Tunisie – AUDIO : Quel coût financier pour la grève générale de deux jours ?    Porto Farina : Quand Brahim Letaief nous rend le cinéma qu'on aime    Open d'Australie – Double : Malek Jaziri et son partenaire éliminés en huitièmes de finale    Un fort séisme frappe le nord du Chili    Hella Ben Youssef Ouardani: Un nécessaire sursaut patriotique !    Mokhtar el khlifi: L'heure de la vérité amère a sonné pour tous.    Coupe de la CAF: le programme de dimanche    Mondial Hand 2019 : la Tunisie affronte la Hongrie    Ligue des champions : le classement et les résultats de la deuxième journée    Tunisie – Le gouverneur de la banque centrale refuse de se présenter devant le parlement ?    Les Femmes américaines s'insurgent contre le président Donald Trump à Washington    Syrie: Des blessés lors d'une forte explosion à Damas    France : VIDEO : Incendie mortel dans une station de Ski à Courchevel    Une responsabilité collective à assumer    La confiance de retour    Bientôt les soldes d'hiver    Indestructible la volonté générale, et sans violence…    Coupe de la CAF (16èmes de finale bis-aller) : Formation probable du CSS contre Vibers (OUG)    Programme TV du dimanche 20 janvier    Panache et intelligence    Tunisie – Il n'est pas question de lever les subventions sur les médicaments    Grève générale dans la fonction et le secteur publics, les 20 et 21 février prochain    Les objectifs de la révolution non encore réalisés    Quand l'analphabétisme gagne du terrain    Retour sur la collision entre un train du TGM et une voiture légère à Carthage Byrsa    Gagner la confiance des régions    Le cinéma de la cité arrive !    Le parcours et l'empreinte d'une infatigable cinéaste    En attendant Vénus...    La Tunisie affronte ce soir la Hongrie 2ème du groupe D    Tunisie: Vers l'imposition de taxes sur les produits d'artisanat contrefaits    Le ministre des Affaires étrangères représente le Président de la République au 4ème Sommet arabe du développement économique et social à Beyrouth    Tunisie: Arrestation d'un agent de l'aéroport Tunis-Carthage ayant volé la valise d'un voyageur    Des députés Européens appellent la Tunisie à cesser les arrestations et la torture des gays et à abolir l'article 230 du Code pénal    Rafik Darragi: Le nombre 9 dans la littérature internationale (Italie & Angleterre)    Météo: Prévisions pour dimanche 20 janvier 2019    Le Portugal vise plus de coopération dans le domaine de l'environnement avec la Tunisie    Officiel : nouvel appel à la grève les 20 et 21 février par l'UGTT    Une facture assez lourde pour Tunisair et des voyageurs mécontents    Youssef Chahed, sera le leader du nouveau projet politique    De partout… De partout…    Quand des Tunisiens recréent le "Casse-Noisette" de Tchaikovski    Entre haiku, haijin et satori    Une facture salée    Nouvelles nominations annoncées par le Ministère du Transport    En grande première : Une unité militaire aérienne tunisienne en mission de paix à l'étranger (Photo - Vidéo)    En Algérie, des citoyens transforment en potager une route que la municipalité tarde à aménager    Date des prochaines élections présidentielles algériennes fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Complot contre l'Afrique subsaharienne
Publié dans Le Temps le 15 - 12 - 2018

Crois-je à la théorie du complot ? Suis-je paranoïaque ? Oui à la première question. Non à la seconde.Je pense, non, je ne pense pas : il y existe, bel et bien, un complot contre l'Afrique subsaharienne aux Journées théâtrales de Carthage depuis que Hatem Derbel y est directeur et a, auprès de lui,un conseiller attitré qu'il porte aux nues, Mohamed El Ouni, pour qui les Africains subsahariens «sont de la m…». J'en sais quelque chose.J'ai travaillé deux mois sur les JTC 2017, avant de démissionner devant tant de racisme et de misogynie.Laissons les JTC de l'année dernière. Elles sont mortes et enterrées. Enfin, peut-être que non finalement, si l'on regarde celles de cette année.
Burkina Faso, pays africain subsaharien invité d'honneur des JTC 2018. Invité d'honneur mais sans les honneurs dus à un invité. Dimanche 09 décembre, la délégation burkinabè n'avait aucune information sur le déroulement du soi-disant hommage. Aucune réponse à «où ?, comment ?, déroulement ?». La seule info était mardi 11 décembre à 11h00. Lundi 10 au matin, toujours rien. Tout comme les informations sur «où ?, quand ?, comment ?, déroulement ?» de l'exposition sur le pays des Hommes Intègres. Finalement, au cours du lundi, on daigne informer les invités.
