Le programme Isquo Enlien soutient l'entrepreneuriat des jeunes tunisiens et appelle aux candidatures    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    EST: Meziane vers le MC Alger ?    Pas d'augmentation des tarifs de la STEG    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    SIAME : Les revenus en légère régression de 5%    Football : Programme TV de ce jeudi 21 janvier 2021    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    CA – dossier des litiges et des dettes: La délivrance enfin !    ATB : Un PNB de 278,4 millions de dinars (31 décembre 2020)    Coronavirus: De nouvelles contaminations au Kef    Covid-19: le primat de l'économie et des considérations politiciennes sur la santé    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    Audition de trois Ministres au Bardo: Les terroristes profitent des troubles pour semer le chaos    L'autre son de cloche    Tribune: Quel bout du tunnel pour la Tunisie ?    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    Le marché boursier vire au rouge    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Ayoba: Une appli de messagerie africaine gratuite qui protège la vie privée    Ali Kooli expose devant l'ARP les chantiers du gouvernement en 2021    Festival de la Chanson tunisienne: « Ni exclusion ni courtoisie »    US Monastir : Taoufik Zaaboub désigné entraîneur adjoint    Météo | Temps nuageux et températures stables    La pénurie d'eau, une menace réelle dans la région de Kairouan    En photos : Une prothèse intelligente pour un héros de la garde nationale    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Club Africain : L' Assemblée générale élective fixée au 21 février    Coronavirus-OMS: Aucun décès lié aux vaccins n'a été enregistré    Tunisie-Remaniement ministériel : La date du vote de confiance à l'ARP est fixée    Tunisie-Programme des logements sociaux: Publication des listes définitives des bénéficiaires    Tunisie [Photos]: Hospitalisation des premiers patients à l'unité Covid-19 de Jebeniana    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Tunisie: I Watch s'exprime sur le blocage des avoirs de Ben Ali et ses proches en Suisse    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    The Voice Belgique: le chanteur Tunisien Youssef Ben Soltan impressionne le jury (vidéo)    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A propos des masques lavables et leur efficacité dans la lutte contre la Covid-19
Publié dans Leaders le 05 - 10 - 2020

Par Pr Ridha Bergaoui - Afin de contrer la propagation de la pandémie Covid-19, des mesures sanitaires sont recommandées par l'ensemble des autorités médicales. Il s'agit essentiellement du lavage fréquent des mains, de la distanciation sociale et du port d'un masque de protection ou bavette.
En Tunisie, comme dans de nombreux autres pays, le port du masque est obligatoire. Un arrêté du Ministère de la santé oblige le citoyen à porter le masque surtout dans les lieux publics et les espaces fermés comme les hôpitaux, les établissements de formation, les moyens de transport, les centres commerciaux... Tout contrevenant risque de s'exposer à des sanctions allant d'une simple amande à des peines de prison.
Le masque doit protéger et constituer une barrière contre le virus
Dans le cadre de la lutte contre la pandémie Covid-19, trois types de masques sont utilisés: le masque chirurgical, le masque FFP2 et le masque en tissu lavable. Le masque chirurgical est surtout utilisé par les malades pour éviter d'émettre des gouttelettes du virus et contaminer les surfaces et les personnes se trouvant tout autour. Le masque FFP2 est utilisé surtout par le personnel médical pour filtrer l'air et éviter la contamination par les malades. Ces deux types de masque sont à usage unique et ne doivent pas être utilisé plus de 8h de suite.
Les masques en tissu sont lavables et peuvent être utilisés de nombreuses fois conformément aux recommandations du fabricant. Ils sont économiques et sont les plus utilisés par le public. Nous nous limiterons dans ce qui suit aux masques en tissu.
Les masques protecteurs doivent répondre à des normes bien précises (comme les normes AFNOR, les plus utilisées dans les pays francophones) au niveau de la nature et des caractéristiques physiques des matériaux utilisés pour leur fabrication. Le respect de ces normes garantit la qualité du masque du point de vue ses pouvoirs de rétention des particules microbiennes et le degré de confort de son utilisateur.
Des masques lavables de qualité douteuse
On trouve des masques lavables aussi bien dans le circuit formel que le circuit informel. Les masques commercialisés dans les circuits formels en (pharmacies, grandes surfaces…) répondent théoriquement aux normes internationales et sont emballés dans des emballages individuels.
Toutefois il y a lieu de se demander s'il y a réellement un contrôle de la qualité de ces masques par les autorités médicales officielles qui doivent garantir à l'acheteur l'efficacité sanitaire et les caractéristiques physique et de durabilité du produit. Ces masques doivent obligatoirement porter au moins les indications suivantes : nom du fabriquant, garantie que le produit répond aux normes AFNOR, les matériaux utilisés et le mode d'emploi du masque avec mention du nombre de lavages maximum préconisé par le fabricant.
