Noureddine Tabboubi présidera demain à Hammamet Sud le Congrès de la Fédération générale de la Poste    La Voie Normale « عالسّكّة » : Un film d'Erige Sehiri – Le mardi 26 Mars à la Cité de la Culture    La Grande Bretagne conseille à ses ressortissants d'éviter le Maroc pour « risque élevé d'attentats terroristes »    Journalistes, ne lâchez pas prise !    «La date de l'élection présidentielle est définitive»    Mansour M'henni commente à sa manière les démissions d'Abderraouf Chérif du ministère de la Santé et de Ridha Charfeddine de Nidaa Tounes    Tout petit mais si grand !    De nouveaux puits seront forés    Tunisie – Revirement de situation? Ennahdha : Clin d'œil à BCE et froncements de sourcils à Chahed    VIDEO : Panique et mouvement de foule à Disney Land Paris par peur d'un attentat    L'USS Arlington, un fleuron de l'US Navy, en escale    Exercices militaires conjoints    Daech en Syrie: « Game over »? Pas si sûr !    De bon augure    Tunisie – 90 individus armés investissent le port de La Goulette et entendent émigrer par la force    Tunisie – Grève des médecins, dentistes et pharmaciens, le jeudi 4 avril    Quand les lycéens se transforment en dealers    Le nombre d'élèves agressés se monte à 30    2,5 MD pour la réhabilitation de plusieurs écoles primaires    D'énormes attentes, très peu d'espoir    « Daesh » totalement éradiquée en Syrie après la récupération de Baghouz, dernier bastion resté entre ses mains    Amical, Algérie-Tunisie: Programme TV    Semaine de la Journée Mondiale du Théâtre : Rouge Rouges de Gérard Astor – Vendredi 29 Mars au 4ème Art    Elim. CAN 2019 (J6): le programme de ce dimanche    Elim. Euro 2020: Le programme de ce dimanche    Météo: Prévisions pour dimanche 24 Mars 2019    Mouvement de panique à Disneyland Paris suite à une rumeur d'attaque    Tunisie – René Trabelsi revendique pour la Tunisie un siège à l'OMT    Tunisie – La route de Carthage passe par Mont plaisir : Tous les prétendants l'ont compris, y compris Kaïs Saïed    Tunisie – Sousse : Le retour en force des touristes britanniques    Ligue 1 : Le match USBG-ESS désigné    [Vidéo] Alain Giresse et les joueurs de l'EN parlent de la victoire contre l'Eswatini    Paris sous haute surveillance policière et militaire : Les gilets jaunes ont préféré rester discrets    Samir Abdelkrim – Consultant et Journaliste – lance « StartupBRICS », un site d'actualités technologiques en Afrique    La Tunisie se livre à l'expérience de la culture du coton    Décès de l'avocat Me Omar Safraoui, grand activiste politique et défenseur des Droits de l'Homme    Il n'y avait pas photo !    L'ISIE va-t-elle changer la date de l'élection présidentielle, Nabil Baffoun explique    Ben Chrifia plus décisif que jamais !    Le droit à la différence en avant-plan    Le conquistador du street art    Pour répandre l'amour de l'art et la bonne humeur !    Semaine de la Journée Mondiale du Théâtre : The Other Side of The Garden d'Ossama Halal – le 28 Mars au 4ème Art    La BCT exprime son inquiétude    Températures en légère hausse à partir de demain    Journées Poétiques de Carthage du 22 au 29 mars 2019 à la Cité de La Culture (Programme)    Le film Tunisien “La voix Normale” d'Erige Sehiri à partir du 27 mars dans les salles (B.A. & synopsis)    Semaine de la Journée mondiale du théâtre : « Amal » de Majdi Bou Matar le dimanche 24 Mars au 4ème Art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les professionnels dans le théâtre appellent à remédier aux lacunes dans le secteur
Publié dans Le Temps le 15 - 12 - 2018

L'instauration d'un cadre réglementaire et juridique adéquat qui préserve la dignité des créateurs dans le théâtre est en tête des revendications des dramaturges et académiciens tunisiens.
Ces recommandations sont issues du colloque «Le Théâtre Tunisien et la Décentralisation», organisé les 9 et 10, dans le cadre de la 20ème édition des Journées Théâtrales de Carthage (JTC) qui se tient du 8 au 16 décembre 2018.
L'état des lieux des Centres des Arts scéniques et dramatiques dans les régions, a été au centre des débats de la journée finale. Les représentants de centres régionaux de Sfax, Kairouan, le Kef, Kebili et Mahdia ont déploré le «faible budget» alloué à ces institutions.
