CAN 2022 – Quarts de finale : Tunisie – Burkina Faso, où regarder le match en direct et en live streaming    Tunisair lance une nouvelle solution de paiment pour les passagers au départ de la France    Tunisie: La compagnie "EasyJet" programme 3 vols par semaine Genève Enfidha    CAN 2022 – Quarts de finale : Programme des quarts de finale, où regarder les matchs du samedi et dimanche    CAN (Quarts de finale) : les matches de ce samedi    Kasserine Mandat de dépôt à l'encontre d'un ancien gouverneur accusé de corruption    Tataouine: Saisie 42 500 paquets de cigarettes de marque étrangère    MEMOIRE : Hajja Khadija Bembla    Noureddine Taboubi : La Tunisie n'est pas à vendre!    CONDOLEANCES    Express    Les raisons de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie : La solidité des finances publiques, le maillon faible    CAN 2021 : le classement final de la 9ème à la dernière place    CAN (1/4 de finale) : formation probable de la Tunisie contre le Burkina Faso    L'attaquant nigérian Kingsley Eduwo officiellement "sang et or"    [Tribunes] L'application du DAPS en Algérie sera FATALE pour l'exportation des produits tunisiens, craint Nafaa Ennaifer    Lecture des premiers résultats de la consultation nationale électronique : Tendance vers un régime présidentiel, des réformes politiques et une justice indépendante !    Tunisie-Covid: 13 décès et 8660 nouvelles contaminations en 24 h !    Pourquoi? | Cimetière mal entretenu    Avec l'apparition du variant BA.2 : L'épidémie de Covid-19 touche-t-elle à sa fin ?    Rached Ghannouchi écope d'une amende de 10 mille dinars    30 migrants portés disparus au large de la Tunisie    Tabboubi: Aucune partie ne peut délimiter le champ d'action de l'UGTT    Bizerte-Agriculture: Hausse de 12% de projets financés en 2021    Enquête judiciaire contre Ezzar pour des soupçons de spéculation    Ouverture d'une procédure judiciaire à l'encontre de Abdelmajid Ezzar    Météo : Temps nuageux et températures en baisse, ce samedi    Tunisie : Ghannouchi rencontre une délégation de l'Alliance Civile Nationale    Taboubi : nous voulons un dialogue participatif des forces républicaines    Russie-Ukraine : Macron réussit là où Biden a lamentablement échoué    Un plan terroriste dans une région touristique déjoué    Tunisie : La Tunisie classée rouge par...    Bourses de création : Appel à projets aux artistes tunisiens    Coronavirus : Le Maroc rouvre son espace aérien    Don algérien de 1 million de doses de vaccin anti-Covid-19 à la Tunisie    EN : Kebaier et Ben Romdhane remis du Coronavirus !!    Messenger vous dira quand quelqu'un prend une capture d'écran d'un chat    Tunisie : Du nouveau concernant Imed Trabelsi    CAN 2021 | Quarts de finale Tunisie-Burkina Faso – Demain soir (20h00) : Au gré du covid !...    Adel Megdiche, le peintre qui s'en va avec son monde    Décès de l'artiste peintre Adel Megdiche    Attaque du Capitole: Donald J. Trump entre le marteau et l'enclume    Ukraine: Un soldat tue cinq de ses collègues avant de s'enfuir    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'art pluridisciplinaire investit la Médina
Dream City du 13 au 16 octobre
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 10 - 2010

Avant-hier, mercredi 6 octobre, a eu lieu la conférence de presse la plus insolite.
Le concept « Dream city » était visible d'emblée avec cette première rencontre avec les journalistes. Le rendez-vous était pourtant habituel — devant l'Ontt — et nous nous sommes laissés guider…!
A la station de métro du 10 décembre… en descendant du bus, une installation en plastique nous attendait — des moulages de linge suspendus sur une corde. Il fallait suivre ce fil d'Ariane pour arriver sur le quai.
Un happening nous a accueillis, une petite performance d'acteur attirait l'attention des journalistes, mais aussi des voyageurs.
Le métro arrive : on nous annonce que c'est le lieu de la conférence de presse.
«Nous avons toujours rêvé notre ville en harmonie avec son passé et sa modernité ; nous avons toujours eu envie de redonner vie à ces parcours quotidiens dans lesquels les «voyageurs-passants» ne s'arrêtent plus. Nous avons longtemps rêvé notre ville ensemencée de graines d'initiatives locales visant à rassembler les habitants à travers l'action culturelle et son approche sociale. Nous avons rêvé notre ville la plus enclavée, au cœur d'une initiative où la culture à l'honneur, honore et se défend par le «bas». Nous avons toujours rêvé de faire voyager l'Art et d'aller à la rencontre de ceux qui font la ville. Nous avons rêvé que la culture soit présente dans chaque coin de rue pour permettre au quotidien d'être l'espace-temps et l'espace de jubilation de celui qui ne peut aller vers elle.»
