Le CSS dément le décès de Moncef Khemakhem    Tunisie : Nominations au sein du cabinet du ministre des Finances Ali Kooli    Youssef Chahed: « La Tunisie dispose de tous les moyens pour évincer le Coronavirus »    Tunisie : Moncef Khemakhem se porte bien    France-Coronavirus : Vers la fin de la troisième vague    L'UGTT dément sa participation aux négociations avec le FMI    BNA : PNB en hausse de 15,1% au 1er trimestre    Les Etats-Unis disposés à appuyer la Tunisie dans ses prochaines négociations avec le FMI et la BM    Industrie de l'armement : «Nous ambitionnons d'acquérir de l'expertise dans l'industrie maritime», déclare brahim Bartagi    En chiffres - Avancement de la campagne de vaccination    Ligue 2 : L'ES Hammam-Sousse retrouve l'élite    Monde: Daily brief du 22 avril 2021    Aucune demande de levée de l'immunité au député Rached Khiari n'a été déposée    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture jeudi dans le vert    Tunisie: Rached Khiari appelle des médias étrangers à la rescousse [vidéo]    Tunisie: Rached Khiari dévoile de quoi il a été accusé    Vaccin Coronavirus: Plus de 265 mille personnes vaccinées en 40 jours    l'Union tunisienne des propriétaires d'établissements privés d'enseignement et de formation déplore la généralisation de la suspension des cours du 17 au 30 avril 2021    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Bon vent Bonaparte» : un roman historique sur les horreurs commises par les troupes de Napoléon en Palestine
Publié dans Leaders le 21 - 10 - 2019

Ala Hlehel est un palestinien, citoyen d'Israël, né en 1974 en Galilée, écrivain, journaliste et scénariste. Il a étudié les beaux-arts, la scénographie puis le journalisme, avant de collaborer à plusieurs organes de presse tels que le quotidien Al-Ittihad et Radio 48. Il a à son actif des romans et des recueils de nouvelles dont Al-Sirk (Le Cirque),en2002, Qissas li-awqāt al-hāğa (Histoire en temps de nécessité) en 2003, et Madina (La Ville) en 2008 ainsi que des pièces de théâtre pour lesquelles il a reçu de nombreuses distinctions dans le monde arabe. Son dernier roman, Bon vent Bonaparte! qui vient de paraître aux éditions Actes Sud, fut publié à Ammanen 2014 sous le titre Au revoir ‘Akka'.
Ala Hlehel vit à Akka (Saint-Jean-d'Acre). C'est précisément dans cette ville, à Saint-Jean-d'Acre, que se déroulent, en 1799, les événements de Bon vent Bonaparte!,On sait qu'à la fin du dix-huit siècle, ‘ La Question orientale' était à l'ordre du jour dans les pays européens, soucieux qu'ils étaient du sort des minorités de l'Empire ottoman dont l'Egypte et la Palestine faisaient partie, et qui était alors sur la voie du déclin. A cela, s'ajoute le désir de la France de porter en Egypte, pièce maîtresse de la route des Indes, le conflit qui l'opposait alors à l'Angleterre. Du coup Bon vent Bonaparte! se révèle être une description minutieuse du siège d'Akka et comme Turbans et chapeaux, le roman de Sonallah Ibrahim, une série d'observations caustiques sur les horreurs de la dictature, de la guerre et des exactions des forces étrangères, en particulier, celles de Bonaparte:
« (Bonaparte) occupe les villes, les unes après les autres. A Jaffa, il a fait égorger les gens comme du bétail et les habitants de Haïfa se sont livrés à lui comme des jouvencelles ». (p.33)
L'œuvre est un roman historique avec, évidemment, sa part d'imagination. Mais à la différence de Sonallah Ibrahim, Ala Hlehel ne se focalise pas uniquement sur Bonaparte. Il a inclus d'autres personnages importants comme Jazzâr Pacha, un Bosniaque sanguinaire au service de l'Empire ottoman, l'amiral Sidney Smith, chef de la flotte britannique, le colonel royaliste Phélippeaux, ennemi juré de Bonaparte, ou encore Haïm Farhi, conseiller juif de Jazzâr. Tous ontréellement existé.
Bonaparte a assiégé Saint-Jean-d'Acre du 24 mars au 30 mai 1799 sans parvenir à la conquérir.Protégée par ses remparts et réputée imprenable depuis les Croisades, cette ville était gouvernée d'une main de fer par Jazzâr Pacha, épaulé par les Anglais. Rusé mais très cruel, Jazzâr était sujet à des hallucinations et autres crises de folie, « pendant lesquelles il se mettait à tuer et à torturer sans raison » (p.79).
