de ces barres de fer pourtant disponibles au niveau national. Dans les usines agréées, celles-ci sont fabriquées selon les normes et ne présentent, par conséquent, aucun risque. Le marché parallèle dans le domaine des matériaux de construction a eu des impacts négatifs sur certaines unités de production tunisiennes qui ont vu leurs activités stagner. Plusieurs constructions en Tunisie — surtout celles réalisées par les privés et les particuliers — ne font pas l'objet d'un contrôle. Les constructeurs profitent de cette situation pour utiliser des matériaux achetés dans le commerce informel. Certains citoyens vont jusqu'à faire des extensions de leur logement ou ériger une clôture sans avoir l'autorisation des services compétents. Ils ne trouvent aucun inconvénient à s'approvisionner auprès de ces vendeurs inconnus.
En fait, les commerçants agréés n'ont pas le droit de commercialiser un produit sans disposer de factures et de l'identité du fournisseur qu'il soit résident en Tunisie ou hors des frontières. Ainsi, le travail dans le cadre de la transparence en respectant la réglementation en vigueur constitue la meilleure garantie et protection aussi bien pour le commerçant que pour les clients. En cas de litige entre les deux parties, il est possible de recourir à la justice avec à l'appui les documents nécessaires. Certaines personnes - vendeurs et acheteurs - préfèrent, toutefois, continuer à travailler dans le noir pour éviter de payer les impôts et les autres charges supportées par le commerce organisé. D'autant plus que la vente des barres de fer procure des gains substantiels surtout si elles sont vendues à bas prix consacrant ainsi la concurrence déloyale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.