Le Président du Parlement reçoit une délégation de l'UNFT conduite par sa présidente Radhia Jerbi    Domaines de l'Etat : récupération de 548 hectares à Béja.    Tunisie: Rached Ghannouchi sert de médiateur entre Abir Moussi et Jamila Ksiksi    Tunisie: Circulaire du foyer des filles Ibn Jazzar à Sfax , réaction du ministère    Teleperformance reconnu Meilleur Employeur d'AON en Tunisie pour l'année 2019    Le courant Démocratique a proposé 2 personnalités indépendantes au poste de ministre de l'Intérieur    Le Fonds TASDIR+ lance son opération baptisée « La Conquête des Marchés Extérieurs » avec son 4ème et dernier Appel à Candidatures    L'affaire Goubellat : Une ado inculpée de tuer sa mère et sa grand-mère    Programme TV du vendredi 6 décembre    Ouverture du premier centre guinéo-tunisien d'ophtalmologie à Conakry    Tunisie: Retrait du Courant démocratique et du Mouvement du peuple,réaction de Habib Jemil    Tunisie – Universités et employabilité : L'IHEC ET l'ISG choix préférés des recruteurs    Téboursouk à l'honneur : Première labellisation attribuée à l'huile d'olive de la région    En vidéos : TOPNET inaugure son premier point de vente franchisé TOPNET SHOP au KEF    LC Afrique: le programme de ce vendredi    La rougeole a tué 140.000 personnes l'an dernier, selon l'OMS    Hommage : La tunisienne Tawhida Ben cheikh, première femme médecin dans le monde arabe    Attention à la nouvelle arnaque : Le billet de banque placé sous l'essuie-glace !    En vidéo : MG partenaire de la 5ème édition du Festival international des musiciens et artistes handicapés    Retour sur image : Le bloc du Parti Destourien Libre transforme la salle des plénières en dortoir    Coupe du Monde des Clubs Doha 2019 – Espérance ST : les 23 joueurs    Achaab explique les raisons de sa non-participation au prochain gouvernement    Le jeune Amir Zaïbi remporte le Championnat arabe d'échecs en Algérie et devient «Grand Maître international»    La fameuse bergère de Amdoun sera l'invitée de Fekret Sami Fehri, ce samedi    Tunisie : A partir de 2021, Tunisair exploitera en leasing, cinq avions de type “A 320 neo”    Communiqué du Comité national olympique tunisien : Le gala du Flambeau olympique 2019 reporté au 20 décembre    Ahmed Mejri participe avec plusieurs artistes musiciens saint-louisiens à un atelier de musique-fusion au Sénégal    Ligue 1 : Les arbitres de la 11ème journée    Arrestation du voleur des effets des victimes du BUS au moment où ces derniers étaient en train d'agoniser    Club Africain : Yassine Chammakhi va-t-il rester ?    Ligue des champions : L'Espérance de Tunis veut confirmer    Etats-Unis: Fusillade dans la base militaire de Pearl Harbor, deux morts    Success Sotry TN: Nour Bellalouna de Nabeul, artisane et entrepreneuse (Vidéo)    Pour la première fois en Tunisie 2 Chefs du gouvernement en exercice au Mausolée de Feu Farhat Hached à l'occasion de la 67ème commémoration de son assassinat    Algérie: Ouverture du premier procès pour corruption d'anciens hauts responsables    Guirra le nouveau film de Fadhel Jaziri dans les bacs dès le 4 décembre (B.A. et Synopsis)    Un stock de Kalachnikovs découvert par un plongeur au Monastir    COP 25 : l'Afrique revendique sa vulnérabilité climatique    Journées Architecturales de Carthage 2019: remise des prix    Cinquième édition du Forum Dauphine : Tunis Entreprises    Le Ciné-Club de Tunis entame la saison culturelle 2019 – 2020 avec un 1er cycle de films et débats «Questionnements sur la sexualité»    Londres : VIDEO : Attaque terroriste au couteau : Plusieurs blessés… L'agresseur abattu par la police    Klay BBJ porte plainte, à son tour, contre Beya Zardi    Le film tunisien نورة تحلم (NOURA RÊVE) de Hinde Boujemaa en tournée dans plusieurs gouvernorats    Vidéo Buzz : Quand de jeunes tunisiens sauvent une baleine bloquée à la marina de Bizerte    Kef : Une secousse tellurique de magnitude 3.48° sur l'échelle de Richter enregistrée à Sakiet Sidi Youssef    Des associations tunisiennes dénoncent la légalisation de l'implantation de colonies en Cisjordanie    Albanie: Trois morts dans un tremblement de terre d'une puissance de 6,4 degrés sur richter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Makki Helal, nouveau visage sur Attessia TV
Publié dans Leaders le 24 - 07 - 2016

Il a sillonné trois continents, travaillé pour des chaînes d'information de référence, joué des coups de poker risqués… Makki Helal a de l'expérience. Une expérience qu'il a surtout puisée dans ses échecs, vécus en grande partie en Tunisie. De retour à Tunis après quinze ans passés à l'étranger entre Al-Jazeera, BBC Arabic et Media TV Tanger, il raconte à Leaders les moments forts de sa carrière et les raisons qui l'ont poussé à tout lâcher pour Attessia TV, où il officie depuis décembre 2015.
