Youssef Chahed se réunit avec une délégation du Congrès américain    Arrivée à l'aéroport international d'Enfidha des premiers contingents de touristes britanniques venus des plus grandes villes du royaume    Libye: Hausse du bilan à 220 morts et 1066 blessés    En photo…Outia de Ramla et Alaa Chebbi, que pensez-vous du look de Sonia Dahmani ?    Tunisie: L'UGTT appelle à un plan d'urgence pour freiner la hausse vertigineuse des prix    Tunisie- Les distributeurs de bouteilles de gaz domestique en gros maintiennent leurs grève    En vidéo : SODEXO TUNISIE désigné Meilleur service Client 2019    Béji Caïd Essebsi – Rached Ghannouchi : Entre craintes et concertations !    Tunisie- Les habitants du Kef en colère contre la détérioration du pouvoir d'achat    Les examens du troisième trimestre de la 6ème année de l'enseignement de base seront conformes aux standards des examens nationaux    L'Académie diplomatique tunisienne sera construite avec un DON de la République de Chine estimé à 72 millions de dinars    En photos : Les plus beaux looks de la cérémonie de clôture de Gabès Film Festival    Programme TV du samedi 20 avril    Sami Fehri dévoile le salaire de Faycel Lahdhiri    Programme des matchs du weekend et des rencontres à transmettre directement à la télé    Tunisie-Youssef Chahed reçoit les rapports annuels des instances nationales    Egypte: Référendum pour prolonger le mandat du président al-Sissi    Tunisie- Le ministre de l'agriculture inaugure la première forêt urbaine    Tunisie- L'UGTT n'a pas encore pensé à préparer des listes syndicales indépendantes pour les élections    Météo du Weekend, orages et pluies isolés attendus dimanche    Tunisie-Le concours de CAPES n'a pas été annulé    Tunisie: Intervention du ministère du Transport pour résoudre le problème de carburant de la société régionale de Béja    Tunisie-Ligue 1 (J20): les matches de samedi et programme TV    CAN 2019 : 56 arbitres africains en stage de préparation du 28 avril au 05 mai à Rabat    Tunisie: Les bus de la société régionale de transport de Béja paralysés faute de carburant    La Tunisie, l'Algérie et l'Egypte examinent la question libyenne à Tunis    La famille du berger égorgé à la montagne bloque la route entre Gabes et Gafsa    Libye : Trump s'entretient par téléphone avec Haftar sur la sécurisation des sources du pétrole    La Tunisie à Toulouse du 19 au 24 Avril : une 4ème édition des Journées culturelles et économiques !    Tunisie : Campagne de vaccination contre le pneumocoque à partir du 24 avril    Tchap, la messagerie gouvernementale française, aussitôt lancée, aussitôt piratée !    Claudia Cardinale très entourée à Djerba – Elle jouera dans le film de Ridha Behi « L'île du pardon »    Les combats en Libye au cœur d'une rencontre entre Essebsi et Ghannouchi    Les enfants sur les Traces des Carthaginois à la découverte du Quartier Didon dimanche 21 avril    Film Avengers Engame dès le 25 avril 2019 au Cinéma en Tunisie (Trailer et Synopsis)    UIB : Des résultats en forte progression au cours du premier trimestre 2019    TOPNET et Be Wireless Solutions signent un accord de partenariat pour le développement de solutions IoT    Tunisie – Alerte Météo : Vents forts à très forts, sur les régions côtières et le sud, de vendredi à dimanche    Salon International du Livre de Sousse, 6ème édition du 19 au 28 Avril 2019    « Hors Lits Tunisie » se déroulera en 2019 à Mahdia, Sfax, Sidi Bouzid, Siliana et Tunis    L'Etoile Sportive du Sahel s'assoit sur le trône du Football arabe aux Emirats arabes unies    Ligue 1 : Programme de la 20ème journée    L'ESS sacrée championne de la Coupe arabe    Coupe du Monde de football 2022 au Qatar : les inquiétudes européennes !    Les entreprises des réseaux sociaux sanctionnées par l'Union Européenne    Omar el-Béchir : Du palais présidentiel…à la prison Kober à Khartoum, mais pas devant la Cour pénale internationale    Les blessés Libyens pourront se faire soigner en Tunisie, selon le consulat libyen    L'opération sécuritaire menée minutieusement au Kef confirme l'inexistence de terroristes dans la région ratissée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique subsaharienne, de nouveau, malmenée
Publié dans Le Temps le 30 - 11 - 2018

Les Journées théâtrales de Carthage se tiendront du 08 au 16 décembre. Tout comme l'année dernière, l'Afrique subsaharienne est malmenée pour cette édition.