C'est avec ce beau discours que Salma et Sofiène Ouissi, initiateurs de ce projet ambitieux, à la limite de l'utopique, nous ont accueillis sur ce convoi.
Mais le voyage ne s'arrête pas de si tôt. Tout en échangeant des infos sur cette deuxième édition de «Dream city», le métro déambulait à travers la ville, s'arrêtant dans chaque station pour recueillir un slameur, un circasien, une comédienne (Fatma Ben Saïdène) pour un avant goût de ce que veut et va être «Dream City» durant les quatre jours prévus, à savoir du 13 au 16 octobre.
Avec cette conférence de presse, Salma et Sofiène, artistes et chorégraphes de leur état, qu'on savait volontaires, généreux et engagés, ont voulu impliquer la presse nationale dans ce concept inédit et mette l'accent sur la philosophie de cet événement.
Une petite explication…
C'est quoi en fait «dream city» ?
C'est un concept, créé par Sofiane & Selma Ouissi en novembre 2007 comme une œuvre d'art dans son ensemble, qui répondait à une urgence, celle de s'inscrire dans un paysage culturel et d'activer un acte de défi et d'auto-expression autour d'œuvres contemporaines. C'est avec un collectif d'artistes, de spécialistes de la ville et de théoriciens qui se sont réunis bénévolement pour construire un projet autour du lien ville/art/espace qu'il a pris forme. Des œuvres émergent de ces réflexions croisées sur la ville et sont le fruit d'un réel travail et dialogue collectif.
En investissant des lieux insolites de la Médina, les artistes ne se contentent pas d'agrémenter un parcours, mais interpellent le passant et l'accompagnent sur son trajet. Ils instaurent un véritable dialogue entre la ville et la création contemporaine. Avec eux, le trajet devient voyage et la ville poétisée.
«Dream City» est un temps/un espace pour inventer, innover, explorer, un espace de frottements, de contaminations et d'émergences, un projet vivant qui n'impose pas un moule unique et immuable de la création, des représentations et de la consommation des spectacles, mais qui en propose un renouvellement.
C'est un événement qui propose de remanier les clivages disciplinaires entre arts vivants, plastiques et visuels, audiovisuels, et réalise, au-delà des interventions des artistes dans l'espace public, l'ambitieux projet d'un travail collectif sur le terrain.
Pérennité de la ville, représentation artistique
L'ambition de ce projet n'est pas de commémorer mais de s'inscrire dans le futur et, d'une certaine manière, d'inscrire la pérennité de la ville dans une représentation artistique. Et la liste de ces artistes est longue : des artistes tunisiens de tous horizons et aussi des étrangers, français, allemands, américains et d'autres encore.
Donc, du 13 au 16 octobre 2010 se tiendra la seconde édition de Dream City, proposition artistique pluridisciplinaire qui fait l'éloge du transitoire, de l'expérimental, du processus, du collectif, de la transversalité, du décloisonnement des pratiques, des croisements des regards, des artistes, du citoyen. Il fait l'éloge de l'individu dans/par un collectif, d'une histoire dans l'Histoire, du singulier dans l'Humanité.
On nous propose 40 œuvres, dont 24 créations, avec des artistes nationaux et internationaux. Toujours avec la même règle du jeu, le rêve et la ville, cheminement artistique et cheminement à pied, l'urbain et la poésie, interdisciplinarité, convivialité et simultanéité.
Beaucoup des créations présentées s'interrogent sur leur territoire; certaines poétisent les chantiers; d'autres dévoilent des monstres de notre histoire collective ou des secrets plus intimes ; beaucoup parlent de réappropriation et de réconciliation, principe fondateur de la singularité de Dream City pour Béatrice Dunoyer. La plupart entremêlent les usages des espaces avec les pratiques artistiques pour révéler l'esprit des lieux. Tous s'interrogent sur un territoire et une mémoire collective.
Entre installations, photographie, vidéo, théâtre, peinture, danse, musique, cirque, graffiti, littérature, architecture, urbanisme, design : les parcours Dream city s'offrent au public avec des prix très abordables 5d et 3d avec de la gratuité pour les élèves des écoles primaires.
Dream city, c'est l'art dans tout ses états, choisissez vos parcours et suivez le guide.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.