L'assaillant de Nice serait tunisien, selon les médias français    Tunisie-audio : Khaled Hayouni : " L'interdiction de déplacement entre les villes ne concerne pas les villes du Grand Tunis"    Tunisie-audio : Changement des horaires des bus, métros et TGM suite au changement des horaires du couvre-feu    Mohamed Larbi Bouguerra: Netanyahou, bientôt orphelin de Donald Tromp ?    DE PARTOUT...DE PARTOUT...    Espérance de Tunis : Abderrahmane Meziane sur le départ    El Kamour, jusqu'à quand ?    Budget de l'Etat et financement intérieur : La réponse du ministre des finances au Gouverneur de la Banque Centrale    Au Grand Tunis : La circulation n'est pas interdite entre les gouvernorats de Manouba, Ariana, Ben Arous et Tunis, et ni soumise à autorisation    Libye: 782 nouvelles infections au coronavirus enregistrées    CONDOLEANCES : Rafika AYED    CONDOLEANCES    Football : Programme TV de ce jeudi 29 octobre 2020    L'attaque de Nice.. Le bilan s'alourdit. Nouvelles données sur l'assaillant    France : Nouvelle attaque armée à Avignon    Tunisie – Des mesures, oui... Pertinentes, on ne sait pas... A partir de quand, Dieu seul le sait !    Eliminatoires CAN 2021 : Vers le report du match Tunisie-Tanzanie ?    Volleyball | Calendrier de la fin de la saison : A quand le feu vert?    L'EST recrute Farouk Ben Mustapha : Le jeu de la hiérarchie et de la concurrence ...    Menace de dissolution du bureau fédéral : Qui a tort, qui a raison ?    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis : «Pour la cotation en Bourse des entreprises publiques»    Le maire de Nice : Je confirme que tout laisse supposer à un attentat terroriste    Express    COVID-19 : Les nouvelles restrictions décidées en Tunisie    Moyens de transport public et protocole sanitaire : Inconscience et laisser-aller des usagers !    France : Trois morts et plusieurs blessés dans une attaque au couteau à Nice, l'auteur interpellé    Wissam Ziadi et Marouen Ben Rejeb, co-fondateurs de l'association méditerranéenne ART et Nature (AMAN) à La Presse : «Boubli» cible les jeunes au cœur de la ville    Liste de 21 applications mobiles dangereuses téléchargeables sur Play Store à supprimer    Fête du Mouled : Les vœux de La Presse    Météo | Températures maximales comprises entre 20 et 25 °C    Banque Nationale Agricole : Un PNB de 457 millions de dinars (fin septembre 2020)    Les 5 raisons de chasser en Tunisie    Hamouda Ben Slama: Non, il (Macron) ne renoncerait pas aux caricatures (de Mahomet) !...    Tunisie : Visite du chef de la diplomatie nippone début décembre    Duel surprise Trump-Biden dans l'Etat de Géorgie    Route cinématographique en Tunisie sur les traces des films cultes, pour la promotion du tourisme durable    Une nébuleuse et des ruches    L'origami, l'art du pliage de papier    Une bataille entre l'ancien et le moderne qui en cache d'autres    STB : Un PNB de 411 millions de dinars (30 09 2020)    L'art urbain tunisien visible sur la clôture de l'ambassade de la Tchéquie à Tunis    Hichem Mechichi à propos de la lutte contre le Covid-19 : Les résultats obtenus jusqu'à présent sont toujours inférieurs aux attentes espérées    AMVPPC : appel à projets pour la valorisation du patrimoine culturel par le numérique    Création auprès de la présidence de la République d'une commission chargée de la restitution des fonds détournés    Espace «Préface» à Sousse : Activités maintenues    USA : Mélanie Trump : " Nous devons garder Donald à la Maison-Blanche pour qu'il puisse finir ce qu'il a commencé "    Ooredoo unit ses forces et poursuit son soutien national pour lutter contre la propagation du Covid-19    Tunisie: Exportation de 343.000 tonnes d'huile d'olive en 11 mois pour 2,78 millions de dinars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ghaza théâtre de frappes de représailles israéliennes
Publié dans Le Temps le 17 - 09 - 2020

Après les "shalom" et les "salam" à la Maison Blanche entre Israël et des pays du Golfe, l'Etat israélien s'est réveillé hier sous un "barrage" de roquettes depuis la bande de Gaza, théâtre aussi de frappes de représailles israéliennes.
