Tunisie – La société régionale de transports de Kasserine interdit à ses bus de s'arrêter à Kairouan    Résultat des sociétés cotées pour 2019 : l'arbre qui cache la forêt !    Covid-19 | 19 nouvelles contaminations dont 12 cas locaux    Ligue 1 : Le CA Bizertin arrache le nul conte le CS Sfaxien    Club Africain : La formation probable contre l'ES Métlaoui    Tunisie – Aéroport de Tunis Carthage : 2500 tests covid négatifs    Dr Sofiane Zribi - Covid-19: La Tunisie entre deux vagues, dans le creux de l'insouciance!    Tunisie: Disparition du bouclier du soldat de Hannibal, précisions du ministère de la Culture    Avis de recherche du Ministère de l'Intérieur au sujet d'un dangereux terroriste    Ligue 1 : 3 matchs au programme aujourd'hui    Covid-19 : Port obligatoire des masques en Tunisie    Le personnel du Service de cardiologie placé en isolement    Météo: Prévisions pour dimanche 09 août 2020    Ezzeddine Larbi - Economie et pandémie : de la grande crise de Covid-19 et ses impacts    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés à Tipaza    Migration irrégulière des tunisiens vers l'Italie: ces débarquements massifs qui inquiètent Rome    Tribunes: Hurlements dans les gradins    DECES: Nabiha Bent Haj Ali Trabelsi    Tribunes: 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ( 3epartie )    ligue 1 — (18e journée): Enjeu considérable !    Le leader accroché    ESS: Sur la lancée !    «The Climb» de Michael Angelo Covino à l'Agora: Fable moderne    Premier album de Slim Abida «Fréquences basses»: Les sonorités d'un vécu    5e session du festival d'été de Kalaâ-Kebira (du 15 au 20 août 2020): «Les miroirs des arts»    Mise en place d'une stratégie sécuritaire contre la migration irrégulière    Que révèleront les mémoires de Mohamed Ennaceur ?    18 morts et plus de 120 blessés dans une sortie de piste d'un avion en Inde    Coronavirus : 22 nouveaux cas dont 10 cas locaux enregistrés dans 6 gouvernorats (Tunis, Ariana, Monastir, Sfax, Gabés, Médenine)    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Souvenirs et nostalgie    Prêts... Partez !    Boukornine entre littérature et histoire    Le ministère de l'intérieur lance un appel à témoin contre un terroriste    Tunisie : La Télédéclaration obligatoire à partir d'un CA de 100 mille dinars (Rappel)    L'ANSI alerte sur une nouvelle vague de "phishing" sur Facebook    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Tourisme : La peur de voir la situation se compliquer    Saida Ounissi tire à boulets rouges sur Fethi Belhaj ministre de l'Emploi    Tunisie: Reprise des activités d'exploitation du phosphate à Mdhilla    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Zaghouan : L'approvisionnement en eau potable à Nadhour va bientôt s'améliorer    L'argenterie tunisienne dans toute sa splendeur    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tout le monde contre le projet
Publié dans Le Temps le 02 - 07 - 2020

Des manifestants palestiniens au Premier ministre britannique, les appels se multipliaient hier pour pousser le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à abandonner son projet d'annexion en Cisjordanie qui ferait bouger les «frontières» d'Israël, au risque d'un nouveau conflit.
Israël a annexé Al Qods-Est en 1967, puis le plateau syrien du Golan en 1981. Le pays écrira-t-il en 2020 une nouvelle page de son histoire en décrétant «israélienne» une partie de la Cisjordanie occupée?
Selon l'accord entre M. Netanyahu et son ex-rival Benny Gantz, leur gouvernement d'union doit se prononcer à partir du 1er juillet sur l'application du plan du président américain pour le Proche-Orient, qui prévoit notamment l'annexion par Israël de colonies et de la vallée du Jourdain en Cisjordanie.
Au jour 1 de ce calendrier, des ministres ont estimé qu'aucune annonce ne serait faite ce jour. Quoiqu'il en soit, reste à savoir si Benjamin Netanyahu optera pour une approche maximaliste en décidant du rattachement de la vallée du Jourdain et d'une centaine de colonies juives, ou pour l'approche minimaliste en visant une poignée de colonies?
Le Premier ministre, proche allié de M. Trump, bénéficie d'une «fenêtre» de tir de quelques mois. Car une victoire en novembre à la présidentielle des Etats-Unis du démocrate Joe Biden, hostile à l'annexion, pourrait anéantir l'appui américain à ce projet condamné par les Palestiniens et critiqué par l'Union européenne, l'ONU et plusieurs pays arabes. M. Netanyahu, qui a rencontré Avi Berkowitz, conseiller spécial de Donald Trump, et David Friedman, ambassadeur américain en Israël, a dit «travailler ces jours-ci» sur ce sujet et qu'il continuerait «dans les prochains jours», sans autre précision. «Ce me parait improbable que cela se passe aujourd'hui (hier)», a déclaré le chef de la diplomatie israélienne Gabi Ashkenazi. Hier, les lecteurs de journaux israéliens ont bu leur café avec le Premier ministre britannique Boris Johnson qui s'est invité en première page du Yediot Aharonot, le quotidien le plus lu du pays, pour exhorter Benjamin Netanyahu à annuler son projet. Dans l'enclave de Gaza, contrôlée par les islamistes du Hamas, plus de 2.000 Palestiniens ont manifesté leur opposition au plan. Toute annexion, sans pourparlers de paix au préalable, serait une «déclaration de guerre», a averti la semaine dernière le Hamas qui cherche à manifester son opposition au projet mais sans chercher une nouvelle confrontation, selon des analystes. Mercredi, le Hamas a lancé une vingtaine de roquettes d'essai vers la Méditerranée, en guise d'avertissement, ont indiqué des sources du mouvement impliqué dans trois guerres avec Israël depuis 2008.
Des manifestations sont également prévues à Ramallah et Jéricho, en Cisjordanie.
Mardi, des colons israéliens ont manifesté contre le plan Trump car ce dernier prévoit aussi la création d'un Etat palestinien sur un territoire réduit. «Le plan Trump prévoit l'établissement d'un Etat palestinien pour laisser des miettes aux Juifs. Nous ne mordrons pas à cet hameçon.
Cette terre est à nous (...)», a dit Daniela Weiss, une leader de cette contestation. Les Palestiniens tentent de rallier des appuis contre le projet israélien qui fait voler en éclats, selon eux, les accords d'Oslo prévoyant une solution «à deux Etats», une Palestine viable aux côtés d'Israël.
Or depuis la signature de ces accords en 1993, la population dans les colonies juives en Cisjordanie, jugées illégales par le droit international, a plus que triplé pour dépasser aujourd'hui les 450.000 Israéliens vivant en parallèle de quelque 2,8 millions de Palestiniens.
«Le droit international est clair comme du cristal: l'annexion est illégale. Si Israël va de l'avant, cela témoignera de son mépris cynique du droit international au profit de la loi de la jungle», souligne Saleh Hijazi, spécialiste du conflit israélo-palestinien chez Amnesty International.
Les Palestiniens se disent prêts à relancer des négociations avec les Israéliens mais pas sur les bases du plan Trump.
«Nous n'allons pas nous asseoir à une table de négociations où sont proposés l'annexion ou le plan Trump car il ne s'agit pas là d'un plan de paix, mais d'un projet pour légitimer l'occupation», a déclaré le négociateur des Palestiniens Saëb Erakat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.