REMERCIEMENT& FARK: Mohieddine MOUAKHAR    DECES: Mohamed Naceur MRAD    DECES    Express    La surchauffe de l'économie singapourienne nécessite un nouveau resserrement monétaire    Abdelmajid Chétali: Le talent, la passion, la gloire...    Pourquoi: Manque d'espaces sanitaires    Pollution marine et menace pour l'équilibre écologique: Va-t-on s'y attaquer réellement ?    L'apparition d'Ichraf Chebil critiquée sur la toile    FIBA 3×3 Nations League 2022 : les résultats de la 2e journée pour la Tunisie    CAB : Composition du comité provisoire de Jaziri    Ichraf Chébil Saied s'adresse aux femmes tunisiennes    L'incertitude politique et sociale mène à un nouvel abaissement de la notation de la Tunisie, par R&I    Abir Moussi: La nouvelle constitution est une menace pour les acquis de la femme    Première astronaute tunisienne et africaine : Telnet dévoile la liste des candidates    Bizerte – «Route du Jasmin»: «Marina Cap 3000» accueille 24 bateaux et yachts    Développement du tourisme de plaisance: Les grandes lignes de la feuille de route    Le service de la dette extérieure éponge la totalité des transferts de la diaspora    Mali : Un exploit sur le marché obligataire régional, toutes les dettes réglées    Décès du réalisateur Abdeljabbar Bhouri    Hatem M'rad: Les trois grands sens de la démocratie    WTA Cincinnati : Ons Jabeur exemptée, Serena défie Raducanu    L'UE assaillie par les migrants clandestins, +86% cette année    Semaine boursière : Le Tunindex enchaine les hausses    Un énorme soulagement à Sfax et Bizerte, dans la même journée    Royaume-Uni : Le probable successeur de Boris Johnson déjà plombé par un scandale    Foot-Europe: le programme du jour    Eventuelle grève des techniciens de la navigation aérienne    Le FTDES dénonce la poursuite de la marginalisation de la question relative au transport des ouvrières agricoles    Arrestation d'un trentenaire condamné à 11 ans de prison    Protéger les femmes    «Naseer Shamma & the peace builders» au Festival International de Carthage: Musique d'amour et de paix    « Kurt Rosenwinkel » au festival international de Hammamet: La nuit du jazz    Hédi Ben Abbès, président de la Chambre de commerce et d'industrie tuniso-japonaise (Ccitj): De premiers projets seront signés    La surchauffe de l'économie singapourienne nécessite un nouveau resserrement monétaire    La BNA mécène du festival de Dougga pour une culture inclusive    Par Jawhar Chatty : 13 août, la short list de Kais Saied    Salman Rushdie poignardé à New York    Un jeune tunisien meurt dans une prison italienne    La maison du luth arabe en Tunisie à l'initiative du luthiste irakien Naseer Shamma    Femmes et militaires : Ces tunisiennes qui nous honorent    Plusieurs terroristes touchés après des affrontements avec des militaires à Jebel Selloum    EST | Transferts d'été : Le remue-ménage se poursuit...    CAB : Report de l'assemblée élective…    Dialogues éphémères | Laisser faire la main de Dieu...    Programme TV du vendredi 12 août    Tahar Melligi , l'historien des artistes, décédé à l'âge de 86 ans    Orange Tunisie expérimente à nouveau la technologie 5G dans le domaine de la Culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Monia Ben Jémia: Les menaces sur les droits des tunisiennes dans le projet de Constitution du 30 juin 2022
Publié dans Leaders le 06 - 07 - 2022

C'est toujours à l'a une de la religion, que les droits des femmes, plus particulièrement les droits privés et familiaux, sont jaugés.