Des premières roquettes avaient été tirées mardi soir vers Israël à l'occasion de la signature, à Washington, des accords de normalisation des relations entre l'Etat israélien et deux pays arabes, suivies hier matin par de nouveaux tirs et des frappes de représailles israéliennes, selon ces sources.
Et hier matin, avant l'aube, des sirènes retentissaient dans un chapelet de villes israéliennes bordant la bande de Gaza, enclave palestinienne de deux millions d'habitants sous contrôle du Hamas et sous blocus israélien, selon l'armée israélienne.
"Il y a actuellement un barrage de roquettes vers le sud d'Israël", a annoncé hier matin l'armée israélienne sur son compte Twitter, faisant ensuite état de 13 roquettes tirées depuis Gaza dont huit ont été interceptées.
Dans la bande de Gaza, des sources sécuritaires et des témoins ont fait état de frappes aériennes israéliennes sur l'enclave. Et l'armée israélienne a confirmé hier avoir bombardé dans la nuit des sites du Hamas dans la bande de Gaza en représailles à des tirs de roquettes tirés de l'enclave palestinienne en direction de l'Etat israélien.
Des "jets de combats" et "des hélicoptères", ont visé des postes du Hamas dans une série de frappes, a indiqué l'armée. "Une usine de fabrication d'armes et d'explosifs", "un complexe utilisé pour lancer des roquettes ont été ciblés", ainsi qu'une "infrastructure souterraine" du Hamas, a-t-elle précisé.
Mardi soir, deux roquettes ont été tirées depuis Gaza vers Israël, dont l'une a été interceptée par le bouclier antimissile israélien.
La seconde roquette s'est abattue sur la ville d'Ashdod, située entre Gaza et la métropole de Tel-Aviv, selon les services de secours locaux qui ont fait état d'au moins deux blessés légers.
Ces tirs coïncidaient avec la cérémonie de signature à la Maison Blanche des accords de normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis et Bahreïn.
A Washington, le Président américain Donald Trump a évoqué "un nouveau Moyen-Orient" et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a estimé que les accords pouvaient "mettre fin au conflit israélo-arabe".
Mais le Jihad islamique, second groupe armé de la bande de Gaza, après le Hamas, avait indiqué dans un communiqué, diffusé peu après les tirs de roquettes, que ces accords "injustes" allaient "pousser" les "forces de la résistance à poursuivre le jihad".
"Il n'y aura aucune paix, sécurité ou stabilité pour quiconque dans la région sans la fin de l'occupation et le respect des pleins droits du peuple palestinien", avait affirmé le président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, au pouvoir en Cisjordanie occupée, territoire séparé de Gaza.
Le mouvement Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, a multiplié en août les lancers de ballons incendiaires et a mené plusieurs tirs de roquettes depuis l'enclave vers Israël qui avait répliqué avec des frappes aériennes nocturnes sur des positions de ce groupe armé.
Mais les deux camps sont parvenus début septembre à un accord, grâce à une médiation du Qatar, afin de cesser les hostilités et de remettre sur les rails une trêve fragile en vigueur depuis environ un an et demi.
Evoquant un "jour sombre", les factions palestiniennes avaient appelé à des manifestations mardi pour dénoncer les accords de normalisation. Mais ces rassemblements n'ont réuni que quelques centaines de personnes en Cisjordanie occupée et à Gaza.
"Non à la normalisation avec l'occupant" israélien, "Les accords de la honte" ou encore "Trahison", pouvait-on lire sur des banderoles lors d'une manifestation à Ramallah, en Cisjordanie occupée.
A Gaza, des manifestants ont piétiné et incendié des effigies de Benjamin Netanyahu, du roi de Bahreïn Hamad ben Issa Al-Khalifa et du prince héritier d'Abou Dhabi Mohammed ben Zayed al-Nahyane.
Les accords de normalisation servent uniquement les intérêts d'Israël et non ceux des Palestiniens considèrent 86% des habitants de Cisjordanie et de Gaza, selon une enquête d'opinion publiée mardi par un centre palestinien de sondages.
"Nous disons au régime bahreïni et aux Emirats que cette normalisation est une trahison totale de la cause palestinienne et des espoirs de la nation arabe", a affirmé Ahmad al-Medalal, un responsable du Jihad islamique.
La mairie de Tel-Aviv avait, elle, été illuminée en soirée aux couleurs des drapeaux des Emirats et de Bahreïn. Idem sur les murs de la Vieille ville de Jérusalem où les projections des drapeaux de ces deux pays du Golfe côtoyaient aussi ceux des Etats-Unis et d'Israël.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.