Déviation partielle de la circulation au niveau de l'intersection "Ben Daha" à "Ezzahrouni"    Abdesalem: Abdelli qui a soutenu Saïed, il goutte aujourd'hui au poison qu'il réservait aux adversaires de Saied    Inflation : le gouffre entre le ressenti du Tunisien et les chiffres annoncés !    Tunisair : Annulation de 3 vols en provenance de Bamako, faute de carburant    Série de limogeages au ministère du Transport    Monde : Daily Brief 08.08.22 l'ONU appelle à stopper toute attaque "suicidaire" contre des centrales nucléaires en Ukraine    La blague du jour, Al Karama est le rassemblement des intelligents    Zarzis: Ignorant le public, l'algérien Fayçal Sghaier se retire et refuse de donner le concert ! (Vidéo)    Ghannouchi : Soit la violence… soit le dialogue pour coexister    Recette : Comment trouver une bonne pastèque ?    Tunisie-Référendum: Rejet du recours intenté par Afek Tounès    Lotfi Abdelli: Je suis en danger, et cela peut être c'était mon dernier spectacle (Vidéo)    Tensions entre Lotfi Abdelli et les sécuritaires : ouverture d'une enquête    Boom de la fibre optique en Algérie !    Lutte contre la traite humaine : Il y a encore du chemin à faire    Référendum : le Tribunal administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Ukraine : Poutine aurait la solution, 100 000 soldats nord-coréens surentraînés    La galerie Saladin expose l'artiste-peintre Luigi Maria De Rubeis : Force et délicatesse    Festival international de Hammamet | Concert de Hamza Namira : Précieux moments de musique et de chant    Zouhair Maghzaoui : Ahmed Néjib Chebbi n'est qu'une vitrine pour l'islam politique    Grombalia: Les habitants protestent contre la coupure d'eau depuis plus de 3 mois (Audio)    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Tunisie : Trois morts à Bizerte    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    Le Premier ministre japonais effectuera sa 1ere visite en Tunisie et au Maghreb    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Prix au marché municipal de Beja [Vidéo]    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    Pourquoi | A propos des horloges    Météo : Le mercure grimpe jusqu'à 42 degrés    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Al-Qods confinée face au défi des fêtes religieuses
Publié dans Le Temps le 09 - 04 - 2020

Au cours des prochaines semaines, Al Qods va être confrontée, dans sa lutte contre le coronavirus, aux célébrations de fêtes religieuses. La Pâque israélienne, qui a débuté hier, sera suivie des célébrations chrétiennes de Pâques puis du Ramadan pour les musulmans. Trois fêtes qui attirent habituellement des milliers de personnes dans la ville sainte pour les trois religions. Dans le contexte actuel, elles représentent un défi sanitaire majeur.
Le calme de la vieille ville est saisissant : ses ruelles habituellement bourdonnantes sont aujourd'hui désertes. Les échoppes, à l'exception de quelques épiceries, sont fermées. Et, fait inhabituel pour un mois d'avril, les pèlerins sont absents. La Pâque israélienne, qui débute dans la soirée d'hier, ainsi que les célébrations de Pâques attirent chaque année des dizaines de milliers de personnes venues prier dans les lieux saints. Mais la pandémie de coronavirus change la donne. L'aéroport de Tel Abib ne voit désormais atterrir qu'une poignée d'avions par jour et seuls les Israéliens, les Palestiniens ou les résidents étrangers sont actuellement autorisés à entrer. Les visiteurs ne sont, cette année, pas les bienvenus.
Couvre-feu
Mais les habitants locaux sont aussi contraints de repenser leurs traditions pour cette période de fêtes. Alors qu'un confinement est déjà en place depuis la mi-mars, des mesures plus strictes ont été annoncées par le Premier ministre israélien lundi 6 avril. Les déplacements non-essentiels étaient déjà interdits mais les règles ont été renforcées jusqu'à demain : les contrôles de police sont multipliés et un couvre-feu était même instauré hier après-midi jusqu'à ce matin, au moment du début des festivités de la Pâque israélienne. Nul n'aura alors le droit de se trouver à plus de 100 mètres de son domicile.