L'ambigüité des constitutions de 1959 et de 2014 sur la place de l'Islam dans l'ordonnancement juridique a conduit à des interprétations ambivalentes qui ont néanmoins permis des avancées. Dans la Constitution de 1959, « sa religion est l'Islam » de l'article premier a permis la consolidation des droits accordés par le Code du Statut personnel de 1957, comme à interdire ou limiter certains autres droits (inégalité dans l'héritage, l'homme chef de famille, interdiction du mariage de la musulmane avec un non musulman, interdiction de l'héritage entre musulmans et non musulmans etc.). La Constitution de 2014 n'a pas mis fin à l'ambivalence, l'article premier (sa religion est l'islam) auquel il a été ajouté un article 2 (Etat civil) a été invoqué pour refuser l'égalité dans l'héritage, notamment. Alors que l'article 2 est celui qui a permis le projet de loi d'égalité dans l'héritage (2018) et la suppression de l'interdiction du mariage des femmes pour des raisons de disparité au culte musulman (2017).
L'article 5 du projet de Constitution soumis au référendum met fin à l'ambigüité, l'Etat doit se référer aux finalités de l'Islam. Il est le seul à pouvoir le faire, ce qui exclue toute autre entité (partis politiques, associations etc.), mais il doit le faire : « La Tunisie fait partie de la communauté (Umma) musulmane. Il revient exclusivement à l'Etat d'œuvrer à assurer les finalités (maqassid) de l'islam en sa conservation de la vie, de l'honneur, des biens, de la religion, de la liberté ».
C'est à ces finalités que seront jaugés les droits des femmes, la religion, l'honneur ayant toujours été opposés aux droits des femmes. C'est par référence à leur honneur et à celui des familles que la jeune femme violée était autorisée à épouser son violeur (article 227 bis ancien du Code pénal) et que toutes les violences contre elles, notamment commises au sein du couple et de la famille, devaient être tues ou couvertes du voile de l'impunité.
C'est par référence à la religion que l'interdiction de la polygamie en 1957 est régulièrement contestée et que le projet de loi sur l'égalité dans l'héritage avait été enterré par l'actuel président de la République après que le parlement à majorité islamiste l'ait gelé.
Un recul des droits des femmes devient-il possible avec ce projet de Constitution qui institue, sans conteste ni ambigüité aucune, un Etat religieux (Slim Laghmani, 4 juillet 2022)?
Les articles 22 et 23 du projet garantissent aux citoyens et citoyennes l'égalité ainsi que les libertés individuelles et publiques. Mais nous savons comment a pu être interprété l'égalité citoyenne: l'égalité dans la sphère publique oui, mais pas dans la sphère familiale. La liberté individuelle des femmes pourra être limitée, au nom de l'honneur et de la religion, On pourra obliger les femmes à porter le voile, si l'on considère que la liberté vestimentaire relève de la religion. Le projet de Constitution peut d'autant plus être lu dans le sens d'une possible limitation même de la liberté vestimentaire que l'article 26 qui proclame la liberté individuelle ne féminise pas. Il se contente de dire la liberté de l'individu est garantie. A défaut de préciser et de dire « l'individu, homme ou femme », on pourra faire comme pour les citoyens et citoyennes et exclure celles-ci de toutes ou de certaines libertés individuelles. La liberté de circulation, dans l'article 30, n'est aussi accordée que pour le citoyen, certaines femmes ou toutes les femmes pourront en être exclues. On pourra exiger des femmes, comme dans certains pays appartenant à la communauté musulmane, qu'elles soient désormais accompagnées d'un tuteur pour pouvoir circuler.
