Tunisie – AUDIO : Quel coût financier pour la grève générale de deux jours ?    Porto Farina : Quand Brahim Letaief nous rend le cinéma qu'on aime    Open d'Australie – Double : Malek Jaziri et son partenaire éliminés en huitièmes de finale    Un fort séisme frappe le nord du Chili    Hella Ben Youssef Ouardani: Un nécessaire sursaut patriotique !    Mokhtar el khlifi: L'heure de la vérité amère a sonné pour tous.    Coupe de la CAF: le programme de dimanche    Mondial Hand 2019 : la Tunisie affronte la Hongrie    Ligue des champions : le classement et les résultats de la deuxième journée    Tunisie – Le gouverneur de la banque centrale refuse de se présenter devant le parlement ?    Les Femmes américaines s'insurgent contre le président Donald Trump à Washington    Syrie: Des blessés lors d'une forte explosion à Damas    France : VIDEO : Incendie mortel dans une station de Ski à Courchevel    Une responsabilité collective à assumer    La confiance de retour    Bientôt les soldes d'hiver    Indestructible la volonté générale, et sans violence…    Coupe de la CAF (16èmes de finale bis-aller) : Formation probable du CSS contre Vibers (OUG)    Programme TV du dimanche 20 janvier    Panache et intelligence    Tunisie – Il n'est pas question de lever les subventions sur les médicaments    Grève générale dans la fonction et le secteur publics, les 20 et 21 février prochain    Les objectifs de la révolution non encore réalisés    Quand l'analphabétisme gagne du terrain    Retour sur la collision entre un train du TGM et une voiture légère à Carthage Byrsa    Gagner la confiance des régions    Le cinéma de la cité arrive !    Le parcours et l'empreinte d'une infatigable cinéaste    En attendant Vénus...    La Tunisie affronte ce soir la Hongrie 2ème du groupe D    Tunisie: Vers l'imposition de taxes sur les produits d'artisanat contrefaits    Le ministre des Affaires étrangères représente le Président de la République au 4ème Sommet arabe du développement économique et social à Beyrouth    Tunisie: Arrestation d'un agent de l'aéroport Tunis-Carthage ayant volé la valise d'un voyageur    Des députés Européens appellent la Tunisie à cesser les arrestations et la torture des gays et à abolir l'article 230 du Code pénal    Rafik Darragi: Le nombre 9 dans la littérature internationale (Italie & Angleterre)    Météo: Prévisions pour dimanche 20 janvier 2019    Le Portugal vise plus de coopération dans le domaine de l'environnement avec la Tunisie    Officiel : nouvel appel à la grève les 20 et 21 février par l'UGTT    Une facture assez lourde pour Tunisair et des voyageurs mécontents    Youssef Chahed, sera le leader du nouveau projet politique    De partout… De partout…    Quand des Tunisiens recréent le "Casse-Noisette" de Tchaikovski    Entre haiku, haijin et satori    Une facture salée    Nouvelles nominations annoncées par le Ministère du Transport    En grande première : Une unité militaire aérienne tunisienne en mission de paix à l'étranger (Photo - Vidéo)    En Algérie, des citoyens transforment en potager une route que la municipalité tarde à aménager    Date des prochaines élections présidentielles algériennes fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les professionnels dans le théâtre appellent à remédier aux lacunes dans le secteur
Publié dans Le Temps le 15 - 12 - 2018

L'instauration d'un cadre réglementaire et juridique adéquat qui préserve la dignité des créateurs dans le théâtre est en tête des revendications des dramaturges et académiciens tunisiens.
Ces recommandations sont issues du colloque «Le Théâtre Tunisien et la Décentralisation», organisé les 9 et 10, dans le cadre de la 20ème édition des Journées Théâtrales de Carthage (JTC) qui se tient du 8 au 16 décembre 2018.
L'état des lieux des Centres des Arts scéniques et dramatiques dans les régions, a été au centre des débats de la journée finale. Les représentants de centres régionaux de Sfax, Kairouan, le Kef, Kebili et Mahdia ont déploré le «faible budget» alloué à ces institutions.
«L'absence d'une juridiction claire n'est plus la première contrainte qui se pose aux dramaturges, mais plutôt l'application de la décentralisation et la discrimination positive entre les régions, tel que stipule l'article n°14 de la Constitution tunisienne», ont-ils estimé.