Mardi 11 décembre, fête nationale burkinabè. Le pays est en liesse. Mais aux JTC, le Burkina Faso n'est pas à la joie. Trois chaises sur la scène de la salle Africart pour l'hommage. Une de vide. Celle de Hatem Derbel. Le directeur des JTC n'a pas daigné montrer le bout de son nez, même pour cinq minutes. Des engagements ailleurs ? On ne prend pas d'engagements ailleurs quand on a un invité d'honneur. C'est une insulte !Au moins on pointe le bout de son nez pour marquer sa présence même furtivement. Présents dans la salle :la délégation burkinabè dont de grands noms du théâtre, trois personnes travaillant sur les JTC (mais pas pour représenter Hatem Derbel),l'éditeur belge Emile Lansman,le technicien de la salle, le représentant du MAPAS (marché en Espagne), un comédien sénégalais, une journaliste de la TAP, un journaliste ivoirien, et moi-même. Une salle quasi-vide non burkinabè qui a fait dire au conférencier, le professeur Prospère Compaoré : «On m'a demandé de parler du théâtre burkinabè. Mais vous le connaissez déjà. J'ai choisi de parler du théâtre de développement».
Pendant la conférence, deux Burkinabè de la délégation doivent quitter la salle pour se rendre à Ibn Rachiq. C'est finalement là que l'exposition aura lieu. Juste avant la pièce burkinabè «Mots pour maux». Il est un peu plus que midi. L'heure de la représentation : 17h00.
Hatem Derbel a, finalement, daigné recevoir le professeur Prosper Comparé dans son bureau sous l'influence d'une personne… Sinon, le directeur des JTC n'en aurait fait que fi ! Merci l'hospitalité tunisienne.
Des pièces mal dispatchées
Burkina Faso, invité d'honneur. Aucun journaliste burkinabè invité à couvrir l'événement. Pourtant des noms ont été proposés. Un seul journaliste africain subsaharien présent sur les JTC pour une dizaine de journalistes arabes invités. Cherchez l'erreur…
Certaines pièces africaines subsahariennes ont été mal dispatchées : les deux à l'Etoile du Nord, et celle à Ibn Rachiq. Pour cette dernière, qui, je le rappelle, était «Mots pour maux», il y a eu des gros problèmes techniques, surtout au niveau du son. Cela s'en est ressenti lors de la représentation, mettant dans tous ses états la comédienne Maïmouna Ndiaye. A quoi sert-il que les troupes envoient leur fiche technique si elle n'est pas respectée ?
«Délestage», la pièce congolaise (RDC), elle, a été délestée du public. Qui irait à l'Etoile du Nord pour voir une pièce africaine subsaharienne ? Hein ? Le voisinage n'est pas très sûr, même si la salle est située derrière le ministère de l'Intérieur. Puis, L'Etoile du Nord a laissé, depuis longtemps, tomber sa fonction première de salle de spectacle digne de ce nom pour se transformer en immense café. Les gens ont oublié qu'elle existait encore…
Pareil pour la pièce rwandaise «Murs-murs». C'est comme si on a voulu se débarrasser des pièces africaines subsahariennes en les programmant dans un endroit «inaccessible».
Pas de prix pour les Africains subsahariens
«Murs-murs» s'est retrouvée par «accident» en compétition officielle et en a été informée que le 7 décembre au soir, soit la veille de l'ouverture. Le comité de sélection avait choisi «A corps et à cris». Le metteur en scène togolais n'a été averti que le 5 décembre de la sélection de la pièce, soit seulement trois jours avant le début des festivités. Et même si les JTC prenaient les billets d'avion en charge, il a décliné l'invitation, ayant pris des engagements ailleurs, vu l'absence de réaction du comité d'organisation.
Le choix de «Dans la solitude des champs de coton» (Guinée) montre la volonté du comité directeur des JTC qu'aucun prix ne soit attribué à une pièce africaine subsaharienne. D'une, cette pièce ne représente aucunement le théâtre africain. De deux, elle était, et de loin, la plus mauvaise pièce africaine subsaharienne sélectionnée sur l'ensemble de la programmation.A croire que les organisateurs ont prouvé, par mauvaise foi, que le théâtre africain subsaharien est encore primaire. Malheureusement pour eux, ce théâtre est en évolution constante, alors que le théâtre arabe (non issu de la diaspora), lui, est non évolutif, voire en régression constante…
Ça serait un miracle si l'Afrique subsaharienne remporte un prix grâce à «Dans la solitude des champs de coton». Il y a toujours de l'espoir avec «Murs-murs». Mais, les esprits bien-pensants diront : «Ça serait indécent de lui attribuer un prix ! Elle a déjà été honorée lors de l'ouverture».
D'autre part, les chances pour que l'Afrique subsaharienne ait un prix aux JTC ont été réduites dès le départ, non seulement par le choix des membres du jury (un Tunisien, un Algérien, une Libanaise, un Syrien, et un Congolais ayant la nationalité belge), mais également dans le nombre de pièces sélectionnées. Huit pièces, dont trois désistements (Togo, Cameroun, Tchad).
Alors suis-je paranoïaque ? Nous avons vu etnous verrons bien…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.