La BIAT lance une offre promotionnelle sur les crédits à l'immobilier au profit des TRE    Hasna Ben Slimane exige une passation par huissier de justice    Hichem Ajbouni : L'article 80 de la Constitution a sauvé Ennahdha !    Suite à l'instruction judiciaire ouverte à son encontre, Mabrouk Korchid se défend    Huawei Mobile Services et Ooredoo Tunisie lancent une facturation pratique et sécurisée    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 30 Juillet 2021 à 11H00    Tunisie: Ghazi Chaouachi dénonce le populisme qui domine la scène politique    Dream City, Rendez-vous en 2022    Pour cause de Covid-19, l'édition 2021 de Dream City reportée à 2022    JO Tokyo 2020 | Volleyball : La Tunisie s'incline devant l'Argentine    Appel à candidature : La Fondation Tunisie pour le Développement lance son cycle d'incubation à Siliana    Voilà pourquoi la pénurie de tabac s'aggrave en Tunisie [Vidéo]    CONDOLEANCES    Pleins feux sur l'affaire Moez Laâmari : Une nouvelle victime de la torture !    Commentaire | L'espoir renaît    JO Tokyo 2020 | voile: le duo Sarra Guezguez et Eya Guezguez termine à la 21e et dernière place du skiff 49er FX    Ils ont dit    Dernier métro à 15H: La TRANSTU s'excuse    Tunisie – Météo : La vague de chaleur se poursuit ce weekend    La Tunisie réceptionne une aide médicale fournie par des pays amis et par des Tunisiens établis en France    Filière de l'huile compensée : Pour que le produit soit toujours disponible    L'OECT se dit prêt à auditer les finances publiques, les dettes et les aides reçues par la Tunisie    L'initiative présidentielle du 25 juillet 2021: Vers une nouvelle gouvernance pour sauver la République    Jamel El Oref : L'huile végétale est devenue disponible après l'appel lancé par le président !    Fête de la Femme: La première astronaute africaine envoyée à la station spatiale internationale ISS sera Tunisienne    JO Tokyo 2020 | Judo : Nihel Cheikhrouhou éliminée en 1/8e de finale    Bilan Covid-19 : 3508 nouveaux cas et 167 décès    Messaâdi : Cinq millions de Tunisiens seront vaccinés d'ici mi-octobre    Crime raciste à Raoued plage    Ligue 1 : l'Espérance se sépare du ghanéen Basit Abdul Khalid    CS Sfaxien : début ce samedi des préparatifs pour la nouvelle saison    Tunisie : Décret Présidentiel n°80 portant suspension de toutes les prérogatives de l'Assemblée    Tunisie-Tunisair: Envoi d'une 2ème cargaison de matériels et équipements médicaux    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    36e Foire internationale du livre de Tunis : Appel à participation    Spectacle "24 parfums": Un site dédié au projet et un film documentaire en cours de réalisation (teaser)    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 29 Juillet 2021 à 11H00    Publication par l'INP des exemples du projet "Vigile" d'inventaire informatisé des collections muséographiques    Jeux Olympiques – Aviron : Khadija Krimi et Nour El Houda Ettaieb terminent à la 4e place    Festival Hammamet 2021: La pièce de théâtre "Club de chant" de Cyrine Gannoun en ligne    Hédi Dhoukar: L'invitation à réfléchir de Hichem Djaït    Dernière minute : La Maison Blanche « préoccupée » par l'évolution de la situation en Tunisie et appelle au calme    "Mémoire" de Slim Sanhaji et Sabah Bouzouita au FIH2021 dans sa version en ligne    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?
Publié dans Leaders le 07 - 06 - 2021

Par Mohamed Ibrahim Hsairi - Aussi bien du côté palestinien que du côté israélien, et bien entendu pour des considérations propres à chacune des deux parties, l'on s'accorde à dire que la quatrième guerre qu'Israël vient de mener contre la bande de Gaza, en l'espace de moins de quinze ans, a changé la donne et que l'équation du conflit palestino-israélien n'est, désormais, plus la même.
Les indicateurs de ce changement sont nombreux. J'en énumérerai les suivants:
1/ Sur le plan palestinien, pour la première fois, le Hamas et le Jihad ont surpris par l'intensité et l'envergure géographique inégalées de leurs tirs de roquettes contre Israël (plus de 4 300 projectiles en douze jours dont au moins dix pour cent n'ont pas été interceptés par le bouclier antimissile israélien).
2/ La solidarité des habitants de la bande de Gaza, bien qu'ils soient soumis à un blocus impitoyable et inhumain depuis presque 15 ans, avec leurs frères blessés lors d'affrontements avec la police israélienne sur l'esplanade des Mosquées de Jérusalem-Est, a réveillé l'ensemble du peuple palestinien en Cisjordanie et en Israël même, où Juifs et Arabes cohabitaient dans certaines localités depuis la Nakba.
