Création d'une coordination pour protéger la liberté de la communication audiovisuelle    Tunisie – Communiqué mensonger du bureau de l'ARP    Tunisie – LA CNRPS versera les pensions de retraite à partir de demain    Le renforcement de la coopération tuniso-française au centre d'un entretien entre Mechichi et Le Drian    La Tunisie et l'AFD signent des accords de financement pour soutenir les politiques publiques du pays    Projet du budget de l'Etat 2021 : hausse de 13,9% des recettes fiscales    Accords de normalisation avec Israël | Youssef Cherif: « L'espionnage moderne, par le biais des outils technologiques, va connaître un essor dans la région »    Au moins 25 sécuritaires afghanes tués    Augmentation des ressources d'emprunt de 91,5%, par rapport à la LF initiale    Pyramids FC en finale dimanche contre la RS Berkane    «Je continue d'apprendre de Messi»    Discours apaisant de l'UE, Londres marque son "intérêt"    Plan de relance aux USA    Tunisie – Couvre feu : Prolongation du couvre-feu sur le grand Tunis    Tunisie : Vers un renforcement de la coopération entre la Tunisie et le HCDH en matière de droits de l'Homme    Tunisie: Exportation de 3.000 tonnes de fruits vers la Libye au cours des 20 jours d'octobre    Désormais, une tarification fixée par l'Etat pour les cliniques privées    SFBT : baisse des quantités de bière vendues à cause de la crise de la Covid-19    Projet du budget de l'Etat 2021 : 315 millions de dinars consacrés aux programmes d'emploi    Vidéo buzz : MBC The Voice Senior : Un tunisien de 71 ans impressionne le jury    Tournoi d'Ostrava : Ons Jabeur assure et file en quarts de finale    Saïed ou l'antisystème politique classique    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Octobre 2020 à 11H00    CS Sfaxien : Les joueurs rependront les entraînements aujourd'hui    Le Président du bloc parlementaire de Qalb Tounès revient sur le décret 116 et sur le statut de la Haica    Tunisie : Net repli des échanges extérieurs aux prix constant jusqu'au mois de Septembre    Tunis-Re | Rapport annuel 2019 : Objectifs réalisés à 99,6%    Ahmed Ben Salah: L'homme du devoir (Photos)    Coronavirus : 388 tests rapides ont été réalisés à Jendouba    Régularisation de la situation des ouvriers de chantiers : Un accord inclusif et équitable    L'humidité pourrait réduire la contamination par aérosol    Europa League (Poules / 1ère journée): les matches de ce jeudi    BH Assurance : Un chiffre d'affaires en hausse de 5% (30 09 2020)    CONDOLEANCES : Mabrouka BEN NASR    UBCI : Un PNB de 177,648 millions de dinars (30 09 2020)    Classement Fifa: la sélection tunisienne de football conserve sa 26e place mondiale et la deuxième africaine    La Fédération générale de la culture exprime son refus de la réduction du budget du ministère des affaires culturelles pour l'année 2021    L'IFT garde le fil en ligne sur sa page facebook    Météo : Températures en légère hausse    La Foire internationale du livre Tunis n'aura pas lieu en mois de novembre prochain    Des militaires libyens des camps au conflit s'accordent sur l'ouverture des routes et la reprise des vols entre les villes    Gilles Kepel : «La loi contre le séparatisme doit traiter les causes et non les seules conséquences»    L'espace d'art B7L9 abrite l'exposition "Culture Solidaire", des œuvres créées durant le confinement    Diffusion et débat live autour du film "Lettres du contient" sur la page Fb de l'association l'Art Rue    Conférence de presse digitale de L' « Open Art Week 2020 » : La création explorée autrement    «La voie normale» d'Erige Sehiri : Sortie française    USA : Les micros de Donald Trump et Joe Biden seront plus souvent coupés lors du prochain débat    Israël et les EAU signent un accord d'exemption de visa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oussama Romdhani: Les prochaines élections US ne sont pas totalement sans enjeu pour la Tunisie
Publié dans Leaders le 01 - 10 - 2020

Bien que la politique US à l'égard de la Tunisie n'ait jamais figuré parmi les sujets soulevés au cours des campagnes électorales américaines, il est légitime de s'interroger sur l'impact potentiel de l'élection présidentielle, prévue pour le 3 novembre prochain, sur les relations entre Tunis et Washington.
