UTICA : Plus de 50% des entreprises sont menacées de disparition    Tunisie – Coronavirus : De nouvelles mesures du 16 Mai au 06 juin 2021    Tunisie : Le dilemme de Kaïs Saïed par rapport à la cause palestinienne et son besoin des USA    Un entretien entre Ali Kooli et Bruno Le Maire passé sous silence    Salsabil Klibi [AUDIO] : Le président de la République est contraint de sceller le projet de loi de la Cour constitutionnelle    Violences à l'encontre des femmes : l'ATFD appelle à une action de protestation le jour de l'Aïd    Dernière Minute – Coronavirus : 81 décès et 1105 nouvelles contaminations, Bilan du 11 mai    Hichem Mechichi annonce une série de mesures d'accompagnent économique aux entreprises    Covid-19 : 7293 citoyens vaccinés à Siliana    La recette de Ridha Chkoundali qui pourrait réduire l'endettement extérieur de la Tunisie    Palestine, notre âme et conscience    Espérance de Tunis : Tous les joueurs testés négatifs au Covid-19    Après deux heures d'attente, les journalistes quittent la Kasbah    Confinement général : levée de l'interdiction de déplacement entre les régions    Ministre de l'Agriculture: La récolte céréalière sera meilleure que celle de 2020    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Khalil Zaouia : Ce qu'a fait Saïed à Mechichi était immoral    Exclusif: Des mesures au profit de certaines catégories sociales vont être annoncées    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    Football : Programme TV de ce mercredi 12 mai 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 12 Mai 2021 à 11H00    Tunisie: Le Mouvement du Peuple appelle à pavoiser les balcons et les façades des magasins de drapeaux palestiniens    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Tunisie: Othmen Jerandi participe à la session extraordinaire du Conseil de la Ligue des Etats arabes    Tunisie- Gafsa: Manifestation de soutien à la Palestine    Tunisie: Entretien téléphonique entre Kais Saied et Ismail Haniya    Règlement des déclarations fiscales avant le 15 mai : La CCT s'indigne    Boosté par les performances de la BH et la BIAT, le Tunindex s'apprécie    Tunisie- CONECT appelle à soutenir les secteurs touchés par les répercussions du confinement sanitaire    Ooredoo partage la joie de l'Aïd avec les enfants    Le CS Hammam-lif convoque une AG élective le 29 mai    " Sans Ticket " du 14 au 16 mai : Une sélection de courts métrages tunisiens disponible sur Artify    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Juventus : Gianluigi Buffon annonce son départ en fin de saison    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    La Maison Blanche révèle ce que tente de cacher Carthage    Kaïs Saïed appelle les Palestiniens à unifier les rangs au service de leur juste cause    Entretien téléphonique Kais Saïed et la vice-méricaine Kamala Harris : soutien renouvelé auprès du FMI, contre le Covid et pour la sécurité    La présidence du gouvernement tunisien solidaire avec le peuple palestinien    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Le gouvernement appuie toutes les entreprises tunisiennes qui investissent à l'étranger, assure Mechichi    Conseil de sécurité : Aucun accord sur une déclaration commune à propos des violences à Jérusalem    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    L'UGTT qualifie l'opération de la Cité Jarrah, à Al-Qods occupée, de "crime de purification ethnique"    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Tunisie : La 32e session des JCC confiée au cinéaste Ridha Béhi    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de l'ambassadeur Ali Hachani : la diplomatie en deuil (Portrait)
Publié dans Leaders le 31 - 03 - 2021

Il a longtemps incarné l'excellence de la deuxième génération de grands diplomates tunisiens et contribuer à hisser la Tunisie sur les fonts baptismaux. L'ambassadeur Ali Hachani, est décédé mercredi à l'âge de 74 ans. Deux fois ambassadeur-représentant permanent de Tunisie auprès de l'ONU à New York (1997 – 2000, puis 2003 – 2007), après avoir été membre de la mission de Tunisie durant les années 1970, jouit d'une grande réputation internationale. Il a été, entre autres, vice-président de l'Assemblée générale des Nations Unies, président du Conseil économique et social de l'Organisation, président de la Commission sociale, culturelle et humanitaire (3ème commission de l'Assemblée) …
Tour-à-tour, Ali Hachani avait été, entre affectations à New York, ambassadeur de Tunisie aux Emirats arabes unis (1985 – 1990), au Sénégal (1992 – 1995), et en Grèce. Spécialiste de la coopération bilatérale, il s'est également affirmé comme un grand diplomate du multilatéral, contribuant largement au rayonnement de la Tunisie. M. Hachani, titulaire d'une licence de langue et littérature anglaise de l'Université de Tunis, avait rejoint le ministère des Affaires étrangères en 1968, affecté à la Direction de la Coopération internationale. Il partira à New York en septembre 1972 en qualité de Conseiller la Mission permanente de la Tunisie auprès des Nations Unies et ce, jusqu'au mois de septembre 1979. Hédi Nouira, alors Premier ministre en avait fait son conseiller diplomatique en 1979.
