Trois questions à M. Jabeur Ben Attouch, président de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyages (FTAV): «Des sociétés non agréées pullulent sur les réseaux sociaux et opèrent de manière illégale»    Observatoire Tunisien de l'Eau ( O.T.E): Dématérialiser les échanges dans le secteur agricole    Dissimulation d'une correspondance adressée par le parlement libyen, l'ARP précise    Covid-19 : Zéro cas de contamination depuis plus de 41 jours à Bizerte    Coronavirus : Les joueurs de l'Etoile du Sahel testés    Par Maher Ben Ghachem : France pays ami    Le tribut du combat sexuel    Succès majeur des forces gouvernementales face à Haftar    Manifestations en Cisjordanie occupée    Orange Ventures lance un challenge et met un paquet de 500 000 euros    Tunisair appelle les passagers à se présenter 4h avant le vol    Les «soldats en blouses blanches» haussent le ton !    Attayar dénonce «une trahison» !    Les devoirs de Chiraz Latiri    La ministre des affaires culturelles: "Nous avons retiré du parlement le projet de loi sur l'artiste pour supprimer les chapitres à caractère répressif"    13ème prix Ibn Khaldoun-Senghor: les candidatures prolongées jusqu'au 31 juillet 2020    Tunisie – Trois enfants noyés dans le canal de Medjerda à Sidi Hassine    Tunisie – Le syndicat de la garde nationale demande une enquête sur l'attaque terroriste de Ben Guerdene    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 06 juin à 11H00    Corruption et Mauvaise gestion à la RNTA génèrent 136 millions de dinars de dettes    Le cinéma s'invite chez vous avec la Smart TV LG de 139 cm    #JournéeOlympique2020 : #Lancement de l'Album numérique des Olympiens    De faux comptes Facebook ont fédéré 3,8 millions d'internautes en Tunisie    Tunisie: Rached Ghannouchi accusé d'avoir dissimulé une correspondance du Parlement libyen à Tobrouk    Football : un match du championnat grec reporté en raison du coronavirus    REMERCIEMENTS ET FARK : Youssef (Mahmoud) Bassoum    Tunisie: L'Ordre des avocats rejette toute intervention étrangères en Libye    Riadh Zghal: Croire en la démocratie pour sortir de la crise    Alaa avoue souffrir d'une grave maladie    La signature du «Pacte de stabilité et de solidarité gouvernementales» renvoyée aux calendes grecques pour la seconde fois : Ennahdha a-t-il décidé de faire imploser la coalition gouvernementale ?    Industrie pharmaceutique : Le ministère veut porter les exportations à 40%    Zarzis : Les bacs Ajim Boughrara opérationnels    Volleyball | Equipes nationales : Reprise des activités    JSK : Ce n'est pas la joie !    EST | L'équipe première a repris du service : Les priorités définies    « We Are One Festival : A Global Film Festival » en ligne : Le cinéma du monde en un clic    Stade Tunisien : 31 joueurs convoqués pour reprendre les entraînements    140 jours de réserve en devises    Météo : Températures en légère hausse    La vente aux enchères du patrimoine beylical officiellement suspendue    Libye: Les forces du gouvernement en Libye prennent le contrôle du dernier bastion de Haftar à l'Ouest    L'épidémie est sous contrôle en France    Nidhal Chamekh, artiste, à La Presse : Questions de culture    Raoult a finalement raison… The lancet retire son article sur la chloroquine    Chiraz Laatiri : « Nous avons retiré du parlement le projet de loi sur l'artiste … »    L'UE mobilise un fonds d'urgence dans la course aux vaccins    Tunisie – Musées: guide des procédures sanitaires de prévention contre la Covid-19    Libye: Haftar a perdu la bataille de Tripoli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Je rêve de jouer dans tous les festivals sur la Tunisie»
Publié dans Le Temps le 25 - 03 - 2020

Humoriste de grand talent, Samia Orosemane s'est fait connaître grâce à son sketch hilarant, mais oh combien juste, sur les accents africains. C'est à Abidjan (Côte d'Ivoire) que nous l'avons rencontrée, totalement, par hasard, alors qu'elle découvrait le Palais de la Culture de Treichville et que nous étions sur place pour la couverture du Marché des Arts du Spectacle d'Abidjan (MASA). Un hasard qui fait bien les choses ou tout simplement notre destin, chacune, de croiser nos chemins en dehors de notre terre tunisienne, mais sur notre terre africaine. Et c'est avec son sourire et sa simplicité qui la caractérisent que Samia Orosemane, qui rêve de jouer dans les festivals en Tunisie et faire la scène du Festival International de Carthage, a bien voulu nous accorder une entrevue.