Très peu d'experts tunisiens ou américains sondés dans le cadre de cet article s'attendent à un changement fondamental dans l'attitude des dirigeants américains à l'égard de la Tunisie après les élections, et ce quel que soit le locataire de la Maison-Blanche.
La plupart estiment néanmoins que les nuances liées aux visions géostratégiques et orientations idéologiques différentes des deux candidats se refléteront sur la politique de Washington à l'égard de la Tunisie et du Maghreb suite au scrutin de novembre.
De par sa taille, la modestie de ses ressources naturelles et l'absence d'enjeux stratégiques US importants la concernant, la Tunisie ne figure pas évidemment parmi les centres d'intérêt prioritaires de l'opinion publique ou du gouvernement US.
«Je ne pense pas que la Tunisie occupe à présent une place prépondérante dans l'esprit de nombreux américains. Ceux qui suivent la région connaissent bien l'importance de la Tunisie mais ceux-ci ne sont pas très nombreux», nous a déclaré un ancien haut diplomate américain précédemment affecté en Tunisie et qui a requis l'anonymat.
Il est à remarquer que notre interlocuteur a préféré ne pas s'identifier nommément, et ce à l'instar de la majorité des personnalités américaines et tunisiennes interrogées dans le cadre de cet article, et qui ont préféré garder l'anonymat, motivées par l'obligation de réserve ou par leur désir de ne pas afficher leur préférence pour un candidat américain ou un autre dans la course à la Maison-Blanche.
Malgré ses crises politique et économique actuelles, la Tunisie garde globalement des préjugés favorables aux Etats-Unis en tant que «seul exemple de réussite de transition démocratique» depuis 2011; bien que certains estiment qu'elle aurait pu mieux exploiter cet avantage comparatif dans la région.
Mme Ellen Laipson, directrice du département d'études sécuritaires à George Mason University en Virginie et ancien haut responsable US, souligne que «la Tunisie a su garder son image positive en tant que premier exemple de réussite du Printemps arabe».
«A travers l'échiquier politique, précise-t-elle, il y a un fort soutien à la transition politique pacifique que mène la Tunisie et il n'y a pas de controverse à ce sujet. Mais cela n'a pas pour autant permis de libérer de grands budgets pour la mise en œuvre de programmes en Tunisie
Mais certains experts diplomatiques tunisiens pensent que la Tunisie a déjà bénéficié d'un soutien tangible probant de la part de l'administration Trump et ce malgré toutes les restrictions budgétaires en place à Washington.
Un ancien diplomate tunisien de haut rang qui a suivi de près ces dernières années l'évolution des relations entre les deux pays a précisé que la Tunisie a «bénéficié d'un soutien bipartisan au Congrès US» et que «la coopération tuniso-américaine a en fait gagné en importance et en qualité sous l'Administration Trump», comme cela se manifeste par le maintien des formes de concertation initiées pendant l'ère Obama tels le dialogue stratégique, la commission mixte économique et la commission mixte militaire et qui ont été tenues de façon régulière. L'administration républicaine, a-t-il ajouté, a même «augmenté substantiellement le volume de l'aide militaire et civile à la Tunisie
Cette assistance a bien épaulé l'effort national en matière de lutte contre le terrorisme en particulier.
Mais le consensus est clair parmi les personnalités américaines interrogées: les pressions budgétaires sont telles à Washington que l'assistance à l'étranger durant le prochain mandat présidentiel souffrirait de coupes budgétaires inévitables que ce soit sous les Démocrates ou les Républicains.
La plupart des analystes estiment aussi que quelle que soit l'administration qui dirigera les Etats-Unis après les élections, elle mènera le pays sur la voie du désengagement, surtout militaire, de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.
Et ce n'est pas seulement Trump qui a déjà annoncé la couleur. «Les conseillers de Biden ont été clairs: le Moyen-Orient ne figurera pas parmi leurs trois premières priorités dans le monde», a dit Mme Laipson.
«Cela reflète les transformations stratégiques dans le paysage énergétique international, la fin des guerres d'Irak et d'Afghanistan et le désir de voir les pays de la région assumer davantage la responsabilité de leurs affaires», a-t-elle ajouté.
