Mourad Jouini : les Tunisiens ne respectent pas la priorité à droite    Déviation partielle de la circulation au niveau de l'intersection "Ben Daha" à "Ezzahrouni"    Inflation : le gouffre entre le ressenti du Tunisien et les chiffres annoncés !    Abdesalem: Abdelli qui a soutenu Saïed, il goutte aujourd'hui au poison qu'il réservait aux adversaires de Saied    Série de limogeages au ministère du Transport    Monde : Daily Brief 08.08.22 l'ONU appelle à stopper toute attaque "suicidaire" contre des centrales nucléaires en Ukraine    Tunisair : Annulation de 3 vols en provenance de Bamako, faute de carburant    Zarzis: Ignorant le public, l'algérien Fayçal Sghaier se retire et refuse de donner le concert ! (Vidéo)    Ghannouchi : Soit la violence… soit le dialogue pour coexister    Recette : Comment trouver une bonne pastèque ?    Tunisie-Référendum: Rejet du recours intenté par Afek Tounès    Lotfi Abdelli: Je suis en danger, et cela peut être c'était mon dernier spectacle (Vidéo)    Tensions entre Lotfi Abdelli et les sécuritaires : ouverture d'une enquête    Boom de la fibre optique en Algérie !    Lutte contre la traite humaine : Il y a encore du chemin à faire    Référendum : le Tribunal administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Ukraine : Poutine aurait la solution, 100 000 soldats nord-coréens surentraînés    La galerie Saladin expose l'artiste-peintre Luigi Maria De Rubeis : Force et délicatesse    Festival international de Hammamet | Concert de Hamza Namira : Précieux moments de musique et de chant    Zouhair Maghzaoui : Ahmed Néjib Chebbi n'est qu'une vitrine pour l'islam politique    Grombalia: Les habitants protestent contre la coupure d'eau depuis plus de 3 mois (Audio)    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Tunisie : Trois morts à Bizerte    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    Le Premier ministre japonais effectuera sa 1ere visite en Tunisie et au Maghreb    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Prix au marché municipal de Beja [Vidéo]    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    Pourquoi | A propos des horloges    Météo : Le mercure grimpe jusqu'à 42 degrés    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Les Grecs de Tunisie ont participé à la modernisation du pays»
Entretien avec Habib Kazdaghli, historien
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 06 - 2014

Théodore II, le Patriarche des Chrétiens orthodoxes du continent africain, poursuit actuellement une visite officielle en Tunisie (du 5 au 8 juin). Il vient rendre visite à la communauté grecque de Tunisie, dont l'installation dans notre pays remonte au XVIIe siècle. Rappel des moments clés de l'Histoire des Grecs avec l'historien spécialiste des minorités locales, le Professeur Habib Kazdaghli.
Dans quelles circonstances historiques le premier noyau de la communauté grecque de Tunisie s'est-il installé dans notre pays?
Les Grecs sont arrivés chez nous au XVIIe siècle, dans le sillage de l'occupation ottomane de la régence de Tunis. Ils ont évolué en Tunisie dans le cadre du système du Millet durant une période qui s'est étalée sur près de deux siècles (1645-1830) : en payant la dîme (jizya), ils bénéficiaient de la protection du pouvoir central et du droit de s'autogérer en pratiquant notamment leur foi.
Très peu nombreux dès le départ, quelques centaines seulement, quel rôle ont pu jouer les Grecs dans la régence des XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles ?
Parmi ces Grecs de Tunisie, certains se sont convertis à l'Islam et ont pu atteindre les hautes sphères de l'Etat, tel le premier ministre Mustapha Khaznadar, natif de l'île de Chio. D'autres resteront chrétiens orthodoxes, s'adonneront au négoce entre Tunis et les divers ports de la Méditerranée orientale, ou exerceront des métiers qui n'étaient pas bien vus en terre d'Islam : usuriers, taverniers... La société majoritaire avait quelque part besoin d'eux. D'où la coexistence pacifique entre les diverses communautés. Dès 1860, la seconde vague de Grecs qui arrivera en Tunisie fréquentera nos côtes pour la pêche d'éponges saisonnière. Ces pêcheurs finiront par s'implanter à Sfax et à Djerba dès que le port de Sfax sera inauguré en 1897, devenant un centre moderne d'exportation mondial. L'artiste photographe Marianne Catzaras et sa sœur, l'actrice Hélène Catzaras, sont nées à Djerba d'un père pêcheur d'éponges. L'installation des Grecs à Sfax et sur l'île de Djerba va se matérialiser par la construction de deux églises qui s'ajoutent à la petite église de style byzantin de la rue de Rome à Tunis. Pour les historiens, l'existence d'un lieu de culte atteste toujours de l'importance que prend une communauté religieuse à une époque donnée.
Justement, pour cette communauté, l'Eglise a toujours incarné un puissant liant identitaire. Est-ce dans cette perspective que l'on peut situer la visite du Patriarche Théodore II ?
Effectivement, puisque depuis 1645, la communauté a été accompagnée d'un encadrement religieux à partir du patriarcat d'Alexandrie en Egypte, dont la zone d'influence couvre toute l'Afrique. Et les visites des patriarches ont toujours représenté de grands moments pour les Grecs de Tunisie. Et même si, dans la majorité des cas, les Grecs vont fréquenter l'école française, notamment après l'installation du protectorat, l'Eglise fournira le lieu où se transmettra la langue d'origine. Elle jouera également un rôle central dans l'organisation interne de la communauté.
Que gardons-nous aujourd'hui du passage des Grecs en Tunisie ?
Leur nombre n'a jamais été très important, mais ils ont contribué à la modernisation de certains secteurs de l'économie tunisienne. Puisque beaucoup d'entre eux ont réinvesti le capital accumulé dans la pêche des éponges dans le tourisme, où ils ont été parmi les premiers hôteliers. D'ailleurs, l'hôtel Lotos de Djerba appartient toujours à un Grec de Tunisie. En agriculture, on leur doit la modernisation du système de cueillette des olives. D'autre part, beaucoup de produits qui font aujourd'hui partie intégrante de l'art culinaire tunisien ont été introduits par les Grecs : le raisin sec, les olives salées, les poissons salés, les sirops de tamarin et d'orgeat, le rahat-loukoum... Au moment de l'Indépendance, les Grecs ont tenté de s'adapter aux nouvelles conditions. Or, la crise du marché des éponges à la fin des années 50 et surtout l'expérience de la collectivisation vont les pousser au départ vers la France et la Grèce et, plus loin encore, vers Tahiti et l'Australie. Au terme de trois siècles de contacts, d'acculturation et de jeux d'influences, une grande partie de la communauté s'est trouvée intégrée à la culture française tout en gardant une belle place pour la Tunisie dans sa mémoire et dans ses activités professionnelles. Je citerais pour exemple le cas de mon collègue et ami Jacques Alexandropoulos, professeur d'histoire à l'université de Toulouse-le-Mirail, en France, qui participe souvent aux fouilles archéologiques en Tunisie et a pris part aux recherches ayant mené à l'ouverture du musée de la Monnaie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.