* LE TEMPS : D'où vous vient cet amour ou plutôt cette passion pour l'Afrique subsaharienne ?
Samia OROSEMANE : Ma meilleure amie est malienne. J'ai grandi au thiéboudienne, mafé, saga saga et autres plats d'Afrique subsaharienne. Les pagnes de sa maman égayaient aussi nos tristes soirées d'hiver.
* Vous vous êtes produite dans quelques pays de notre continent. Quel est celui qui vous a le plus marqué ?
Tunisie, Maroc, Algérie, Sénégal, Cameroun, Gabon, Côte d'Ivoire, Mali, Burkina Faso, Kenya... chaque pays a son charme mais la Tunisie est le pays de mes racines et la Côte d'Ivoire l'endroit où on fait le plus la fête est où tout semble facile.
* Vous avez des racines dans l'île de Djerba où vous avez organisé un festival de rire. Pourquoi n'avez-vous pas réitéré l'expérience ?
Malgré la réussite de cet événement je n'ai pas trouvé le soutien financier nécessaire pour pérenniser le festival.
* Quelles sont les scènes tunisiennes sur lesquelles vous souhaiteriez-vous produire?
Je rêve de jouer dans tous les festivals sur la Tunisie mais principalement la scène mythique de Carthage qui me permettrait de m'adresser à un plus large public... Mon rêve serait de pouvoir faire un spectacle en dialecte tunisien afin de toucher toutes les générations.
* Avez-vous cherché à poser votre candidature pour les différents festivals en Tunisie ?
Oui, nous avons déposé les candidatures et nous attendons le retour mais avec cette histoire de Corona je vous avoue que ce n'est pas gagné.
* Dans votre spectacle vous vous êtes attachés aux accents africains. Quel sera le thème de votre prochain spectacle ?
J'ai déjà commencé à écrire le nouveau spectacle que je vais sûrement peaufiner avec le temps... Je parle de toutes les rencontres que j'ai pu faire avec mon travail de comédienne, du comportement des gens qui a changé avec moi, de la motivation qu'il faut pour aller jusqu'au bout de ses rêves... Mais surtout de la procréation médicalement assistée car je suis mariée depuis 16 ans et que je n'arrive toujours pas à avoir d'enfant.
* A part le continent africain, êtes-vous intéressée ou avez-vous l'intention de vous intéresser à d'autres parties du monde ?
J'ai joué en Europe, au Canada, en Irlande, et en Angleterre pour la communauté francophone. J'aimerais jouer mon spectacle partout où c'est possible.
* Vous avez un style particulier : musulmane se couvrant les cheveux et le cou, vêtements en tissus africains. Cela ne vous a-t-il jamais posé problème ?
Bien sûr que ça a déjà posé problème devant des gens qui ont des idées arrêtées ou des directeurs de théâtre qui pensent avoir la science infuse... Mais quand on ferme la porte je passe par la fenêtre (rires). La difficulté ne m'a jamais empêchée d'aller où j'avais envie !
* Avez-vous été refusée sur des plateaux ou des scènes en France à cause de cela ?
Pas dit de manière claire mais j'avais compris. On m'avait boycottée à certains endroits.
* Quelles sont les plus grandes difficultés que vous rencontrez en tant que femme humoriste ?
La plus grande des barrières est dans notre tête en tant que femme. Nous nous freinons souvent et sommes persuadées que nous ne sommes pas capables de faire de grandes choses alors qu'il n'en n'est rien !
* Si vous n'aviez pas été humoriste, à quoi vous seriez-vous consacrée ?
Aux enfants ! J'adore les enfants et je pense que j'aurai fini dans un métier au contact de ces derniers.
Propos recueillis


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.