«Les Journées théâtrales de Carthage sont un festival tunisien. Un festival arabe. Un festival… africain». Temps d'hésitation de la part de Hatem Derbel, directeur des JTC 2018, pour la deuxième année consécutive. Temps d'hésitation à prononcer le mot africain. Temps d'hésitation que nous seule avons capté. Sortir le mot «africain» de sa bouche semble avoir été pénible pour lui.Temps d'hésitation pour faire comprendre qu'iln'arrive pas à concevoir que l'Afrique subsaharienne fasse partie des JTC. Temps d'hésitationparce qu'il a oublié que les JTC, depuis 1983, sont un festival arabo-africain.
L'Afrique subsaharienne est, de nouveau, malmenée pour les Journées théâtrales de Carthage 2018.
Pas de paranoïa là-dedans. Simplement une vérité dont nous avons fait l'expérience aux Journées théâtrales de Carthage 2017. Hatem Derbel a un sacré problème avec l'Afrique subsaharienne. Si ce directeur avait accepté l'invitation que lui ont faite le Marché des Arts du Spectacle d'Abidjan (MASA/mars 2018) et le Festival International de Théâtre du Bénin (FITHEB/16-24 novembre 2018), il aurait sûrement compris que le théâtre africain subsaharien a dépassé, et de loin, le théâtre arabe. Pour le MASA, dont le directeur Yacouba (et non Abdoulaye) Konaté sera présent, il a prétexté avoir reçu l'invitation tard. Ce qui est faux, puisque, depuis octobre 2017, il savait qu'il allait y être invité. Quant au FITHEB, il n'a pas daigné lui répondre.
Huit pièces «africaines»
L'Afrique subsaharienne, de nouveau, mise à mal pour les Journées théâtrales de Carthage 2018. Il n'y a qu'à consulter le dossier de presse et le programme (à moins qu'il n'y ait des changements d'ici l'ouverture).
Onze pièces en compétition : 2 tunisiennes, 7 arabes(Maroc, Irak, Egypte, Syrie, Koweït, Emirats et Jordanie), 2 africaines subsahariennes (Guinée Conakry et Togo). On pourrait jouer sur le fait que le Maroc et l'Egypte sont aussi des pays africains. Ce serait insulter les institutions occidentales bien pensantes qui fourguent les pays de l'Afrique du Nord dans la zone MENA (Middle East/North Africa). Et nous les suivons bêtement tête baissée. On pourrait arguer de la langue arabe. Mais, les sur-titrages existent maintenant au théâtre, comme le sous-titrage au cinéma. Bref tout cela pour dire que le Maroc et l'Egypte sont comptabilisés dans «pays arabes». Donc, nos calculs sont bons : seulement deux pièces africaines subsahariennes (d'où l'importance d'utiliser ce dernier adjectif, qui ne l'est jamais dans les communiqués et autres, comme si les Tunisiens ne considéraient pas la Tunisie comme étant, géographiquement, un pays africain).
Il en est de même dans la section parallèle. Trente spectacles : 14 tunisiens (dont une coproduction avec la Suisse), 10 arabes (Maroc, Irak, Jordanie, Liban, deux Egypte, Sultanat d'Oman, deux Syrie, Palestine), et… 6 africains subsahariens (Tchad, Sénégal, Rwanda, Congo, Cameroun, et Burkina Faso).
