Processus de la décentralisation : Lentement, mais sûrement    Reportage à Sidi Hassine suite aux violences policières survenues les 8 et 9 juin    Football : Programme TV de ce samedi 19 juin 2021    LCA : Al-Ahly jouera l'attaque et ne se contentera pas de défendre à Tunis (Mosimane)    43,8% des inscrits sur la plateforme evax.tn ont été vaccinés contre le coronavirus    Coronavirus- Kairouan: Des manifestants crient "dégage" au gouverneurs de la région    Elections anticipées: Voilà pourquoi Ennahdha a soudainement changé de discours selon Abir Moussi    Kairouan Le manque d'effectif médical complique la situation    Handball | Play-off (11e journée) : CA-EST décisif pour le titre    Handball | CAN des dames au Cameroun : Médaille de bronze pour la Tunisie !    News | Nabil Maâloul sur le marché    Pollutec 2021 : La Tunisie invitée d'honneur à Lyon    Un conseil ministériel régional dédié à Sfax prévu le 15 juillet    Le scénario des élections anticipées d'actualité : Moyen de pression ou solution au blocage ?    Championnat de handball : Programme de la 11ème journée de play-off    Entretien avec Silvia Barreiros, directrice artistique de la Compagnie ASPARAS de Genève : Une pièce suisse avec des comédiens tunisiens    « Comme un château défait » de Lionel Ray : Le livre de la mémoire, le livre de la vie    Programmation du 15e épisode de Jazz à Carthage : Place à une musique du monde    BH Bank: Med Salah Chebbi El Ahssen Président et Hichem Rebai Directeur général    Météo : forte hausse des Températures    Face à la pandémie    Coronavirus- Kairouan: Le chef du gouvernement envoie Nissaf Ben Alaya sur les lieux    Tunisie – Etats-Unis : Visite virtuelle de Wendy Sherman à Tunis    A 37 ans, Oussama Mellouli vise une participation aux Jeux Olympiques    LCA : Mouine Chaabani et Sameh Derbali confiants avant d'affronter Al Ahly    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Houcine Abassi : Qui est Kaïs Saïed pour mettre en doute notre patriotisme ?    STEG : Vers l'augmentation des tarifs de l'électricité et du gaz    Hausse de la production nationale de gaz naturel de 62%, à fin avril 2021    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la semaine du 14 au 18 juin 2021 dans le rouge    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Sami Fehri libéré provisoirement sous caution de 4 millions de Dinars    Cannes 2021 : la tunisienne Kaouther Ben Hania membre du jury de la compétition Courts métrages    Epreuves du baccalauréat : 275 cas de fraude recensés en deux jours, selon Fathi Slaouti    UV4: 4e édition des UTOPIES VISUELLES du Du 21 juin au 18 juillet 2021 à Sousse (Programme)    QNB Sponsor Gold de la 22ème Edition du Forum International du Magazine L'Economiste Maghrébin    L'Utica présente les axes d'un plan d'urgence et de sauvetage économique    Utica : Aucune solution sans dialogue    "JAZZ à Carthage", une édition exceptionnelle en deux temps, de fin juin 2021 à mars 2022    Fathi Ayadi : Même si tout espoir semble perdu nous appelons et tenons encore au dialogue !    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Les potières de Sejnane à l'honneur à l'IFT    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Service… service, protocole après !
Publié dans Le Temps le 05 - 06 - 2020

Tantôt frénétique, tantôt timide, jamais pondérée, la ruée des Tunisiennes et des Tunisiens vers les fast-foods, restaurants, bars et cafés, à peine rouverts après une longue baissée de rideau, dictée par le corona-fléau, ballote, grosso-modo, en fonction du lieu-dit, ou d'un moment à l'autre de la journée, voire, carrément, au gré du qu'en-dira-t-on ! D'après clientes et clients, quand bien même se bouscule-t-on volontiers au portillon, ces espaces sont dangereusement bondés de monde : proclamés donc inapprochables. Côté propriétaires, ça a plutôt horreur du vide : on se plaint de gober des mouches à longueur de temps. N'empêche que, de part et d'autre, c'est le protocole sanitaire, jonglé seulement à l'approche d'un agent, qui reste, sans équivoque, quasiment lettre morte.
Mot décidément fort à la mode ces temps-ci, le « protocole », sanitaire à l'occurrence, désigne donc, de manière très générale, l'ensemble des précautions d'hygiène et les dispositifs de prévention qui devraient être mis en place, dans ce cas de figure, par les patrons des restaurants, bars et cafés, en vue d'éliminer tout risque de contamination au coronavirus dans ces espaces publics, dans le cadre de leur réouverture effective sur tout le territoire tunisien, lancée hier, jeudi 4 juin, après avoir été déjà autorisés à offrir des services à emporter, depuis le 26 mai dernier. En face, ce sont les mesures routinières de distanciation physique et les gestes dits « barrières », dont le port de masques, le mètre de sécurité et le lavage de mains, qui gagneraient pareillement à être appliqués par les clientes et les clients, à l'intérieur de ces lieux.