L'article 51 est une reprise de l'article 46 (Constitution de 2014) et fait notamment de l'Etat le garant des droits acquis des femmes qu'il s'engage à protéger, conserver et améliorer. Mais pourra-t-on encore se prévaloir de droits acquis si le projet est adopté? Notre histoire, que le préambule du projet de constitution se déclare vouloir corriger, a pris de mauvais chemins, il faut la remettre sur les rails, ceux de la véritable démocratie et de la vraie liberté et indépendance. Le préambule du projet de la Constitution présente celui-ci comme le projet d'un peuple insurgé depuis le 17 décembre 2010 et dont les revendications de dignité, de liberté et de souveraineté n'auront été entendues que le 25 juillet 2021. Il s'agit alors non seulement de corriger un processus dévoyé de la révolution, mais de réécrire l'histoire, de corriger le processus de l'histoire. L'histoire du peuple tunisien, sa libération commence avec ce projet de constitution soumis au référendum, les autres constitutions, celle de 1861, la seule nommée expressément et qui n'avait accordé aucun droit aux femmes, les constitutions de l'après indépendance (celles de 1959 et de 2014 lesquelles les ont consacrées, en particulier la dernière d'entre elles) ont toutes, affirme le préambule, plus ou moins échoué. La seule qui ait réussi et atteint ses objectifs, « le texte le plus important » est celui écrit au 17ème siècle, dit la charte rouge et qui ne s'est pas non plus soucié de la question féminine, s'agissant d'une charte fiscale (Wahid Ferchichi, légal agenda, juillet 2022).
Avant ce projet, nulle dignité pour absence d'une liberté réelle, nulle souveraineté pour absence d'une indépendance réelle. Et donc nul acquis dont les tunisiennes pourraient se prévaloir.
Les droits et libertés reconnus par ce projet ne pourront être limités que par la loi et en cas de nécessité. L'article 49 de la Constitution de 2014, devenu l'article 55, dispose néanmoins que ces limites ne peuvent toucher à l'essence des droits et doivent être justifiées par les finalités de la loi et y être conformes. Quant on sait que la loi doit servir les finalités de l'Islam, la religion, on voit tous les dangers qui se profilent sur les droits des tunisiennes.
Le projet est octroyé par un président qui a toujours mis le Coran au dessus de la Constitution. Il ne peut avoir voulu le contraire dans la Constitution qu'il nous octroie. Il y a des règles immuables, comme il l'a décrété pour l'inégalité dans l'héritage, pourquoi n'y en aurait-il pas d'autres, toutes les autres (la polygamie, l'obéissance au mari etc.) une fois le projet voté ?
Danger de recul assurément, car chaque fois que notre appartenance à la communauté arabe et musulmane a été évoquée, notamment par le juge judiciaire, ça n'a jamais été au profit des femmes et de leurs droits à l'égalité dans le mariage et la famille. Le reste (droits politiques (de vote et d'éligibilité), socio économiques) peut être accordé sans danger, même si on peut restreindre l'éligibilité d'une femme à la présidence de la république : une femme ne pouvant être aux commandes de la communauté musulmane ou d'un de ses segments, la Tunisie. La communauté musulmane, seul horizon des femmes, à l'exclusion des traités internationaux relatifs aux droits humains, comme la Convention internationale sur l'élimination de toutes les discriminations à l'égard des femmes (CEDAW), lesquels n'apparaissent dans aucune des dispositions du projet de Constitution et n'ont pas, comme dans les constitutions de 1959 et de 2014, un rang supérieur aux lois. Voilà bien la Constitution que je redoutais.
Monia Ben Jémia
5 juillet 2022
Lire aussi
Rafâa Ben Achour - Les dispositions transitoires : Entre la certitude de la ratification populaire et la perpétuation de l'état d'exception
Sadok Belaid dénonce haut et fort la version publiée par Saïed du projet de la constitution : « Ce n'est pas le nôtre, il présente des risques ! »
Salsabil Klibi: Le projet de constitution proposé au référendum du 25 juillet 2022 : la revanche de la constitution de 1959 ?
Samy Ghorbal: Justice constitutionnelle, encore une occasion manquée ?
Ahmed Ben Hamouda : Lecture sectaire et vivre ensemble…!
Mouna Kraïem - Le président de la République dans le projet de constitution : Un président qui peut tout faire mais qui ne peut mal faire
Azza Filali - Nouvelle constitution : les mots ambigus ou absents
Officiel : Téléchargez le projet de la nouvelle Constitution


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.