Variations de sélection
L'Afrique subsaharienne, de nouveau, malmenée par l'ignorance de la géographie. Quand on dit «pièce du Congo», on se doit de préciser quel Congo : la République du Congo (Brazzaville) ou la République Démocratique du Congo (RDC/Kinshasa). Bon, heureusement qu'Internet existe. La pièce congolaise «Délestage» est de la RDC. Mais, l'est-elle vraiment ? Quand on consulte la fiche technique, elle est plus une coproduction qu'une pièce africaine subsaharienne à part entière : David-Minor Ilunga (auteur et interprète/RDC), Roland Mahauden (metteur en scène/Belgique), Xavier Lauwers (lumières/Belgique), Olivier Wiame (scénographe/Belgique), Marc Doutrepont (création sonore/Belgique), Marie-Laure Wawrziczny de La Charge du Rhinocéros(diffusion/Belgique).
Pourquoi avoir mis «Délestage» en section parallèle et «Zokwezo» en théâtre du monde ? Les deux sont des coproductions : la première belgo-congolaise et la seconde congolo-bénino-suisse. Alors quels sont les critères de jugement ?
D'autre part, la pièce sénégalaise «Rescap'art» avait postulé pour les JTC 2017 mais n'avait pas été sélectionnée. Que s'est-il passé pour qu'elle soit au programme de cette année ? A-t-elle postulé de nouveau ?Ou les organisateurs sont allés farfouiller dans les archives ? Bizarre quand même comment une pièce peut prendre de la valeur aux yeux de certains d'une année sur l'autre…Alors quels sont les critères de sélection ?
Le Burkina Faso, pays invité d'honneur. Ah bon ?
La 20ème session des JTC va accueillirdeux pays invités d'honneur. Le premier est la Palestine. Et là faut vraiment arrêter avec notre nationalisme arabe mal placé. Le peuple palestinien n'a pas besoin qu'on rende, à chaque édition de chaque festival, un hommage à leur art et à leurs artistes.Parce qu'entre nous la plupart des artistes palestiniens n'en n'a que faire de leur peuple… Ils s'en servent seulement pour susciter de la pitié et «imposer» leurs œuvres même si elles sont de bas de gamme.
Le second est le Burkina Faso, dont l'adjectif a été mis à toutes les sauces : «bourkinabé», «burkinabais», «burkinabé», heureusement que l'on n'a pas eu «burkinabaise» ! Petit leçon, l'adjectif de Burkina Faso est «burkinabè». Ilest invariable qu'il soit au masculin, au féminin ou au pluriel. Il en est de même pour le nom propre. Les orthographes «Burkinabè» et «burkinabè»ont été déclarées au Journal officiel du Burkina, le 16 août 1983… La prononciation est «Bourkinabè».
On annonce la«programmation de pièces detroupes venues du Burkina Faso, avec l'organisation d'une journée d'étudeoù des professionnels du Quatrième art (du monde entier) réfléchiront surla consolidation des liens de collaboration et de partenariat entre le théâtreafricain et d'autres expériences théâtrales à travers le monde». Nous avons eu beau cherché dans le programme. Point de pièces burkinabè, mais une seule et unique : «Mots pour maux»… Les autres ont dû se perdre en chemin.
Comment oser écrire «consolidation des liens de collaboration et de partenariat entre le théâtre africain et d'autres expériences théâtrales à travers le monde» ? Primo : le théâtre burkinabè n'est pas le théâtre africain. Deuxio : Le théâtre africain n'a pas besoin des Journées théâtrales de Carthage pour consolider ses liens avec les expériences théâtrales à travers le monde. Il l'a fait et depuis longtemps !
Dans ce cadre d'invité d'honneur, un hommage sera rendu à Oliva Ouédraogo et Etienne Minoungou.
L'Afrique subsaharienne n'est pas à la seule à être mise à mal. Lors de la conférence de presse des JTC, mercredi 28 novembre, nous avons eu le droit à une belle brochette d'hommes, 12 plus exactement, pour présenter cette session, mais aucune femme. La misogynie des hommes tunisiens de théâtre en plein face !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.