Mais c'est dans notre voisinage immédiat, en Libye, que le désengagement des Etats-Unis ou son degré d'implication dans la recherche d'un règlement durable pourra rejaillir directement sur la Tunisie, qui a déjà été affectée énormément par la violence et l'instabilité liées à la crise libyenne.
Selon M. Elie Abouaoun, directeur des programmes de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient au sein de l'Institut US pour la Paix, «la Tunisie sera affectée non seulement par la coopération bilatérale avec les Etats-Unis mais par les conflits et l'instabilité dans son environnement. Un effort américain soutenu pour stabiliser la Libye aura certainement son impact sur la Tunisie
Mais la majorité des experts américains ne semblent pas certains du degré de l'implication de la prochaine administration US ou de la durée de l'attention qu'elle accordera à la région nord-africaine et surtout à la Libye, face aux pressions internes bipartisanes en vue de réduire son rôle dans les conflits de la région Mena.
Même l'engagement accru de l'Africom dans le conflit libyen ne convainc pas ces experts de la prédisposition de Washington à s'impliquer davantage et pour longtemps dans le règlement du dossier libyen.
Au-delà de la Libye et comme le montrent déjà les prises de position des candidats en campagne, les deux administrations ont des programmes de politique étrangère bien différents.
Le dirigeant d'une organisation non gouvernementale américaine ayant à son actif une longue expérience au Congrès US a comparé ces deux programmes. Tout en qualifiant toute prévision concernant une prochaine administration Trump de «hasardeuse», notre interlocuteur a estimé qu'une administration républicaine «s'investirait dans la coopération avec la Tunisie et les autres pays d'Afrique du Nord en matière de sécurité, mais il est incertain à quel degré elle s'engagerait en Libye.»
Un gouvernement Trump, a-t-il ajouté, «ferait davantage pression sur les pays de la région pour limiter leurs contacts avec l'Iran et pour chercher des moyens d'établir des liens avec Israël».
Une administration Biden opterait, par contre, selon ce dirigeant non gouvernemental, pour «une diplomatie multilatérale» et serait mieux disposée envers des programmes d'assistance au profit des pays nord-africains ou subsahariens, et ce afin d'endiguer le problème de l'émigration clandestine et ses racines profondes.
Certains au sein de la sphère diplomatique tunisienne semblent enclins à croire qu'une administration Biden accommoderait mieux les intérêts de la Tunisie.
Selon un ancien haut diplomate tunisien, «Joe Biden est un ami de la Tunisie. Il a suivi à côté du Président Obama les difficultés liées à la transition démocratique, notamment en matière de bonne gouvernance, de relance économique et de lutte contre le terrorisme. Son éventuelle élection à la magistrature suprême aiderait à repositionner la coopération bilatérale sur des secteurs prioritaires pour notre pays, notamment l'investissement américain en Tunisie et le renforcement des exportations tunisiennes sur le marché américain par l'accélération des négociations sur la conclusion d'un accord de libre-échange entre les deux pays. De même de nouvelles perspectives pourraient aussi s'ouvrir en matière de coopération militaire et sécuritaire.»
Un ancien diplomate US qui connaît bien la Tunisie voit aussi plus d'avantages pour elle dans une administration démocrate: «Biden s'attacherait plus à la démocratie dans le monde et en Tunisie. Il s'intéresserait plus à la Libye et à la région, ce qui est une bonne chose pour la Tunisie», nous a-t-il déclaré.
Parmi les experts tunisiens et américains, on s'accorde à dire cependant que la diplomatie tunisienne saurait, grâce à son pragmatisme traditionnel, s'adapter aux avantages et aux contraintes qu'offrirait l'avènement d'une nouvelle administration US ou la confirmation de l'actuelle équipe au pouvoir à Washington. Le soutien des Etats-Unis, quel que soit le vainqueur du scrutin de novembre, et celui des principaux partenaires étrangers de la Tunisie, est fondamental pour que notre pays puisse faire face aux multiples défis auxquels il est confronté.
Mais pour la diplomatie tunisienne, beaucoup dépendra de la capacité de notre pays à relever ses propres défis internes et à progresser sur la voie de la stabilité politique et de la reprise économique.
Oussama Romdhani
Rédacteur en chef de The Arab Weekly et chroniqueur dans Annahar du Liban


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.