Loin de se contenter de savourer une retraite bien méritée, l'ambassadeur Hachani a été très actif au sein de l'Association des Anciens ambassadeurs et consuls généraux, du site Le Diplomate, la Rédaction de Leaders et dans des formations politiques avant-gardistes. Régulièrement, il avait éclairé la lanterne de nos lecteurs par d'excellentes analyses. Lorsque la Tunisie a été élue, en juin 2019, membre non permanent du Conseil de Sécurité, son article soulignant les opportunités et les défis de ce mandat avait rencontré un vif intérêt. Comme tous les textes qu'il nous confiait. Sa rigueur, sa pertinence et sa perspicacité nous manquerons. Son amitié, aussi. Allah Yerhamou.
Portrait
Quand, en 1968, Ali Hachani, maîtrise de langue et littérature anglaises en poche, a rejoint le ministère tunisien des Affaires étrangères, il était loin de se douter de cette évolution. En fait, depuis son entrée à l'Université de Tunis comme « boursier des Affaires étrangères », il se sentait destiné à la carrière diplomatique à laquelle il s'est donné corps et âme. Des vieux bureaux à la Kasbah de la DCI (Direction de la coopération internationale) qui faisait alors partie de ce ministère, au palais de verre des Nations Unies à New York où il a fait ses premiers pas à l'étranger et qui a également vu l'achèvement de sa carrière en juillet 2007, que de chemin parcouru, que de raisons d'espérer et d'être fier et que de moments d'abattement et de désillusion ! Pendant cette période, Ali Hachani, comme tous les grands diplomates tunisiens de sa génération, a accompagné la gloire de la diplomatie tunisienne quand elle était respectée, quand le nom de la Tunisie était synonyme de réussite et d'attachement aux principes et de réussite. Il a également vécu, dans la douleur, le crépuscule de cette diplomatie quand la politisation excessive du métier et l'apparence écornée du pays et de son élite politique sont devenus si évidents.
Les trois premières décennies de la vie de la Tunisie indépendante ont été les années de construction de l'image de notre pays et de son économie. La direction de la coopération internationale (devenue plus tard Direction générale et secrétariat d'Etat) à laquelle Ali Hachani a été associé en tant que jeune diplomate était le lieu où se manifestait la grande estime vouée à notre pays par les pays développés.
Des quatre coins du monde, affluaient des aides qui ont contribué à la réalisation de nos projets de croissance économique et de promotion sociale. C'était une grande école pour la connaissance directe du pays et pour la maîtrise de l'art de la négociation internationale. C'était aussi l'occasion propice pour se convaincre du lien indéfectible devant exister entre la diplomatie et l'action de promotion économique et commerciale et, d'une manière générale, la défense des intérêts du pays à l'étranger. Cette conviction devait accompagner Ali Hachani tout au long de sa carrière puisque, même avec l'élargissement progressif du champ de ses responsabilités, la composante économique est restée présente dans sa vision et dans son action.
La deuxième grande école à laquelle Ali Hachani s'est trouvé exposé dès son jeune âge fut l'organisation des Nations Unies, où sous la houlette de grands maîtres en diplomatie tels Rachid Driss et Mahmoud Mestiri, il a acquis une vision plus vaste du monde et de ses problèmes, a appris l'art de la diplomatie multilatérale et a pu se rendre compte du rayonnement international de la Tunisie qui, en dépit de ses dimensions et moyens modestes, était un acteur incontournable, surtout pour les dossiers de la décolonisation et des négociations économiques internationales.
Depuis, et bien qu'il ait rempli d'autres fonctions diplomatiques bilatérales et régionales, la diplomatie multilatérale, avec ses dimensions variées, faites d'idéaux mais aussi de pragmatisme, est restée liée à la carrière de Ali Hachani et en est devenue un trait distinctif.
Cela devait se confirmer à plusieurs reprises puisque, après sa première affectation (qui a duré pas moins de sept ans) comme jeune diplomate auprès de la mission permanente de Tunisie auprès des Nations Unies à New York, il a été nommé à deux reprises ambassadeur représentant permanent de Tunisie auprès de cette organisation.
En cette qualité, il a été, entre autres, vice-président de l'Assemblée générale des Nations Unies, président du Conseil économique et social de l'Organisation, président de la Commission sociale, culturelle et humanitaire (3ème commission de l'Assemblée). Il a représenté la Tunisie dans plusieurs conférences du Mouvement des non-alignés et du Groupe des 77 (réunissant l'ensemble des pays en développement). Il a mené avec succès la campagne électorale qui s'est soldée par le dernier accès de la Tunisie au Conseil de sécurité comme membre non permanent. Les années passées par Ali Hachani à New York (Capitale du monde, comme les Américains aiment qualifier cette ville) l'ont marqué à jamais.
Ces années ont été entrecoupées de périodes passées au sein des services centraux du ministère des Affaires étrangères à Tunis et par des affectations comme ambassadeur de Tunisie auprès de certaines capitales arabes, africaines et européennes. La première de ces affectations a été en 1985 à Abou Dhabi, capitale des Emirats Arabes Unis.
