Tunisie – De quelle sortie de crise voulait parler Noureddine Tabboubi ?    Tunisie – Réadmission de Nabil Karoui à l'hôpital    Alors que le pays bouillonne, Hichem Mechichi au grand prix des pur-sang arabes    La Conect mise sur les énergies renouvelables pour la promotion de l'économie tunisienne    Tunisie | Covid-19 : 79 décès et 1.861 nouvelles contaminations enregistrés en 24 heures    Bilan Covid-19 : 79 décès et 1861 nouveaux cas en 24h    Sonede : Coupure d'eau à Gabès à cause d'actes de vandalisme    Tennis : Djokovic renverse Tsitsipas et remporte Roland-Garros    Banque allemande de développement KfW : Une subvention de 66 millions de dinars au profit des entreprises privées impactées par la pandémie du Covid-19    Tunisie – Mali : un arbitre égyptien au sifflet    La Libye au coeur du 3ème sommet « Startup Gate Summit 2021 », en juillet prochain, à Tunis    Si quelqu'un s'oppose à cette barbarie, qu'il parle maintenant ou se taise à jamais !    Tunisie : Quatre joueurs absents contre le Mali    Hichem Ajbouni dénonce le recours excessif à la violence par le gouvernement    Difficile d'être Tunisien    Memoire: Salem ATTIA    Handball — CAN des dames au Cameroun:Tunisie-Sénégal, une première place en vue !    NEWS: Ali Jmal signe à l'ESS    En marge de l'amère défaite de la Tunisie face à l'Algérie (0-2): Kebaïer en mauvais stagiaire !    Programme TV du dimanche 13 juin    Hommage: Une journée à la plage avec Zeyneb Farhat    Aujourd'hui, premier rendez-vous de «REGARDS DE PALESTINE» au CinéMadart: Contre l'apartheid, pour que leurs voix résonnent    Site de Carthage: cri de détresse du collectif de la société civile à Carthage    Tunisie – Deux disparus dans le naufrage d'une barque de clandestins au large de Kelibia    Tunisie – Météo du dimanche    Biden refuse de tenir une conférence de presse avec Poutine    USA : 14 blessés dans une fusillade à Austin au Texas    « The Dot »: Mechichi inaugure le Centre d'accompagnement des jeunes porteurs de projets dans les TIC    Au cœur de l'actu: Inquiétant ensauvagement !    Lette ouverte à l'Organisation Mondiale de Défense des Droits de l'Enfant: Le droit de l'enfant, une ligne rouge    Kaïs Saïed à Sidi Hassine : « Il n'y a pas une relation hostile entre la police et la population »    Patrimoine: L'Ichkeul en péril    Les Mélanges d'Histoire ancienne du Professeur Ammar Mahjoubi    Rafik Abdessalem : « Kais Saied ne distingue pas entre ses émotions et la gestion des affaires de l'Etat »    Ali Kooli évoque une éventuelle suppression de licences d'alcool    L'Assemblée prévoit plusieurs plénières au cours de la semaine du 14 juin 2021    Programme TV du samedi 12 juin    «La terminologie de la bourse et des organismes qui la côtoient» de Maria Leo : Un bel ouvrage, clair et utile    Jean Fontaine: Le migrant inversé    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture la semaine sur une note quasi-stable    La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !    Championnat national de lecture : La finale aura lieu le 11 juillet à Radès    Appel à candidature : Session de Formation 'Patrimoini' par Museum Lab au Kef    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mehdi Jomaa à Dakar : Mais, qu'avons-nous gagné de la Francophonie ?
Publié dans Leaders le 29 - 11 - 2014