Souvent, parce que l'histoire contemporaine présente des analogies frappantes avec le passé l'auteur soucieux de l'inscription du réel, cherche à oblitérer les démarcations entre la fiction et la réalité. Or quoi de mieux que ces hallucinations et ces apparitions? Parce qu'elles surviennent régulièrement dans le roman,elles sont loin d'être anodines. En effet, afin de présenter indirectement au lecteur son jugement personnel des faits, l'auteur habilement, en prend souvent prétexte pour tisser, du début jusqu'à la fin, avec un réalisme fantastique, les fils des confrontations tragiques entre les principaux protagonistes.
Il en est ainsi, par exemple, de cette ‘crise' de Jazzâr, survenant à la suite de la lecture d'une lettre d'amour écrite par Bonaparte à Joséphine et interceptée par les Anglais:
« Bonaparte se leva, sous les yeux médusés de Jazzâr, et se mit à déambuler dans le diwan… :
* Abou-l-Mawt a tué une citoyenne française pendant qu'il la violait. C'est inadmissible.
Jazzâr laissa passer un long moment de silence, les yeux braqués sur ce Français insolent dont la présence lui semblait de plus en plus naturelle…
* C'est la guerre, finit-il par dire en tournant les yeux vers la porte, comme s'il avait honte.
* Mais elle était une prisonnière de guerre.
* Et les quatre mille soldats que tu as mis à mort sur la plage de Jaffa, n'étaient-ils pas des prisonniers de guerre?...
* Nous n'avions pas d'autre choix. Si nous les avions libérés, nous les aurions trouvés dans l'armée d'un autre wali en guerre contre nous, ou ils seraient venus combattre contre nous en Egypte. Et les constituer prisonniers nous aurait contraints à les surveiller, à les nourrir, à les cantonner…
* Et votre nouvelle constitution républicaine le permet ? Que fais-tu de la liberté, de l'égalité et de la fraternité ?
* Que tu es naïf Ahmed. Ne sais-tu pas que nous devons tuer les méchantsavant d'instaurer l'égalité et la justice. » (p.77-78)
Petit à petit, les apparitions de ce « nain français" deviennent de plus en plus concevables dans l'esprit torturé de Jazzar, guidant l'attention du lecteur non seulement vers le changement d'attitude de ce dernier, sa lassitude, sa nostalgie de la Bosnie et les souvenirs de son amour de jeunesse, mais également vers le thème central du roman, à savoir les maux dont le monde arabe a toujours souffert, notamment la souffrance des populations décimées par la peste et pliant sous le joug de l‘occupation étrangère.
Complexe à souhait, l'authentification de l'événement, dans un roman historique, objet de la narration, dépend non seulement du contexte historique mais aussi du choix du narrateur, de ses aptitudes et dessubtils coups de pinceau qui laissent habilement entrevoir la trajectoire finale. Ainsi, malgré la distanciation qui sous-tend cette authentification l'auteur, AlaHlehel, a inclus dans la trame de son récitla proclamation que Bonaparte aurait rédigée et publiée le 20 avril 1799 dans laquelle il aurait appelé les Juifs à revenir en terre d'Israëlpourcombattre à ses côtés.
« C'était la première fois que le pacha était dans un tel état depuis l'arrivée de ce nain amoureux (Bonaparte). Que signifiait son invitation aux juifs du monde entier à revenir ici, à Jérusalem, à la terre d'Israël ? Que voulait-il dire par « cette terre » ? Où était-elle et depuis combien de temps ? » (p.125)
Contrairement à ses habitudes, Jaazâr était perplexe :
« Comment gérer la situation ? Ce Farhi devant lui était-il complice du Français ? Les juifs d'Akka allaient-ils le trahir ? Pourquoi ne s'était-il pas débarrassé d'eux comme il l'avait fait des chrétiens ? » (p128).
« Le diable ne m'a jamais effrayé, c'est plutôt le contraire ». Cette citation du Père Jibraïl Amrout, en frontispice du roman, en dit long sur les intentions de l'auteur. Malgré la violence des nombreuses scènes atroces de torture qui le ponctuent, Bon vent Bonaparte ! possède comme tant de romans arabes modernes, sa portée idéologique. Il se lit d'une seule traite.
Ala Hlehel, Bon vent Bonaparte !,traduit de l'arabe par Antoine Jockey, éditions Sindbad/ACTES SUD, oct.2019, Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.