Pour certains analystes, c'est là une véritable reconstitution du corps national palestinien. Et c'est pourquoi le Hamas a raison d'affirmer que «ce qui se passera après la bataille de «l'épée de Jérusalem» ne ressemblera pas à ce qui s'est passé avant, car le peuple palestinien qui a soutenu la résistance sait que c'est seulement la résistance qui libérera sa terre et protègera ses lieux saints ».
3/ Outre que la résistance a réussi à replacer le conflit palestino-israélien au cœur de l'actualité, elle a mis à nu, encore une fois mais plus fortement cette fois-ci, le caractère marginal de l'Autorité nationale palestinienne qui a brillé par son absence, son inertie et son impuissance tout au long des 12 jours d'affrontements. Ceci ne manquera pas de donner le coup de grâce à sa représentativité et à sa légitimité d'autant plus qu'elle s'oppose à l'organisation des élections depuis 2006.
En outre, et sur le plan arabe, elle a démasqué l'absurdité de la normalisation de certains pays arabes de leurs relations avec Israël à un moment où son arrogance a dépassé toutes les limites.
4/ Sur le plan israélien, elle a montré que la politique suivie par Benjamin Netanyahou en alliance avec les partis ultranationalistes et religieux, défendant le projet du Grand Israël et une colonisation à outrance, n'a pas pu venir à bout de la résistance palestinienne, et ne mène, en fait, qu'à l'échec et à la violence, car les humiliations et les spoliations ne font qu'exaspérer, jour après jour, l'amertume et la colère des Palestiniens.
D'autre part, la fracture qui est apparue dans la société israélienne lors des derniers affrontements est susceptible de s'aggraver dans les années à venir, surtout qu'Israël risque, de plus en plus, d'aller à la dérive d'un régime totalitaire, à la fois théocratique et militaire.
5/ Sur le plan international, la politique, pour le moins immorale, de Donald Trump qui a donné le feu vert à Israël et à ses exactions, a fini par porter ses «fruits amers». Mais ce qui est malheureux, c'est que son successeur Joe Biden n'a pas saisi cette réalité et il ne cesse de crier haut et fort qu'il apportera son « soutien indéfectible à la sécurité d'Israël et au droit légitime d'Israël à se défendre».
6/ D'une manière générale, les Etats-Unis et les pays européens, tout en s'empressant de condamner la résistance palestinienne, se sont comportés avec une mollesse déconcertante à l'égard de l'agression israélienne et semblent, en même temps, avoir renoncé depuis longtemps à contraindre Israël au simple respect du droit international, sans parler des droits inaliénables des Palestiniens, y compris sur Jérusalem-Est.
7/Plus déconcertante est l'attitude de certains pays européens et notamment celle de la France et de l'Allemagne qui ont purement et simplement interdit les manifestations de soutien aux Palestiniens, et prohibé toute expression critique à l'égard d'Israël, confisquant ainsi à leurs citoyens le droit de s'exprimer, de dénoncer les agissements inhumains de l'occupant israélien, ou d'afficher leur soutien à la juste cause palestinienne.
Désormais, toute personne qui manifeste son soutien au peuple palestinien est systématiquement accusée d'être un «antisémite», ou un «islamo-extrémiste» ou même un «complice des terroristes».
8/ Pire encore, ces mesures de censure ont coïncidé, d'une part, avec les restrictions décidées par les réseaux sociaux qui sont devenus une principale source d'informations et sont capables de mobiliser des communautés entières, afin d'empêcher la diffusion et le partage des vidéos et photos qui dénoncent les crimes israéliens, et d'autre part avec la frappe de l'immeuble des médias qui abritait les bureaux de l'Associated Press et d'Al-Jazeera.
Cette frappe, qui témoigne de la volonté d'Israël d'empêcher la couverture des atrocités commises par son armée, n'a cependant suscité que quelques éphémères expressions de préoccupation et d'inquiétude, et quelques timides appels au respect du droit à l'information non pas par Israël mais par «toutes les parties en conflit», ce qui prouve, encore une fois, qu'Israël demeure au-dessus de la loi et continue à jouir d'une impunité totale malgré tous les crimes qu'elle ne cesse de commettre…
9/ Quant à la Chine, elle a saisi l'occasion de la nouvelle guerre sur Gaza pour épingler le comportement des Etats-Unis qui a été à l'origine du blocage du Conseil de sécurité, pour stigmatiser la politique américaine de deux poids deux mesures et des droits de l'homme à géométrie variable, et pour inviter Washington, qui ne cesse de se soucier du sort des minorités musulmanes de l'Ouest chinois, à s'intéresser aux souffrances des Palestiniens qui sont aussi musulmans que les Ouïghours.
