Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Fermeture des écoles : Un membre du Comité scientifique tranche    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Covid-19 : Décès d'une élève, les détails    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Express    Météo: Températures en légère hausse pour ce lundi    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dream City, rêver la ville, rêver la vie
Spectacle de rue
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 07 - 2010

C'était il y a deux ans, un évènement insolite, confidentiel presque, avait bouleversé notre conception des festivals. Dream City, que le bouche-à- oreille avait rapidement transformé en rendez-vous à ne surtout pas rater, avait drainé un public de 7 à 77 ans.
Ceux qui savaient avaient rapidement alerté ceux qui ne savaient pas, et au cours de ces trois journées de chasse à la culture, on avait vu accourir les retardataires, soucieux d'en être. Cependant que les laissés-pour-compte se juraient bien de ne pas manquer la prochaine édition. Mais de quoi s'agissait-il donc, et quel était ce rêve urbain auquel nous étions tous conviés, et qui, dites- le bien autour de vous, est prêt à recommencer cet automne ?
Car Dream City, rendez-vous urbain, festival pluridisciplinaire d'art contemporain dans la ville, annonce sa deuxième édition du 13 au 16 octobre prochain. Il invitera une cinquantaine d'artistes et créateurs contemporains tunisiens et étrangers à investir les lieux insolites de la médina — cafés, ruelles, terrasses, caves, patios, hammams—,et ce, durant quatre jours.
A l'origine de ce rêve, Selma et Sofiane, frère et sœur, tous deux interprètes de ballet, animés de la même passion du spectacle, qui ont créé L'ARUE, société de promotion d'actions culturelles en espace public, s'interrogeant sur les rapports Art-Ville.
«Nous avons rêvé ce projet dans la ville pour tous ! Nous l'avons vécu à travers la ville avec tous ! Et il a dépassé nos rêves, nos attentes et les champs auxquels il était dédié », déclarent Selma et Sofiane Ouissi. « Dream City est pour nous un moyen de donner aux actions artistiques un écho sociétal… et de rendre accessible et attractif l'art contemporain en plaçant le citoyen au centre de la création contemporaine. Dream City propose à tous un nouvel art de vivre en ville ».
Pour sa prochaine édition, Dream City propose quatre circuits en médina, quatre itinéraires différenciés par leurs couleurs qui, chacun, offre au promeneur médinant cinq œuvres différentes. A chacun de composer son parcours en fonction de ses goûts et de ses disponibilités.
Et l'on verra des expositions de photos mouvantes, des démonstrations de danse en espace public, des installations dans « la rue des femmes récalcitrantes», une boîte noire de cinéma in situ, un illusionniste qui grimpera sur les façades des monuments.
Prendront part à ce festival pas comme les autres des plasticiens, des chanteurs, des musiciens, des architectes, des comédiens, des designers, des conteurs, des acrobates…
Off-off festival, il y aura des débats, des expositions, un plateau radio, des haltes culinaires…
Cependant qu'un livre et un documentaire garderont la mémoire de cette fête de la culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.