Le CSS dément le décès de Moncef Khemakhem    Tunisie : Nominations au sein du cabinet du ministre des Finances Ali Kooli    Youssef Chahed: « La Tunisie dispose de tous les moyens pour évincer le Coronavirus »    Tunisie : Moncef Khemakhem se porte bien    France-Coronavirus : Vers la fin de la troisième vague    L'UGTT dément sa participation aux négociations avec le FMI    BNA : PNB en hausse de 15,1% au 1er trimestre    Les Etats-Unis disposés à appuyer la Tunisie dans ses prochaines négociations avec le FMI et la BM    Industrie de l'armement : «Nous ambitionnons d'acquérir de l'expertise dans l'industrie maritime», déclare brahim Bartagi    En chiffres - Avancement de la campagne de vaccination    Ligue 2 : L'ES Hammam-Sousse retrouve l'élite    Monde: Daily brief du 22 avril 2021    Aucune demande de levée de l'immunité au député Rached Khiari n'a été déposée    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture jeudi dans le vert    Tunisie: Rached Khiari appelle des médias étrangers à la rescousse [vidéo]    Tunisie: Rached Khiari dévoile de quoi il a été accusé    Vaccin Coronavirus: Plus de 265 mille personnes vaccinées en 40 jours    l'Union tunisienne des propriétaires d'établissements privés d'enseignement et de formation déplore la généralisation de la suspension des cours du 17 au 30 avril 2021    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Azza Filali : Cet Etat qui tue ses enfants
Publié dans Leaders le 04 - 12 - 2020

Pas de place pour l'indignation, ni pour des mots de bon aloi et les propos convenus. Cela serait indécent.
Une mort absurde à en hurler : Badr Eddine Aloui, 26 ans, première année de résidanat en chirurgie à l'hôpital « universitaire » de Jendouba. Appelé aux urgences, le jeune médecin appuie sur le bouton de l'ascenseur, la porte s'ouvre, il pénètre et tombe dans le vide.
L'hôpital « universitaire » de Jendouba : six étages. Tous les ascenseurs sont en panne, sauf un seul qui marche quand il veut. Ce soir-là, il a décidé de ne pas marcher. Si les ascenseurs sont en panne c'est parce que la société de maintenance a refusé de les réparer, et si la société de maintenance n'a pas réparé les ascenseurs c'est parce que l'hôpital n'a pas payé les arriérés qu'il doit à ladite société. L'hôpital préfère investir dans du neuf plutôt que réparer « du vieux ». D'ailleurs, monsieur le ministre de la santé publique a visité l'hôpital « universitaire » de Jendouba le 3 octobre dernier. Ce jour-là, le fameux ascenseur devait sûrement fonctionner, pour que monsieur le ministre puisse accéder aux différents étages, et vérifier par lui-même la bonne marche de l'institution. Et dire qu'il aurait suffi d'un mauvais hasard pour que monsieur le ministre tombe dans le vide, et avec lui le directeur de l'hôpital, ainsi que le responsable du syndicat… Quelle perte cruelle ! Mais les ministres ne tombent pas, en tout cas pas d'aussi haut !
Notre Etat et ses grands (et moins grands) commis ne possèdent pas la culture de la maintenance. Faire du neuf avec du vieux, ils ne savent pas ce que cela veut dire. Ils préfèrent faire du neuf avec du neuf, c'est plus facile, et puis le neuf c'est joli à regarder, ça marche sans accrocs ; c'est aussi une occasion pour convier monsieur le ministre à venir inaugurer le matériel, couper le ruban et après se rendre dans le bureau du directeur pour avaler un jus de fruits synthétique, servi dans des gobelets ou un café au goût de jus de chaussettes, venu tout droit de la cafétéria.
C'est que la culture de la maintenance, suppose quelque chose d'assez rare sous notre beau ciel bleu : l'attention aux objets qu'on manipule. L'art de garder neuf ce qui traverse les ans. Mais, pour cela il faut fournir des efforts au quotidien, chose que les fonctionnaires de l'Etat n'aiment pas. Les efforts c'est comme les récoltes, ça obéit aux saisons : la saison des appels d'offres, celle de la soumission du budget annuel, et puis celle de la préparation des dossiers lorsqu'un expert ou un responsable vient en visite. A l'hôpital « universitaire » de Jendouba, comme dans toutes les institutions publiques de notre vaillante république, les efforts sont induits par la nécessité. Hors nécessité on sommeille, les femelles bavardent, les agents font leurs petites affaires en douce; on ramène à la maison le surplus de compresses, de gel, ou de médicaments qui encombrent la pharmacie de l'hôpital « universitaire », bref on vit comme tous les citoyens ordinaires.