Mehdi Jomaa ne doit pas être fort à l'aise en conduisant depuis ce samedi la délégation tunisienne au XIVème Sommet de la Francophonie qui se tient jusqu'à dimanche à Dakar. Pour une fois, il sait qu'il ne rapportera pas grand-chose de ce déplacement à l'étranger. Juste des contacts utiles, notamment son entretien avec le président français François Hollande. La Tunisie vit mal sa francophonie, la Tunisie n'a pas bien préparé ce sommet, la Tunisie n'a pas su en tirer bénéfice : tel est le constat amère que font les Tunisiens. La responsabilité n'en incombe pas au gouvernement actuel qui s'est efforcé de renouer les liens rompus de par le monde, mais à une approche essoufflée depuis déjà près de cinq ans. Alors que l'Afrique dont une bonne partie est francophone, offre le potentiel de croissance économique et d'opportunités d'affaires le plus attractif, nous perdons pays dans les mécanismes de la francophonie, après avoir vu la BAD quitter Tunis sans profiter de sa délocalisation pendant 11 ans sur nos rivages.
Vivre mal la francophonie
C'est ne pas l'assumer en héritage d'enrichissement et d'ouverture, ne pas en faire l'un des leviers du savoir et de la culture. La pratique de la langue française, actuellement parlée par plus de 220 millions de personnes sur les cinq continents et qui seront 700 000 millions en 2050, notamment en Afrique, régresse en Tunisie. La presse tunisienne de langue française voit son lectorat se réduire en peau de chagrin, le livre aussi, la presse française et les livres francophones aussi, sans parler d'autres indicateurs. La francophonie risque de se cantonner dans un communautarisme rétréci, presque mal vu, sinon décrié... Alors que la croissance sera
Un sommet mal préparé en Tunisie
Aucun débat préalable, aucun objectif précis fixé. Tout se passe quasi inaperçu, dans la plus grande indifférence. Pourtant, la Tunisie était avec le Sénégal et le Niger, à l'origine de la création en 1970 de l'Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT), l'ancêtre de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et y a joué pendant des décennies un rôle de premier plan. Bourguiba, Senghor et Diori en sont les pères fondateurs. Puis, y a perdu pied. Pour ne prendre que l'exemple de la France, en termes de débat et de préparation technique, Hollande avait confirmé Jacques Attali, le 17 avril dernier, dans une mission d'étude et de réflexion à la tête d'un groupe de travail « pour proposer des actions concrètes au service d'une stratégie francophone économique ». Il s'agit, plus précisément, de « mesurer le poids économique de la Francophonie dans l'économie mondiale, à identifier les secteurs porteurs où la Francophonie est créatrice de valeur et à préciser les leviers sur lesquels agir ».

Dans son rapport remis en août dernier à Hollande, Attali a présenté 53 propositions regroupées autour de 7 axes. Il s'agit d'augmenter l'offre d'enseignement du et en français, en France et partout dans le monde; renforcer et étendre l'aire culturelle francophone; cibler 7 secteurs clés liés à la francophonie, pour maximiser la croissance de la France et des autres pays francophones (tourisme, technologies numériques, santé, recherche et développement, secteur financier, infrastructures, secteur minier); jouer sur la capacité d'attraction de l'identité française pour mieux exporter les produits français et conquérir de nouveaux francophiles ; favoriser la mobilité et structurer les réseaux des influenceurs francophones et francophiles ; créer une union juridique et normative francophone à travers la mise en place d'un guichet douanier pour les francophones dans les aéroports des pays francophones volontaires ; se donner comme projet de créer à terme une Union économique francophone aussi intégrée que l'Union européenne. Voici pour la France, qu'en est-il du côté tunisien : le désert en termes de préparation stratégique.
Pas de bénéfice direct escompté
Aucun secrétaire général tunisien n'a pu, jusque-là, diriger cette organisation. Aucun candidat n'a pu cette année présenté pour succéder au sortant, l'ancien président du Sénégal Abdou Diouf. Aucun grand autre poste élevé n'est attribué à la Tunisie. Comme si on manque de candidat de valeur, comme si aucun Tunisien ne peut y postuler. Nous avons raté tant de hauts postes dans les organisations régionales et internationales et nous risquons de continuer à en perdre.

Rien ne sert aujourd'hui de complaindre. Il appartient aux nouveaux dirigeants de la Tunisie, à notre diplomatie au premier rang, de réviser toute l'approche d'implication dans les organisations régionales et internationales. Plus d'intensité et d'efficience, sur la base d'une véritable stratégie. De retour du Sommet de la Francophonie à Dakar, Mehdi Jomaa doit laisser à ses successeurs une feuille de route précise et nous prendre tous à témoin de sa mise en œuvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.