Tunisie – AUDIO : Les élections seront reportées à cause du projet d'amendement de la loi électorale    Tunisie – Pour quels candidats et quels partis les tunisiens ne vont pas voter ?    Ligue 1 : L'ESS assure l'Afrique, le SG relégué et le Champion encore battu    Tunisie – Hamdi Meddeb et Wadii El Jary chez le ministre de la Justice    Tunisie – Kebili : Un incendie dans une palmeraie : 25 palmiers dattiers brûlés    Tunisie – VIDEO : Sami Fehri prétend avoir acheté 49% des parts d'Attassiaa… La direction de celle-ci dément    En vidéos : Parc d'activités à Zarzis, un pôle économique majeur de La Méditerranée est né    Aujourd'hui, dernier délai pour l'inscription aux élections 2019    La Tunisie remonte à la 25ème place dans le classement FIFA    Après l'incarcération des 2 Premiers ministres algériens Ouyahia et Sellal, les anciens hauts responsables ont la peur au ventre    ESS-CA : un Classique pour l'Afrique    Six orphelins de djihadistes de l'EI rapatriés en Belgique    Sonia Ben Cheikh et Abdelkrim Zbidi supervisent la clôture de la saison sportive militaire    Devant la mascarade survenue à l'ARP : Nabil Karoui est plus que jamais attaché à son droit constitutionnel de se présenter aux élections    Tunisie: Le ministère de l'Intérieur annonce un nouveau plan contre la migration clandestine    Météo: Prévisions pour samedi 15 juin 2019    Le marketing d'influence, quand Instagram rapporte des sous !    Levée par la CAF de la suspension de 6 mois infligée à l'arbitre égyptien Jihad Greisha : il n'y avait donc pas d'arbitrage partial en faveur de l'EST à Rabat !    Pétroliers attaqués : Washington accuse Téhéran, qui dément    MEDIA LOVES TECH est de retour pour une deuxième édition!    Smartfuture, partenaire de Microsoft et représentant officiel de Certiport en Tunisie, organise le Championnat Microsoft Office Specialist Tunisie 2019    Tunisie: Soutien de Nidaa Tounes à Nabil Karoui, “pourquoi pas”, répond Néji jalloul    Rencontre-débat : Violations des droits de l'Homme le long des frontières extérieures de l'UE au Sahel    Dabchy, la seule startup Tunisienne qui participe au programme d'accélération Womentum 2019    Programme TV du vendredi 14 juin    Tunisie – Bac 2019 : Examens des Maths des sections Techniques,Economie, Sciences Exp. et Sport    Festival International De Poésie de Sidi Bou Saïd 2019 du 14 au 16 juin    Bac 2019, des sanctions plus sévères contre les fraudeurs à partir d'aujourd'hui    Classement FIFA : La Tunisie gagne trois places (25e)    En vidéo: Attijari Bank et la compagnie maritime GNV signent une convention de partenariat en faveur des Tunisiens Résidant à l'Etranger    Championnat d'Angleterre : Les dates des chocs de la saison 2019-2020    Tunisie : La HAICA appelle Nessma TV à suspendre immédiatement la transmission    Tunisie – Météo : Températures en hausse atteignant 46 degrés sur le sud avec coups de Sirocco    Attaques de deux pétroliers en mer d'Oman-Washington accusée de “sabotage diplomatique”    « Boulevard Paris 13 », ou le premier Louvre du Street Art conçu par le franco-tunisien Mehdi Ben Cheikh    L'arrivée des armes et la présence des terroristes en Libye dénoncées par la Tunisie, l'Algérie et l'Egypte    BardoFest du 19 au 30 juin 2019 avec du théâtre, du cinéma et du jazz (Programme)    TTS accueille le premier vol charter touristique via Iraqi Airways de retour en Tunisie depuis 28 ans    Le blocage de la transition démocratique en Tunisie impactera la région, déclare Jean Pierre Raffarin    Tunisie: Approbation par le FMI d'un versement de 247 millions de dollars    Tunisair Express et Tunisie Telecom, une confiance renouvelée    Arabie Saoudite : IMAGES : 26 blessés par un missile des houthis qui a frappé l'aéroport d'Abha au sud du Royaume    Organisé par Le Pont Genève, huit maires tunisiens en voyage d'échange en Suisse    L'association Jeunesse et Horizons, en partenariat avec la Fondation Orange, organise la 5ème édition du TABARKA SKY LANTERN FESTIVAL    Le producteur de musique Jamel Saibi victime d'un sérieux accident    L'association Jeunesse et Horizons, en partenariat avec la Fondation Orange, organise la 5ème édition duTABARKA SKY LANTERN FESTIVAL «حلمة »    Lancement des travaux de restauration du site archéologique d'Oudhna (Photos)    Le Maréchal Haftar remet à l'Egypte le terroriste égyptien le plus recherché, Hicham el-Achmawy arrêté à Derna en octobre 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les professionnels dans le théâtre appellent à remédier aux lacunes dans le secteur
Publié dans Le Temps le 15 - 12 - 2018

L'instauration d'un cadre réglementaire et juridique adéquat qui préserve la dignité des créateurs dans le théâtre est en tête des revendications des dramaturges et académiciens tunisiens.