Quant aux ascenseurs qui ne marchent pas, obligeant les malades à emprunter les escaliers, à pied ou allongés en oblique sur un brancard qui tangue, tout cela n'empêche personne de dormir, ni monsieur le directeur général de l'hôpital « universitaire » ni monsieur le ministre de la santé. Mais cela n'empêche pas un résident de 26 ans de mourir, broyé dans un trou !
L'absence de culture de la maintenance chez les fonctionnaires de l'Etat est d'autant plus curieuse que ces mêmes fonctionnaires, rentrés chez eux, portent un soin extrême à leurs objets personnels. Si le frigidaire ou le téléviseur sont abimés par maladresse ou manque d'entretien ou que le vase hérité de la grand-mère est réduit en miettes par une partie de ballon, c'est le drame à la maison. En vérité, nos fonctionnaires ont toujours soigneusement fait la part entre ce qui leur appartient et ce qui est une propriété publique. Celle-ci ne les concerne que de loin. Qu'elle tombe en panne, ce n'est pas leur affaire. Au responsable de l'administration de trouver des solutions. Et voilà notre responsable, noyé sous les dettes, qui active son système d'appel d'offres, pour réparer le matériel. Après l'appel d'offres, vient l'ouverture des plis, puis le choix du moins-disant, puis la convocation de la société de réparation choisie, une société forcément distincte de celle ayant installé le matériel. Puis, il y a un temps consacré dans nos administrations, temps mort qu'on respecte scrupuleusement et pendant lequel rien ne se passe car on attend l'intervention de ladite société : un mois, deux mois, voire plus. C'est que nos fonctionnaires sont dotés d'une qualité remarquable : l'extrême patience qu'ils déploient quand il ne s'agit pas de leurs affaires. Que de temps, que de générations nous faudra-t-il pour nous préoccuper du bien public, l'entretenir, le réparer comme s'il s'agissait d'une propriété personnelle.
Qu'un directeur d'hôpital dorme sur ses deux oreilles lorsque les six ascenseurs de cet hôpital sont en panne, tous les six ! Voilà qui est tout à son honneur ! Lui, au moins, n'a pas de problèmes d'insomnie ! Tout comme l'ouvrier dans un service, ou le gardien à la porte de l'hôpital, notre directeur est dénué du moindre souci pour la chose publique. Vous me direz qu'il est impuissant, l'hôpital étant incapable de payer ses dettes, pour récupérer les services des sociétés qui entretiennent le matériel. Imaginez, un instant, six ascenseurs hors service, et un malade atteint d'insuffisance cardiaque et obligé de gravir six étages pour regagner son lit. Voilà une véritable épreuve d'effort ! Qu'il en sorte indemne ou qu'elle l'achève, c'est juste une question de hasard.
Qu'on désigne un coupable pour ce qui a eu lieu le jeudi soir, qu'on intente un procès, qu'on organise pour Badr Eddine des funérailles nationales, tout cela est de la poudre aux yeux, destinée à occuper les gens. Le problème est ailleurs : la mauvaise gouvernance des institutions publiques, plombées de dettes, mourant chaque jour un peu plus. Et puis l'horrible indifférence des salariés de l'Etat pour la chose publique.
En définitive qui donc a tué Badr- Eddine ? L'ascenseur, certes. Mais derrière l'ascenseur se tient le directeur de l'hôpital, victime des pénuries, coupable quand même. Toutefois, ce directeur n'est que le représentant du ministre de la santé qui l'a nommé et a fermé les yeux, en passant devant les ascenseurs, lors de sa visite. Le ministre est redevable de la situation de son département à monsieur le chef du gouvernement. Avec celui-ci, nous voici parvenus au sommet de l'Etat. Et en vérité, ces responsables successifs, réunis en chapelet, représentent l'Etat. Quoiqu'on dise, quoiqu'on prétende c'est l'Etat qui a tué Badr-Eddine Aloui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.