CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    teste    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Pourquoi? | Avec de la volonté    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Tunisie-coronavirus : Plus de six millions de personnes entièrement vaccinées    Covid-19 | Béja : Un taux de positivité de plus de 41%    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    Réduction des émissions de CO2 : La GEAPP lance un appel à partenariats    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    La raison derrière la démission de Nadia Akacha, selon Reuters    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Météo: Nuages passagers et températures en baisse, ce mardi    La grève des médecins, médecins dentistes et des pharmaciens, reportée : La réforme du secteur, une cause perdue ?    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Coronavirus: 4 décès et 2834 nouvelles contaminations, Bilan du 23 janvier 2022    Abderraouf Betbib commente la démission d'Akacha [AUDIO] : Une épreuve pour la magistrature et Kais Saied    CAN 2021 : Où regarder les matches de mardi ?    EN : Hussein Jenayah dément l'appel du ministre des Sports !!    El Kef: Visitez le patrimoine culturel immatériel de la ville avec le projet Hkeya fi Hkeya    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Marianne Catzaras expose au « Violon Bleu » à Sidi Bou Saïd: Toucher aux choses qui font mal
Publié dans Le Temps le 01 - 07 - 2018

L'artiste poète et photographe Marianne Catzaras expose actuellement à la galerie « Le Violon Bleu » à Sidi Bou Saïd un ensemble de photos en noir et blanc et en couleurs sous le thème de : « L'éternité, un arbre. » Elle donne à réfléchir en silence le monde d'aujourd'hui.
Elle « réinvestit le présent avec le prisme du passé...avec une intemporalité qui marque une identité temporelle précise qui est l'éternité », comme elle l'a expliqué récemment dans une interview accordée à notre confrère « La Presse. » Marianne Catzaras fixe l'arbre et particulièrement l'olivier qui l'accompagne dans ses pérégrinations à travers des villes, des îles et des villages méditerranéens. Son acte de photographier fixe-t-il le temps, l'éternité et le silence ? Le regard du visiteur ne devrait point rester au premier degré. Car la photographe semble dialoguer avec lui pour l'introduire dans son champ du regard, de l'investigation, des remarques et des critiques sur ce que vit le monde d'aujourd'hui plus exactement celui des migrants légaux ou illégaux qu'on ramène chez eux et de force. « Dénoncer les injustices de toutes parts, c'est ça aussi l'histoire des arbres » affirme également Marianne Catzaras dans cette même interview pour expliquer ses choix et ses buts. L'arbre n'est donc qu'un prétexte pour toucher au fond des choses qui font mal. L'exposition qui occupe les deux niveaux de la galerie « Le Violon Bleu », haut perchée sur la colline du village de Sidi Bou Saïd épouse ce lieu mythique qui donne sur la mer Méditerranée. Et que l'on soit sur l'une ou l'autre des deux rives, la sensation demeure la même pour raconter la vie par images interposées. Les pieds de l'olivier baignent dans l'eau de mer. Le rapprochement est suggestif. La scène est pittoresque. « Un jour, une image », comme le titre d'un tableau, allons-nous dire en regardant et en contemplant cette scène unique que Marianne Catzaras n'a pas laissé échapper et a éternisé via son téléobjectif. C'est « L'envers du monde » qui s'offre en quelque sorte à notre regard, comme sur l'une des photos. Les titres choisis pour ses travaux par la photographe nous guident allègrement. Nous sommes « Sur le balcon du monde » regardant non sans étonnement des faits effarants. Et dans cette belle exposition à voir et à lire au second degré, c'est « L'écume des jours » qui nous poursuit. Comme dans un mouvement d'aller et venue des vagues. Une citation anonyme dit d'ailleurs que « L'homme n'est assuré de sa vie ni de sa mort, il est fragile autant que feuille de bananier ou écume sur les eaux. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.