«L'absence d'une juridiction claire n'est plus la première contrainte qui se pose aux dramaturges, mais plutôt l'application de la décentralisation et la discrimination positive entre les régions, tel que stipule l'article n°14 de la Constitution tunisienne», ont-ils estimé.
Les témoignages ont aussi porté sur la nécessité d'améliorer l'infrastructure de base et d'une plus grande autonomie des institutions et centres régionaux en charge de la culture, en mettant à leur disposition les moyens financiers et administratifs pour bien accomplir leurs missions.
A leurs avis, il serait important que le ministère de tutelle, celui des Affaires culturelles, «entame un dialogue sérieux avec les différents acteurs culturels dans le théâtre afin d'identifier leurs préoccupations et faire un véritable diagnostic de l'état actuel du théâtre». Ils estiment qu'une telle démarche permettrait de «hâter les décisions en vue d'améliorer la situation des professionnels et encourager les jeunes diplômes à y investir».
Certains intervenants ont mentionné la situation fragile de certains acteurs dans le théâtre, contraints à travailler dans d'autres secteurs. Sans oublier de mentionner la grande concentration des jeunes dans la capitale, ce qui expliquerait en partie le manque de professionnels dans le théâtre des régions de l'intérieur du pays. Une situation qui oblige, estime-t-on, le ministère de tutelle à mieux encourager les initiatives privées des promoteurs culturels en régions.
En l'absence de la volonté et la conscience politique nécessaires, les académiciens parlent d'espaces régionaux qui pratiquent plutôt «une forme de résistance culturelle». Des générations se sont succédé et le calvaire des hommes de théâtre continue, ce qui expliquerait le manque de sérieux des décideurs dans le secteur culturel, souligne-t-on encore. «Une politique qui avait enlisé les professionnels dans des problèmes sociaux et financiers», ont-ils encore regretté, dans un secteur, le théâtre, «demeuré le maillon faible dans toute la chaine de la création».
«Le réseautage, entre centres régionaux et autres institutions publiques dont des ministères ainsi que les universités, serait à leurs avis, une alternative pour la réalisation de projets communs». Pour certains, l'expérience de mise en place d'une unité de recherche et d'étude destinée à la publication et à la documentation, au sein du centre des arts scéniques et dramatiques à Kairouan, serait un exemple à suivre pour les reste des centres. Cependant, des expériences remarquables d'espaces créées par de jeunes entrepreneurs culturels dans les régions, tels qu'à Médenine, Beni Khedache et Kasserine ont été mentionnées.
Trois séances avaient été au menu de la journée inaugurale consacrée à la question d'une politique culturelle qui prône la centralisation théâtrale. Les débats ont surtout porté sur «le vide juridique dans le théâtre régional persiste depuis 1956», année de la proclamation de l'indépendance tunisienne.
La première expérience nationale de décentralisation du théâtre de 1967 à 1968 demeure une référence pour les académiciens et dramaturges tunisiens qui s'interrogent sur l'engagement réel des autorités à appliquer et à ancrer le principe de décentralisation culturelle dans le pays.
Des lectures analytiques sur l'état des lieux dans les institutions théâtrales en Tunisie, font ressurgir des lacunes multiples. Le cas le plus patent est celui de la Troupe de la ville de Tunis dont le fonctionnement n'est régit par aucun cadre juridique, et même ses membres sont des fonctionnaires auprès de la municipalité de Tunis.
Encore plus, le Théâtre national tunisien (TNT) n'est parvenu à avoir son propre statut de base et son siège social, sis dans le bâtiment d'un ancien palais beylical du 19ème siècle, qu'en 1988 date à la quelle il a été placé sous la direction de Mohamed Driss. Le TNT, actuellement dirigé par le dramaturge Fadhel Jaibi, est une institution placée sous la tutelle du ministère des Affaires Culturelles et bénéficie d'une autonomie financière. Formation, production et distribution relèvent des prérogatives du TNT qui dispose de deux espaces, à savoir «Le palais du théâtre» et «Le 4ème Art».
Revenant sur l'historique de l'intérêt politique au théâtre dans les régions, les professionnels du théâtre se rappellent le célèbre discours de l'ancien président Habib Bourguiba, en novembre 1967, qui avait prôné la création de troupes nationales de théâtre. Un appel qui n'a pas été concrétisé jusqu'à nos jours, ont-ils regretté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.