En somme, pour la Chine, «les Etats-Unis sont à l'écart du jeu multilatéral, se dérobent à assumer leur responsabilité de grande puissance, et continuent de se tenir du côté opposé de la communauté internationale».
10/ Pour sa part, l'Organisation des Nations unies, depuis longtemps impuissante et divisée sur la question palestinienne, s'est limitée à quelques appels à l'apaisement, mais en vain.
Bien que ces indicateurs soient disparates et divergents, il ne serait pas erroné, à mon avis, d'avancer que, dans leur globalité, ils marqueraient un point de rupture qui a fait dire au président Joe Biden que l'accord de cessez-le-feu entré en vigueur le vendredi 21 mai 2021 constitue «une vraie opportunité d'avancer vers la paix entre Israéliens et Palestiniens ».
Toutefois, cette déclaration, toute optimiste qu'elle est, a été assortie de l'affirmation, encore une fois, qu'Israël a droit à l'autodéfense et que les Etats-Unis réapprovisionneront le système de défense antimissile israélien.
En contrepartie, il a, certes, promis d'apporter une aide humanitaire et une aide à la reconstruction à Gaza. Mais aucun mot en ce qui concerne la levée du blocus qui dure depuis une quinzaine d'années, et surtout aucun mot en ce qui concerne les causes profondes tant de la dernière escalade que du conflit palestino-israélien plus généralement.
En outre, le président Joe Biden a bien précisé que l'aide à la reconstruction de Gaza serait fournie en partenariat avec l'Autorité nationale palestinienne et non pas avec le Hamas, que les Etats-Unis considèrent comme une organisation terroriste.
Or cet engagement qui relève de la gageure en raison des mauvaises relations entre le Hamas et l'ANP, qui est absente de la Bande de Gaza, veut dire que les Etats-Unis cherchent à maintenir et même à exacerber la division des Palestiniens.
Sur un autre plan, il faut noter que les membres du Conseil de sécurité n'ont pas pu sortir une déclaration qui salue l'annonce du cessez-le-feu qu'après le retrait d'un paragraphe sur la condamnation des violences, exigé par les Etats-Unis qui, rappelle-t-on, avait déjà rejeté trois projets de déclaration, ainsi qu'un projet de résolution français appelant à «une cessation immédiate des hostilités» et à «la fourniture et à la distribution sans entraves d'une aide humanitaire dans tout Gaza».
D'autre part, lorsqu'il a été interpellé sur sa position défendant le droit d'Israël à l'autodéfense et omettant de s'exprimer contre la réponse disproportionnée du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu aux attaques à la roquette du Hamas, il a défendu son approche de la gestion de la crise et a fait la sourde oreille même aux critiques venant de son propre parti. Convaincu qu'il dit l'être que «les Palestiniens et les Israéliens méritent tout autant de vivre en sécurité et de jouir d'un même niveau de liberté, de prospérité et de démocratie», l'on se demande comment envisage-t-il d'atteindre cet objectif avec ses positions totalement déséquilibrées et foncièrement pro-israéliennes. Il est vrai qu'il a affirmé que «son administration poursuivra sa diplomatie discrète et infatigable pour aller vers cet objectif, et qu'il s'engage à travailler en cette direction», mais ira-t-il jusqu'à souscrire aux objectifs bien précis avancés par le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, dans l'appel qu'il a lancé à la communauté internationale et où il a affirmé qu'il est urgent de rétablir le calme, et il est important de parvenir, ensuite, à une paix complète basée sur la conception d'une région où deux Etats démocratiques, Israël et la Palestine, vivent côte à côte, en paix avec des frontières sûres et reconnues?
Il est, peut-être, prématuré de répondre à cette question, mais on peut, d'ores et déjà, affirmer que si le président Joe Biden s'abstient de le faire, il condamnerait ce qu'il a appelé «une vraie opportunité de faire des progrès» à l'échec.
En tous les cas et pour éviter une cinquième guerre israélienne contre Gaza, le président Joe Biden et les Etats-Unis auront besoin de comprendre que malgré l'actuel cessez-le-feu, le feu continue à couver dans la région qui ne sera pas à l'abri d'une nouvelle escalade, et qui risque de s'embraser de nouveau, tôt ou tard,à moins que l'on s'attelle sincèrement et sérieusement à traiter les vraies causes de la cause palestinienne.
Mohamed Ibrahim Hsairi
Lire aussi
Abdelaziz Kacem: Hamas en hausse, Abbas en baisse


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.