Le gouvernement voulait éviter tout déplacement, que ce soit pour prier à Al Qods ou pour fêter en famille. « Quand il s'agit de votre santé et de vos vies, citoyens d'Israël, il ne peut y avoir de raccourcis » a déclaré Benyamin Netanyahu, justifiant sa fermeté par les enseignements tirés de la fête de Pourim célébrée début mars. Si les grands carnavals avaient été annulés, de nombreux rassemblements ont tout de même eu lieu. « L'infection au virus s'est propagée dans de larges cercles » assure le chef du gouvernement. Avant d'enfoncer le clou : « Je vais le dire aussi clairement que possible : Pâque ne sera pas Pourim. »
Distance sociale
Les mesures annoncées par le gouvernement pour la Pâque israélienne concernent l'ensemble du pays. « C'est la première fois qu'une telle décision stratégique a été prise par le gouvernement en Israël » souligne Micky Rosenfeld, le porte-parole de la police israélienne. « Nous nous assurerons que les gens restent chez eux, qu'ils ne sortent pas, qu'ils ne se rassemblent pas, que les gens conservent une distance sociale de plus ou moins de deux mètres entre eux. C'est ça que nous allons faire appliquer » affirme-t-il.
Mais certaines localités religieuses sont plus particulièrement visées. À Al Qods, des quartiers seront fermés pour empêcher toute entrée et sortie. « Nous nous concentrons sur les zones les plus problématiques en termes d'augmentation du nombre de cas de coronavirus » explique Micky Rosenfeld. La communauté ultra-orthodoxe représente près de la moitié des cas de Covid-19 détectés en Israël et les règles de distanciation sociale imposées par le gouvernement n'y sont pas toujours strictement appliquées : la police a fait irruption ces derniers jours dans plusieurs synagogues où des prières étaient organisées, en infraction des réglementations actuelles.
Mais « la plupart des membres de la communauté, une fois que vous leur avez expliqué les réelles caractéristiques de la maladie, comprennent et restent à la maison », assure Tzippi Yarom, une journaliste du magazine ultra-orthodoxe Mishpacha. « Dans la plupart des quartiers, ils restent confinés. Ils prient à la maison et ils vont faire une petite célébration pour Pâque : c'est très triste mais c'est ce qu'ils vont faire pour la nuit du ‘séder' », le rituel qui marquera mercredi soir le début de la Pâque juive.
Prières retransmises sur Internet
Le couvre-feu sera levé dès ce matin mais « des règles similaires seront appliquées pour les fêtes de nos frères et sœurs non-juifs » assure Benyamin Netanyahu. Les célébrations chrétiennes de Pâques sont également perturbées par la pandémie. Dimanche dernier, la traditionnelle procession du dimanche des Rameaux reliant le mont des Oliviers à la vieille ville a été annulée. Et actuellement, le Saint-Sépulcre, lieu supposé de la crucifixion et de la tombe de Jésus dans la tradition chrétienne, est fermé.
Mais les trois églises qui en ont la gestion, l'église grecque orthodoxe, l'église catholique et l'église arménienne, ont demandé la réouverture du site pour y tenir des prières réservées à quelques membres du clergé. Tout en respectant les consignes sanitaires, elles tiennent à pouvoir célébrer Pâques. « Il n'y a pas de prière annulée. Pâques est une fête majeure : on ne peut pas jouer avec cela » juge Wadie Abunassar, l'un des représentants du Patriarcat latin de Jérusalem. Mais l'église s'adapte aux contraintes actuelles : « Le nombre de participants à ces prières sera réduit au plus strict minimum. Et elles seront diffusées en direct afin de permettre aux fidèles de suivre les prières » précise-t-il. Les négociations sont toujours en cours entre l'ensemble des églises chrétiennes et les autorités israéliennes.
Emissaires confinés dans l'avion
Les églises orthodoxes qui célèbreront Pâques, une semaine plus tard que l'église romaine, ont aussi annulé tous les rassemblements de foule habituels. La cérémonie du « feu sacré », qui rassemble habituellement une foule immense et compacte au Saint-Sépulcre et dans les ruelles de la vieille ville, devrait se tenir uniquement en présence de quelques dignitaires religieux. Habituellement, des émissaires de plusieurs pays où il existe une forte communauté orthodoxe viennent chercher un flambeau et le ramènent chez eux. Cette année, les émissaires ne sortiront pas de l'avion qui les amènent mais la flamme leur sera apportée à l'aéroport.
Le Ramadan sera la dernière fête religieuse célébrée au cours des prochaines semaines. Il débutera dans deux semaines. D'ici là, une autre évaluation de la situation sanitaire sera faite. Dans son allocution lundi soir, Benyamin Netanyahu a jugé qu'il y a « une réelle possibilité » que le confinement soit progressivement levé après la Pâque juive « si les tendances positives se confirment ». Il est toutefois peu probable que les habitudes ne soient pas là aussi chamboulées. Durant ce mois de jeûne, plus de 100.000 personnes viennent prier chaque vendredi à l'esplanade des Mosquées : un mouvement de foule difficilement imaginable dans un contexte de pandémie, même dans l'éventualité d'une amélioration de la situation. Mais pour éviter d'éventuelles tensions, toute décision devra être prise en concertation avec le gouvernement jordanien qui assure la gestion de ce lieu saint de l'Islam.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.