La langue arabe comme moteur
Jeune, il gribouillait des poèmes en arabe et était montré en exemple par ses instituteurs. Son père, conscient du talent de son fils et de la sécurité de la filière de l'enseignement, l'incite à s'inscrire à l'Ecole normale supérieure de Sousse où il décrochera sa maîtrise en 1994. Il se met tout de suite après à enseigner l'arabe dans un lycée à Gabès. Sa carrière semble promise à l'enseignement, et éventuellement à l'écriture.
Mais alors qu'il était encore sur les bancs de l'Ecole normale, le futur journaliste pensait un peu secrètement à rejoindre l'audiovisuel. Il participe alors à un casting lancé par TV7 pour rejoindre l'équipe d'une émission dominicale. Ce sera son premier coup d'essai à la télévision. Mais également son premier échec. «Ma prestation n'a pas convaincu», lâche-t-il. Tout comme ne le fera pas celle qu'il aura fournie au casting organisé quelque temps plus tard par Radio Jeunes. Des petites déceptions de débutant qui n'entacheront toutefois pas la fermeté de son dessein de rejoindre la carrière pour laquelle il se sentait prédestiné. Mais pourquoi un tel engouement pour la caméra, la radio, alors que sa passion de jeunesse était de nature littéraire? «C'est mon entourage qui me l'a inoculé à petites doses», explique Makki. Il assurera en effet, encouragé par ses professeurs et ses camarades, l'animation de la soirée de son « bal de promo », qui sera pour lui une sorte d'avant-goût en vase clos du métier de présentateur. Puis se fera remarquer en tant qu'orateur à l'arabe parfait dans un centre culturel, au cours d'un débat visant à évaluer les programmes diffusés pendant le Ramadan. Séduit, Lotfi Ben Nasr, à l'époque directeur de Canal 21, lui confiait dès le lendemain la présentation d'une petite émission confidentielle, « Safir », sponsorisée par la Poste tunisienne.
Dans le même temps, il s'inscrit en cursus journalistique à l'Ipsi et opte pour le service news de TV7 pour effectuer son stage de deuxième année. « Je rédigeais, commentais en voix off des reportages déjà prêts, etc. », dit-il. Il en parle comme d'une corvée. Car selon sa conception du journalisme, c'est le présentateur qui détient la baguette de chef d'orchestre. Il n'a donc pas cessé de lorgner les projecteurs et la caméra, sans pouvoir encore revendiquer, faute d'expérience à faire valoir, son droit à une tranche d'antenne. Mais sa fascination pour l'animation, qu'il n'arrive pas à réprimer, attire l'attention de Fathia Adela, rédactrice en chef des JT de TV7. «Entraîne-toi au prompteur, au cas où», lui souffle-t-elle.
Quelques semaines plus tard, la présentatrice du JT régional de 18h tombe malade et doit se faire remplacer. Un boulevard s'ouvre devant lui. On lui consent la présentation du JT régional pendant quelques mois… jusqu'à ce qu'une altercation éclate entre un cadre dirigeant de l'équipe et lui-même. Mis à pied, Makki Helal décide, sans pour autant y croire, de soumettre son CV à Al-Jazeera en réponse à une offre d'embauche. La chaîne arabe est alors en pleine ascension.
