Ligue 1 : Les arbitres de la 10e journée    Tunisie: Poursuite de la grève des surveillants et des surveillants généraux    Tunisie – météo : Vents forts et légère baisse de températures    Le Bureau de l'UNESCO pour le Maghreb célèbre la Journée internationale de l'éducation    La Tunisie et le Maroc, champions de la digitalisation à des fins économiques en Afrique du Nord    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Tunisie-Photos du jour: Les mesures sanitaires annoncées VS la réalité    Informations générales sur le programme de coopération UK - OCDE - BFPME, orienté à l'accompagnement post-création dans le contexte de la crise du COVID-19    Hatem Zaara :L'évaluation du FMI aurait pu être pire    DECES : Zeineb MEDDEB    DECES : Ghaya BENINA    MEMOIRE : Ali Ben Sadok BEN YEDDER    Pour l'établissement d'une alliance enfreignant la loi : «Marsad Raqaba» porte plainte contre les banques tunisiennes    Coronavirus-Monde: Le virus creuse davantage le fossé entre les plus riches et les plus pauvres selon le rapport d'Oxfam    Utap | Campagnes agricoles : Résoudre les problématiques en suspens    Connectivité Internet : Les freins qui persistent    Investissement direct étranger : L'avantage fiscal n'est pas la priorité des investisseurs    Des pressions sur l'approvisionnement en différents produits agricoles provoquent une hausse des prix (Ministère du Commerce)    Utilisation d'excédents supplémentaires par les banques dénoncée par Raqabah    30% des personnes arrêtées sont des mineurs    D'un sport à l'autre    L'invité du lundi | Anis Lounifi ( ex-champion du monde et sélectionneur dames de judo ) : « Le judo est devenu un sport à traditions en Tunisie... »    Malgré une injustice arbitrale : Des Cabistes conquérants !    Coronavirus : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    Tunisie [Vidéo]: Le Programme "Azima" veille sur le protocole sanitaire à la reprise scolaire à Médenine    Tunisie-ARP: Décès du Directeur administratif et financier, Hatem Beyaoui    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Foot-Europe: le programme du jour    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Environnement: Où sont passés les merles noirs ?
Publié dans Le Temps le 23 - 04 - 2017

Egayant l'ambiance de leur chant flûté de l'aube au coucher du soleil, les centaines de merles noirs ayant élu domicile dans la ville de la Goulette et ses environs immédiats, à la banlieue nord de Tunis, ne sont plus audibles depuis quelques jours.
Des habitants nous ont rapporté que ces merles noirs ont déserté les lieux, à l'exception de quelques rares spécimens.
S'agit-il d'une désertion définitive ou d'une virée provisoire commandée par les besoins de reproduction qui incitent ces passereaux, périodiquement, en pareille époque, à quitter les habitations humaines pour aller nidifier dans les forêts et les zones boisées des alentours. Les merles noirs sont des oiseaux passereaux, à l'instar des hirondelles, des moineaux, des rossignols et des grives.
Il y a en effet une dizaine d'années, les hirondelles qui venaient par centaines, tous les ans, au mois de mars, dans la ville de la Goulette et ses environs immédiats, y séjourner jusqu'au mois de novembre, avaient cessé leur venue en aussi grand nombre. Mais, les hirondelles sont des passereaux migrateurs, alors que les merles noirs de nos contrées sont sédentaires.
Toutefois, leur désertion a tout l'air d'être provisoire et commandée par les besoins de reproduction et de nidification. Des virées provisoires similaires avaient été constatées et décrites, auparavant, par beaucoup d'intéressés parmi les amis des oiseaux.
L'un d'eux écrivait à ce sujet il y a quelques années : « Comme à leur habitude, les merles noirs (Turdis Merula) ont déserté les quartiers résidentiels de Tunis peu après la période de reproduction pour se réfugier dans les parcs, les forêts et autres zones boisées. Depuis que le temps a commencé à baisser, ils retournent en ville et animent de nouveau nos jardins. On voit bien que ces oiseaux viennent de muer car leur plumage est plus neuf et plus brillant, surtout celui des mâles. Pour le moment, les merles vont rester silencieux. Il faudra attendre le début de la prochaine période de reproduction pour entendre de nouveau le chant flûté des mâles. C'est l'un des plus beaux chants d'oiseaux qu'on puisse entendre en Tunisie. »
Les merles se reproduisent jusqu'à trois fois par an. La formation des couples commence en février et mars. Quand vient la saison de reproduction, ce sont, alors entre mâles, des combats et des poursuites, des joutes oratoires depuis des perchoirs évidents comme les antennes de télévision sur les toits des maisons, des prises de becs occasionnels, plus rarement des corps à corps. Les femelles peuvent aussi être agressives entre elles.
Cependant, le merle noir n'a pas été toujours aussi proche de l'homme. Jusqu'à il y a un siècle et demi, les merles étaient plutôt une espèce forestière, se nourrissant de vers, d'insectes, de baies et de fruits. Aujourd'hui, ils envahissent les habitations humaines et ont commencé à tirer profit des restes de pain et autres fruits non consommés jetés par les hommes. Leur familiarité à l'égard des hommes augmente sans cesse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.