Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Un derby prometteur !    Souvenirs et nostalgie    Prêts... Partez !    Boukornine entre littérature et histoire    TOPNET, signe un partenariat Tripartite avec TTN et QWEEBY pour le lancement de la facture électronique    La STB Bank soutient l'économie nationale tout en préservant ses indicateurs d'activité stables    Le ministère de l'intérieur lance un appel à témoin contre un terroriste    A Kairouan, la situation est alarmante    Juventus Turin : Maurizio Sarri limogé après l'élimination contre l'Olympique Lyonnais    Une nouvelle vague de phishing se propage sur Facebook    L'ANSI alerte sur une nouvelle vague de "phishing" sur Facebook    Tunisie : La Télédéclaration obligatoire à partir d'un CA de 100 mille dinars (Rappel)    Tunisie: Deuxième jour consécutif sans infection au coronavirus à Sousse    Tourisme : La peur de voir la situation se compliquer    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Saida Ounissi tire à boulets rouges sur Fethi Belhaj ministre de l'Emploi    Incendie maîtrisé à Jebel Nadhour    Bijouterie et orfèvrerie : La fièvre acheteuse aux abonnés absents    Le Président et le Trésorier du CNOT rendent visite à nos champions d'escrime pour s'enquérir de leur santé après l'accident de la route dont ils ont été victimes    DECES : Mahmoud Ben Aleya JERBI    CONDOLEANCES    Tunisie : Faible affluence durant le premier jour des soldes    Basket | Finale retour du super play-off (ESR-USM) : L'USM à une victoire du sacre    Tunisie: Reprise des activités d'exploitation du phosphate à Mdhilla    CONDOLEANCES : Mounira GHORBAL    France – L'AS Saint-Etienne veut se débarrasser de Wahbi Khazri    Météo : Ciel dégagé et températures modérées    Tunisie: Fouad Mbazaa [vidéo]: Mechichi dispose d'au atout majeur, celui de la confiance du peuple    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Zaghouan : L'approvisionnement en eau potable à Nadhour va bientôt s'améliorer    L'argenterie tunisienne dans toute sa splendeur    Ligue des champions de l'UEFA : Manchester City et Juventus en quarts de finale    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    Amir Fehri se confie sur sa nomination en tant qu'ambassadeur de l'ALECSO    Photo du jour : Une Table et des Chaises    « Summer Show », exposition collective à la galerie Selma-Feriani avec Younes Ben Slimane, Dora Dalila Cheffi et Fares Thabet : A découvrir !    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    La commission des litiges résilie le contrat d'un joueur du CSS    Liste des membres de la Commission d'encouragement à la production cinématographique pour l'année 2020    Des rencontres au TOP prévues par Hichem Mechichi ce vendredi : 4 anciens Chefs de gouvernement et 2 ex Présidents de la République !    Liban: Dr Imed Halaq s'exprime sur l'état des bléssés [audio]    Double explosion à Beyrouth : au moins 113 morts et 4 000 blessés selon un dernier bilan    La Tunisie envoie des aides au Liban    Festival de Sfax 2020 et Festival de Sousse 2020 reportés    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les musulmans de Bosnie pleurent leurs morts
Publié dans Le Temps le 12 - 07 - 2020

Les musulmans de Bosnie ont commémoré hier le génocide de Srebrenica il y a 25 ans, pire tuerie sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale avec plus de 8.000 morts, dans un mémorial à l'affluence réduite par le coronavirus.
"J'ai une fille de deux ans, comme moi à l'époque. C'est difficile quand tu vois quelqu'un appeler son père et que toi tu ne l'as pas", dit en larmes Sehad Hasanovic, 27 ans, que les mesures de lutte contre la pandémie n'ont pas dissuadé de venir aux côtés d'environ 3.000 proches de victimes.
Son père, Semso, "était parti par la forêt et n'est jamais revenu. On n'a retrouvé que quelques ossements", dit-il.
Comme son frère Sefik et son père Sevko, Semso a été tué quand les troupes serbes de Bosnie de Ratko Mladic sont entrées dans l'enclave de Srebrenica avant d'y massacrer systématiquement hommes et adolescents bosniaques.
"Les maris de mes quatre sœurs ont été tués. Mon frère a été tué, son fils aussi. Ma belle-mère a perdu un autre fils aussi ainsi que son mari", énumère Ifeta Hasanovic, 48 ans, dont le mari Hasib est l'une des neuf victimes dont les restes ont été identifiés depuis juillet 2019.
Ils ont été enterrés dans le cimetière du Centre mémorial du génocide, à Potocari, un village près de Srebrenica où se trouvait pendant la guerre intercommunautaire de Bosnie (1992-95, 100.000 morts) la base de la force de protection de l'ONU (Forpronu).
Jusqu'alors "zone protégée" des Nations unies, Srebrenica a été prise le 11 juillet 1995, cinq mois avant la fin de la guerre, par les forces de Ratko Mladic.
Les dirigeants politique et militaire des Serbes de Bosnie à l'époque des faits, Radovan Karadzic et Ratko Mladic, ont été condamnés à perpétuité par la justice internationale, notamment pour le massacre de Srebrenica et le siège de Sarajevo.
A ce jour, près de 6.900 victimes du massacre ont été retrouvées dans plus de 80 fosses communes et identifiées. La plupart reposent dans le Centre mémorial.
Le massacre de Srebrenica est le seul épisode du conflit bosnien qualifié d'acte de génocide par la justice internationale. Mais sa gravité est toujours minimisée par les dirigeants politiques des Serbes de Bosnie.
Le membre serbe de la présidence collégiale de Bosnie, Milorad Dodik, refuse la qualification de "génocide" et parle de "mythe".
Le maire serbe de Srebrenica, Mladen Grijicic, a affirmé "qu'il y a tous les jours de nouvelles preuves qui nient la présentation actuelle de tout ce qui s'est passé" à Srebrenica.
"Nous insisterons sans répit sur la vérité, sur la justice et sur la nécessité de juger tous ceux qui ont commis ce crime", a répondu le membre bosniaque (musulman) de la présidence tricéphale bosnienne, Sefik Dzaferovic.
"La communauté internationale n'a pas défendu Srebrenica il y a 25 ans, mais elle a la possibilité de défendre la vérité qui est remise en cause", a déclaré Bakir Izetbegovic, chef du principal parti politique bosniaque (musulman), le SDA, et fils du leader des Bosniaques au moment du conflit, Alija Izetbegovic.
"Malgré tout ce qui s'est passé, la vie renaît à Srebrenica (...) Le passé qui a été difficile peut être l'occasion pour mieux se connaître et pour bâtir un avenir meilleur si nous acceptons la vérité comme la ligne directrice", a de son côté exhorté hier le grand mufti bosnien, Husein Kavazovic.
En raison de l'impossibilité de faire venir des foules en une seule journée, les organisateurs ont invité des gens à visiter le Centre mémorial tout au long de juillet.
Plusieurs expositions ont été installées, en particulier les tableaux de l'artiste bosnien Safet Zec consacrés au massacre.
Une autre, baptisée "Pourquoi tu n'es pas là ?", de l'artiste américaine d'origine bosnienne Aida Sehovic, est constituée de plus de 8.000 tasses de café pour autant de victimes du massacre, disposées sur la pelouse du Centre mémorial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.