Le guide-âne du gouvernement !
Sur le papier, tout va pour le mieux, bien entendu, dans le meilleur des mondes. Le gouvernement s'est même bien démené pour concevoir puis décréter une liste, manifestement touffue et longue comme un jour sans pain, de consignes sanitaires à se faire respecter par les établissements concernés : nettoyage régulier et désinfection constante des différents espaces, équipements, comptoirs et services de tables, rinçage assidu à l'eau de javel et purification systématique des objets et des pièces de vaisselle touchés par les clients, aération permanente des lieux et prohibition de la climatisation artificielle, décidément vecteur de contamination, défense de laisser les portes fermées afin d'éviter tout toucher à l'entrée comme à la sortie, ouverture recommandée des terrasses histoire d'éviter la surcharge, interdiction de placer les poubelles à l'intérieur des établissements, impératif de se laver les mains après chaque contact ou règlement de la note par les serveurs, gérants et autres employés, renvoi immédiat de tout employé présentant des symptômes suspects, cætera, et cætera !
Climatisation et renvoi des employés à part, force, bien sûr, est de constater que bon nombre de ces consignes, notamment celles qui concernent l'hygiène, figurent déjà dans les cahiers de charge des divers établissements en question, censément sommés, en toute évidence, de les appliquer, avec ou sans coronavirus, sachant que la plupart ne sont, de facto, aucunement respectées, soit dit en passant, en temps normal.
Présentées quand même comme de véritables pense-bêtes, et toujours bonnes à rappeler de toute façon, ces consignes plus ou moins « mangeables » en pratique, sont encore enguirlandées par d'autres directives, complètement aberrantes, étant pour le moins impossibles à mettre en pratique sur le terrain.
Si le ridicule ne tue pas, le gouvernement tunisien enjoint, par exemple, les restaurateurs, cafetiers et autres barmans de placer directement les commandes sur les tables des clients et de proscrire le self-service, histoire d'éviter la surcharge devant les comptoirs, tout en interdisant, en même temps, qu'elles soient apportées par des serveuses et des serveurs, en vue d'éviter tout contact, raisonne-t-on. Faute de robots disponibles et adaptés à la situation et encore moins de fantômes disposés à venir en aide, on imagine mal comment ces commandes puissent-elles se mettre à table d'elles-mêmes ! Plus absurde encore, le gouvernement exige que les marchandises, caisses de provisions et autres fournitures livrées par les camions ou les voitures d'approvisionnement ne soient pas livrées aux établissements concernés… de main en main ! De même, elles se transporteront, bon pied, bon œil, d'elles-mêmes. Décidément, c'est fou ce que le gouvernement tunisien ait autant d'imagination !
Les oreilles d'un sourd !
Quoi qu'il en soit, toutes ces consignes et bien d'autres, y compris les plus raisonnables d'entre elles, tombent de facto, dans l'oreille d'un sourd. Car ni les propriétaires, ni les employé(e)s et encore moins les clientes et les clients ne semblent y prêter attention, du moins durant le premier jour de la réouverture « officielle », entamée ce jeudi 4 juin, de ces cafés, fast-foods, bars et autres restos, dont une bonne partie ont rouvert boutique et tournent déjà à plein régime, « officieusement », bien avant cette date.
De toutes les manières et après plus de deux mois pénibles et asphyxiants de confinement, il n'y a pas meilleur régal, pour la plus commune des Tunisiennes et pour le plus lambda des Tunisiens, que de sortir se calmer le pompon devant une bonne tasse de café bien serré, servie de la plus belle eau, à la cafétéria du coin ; ou de courir se taper la cloche avec une bonne pizza cuite au feu de bois dans le fast-food le plus proche ; si ce n'est de descendre se caler les joues avec un succulent plat tunisien, chamarré au thon et empanaché de câpres, concocté à la gargote blottie au bout de la rue ; voire d'aller se rincer la dalle avec une bière bien fraîche dans le bar d'à côté, en trinquant à la santé de tous ceux qui survivent au corona-fléau, dans nos contrées et dans bien d'autres.
Pour les Tunisiennes et les Tunisiens, c'est ce qui se fait vraiment de mieux à l'heure actuelle, à l'heure où un retour tant espéré et tant attendu vers le futur est plus que jamais d'actualité sous nos cieux. Le protocole peut alors aller au diable, tant que c'est la réouverture très prochaine des frontières qui inquiète, en réalité, les Citoyennes et les Citoyens, beaucoup plus que celle des cafés, bars et restos ; lesquels étant actuellement convaincus que si le coronavirus se décide un jour de refrapper encore, eh bien ce sera plus à bord d'un avion ou d'un bateau qu'il débarquerait, que sur un sandwich ou dans une tasse de café.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.