Tunisie: 38 infections locales au coronavirus enregistrées à Gabès    Tunisie: 07 Tunisiens secourus au large des îles Kerkennah    Ministère de la santé – mise au point sur l'épidémie de Covid-19: « La situation épidémiologique sous contrôle mais... »    Kairouan – Coronavirus: Entre relâchement et psychose...    Météo: Prévisions pour jeudi 13 août 2020    GEOPOLITICUS | Le drame du Liban profitera-t-il aux intérêts de la France ?    Alerte rouge : 38 cas locaux عدوى محلية (dont 28 à El Hamma) et 4 cas importés enregistrés dans 9 gouvernorats    Democracy Reporting International -Bureau Tunisie- analyse Les effets de l'absence de la Cour Constitutionnelle pendant la législature 2014-2019    Tunisie | Le ministère de la Santé retire 18 pays de la liste verte    Abir Moussi : Nous soutiendrons Hichem Mechichi tant qu'il aura rompu totalement avec l'Islam politique (Album photos)    Fonction publique | Taboubi appelle le gouvernement à verser la 3ème tranche de l'augmentation salariale    Le torchon brûle entre Athènes et Ankara    Les Libanais réclament le départ de la classe politique tout entière    EST-CSS    Les Sudistes n'ont pas volé la victoire !    «Qualifier l'Atalanta en C1, ça vaut un trophée»    4 nouveaux cas locaux à Sousse    Un huis clos féminin    Un Orient meurtri    MAHMOUD DARWICH, la Palestine et les terres spoliées...    La Bourse de Tunis clôture mercredi dans le vert    Ligue des Champions (Quarts): Atalanta-Paris SG, les compos probables    Ligue 2 (Paly-out) : les matches programmés entre le 1er et le 8 septembre    BCT : Baisse des crédits d'investissement industriels en raison de la dégradation du climat des affaires    Majorations salariales : Date du versement de la troisième tranche    Djerba : Prochainement un forum sur le tourisme médical    Gouvernement de compétences indépendantes : l'UGTT commente    Tunisie: 600 millions de dinars de manque à gagner pour la SNCFT    BCT : Hausse de la masse salariale de l'administration 13,5% en 2019    Salon International de la Bande Dessinée de Tazarka 2020: 24e édition digitale du 13 au 16 Août    Mechichi a-t-il déjà conquis le Parlement ?    Tunisie : Les handballeurs reprendront ce samedi    CAB : Se donner à fond...    Economie tunisienne : Le diagnostic de Marouane El Abassi    CONDOLEANCES : Ali RAHALI    « Sahriyet été 2020 à Hammamet » | Spectacle «Lamis» de Abderrahmane Ayadi : Toujours aussi authentique...    A l'espace INART à Hammamet : Rendez-vous éclectiques    Programme TV du mercredi 12 août    Tunisair : Nécessité de mise en place d'un plan de sauvetage    Réduction du déficit commercial de 3596,7 MD    Prix Zoubeida Bchir 2019 : Quatre œuvres lauréates dont un roman en français    Radio : Hommage à l'œuvre de Mokhtar Hachicha    Frappes israéliennes sur Gaza    La cimenterie d'Om El Klil, symbole de mauvaise gestion et de corruption, selon Taboubi    Drame sans précédent pour une ONG française    Migration irrégulière : La chasse aux passeurs est lancée    Poutine : La Russie a développé le 1er vaccin contre le Covid-19    Le nombre de cas confirmés dans le monde dépasse les 20 millions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ATFD célèbre le 8 mars sur le thème de l'égalité devant l'héritage
Publié dans Leaders le 08 - 03 - 2017

La salle du 4e art était bondée le soir du 7 mars, à la veille de la Journée internationale de la femme, où se tenait en avant-première une pièce de théâtre intitulée « Terka » (Héritage), avec un thème d'actualité et clivant : l'égalité des hommes et des femmes devant l'héritage. Montée par un groupe de jeunes de l'Université féministe Ilhem Marzouki, la performance a été encadrée par la comédienne et professeure de théâtre Lobna Mlika et organisée par Emna Ben Miled, psychologue, membre de la commission permanente de l'Université féministe, Ilhem Marzouki (rattachée à l'ATFD).
Une courte pièce humoristique et guillerette, mais qui s'en prend à un thème fortement chargé socialement. Car bien que souvent présentée comme n'intéressant que les cercles bourgeois où les enjeux liés à l'héritage peuvent être conséquents, cette question clive l'opinion dans son ensemble en raison de l'essence islamique – donc sacrée – de la règle en vigueur en matière de partage de l'héritage.
1/3 ? 1/5?
Chaque acte de la pièce se présente sous la forme d'une dialectique entre les personnages qui entend mettre en relief l'anachronisme du dispositif juridique inégalitaire en matière d'héritage, surtout depuis l'accès de la femme à l'espace public. Le but est aussi de tourner en dérision ce qui est perçu comme une absurdité dans la démarche qui consiste à « sur-mathématiser » le lien humain inquantifibale qui peut exister entre un frère et sa sœur. L'un des échanges met ainsi en scène un couple dont les trois enfants (une fille et deux garçons) ne cessent de se disputer jouets, gourmandises, cahiers... Le père, sommé par son épouse de trancher le différend qui divise la fratrie, prend alors l'initiative de départager entre eux les 18 cahiers contestés selon la règle de la double-part pour l'homme. Une démarche qui implique une répartition cocasse (1/5 pour la fille, 2/5 pour les deux garçons) qui nécessite de déchirer des pages puisque 3,6 cahiers reviennent à la fille, 7,2 à chacun de ses deux frères…
«Toucher un public de plus en plus large»
Ecrite collégialement par l'ensemble de l'équipe organisatrice – dont les 9 acteurs de la troupe -, la pièce a ainsi été l'occasion pour l'ATFD de souligner l'importance de la tenue d'événements culturels promouvant l'égalité entre les sexes dans une société tunisienne « où les femmes se voient bien souvent sommées de remplir un double rôle, parfois éreintant, de maîtresse de foyer et de travailleuse », a expliqué Héla Ben Salem, en présentant le travail associatif de l'ATFD. Dans le sillage de la pensée de Bourguiba, l'association estime que les tâches accomplies quotidiennement par les mères de famille, leur participation à la vie publique et économique et leur contribution désormais égale voire supérieure à celle de leur mari aux dépenses du ménage justifient amplement l'adoption d'instruments juridiques consolidant l'égalité en matière d'héritage. « Les femmes participent par leur travail au développement économique du pays et à la prise en charge matérielle de leur famille par une contribution ‘visible', en mobilisant leur salaire, et par une contribution ‘invisible', sous forme de travail domestique dont la valeur est estimée à 47% du PIB du pays, a encore déclaré Hela Ben Salem. Les revenus des femmes sont investis dans le consommable et l'invisible : nourriture, habillement, soins médicaux et fournitures scolaires, quand ceux des hommes sont orientés vers le durable et le visible : logement, loisirs, etc. L'apport des hommes est donc plus valorisé. »
La première pièce du genre organisée par l'ATFD a été jouée en avril 2015 au théâtre El Hamra et avait eu pour thème la centralité de l'amour dans la relation homme-femme. « Le but poursuivi à chaque fois est de relier militance, égalité des sexes et création artistique pour toucher un public de plus en plus large », a souligné Emna Ben Miled en marge de la représentation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.