Ces recommandations sont issues du colloque «Le Théâtre Tunisien et la Décentralisation», organisé les 9 et 10, dans le cadre de la 20ème édition des Journées Théâtrales de Carthage (JTC) qui se tient du 8 au 16 décembre 2018.
L'état des lieux des Centres des Arts scéniques et dramatiques dans les régions, a été au centre des débats de la journée finale. Les représentants de centres régionaux de Sfax, Kairouan, le Kef, Kebili et Mahdia ont déploré le «faible budget» alloué à ces institutions.
«L'absence d'une juridiction claire n'est plus la première contrainte qui se pose aux dramaturges, mais plutôt l'application de la décentralisation et la discrimination positive entre les régions, tel que stipule l'article n°14 de la Constitution tunisienne», ont-ils estimé.
Les témoignages ont aussi porté sur la nécessité d'améliorer l'infrastructure de base et d'une plus grande autonomie des institutions et centres régionaux en charge de la culture, en mettant à leur disposition les moyens financiers et administratifs pour bien accomplir leurs missions.
A leurs avis, il serait important que le ministère de tutelle, celui des Affaires culturelles, «entame un dialogue sérieux avec les différents acteurs culturels dans le théâtre afin d'identifier leurs préoccupations et faire un véritable diagnostic de l'état actuel du théâtre». Ils estiment qu'une telle démarche permettrait de «hâter les décisions en vue d'améliorer la situation des professionnels et encourager les jeunes diplômes à y investir».
Certains intervenants ont mentionné la situation fragile de certains acteurs dans le théâtre, contraints à travailler dans d'autres secteurs. Sans oublier de mentionner la grande concentration des jeunes dans la capitale, ce qui expliquerait en partie le manque de professionnels dans le théâtre des régions de l'intérieur du pays. Une situation qui oblige, estime-t-on, le ministère de tutelle à mieux encourager les initiatives privées des promoteurs culturels en régions.
En l'absence de la volonté et la conscience politique nécessaires, les académiciens parlent d'espaces régionaux qui pratiquent plutôt «une forme de résistance culturelle». Des générations se sont succédé et le calvaire des hommes de théâtre continue, ce qui expliquerait le manque de sérieux des décideurs dans le secteur culturel, souligne-t-on encore. «Une politique qui avait enlisé les professionnels dans des problèmes sociaux et financiers», ont-ils encore regretté, dans un secteur, le théâtre, «demeuré le maillon faible dans toute la chaine de la création».
«Le réseautage, entre centres régionaux et autres institutions publiques dont des ministères ainsi que les universités, serait à leurs avis, une alternative pour la réalisation de projets communs». Pour certains, l'expérience de mise en place d'une unité de recherche et d'étude destinée à la publication et à la documentation, au sein du centre des arts scéniques et dramatiques à Kairouan, serait un exemple à suivre pour les reste des centres. Cependant, des expériences remarquables d'espaces créées par de jeunes entrepreneurs culturels dans les régions, tels qu'à Médenine, Beni Khedache et Kasserine ont été mentionnées.
Trois séances avaient été au menu de la journée inaugurale consacrée à la question d'une politique culturelle qui prône la centralisation théâtrale. Les débats ont surtout porté sur «le vide juridique dans le théâtre régional persiste depuis 1956», année de la proclamation de l'indépendance tunisienne.
La première expérience nationale de décentralisation du théâtre de 1967 à 1968 demeure une référence pour les académiciens et dramaturges tunisiens qui s'interrogent sur l'engagement réel des autorités à appliquer et à ancrer le principe de décentralisation culturelle dans le pays.
Des lectures analytiques sur l'état des lieux dans les institutions théâtrales en Tunisie, font ressurgir des lacunes multiples. Le cas le plus patent est celui de la Troupe de la ville de Tunis dont le fonctionnement n'est régit par aucun cadre juridique, et même ses membres sont des fonctionnaires auprès de la municipalité de Tunis.
Encore plus, le Théâtre national tunisien (TNT) n'est parvenu à avoir son propre statut de base et son siège social, sis dans le bâtiment d'un ancien palais beylical du 19ème siècle, qu'en 1988 date à la quelle il a été placé sous la direction de Mohamed Driss. Le TNT, actuellement dirigé par le dramaturge Fadhel Jaibi, est une institution placée sous la tutelle du ministère des Affaires Culturelles et bénéficie d'une autonomie financière. Formation, production et distribution relèvent des prérogatives du TNT qui dispose de deux espaces, à savoir «Le palais du théâtre» et «Le 4ème Art».
Revenant sur l'historique de l'intérêt politique au théâtre dans les régions, les professionnels du théâtre se rappellent le célèbre discours de l'ancien président Habib Bourguiba, en novembre 1967, qui avait prôné la création de troupes nationales de théâtre. Un appel qui n'a pas été concrétisé jusqu'à nos jours, ont-ils regretté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.