A 39 ans, âge considéré, même alors, comme précoce pour assumer les charges de chef de poste diplomatique, quelle ne fut la surprise de M. Hachani de se voir recommandé au Président Habib Bourguiba par le ministre des Affaires étrangères d'alors, qui n'était autre que M. Béji Caïd Essebsi, pour être ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Tunisie auprès de ce pays frère. Cette recommandation est révélatrice de l'esprit qui animait les hauts responsables tunisiens de cette époque : celui d'encourager les jeunes compétences tunisiennes à accéder aux hautes responsabilités sans considération de l'appartenance politique, de la hiérarchie sociale ou des affinités en tous genres.
Représenter la Tunisie du Président Bourguiba dans un pays arabe du Golfe et qui plus est fortement imprégné à cette époque par le nationalisme nassérien, n'était pas aisé. Mais le diplomate tunisien était rapidement frappé par le haut respect dont jouissait la Tunisie, non seulement dans le pays de Cheikh Zayed, mais aussi dans les autres pays du Golfe qui ont multiplié les investissements dans notre pays et accueilli de nombreux enseignants et experts tunisiens.
Cette situation devait être soudainement interrompue en 1990 suite à l'occupation du Koweït par l'Irak et la prise de position ahurissante de la Tunisie en faveur du régime de Saddam Hussein. Il est vrai que le « changement du 7 novembre 1987 » venait de se produire et que la politique étrangère de la Tunisie n'était plus guidée autant par les principes et les intérêts supérieurs de la Tunisie que par des caprices inexplicables et des intérêts de plus en plus étroits.
Cette déviation préjudiciable s'est vérifiée dans les relations de la Tunisie avec d'autres régions du monde : en Afrique où M. Hachani a été ambassadeur au Sénégal et dans d'autres pays d'Afrique de l'Ouest, zone où la réputation de la Tunisie était impeccable au point que des artères importantes de certaines de ses capitales (comme Dakar) portent le nom de Habib Bourguiba.
Malgré les efforts louables de certains responsables de « l'ère du changement » de maintenir le lien avec les pays d'Afrique subsaharienne, l'absence d'intérêt de haut niveau à cette région a pratiquement réduit à néant la place dont la Tunisie bénéficiait et ce, au profit d'autres pays maghrébins plus entreprenants.
En Europe, malgré le maintien de certains centres d'intérêt politique et économique, le refus de diversifier ces intérêts et la préoccupation excessive de préserver une image de plus en plus différente de la réalité interne, notamment en matière de droits de l'Homme, ont faussé la vision des intérêts à long terme du pays. Les réactions épidermiques ont accru la dérive : M. Hachani qui était ambassadeur à Athènes au début des années 2000 en a fait l'expérience et a dû en subir les conséquences.
Sur le plan multilatéral, l'éloignement inexorable de la Tunisie des principes et valeurs universels qui avaient fait la force de la politique étrangère bourguibienne a rendu la diplomatie tunisienne incapable de préserver sa place dans les instances internationales et l'a obligée à assumer une posture réservée, voire « absentéiste », sur de nombreuses questions d'importance cruciale pour le monde. M. Hachani et d'autres «multilatéralistes» convaincus en étaient frustrés !
Le lecteur peut se poser une question légitime : face à cette détérioration progressive de la situation dans leur profession, pourquoi les diplomates n'ont-ils pas réagi ?
Le rôle d'un fonctionnaire — et les diplomates sont des fonctionnaires, même s'ils sont de nature spécifique — n'est pas de déterminer la politique mais de l'impulser si possible et de l'exécuter dans les meilleures conditions en essayant, dans les limites de leur pouvoir, de préserver les intérêts supérieurs du pays avant les intérêts passagers ou éphémères. Les diplomates professionnels l'ont fait et c'est peut-être pour cette raison qu'ils se sont trouvés de plus en plus marginalisés et supplées par des nominations politiques qui ont, en définitive, touché la plupart des postes diplomatiques et consulaires. Le ministère des Affaires étrangères a fini par perdre la plupart de ses prérogatives de nomination, mais aussi d'impulsion et même d'exécution de la politique étrangère tunisienne. Celle-ci s'est trouvée orientée et déployée par des personnes qui ont oublié que la diplomatie est un métier comme un autre qui, s'il est confié à des « non-professionnels », quelles que soient leur bonne volonté et leur expertise par ailleurs, dépérit et se meurt.
Il est heureux de constater que l'une des premières actions de la Tunisie postrévolutionnaire a été de commencer à réhabiliter le ministère des Affaires étrangères en faisant confiance, dans les récentes nominations de chefs de postes, essentiellement, aux hauts cadres du ministère. Mais le chemin reste long et ardu. La politique étrangère de la Tunisie et sa diplomatie ont besoin de mesures plus approfondies pour reprendre leur splendeur d'antan. Et c'est de là que vient le rapport entre la «politique » et la « diplomatie ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.