Dans les circuits parallèles, on trouve des masques (en bec de canard ou à plis) alignés parfois dans des brouettes et sur des étals en pleine rue, exposés tout le temps à la poussière et aux intempéries. On ignore tout de ces bavettes. On ne connait ni où elles ont été fabriquées (en Tunisie ou introduits illicitement par la contrebande) avec quels matériaux au juste et comment. Ces bavettes sont manipulées par n'importe qui. Tous les passants peuvent les essayer puis les remettre à leur place. Ces bavettes peuvent ne présenter aucune efficacité sanitaire contre la covid-19. Elles représentent un risque d'allergie et autres dangers pour les acheteurs.
D'autres bavettes sont confectionnées d'une façon artisanale. Ces bavettes ne respectent aucune norme et ne présentent aucune garantie pour le citoyen. Ce sont généralement tout juste un bout de tissu dont l'efficacité est bien douteuse.
Il faut souligner que le port du masque, surtout après un certain temps, n'est pas commode. On peut avoir la sensation d'étouffer et de mal respirer. Avec la chaleur estivale, le masque peut entrainer un inconfort thermique et une sensation de chaud et d'humidité sur le visage. Si on porte des lunettes, il y a souvent de la buée qui se forme avec le port de certains masques. Ces problèmes sont encore plus prononcés lorsque le masque ne répond pas aux normes. Il peut être également à l'origine d'allergies et de malaises divers.
Pour être efficaces les masques en tissu, même de bonne qualité, doivent être utilisés et manipulés par l'utilisateur selon un protocole bien défini. Ce protocole est malheureusement mal connu des usagers dont la plupart ignorent comment mettre correctement un masque et comment l'entretenir.
Bien mettre et entretenir son masque
Porter un masque ne sert à rien s'il est mal utilisé. Il est recommandé de se laver les mains avant toute manipulation du masque. Celui-ci doit être mis correctement en le portant soigneusement aux oreilles, par les élastiques, sans toucher aux surfaces planes. Le masque doit couvrir tout le nez et le dessous du menton. Il est recommandé de ne pas le placer sous le nez, sur la tête ou au dessous du menton. Ne jamais jeter son masque usagé en pleine rue car il représente un sérieux risque de contamination.
Afin de détruire les germes accumulés, le masque en tissu peut être lavé à la main ou à la machine. Le lavage se fait avec une eau tiède et du savon ou une lessive courante, faire sécher le masque à l'air, de préférence au soleil. Ne pas utiliser de l'eau de Javel ou un désinfectant, assouplissant… qui peuvent altérer les caractéristiques du masque et laisser des résidus pouvant être nocifs à l'inhalation lors de l'usage du masque. Repasser le masque peut aider à le désinfecter. A force de le laver à plusieurs reprises, la capacité de filtration du masque est altérée. Il sera utilisé tant que ses qualités filtrantes ou que l'intégrité du tissus (déformation en rétrécissant ou par distension) ne sont pas touchées.
Un masque est porté généralement durant un temps plus ou moins long qui n'excède jamais 4h. Il est impératif de laver son masque avant de le remettre de nouveau. C'est pour cette raison qu'il est conseillé de disposer de masques de rechange maintenus propres et prêts à l'emploi. Un masque mouillé (pluie ou autre) perd de ses qualités filtrantes et doit être remplacé par un autre sec.
Face à la pandémie, organisons la sensibilisation
Tous les spécialistes s'accordent à conseiller le port du masque pour rompre la propagation du coronavirus. Malheureusement, nombreux sont qui ont constaté et soulignés la réticence du tunisien à porter le masque. Certains vont l'imputer à la néglige, l'indiscipline, l'insouciance et l'ignorance de nos concitoyens. Il faut toutefois leur rappeler que, pour assurer la participation du citoyen à cette action collective, il faut commencer par le sensibiliser et l'éduquer. Il faut également lui garantir des masques de qualité, qui répondent aux normes internationales, la disponibilité et un prix abordable.
Le masque est un outil important dans la lutte contre la Covid-19. Porter le masque n'est plus un choix personnel, c'est une obligation légale et sociétale. Il est plus efficace lorsque tout le monde le porte et se protège mutuellement. Faisons preuve de civisme et soyons tous solidaires. Portons le masque, non comme une carte d'identité qu'on exhibe à la demande, mais comme une ceinture de sécurité qu'on met avant de prendre le volant de sa voiture ou le casque qu'on met avant de conduire sa moto.
Pr Ridha Bergaoui


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.