Statue de Chokri Belaïd, pluies torrentielles… Les 5 infos du weekend    Bouden : « La création d'un conseil supérieur de l'éducation et de l'enseignement, oeuvrera à redonner à l'école son rôle d'ascenseur social »    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Marouen Abassi reçoit le gouverneur de la Banque centrale libyenne    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet 2022    Alerte météo | Des cellules orageuses feront leur apparition ce soir    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Premier League : Mejbri absent et CR7 Remplaçant, Man Utd battu à domicile    La CAF recadre le président De Laurentiis pour les joueurs africains    Talbi avec Lorient, Khazri avec MHSC et Skhiri avec Köln, 3 tunisiens vainqueurs ce dimanche    Tunisie – La crise économique risque de se compliquer encore plus    La statue de Chokri Belaïd provoque un tollé sur la toile    USA : New Mexico : La police enquête sur les meurtres en série de quatre musulmans    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ben Arous : saisie de 91 quintaux de farine subventionnée utilisée pour fabriquer les pains spéciaux    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    255 migrants migrants clandestins secourus en une seule nuit entre la Tunisie et l'Italie    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Vers la couverture sociale pour les travailleurs agricoles et de la pêche    Repères historiques | Aérodrome de Tunis : Le temps des pionniers    Bizerte: 3 enfants se sont noyés à Ghar El-Melh    Noureddine Taboubi inaugure le mémorial de Chokri Belaid (Vidéo)    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Pourquoi | Répercussions en chaîne...    Vacances estivales et activités pour enfants : Privilégier le divertissement et l'apprentissage    Mohamed Hammadi JARRAYA, Expert en économie et Président de l'observatoire «Tunisia Progress» à La Presse : «La relance, remède aux maux économiques»    L'USBG s'active sur le marché des transferts : Un mercato actif    L'USM se prépare pour la nouvelle saison : Une équipe new-look !    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Météo du dimanche 7 août 2022    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Kaïs Saïed ordonne le retrait de son poster placardé sur un minaret    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Apparitions médiatiques de Rached Ghannouchi : Un déni qualifié de la réalité    Festival du poisson à la Goulette : De plus en plus prisé    Tennis | Tournoi San José : Ons Jabeur éliminée en quarts de finale    MEMOIRE : Abdelwaheb DAMAK    La Tunisie condamne les raids menés par Israël dans la bande de Gaza    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    L'efficacité de l'action    Un Tunisien tué à Montréal : les détails    Décès d'un tunisien dans une fusillade à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'édito de Taoufik Habaieb: Kaïs Saïed doit changer
Publié dans Leaders le 06 - 07 - 2022

L'édification de la ''Nouvelle République'' voulue par Kaïs Saïed ne sera pas facile. Ses chantiers seront longs, complexes et coûteux. A peine s'il a voulu couler son pilier fondateur, la constitution, son projet de la loi fondamentale est loin de recueillir l'unanimité. La différence significative entre la version officiellement publiée et celle élaborée par la commission nationale consultative chargée à cet effet, sous la présidence du doyen Sadok Belaid, fait diversion.
Projet contre projet, les Tunisiens devant à un véritable dilemme. Avaliser la constitution de Saïed, lors du référendum du 25 juillet, c'est lui donner un blanc-seing, avec de très larges attributions, sans garanties réelles de réussite. C'est aussi endosser un caractère conservateur appuyé et une obédience religieuse affirmée. Et c'est, enfin, admettre que les droits et libertés, ainsi que tout l'élan démocratique, ne fassent pas l'objet d'une protection la plus solide et sans la moindre faille. Relégués au second plan, l'aspect économique et social, tout comme l'environnement et, sur un autre registre, la société nouvelle, ne bénéficient pas de la haute priorité qu'ils méritent.
Rejeter le texte de Saïed par une abstention au vote ou un non exprimé dans les urnes ne s'adosse à aucune autre alternative clairement dessinée. Les supporters du chef de l'Etat agitent l'épouvantail du retour d'Ennahdha et de la nomenclature d'avant le 25 juillet 2021 et laissent croire que le chaos est à l'affût, mais les Tunisiens savent qu'il n'en sera rien. L'enjeu est ailleurs.
L'attachement des Tunisiens aux valeurs de libertés et de démocratie, la vigilance de la société civile, l'Ugtt en première ligne, le contre-pouvoir des médias indépendants et leur pression conjuguée érigent une solide défense contre toute tentative de régression des droits et libertés, de dévoiement de la société, d'emprise autoritaire et absolue sur l'Etat et ses institutions.
Kaïs Saïed est-il capable de changer ? Serait-il en mesure de réamorcer le dialogue avec ses contradicteurs, de larges franges de la classe politique non corrompue, des représentants de la société civile et des chefs d'entreprise ? Dialogue signifie écoute, échange et action, et non un simple formalisme de façade.
La mise en œuvre de la nouvelle constitution, une fois adoptée, sera-t-elle assouplie et plus proche des attentes des forces démocratiques ? La marge de manœuvre du président de la République est réduite en la matière, cependant de réelles possibilités d'agir et d'amortir certaines dispositions s'offrent à lui.
On ne gouverne pas par un passage en force. Rien ne pourra se faire contre la volonté du peuple et au détriment de ses légitimes aspirations.
La recherche d'un consensus, aussi minimum qu'il soit, est indispensable. La confrontation politique, encore plus en ces temps de crise économique et sociale aiguë, ne sera que plus redoutable. Garant de l'unité nationale, c'est au chef de l'Etat de resserrer les rangs et de favoriser la mise en commun de toutes les énergies pour surmonter la crise économique et sociale.
Une constitution ne suffit pas pour changer la donne. C'est à l'Etat lui-même de créer, sinon la prospérité, du moins le minimum vital. Une large partie des Tunisiens fait face à des situations dramatiques et ne parvient à survivre que grâce aux menus subsides des aides publiques et surtout à l'entraide familiale. Quant aux finances publiques, on connaît leur grave descente aux enfers.
Kaïs Saïed a pris de gros risques en dessinant lui-même la nouvelle architecture institutionnelle et en rédigeant la loi suprême. Seul responsable vis-à-vis de tous, il doit alors assumer. Et surtout assurer. Pour cela, il doit changer d'attitude et d'approche.
Le grand allié de Kaïs Saïed sera l'ouverture, le dialogue, la concertation et le rassemblement. Ne pas s'y résoudre, c'est courir le risque de soubresauts politiques désastreux, d'enlisement économique périlleux et de troubles sociaux dévastateurs… Alors que la Tunisie a tant d'atouts pour s'en sortir..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.