L'expérience qatarie
Un soir de l'année 2000, il voit l'indicatif +974 s'afficher sur l'écran de son portable. Il n'y croit pas. «Vous aurez toutefois une série d'étapes à accomplir avant votre admission finale», lui assène le chargé de recrutement. Après une série de tests écrits et oraux, Makki est recruté en tant que rédacteur et concepteur de VTR. Attiré par l'autre côté de la caméra, il espère toutefois gravir rapidement les échelons et prendre le devant de la scène. Au bout de 6 ans, on lui refuse toujours le rôle de présentateur. L'envie de tourner les talons commence alors à lui trotter dans la tête. Mais, sans alternative sérieuse à même d'égaler le mode de vie luxueux du Golfe, il préfère temporiser, conscient qu'Al-Jazeera était devenue l'une des chaînes d'information les plus écoutées du monde arabe. Pourtant, les choses se compliquent. Car « la tournure pro-islamiste » d'Al-Jazeera l'irrite. L'homme se tourne les pouces et affiche de plus en plus ouvertement un positionnement idéologique libéral et séculariste au sein de l'équipe. La fin de son histoire d'amour avec le Qatar semble imminente.
Passage «éclair» par le Maroc
C'est surtout l'appel du pied que lui avait lancé, en 2006, Media TV Tanger, un média maghrébin basé au Maroc, qui marque un point décisif dans sa résolution de quitter l'aventure qatarie. JT de 20h quotidiens, flashs infos… «Media TV Tanger a véritablement lancé ma carrière d'animateur», explique-t-il. Mais l'expérience est somme toute banale. Au bout de 3 ans, le journaliste commence à regarder ailleurs.
Direction Londres
Car le Maroc, c'est bien. Mais Londres, c'est mieux, pense Makki Helal. Il a eu vent d'un mouvement d'embauches opéré par la BBC Arabic, encore en rodage à l'époque. Impossible pour lui de rater le coche. Il y va, mais travaille de nuit, de minuit à 8h. «Car c'est toujours aux nouveaux qu'on colle les sales besognes !» Mais sa carrière évolue : il assure au bout de quelques mois les éditions du jour. Sa tunisianité lui a par ailleurs donné l'opportunité de « monopoliser » l'antenne pendant deux heures sans discontinuer, le 14 janvier 2011. «C'était sans doute le plus grand moment de ma carrière. Mais aussi le plus dur, car je ne devais pas trop afficher ma joie !», se rappelle-t-il. Ce dont il semble le plus fier, c'est d'avoir animé dans plusieurs pays arabes des talk-shows destinés à confronter à leur public des responsables politiques locaux à l'avis parfois tranché.
Retour au bercail
La suite, on la connaît. Après 6 ans de bons et loyaux services passés chez la BBC, Makki est sollicité par Moez Ben Gharbia, alors en plein élan vers le lancement de sa future chaîne Attessia TV. Celui-ci était en effet à court de responsable News. Mais qu'est-ce qui a motivé une telle décision pour le moins risquée ? «J'avais depuis quelque temps l'intention de rentrer, en particulier depuis la révolution, car celle-ci a mis en branle un mouvement propice à l'exercice d'un journalisme libre», justifie l'animateur. A côté de son rôle habituel de présentateur JT, Makki anime également «Allô Jeddah», une émission qui fait du bruit sur les réseaux sociaux. Son concept ? Faire appel au talent d'imitateur de Migalo, niché discrètement dans les coulisses et en liaison vocale avec le plateau, pour tendre un redoutable piège à des invités politiques sciemment choisis. Il s'agit en effet de leur faire croire que Zine el-Abidine Ben Ali est au bout du fil… Certains des invités politiques ayant affiché de la clémence face au raïs déchu, l'émission a naturellement fait un énorme buzz. Or, on le sait, les buzz sont éphémères. Son retour à Tunis signera-t-il un déclin dans sa carrière ? S'il est encore trop tôt pour le savoir, l'audience d'une chaîne mastodonte comme la BBC est sans commune mesure avec celle, confidentielle, d'Attessia TV…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.