Les témoignages ont aussi porté sur la nécessité d'améliorer l'infrastructure de base et d'une plus grande autonomie des institutions et centres régionaux en charge de la culture, en mettant à leur disposition les moyens financiers et administratifs pour bien accomplir leurs missions.
A leurs avis, il serait important que le ministère de tutelle, celui des Affaires culturelles, «entame un dialogue sérieux avec les différents acteurs culturels dans le théâtre afin d'identifier leurs préoccupations et faire un véritable diagnostic de l'état actuel du théâtre». Ils estiment qu'une telle démarche permettrait de «hâter les décisions en vue d'améliorer la situation des professionnels et encourager les jeunes diplômes à y investir».
Certains intervenants ont mentionné la situation fragile de certains acteurs dans le théâtre, contraints à travailler dans d'autres secteurs. Sans oublier de mentionner la grande concentration des jeunes dans la capitale, ce qui expliquerait en partie le manque de professionnels dans le théâtre des régions de l'intérieur du pays. Une situation qui oblige, estime-t-on, le ministère de tutelle à mieux encourager les initiatives privées des promoteurs culturels en régions.
En l'absence de la volonté et la conscience politique nécessaires, les académiciens parlent d'espaces régionaux qui pratiquent plutôt «une forme de résistance culturelle». Des générations se sont succédé et le calvaire des hommes de théâtre continue, ce qui expliquerait le manque de sérieux des décideurs dans le secteur culturel, souligne-t-on encore. «Une politique qui avait enlisé les professionnels dans des problèmes sociaux et financiers», ont-ils encore regretté, dans un secteur, le théâtre, «demeuré le maillon faible dans toute la chaine de la création».
«Le réseautage, entre centres régionaux et autres institutions publiques dont des ministères ainsi que les universités, serait à leurs avis, une alternative pour la réalisation de projets communs». Pour certains, l'expérience de mise en place d'une unité de recherche et d'étude destinée à la publication et à la documentation, au sein du centre des arts scéniques et dramatiques à Kairouan, serait un exemple à suivre pour les reste des centres. Cependant, des expériences remarquables d'espaces créées par de jeunes entrepreneurs culturels dans les régions, tels qu'à Médenine, Beni Khedache et Kasserine ont été mentionnées.
Trois séances avaient été au menu de la journée inaugurale consacrée à la question d'une politique culturelle qui prône la centralisation théâtrale. Les débats ont surtout porté sur «le vide juridique dans le théâtre régional persiste depuis 1956», année de la proclamation de l'indépendance tunisienne.
La première expérience nationale de décentralisation du théâtre de 1967 à 1968 demeure une référence pour les académiciens et dramaturges tunisiens qui s'interrogent sur l'engagement réel des autorités à appliquer et à ancrer le principe de décentralisation culturelle dans le pays.
Des lectures analytiques sur l'état des lieux dans les institutions théâtrales en Tunisie, font ressurgir des lacunes multiples. Le cas le plus patent est celui de la Troupe de la ville de Tunis dont le fonctionnement n'est régit par aucun cadre juridique, et même ses membres sont des fonctionnaires auprès de la municipalité de Tunis.
Encore plus, le Théâtre national tunisien (TNT) n'est parvenu à avoir son propre statut de base et son siège social, sis dans le bâtiment d'un ancien palais beylical du 19ème siècle, qu'en 1988 date à la quelle il a été placé sous la direction de Mohamed Driss. Le TNT, actuellement dirigé par le dramaturge Fadhel Jaibi, est une institution placée sous la tutelle du ministère des Affaires Culturelles et bénéficie d'une autonomie financière. Formation, production et distribution relèvent des prérogatives du TNT qui dispose de deux espaces, à savoir «Le palais du théâtre» et «Le 4ème Art».
Revenant sur l'historique de l'intérêt politique au théâtre dans les régions, les professionnels du théâtre se rappellent le célèbre discours de l'ancien président Habib Bourguiba, en novembre 1967, qui avait prôné la création de troupes nationales de théâtre. Un appel qui n'a pas été concrétisé jusqu'à nos jours, ont-ils regretté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.