Nouvelle classification par la Banque Mondiale des pays en fonction de leur revenu : 2020-2021    Retour sur la rencontre hier des 3 Présidents : Saïed – Ghannouchi – Fakhfakh    Vers un renforcement du partenariat dans les ER entre la Tunisie et l'Inde    Tunisie: Incendie maîtrisé à Ennahli    Tunisie: Rejet de la motion de classement des "Frères musulmans" organisation terroriste, Nesrine Amari crie au scandale    Météo : températures en baisse et vent fort    Seules 33 des 74 des promesses contenues dans l'accord d'El Kamour ont été respectées    Mekki : Bienvenue aux Algériens dès aujourd'hui    Tunisie – Crise gouvernementale : Que stipule l'article 99 de la constitution que Kaïs Saïed veut utiliser pour reprendre les choses en mains ?    Un obus de guerre déterré à Bizerte    Coopération entre l'Inde et la Tunisie en matière d'Energies renouvelables    La Turquie commence le procès des 20 Saoudiens pour le meurtre de Khashoggi    Hausse de l'encours de la dette publique de 4%    30 projets déclarés au premier semestre de 2020 pour un investissement global de près de 1,3 milliard de dinars    CMF : OPA Obligatoire sur les actions de « HEXABYTE    Lancement du guide méthodologique de l'inspecteur administratif et financier en Tunisie    Fatah et Hamas «unis», l'exception qui confirme la règle    L'Etoile du Sahel au fond du gouffre    65 analyses négatives à Médenine    «La grande majorité de mes textes fait la part belle aux femmes»    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juillet à 11H00    Mohamed Moez Belhassine nommé nouveau Directeur général de l'ONTT    DECES : Zohra Bent Mohamed Akrout    Jean Castex nommé Premier ministre français    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    Un nouveau Premier ministre Français sera nommé dans 3 heures    CONDOLEANCES    Transport : A cause de la mauvaise qualité de ses navires, la Tunisie figure sur la liste noire de Paris MoU    DECATHLON Tunisie : L'enseigne sportive utile...Avant, pendant et après la crise du Covid-19    Programme TV du vendredi 03 juillet    Voiture électrique : Déploiement à grande échelle    Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman    Le producteur Tunisien Tarak Ben Ammar nouveau membre du comité exécutif de l'Academy des Oscars    Mini-football | Coupe de Tunisie – Huitièmes de finale : Siliana est tombée    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    Tennis | Tournois nationaux : Un circuit d'été    Météo | Températures en hausse avec un vent de sirocco    Adoption de la version finale du projet de la loi sur la protection des forces de sécurité intérieure et de la douane    Un conseil des ministres adopte plusieurs textes législatifs    Transfert : Hamdi Nagguez signe pour 3 ans à l'Espérance de Tunis    La Ligue des champions en Espagne sera diffusée sur Movistar+ jusqu'en 2024    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Tarak Ben AMMAR votera aux prochains Oscars    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Albert Memmi est décédé : la Tunisie perd en lui l'un de ses illustres écrivains
Publié dans Leaders le 24 - 05 - 2020

Il allait avoir cent ans, le 20 décembre prochain. Albert Memmi, l'enfant de Tronja, ce quartier populaire des faubourgs de Tunis, est décédé. Il a été un essayiste de talent et un écrivain lauréat de prestigieux, dont le Grand Prix de la Francophonie qui lui a été décerné par l'Académie française en 2004, pour l'ensemble de ses œuvres. Romancier, militant des causes indépendantistes et contre le racisme, Memi avait porté sa judéité en sacerdoce, et son amour pour la Tunisie, en passion originelle. De toutes ses empreintes littéraires, il avait marqué sa génération et son siècle. L'ancien élève du Lycée Carnot, où il enseigna, avant de « monter » s'installer à Paris, nous lègue une œuvre qui fait référence.
Lui rendant hommage, l'ambassadeur de France à Tunis, Olivier Poivre d'Arvor, affligé par sa disparition, a écrit :
Albert Memmi n'est plus, parti dans la nuit de Paris de ce vendredi 22 mai, une nuit de shabbat, entre celle du Destin et de l'Aïd el Fitr.
Paix à son âme !
Il est parti loin de Tunis où il était né, il y a exactement 100 ans, loin du quartier de la Hara, et de l'impasse Tronja. Loin de cette Tunisie qui l'a tant façonné et a fait éclore une œuvre unique, magnifique, puissante, complexe et parfois incomprise, tant l'arrachement à la terre natale et la marque de sa judéité y sont forts. « Un écrivain de la déchirure », comme le dit si bien Guy Dugas à qui l'on doit un travail remarquable sur l'auteur et l'édition de son journal intime, à compter de la seconde guerre mondiale.
Né en 1920, disparu en 2020, élève de Jean Amrouche au lycée Carnot, enseignant de philosophie à Tunis, Albert Memmi nous a donné de grands livres. La Statue de Sel, préfacé par Albert Camus, et Portrait du colonisé, précédé du portrait du colonisateur, préfacé par Jean-Paul Sartre… mais aussi le Nomade Immobile et tant de beaux textes.
Celui qui a accompagné et soutenu avec conviction le mouvement nationaliste et l'indépendance tunisienne quittera son pays natal en 1956.
J'espérais, depuis trois ans, qu'il puisse venir rencontrer une fois encore ses amis tunisiens et nous parler de cette œuvre-vie si imposante.
Lors d'une dernière correspondance, il y a quelques semaines, il avait décliné cette offre, en raison de son grand âge, mais adressait à la Tunisie de son cœur et de sa chair un salut chaleureux.
Après Leïla Menchari, il y un peu plus d'un mois, c'est un immense monstre sacré qui vient de disparaître, un passeur de ces deux rives, entre Tunis et Paris, entre nos deux pays, nos langues, nos croyances, notre Méditerranée. Avec sa disparition, c'est un continent d'Histoire et de cultures partagées qu'il nous appartient, face à l'ignorance, au repli sur soi et au refus de l'Autre, de faire vivre plus que jamais avec intensité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.