Saïed, Moussi, Chelbi… Les 5 infos de la journée    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH Bank    OoredooEZ CUP : plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Tunisie – La mouvance du 25 juillet claque la porte à la face d'Imed Hammami    Tunisie – « Les partis de l'opposition font pitié »    Tunisie – La FTF félicite et remercie les spectateurs tunisiens du Parc des princes    Mondial Basket Féminin : Sur quelle chaîne regarder les quarts de finale ce jeudi ?    Référendum en Ukraine : Le oui à l'annexion de territoires ukrainiens l'emporte    Les USA appellent leurs ressortissants à quitter la Russie sur le champ    Interpellation de deux individus pour vol de 100 kilos de cuivre appartenant à deux sociétés publiques    Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Tunisie: Une croissance économique de 2,9 % en 2023, selon la Berd    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Plateforme Salema d'information et d'orientation sur le "VIH/SIDA et droits de l'homme", lancée    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    Moussi : Saïed parle d'importation de produits cosmétiques et n'évoque pas les 80 MD dépensés dans le cadre du référendum    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    Intègre, mais surtout compétent    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Zoomactu: Pluies salvatrices    L'entreprise autrement: L'impasse ?    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les électeurs noirs, clé potentielle du duel Biden-Trump
Publié dans Le Temps le 20 - 08 - 2020

En 2016, Oscar Walton n'avait pas voté. Entre Hillary Clinton et Donald Trump, "je trouvais qu'aucun ne répondait vraiment aux besoins des gens", raconte-t-il dans un parc de Milwaukee, debout devant un pick-up décoré d'un drapeau américain marqué à la bombe graffiti BLM pour "Black Lives Matter".
Il ne fut pas le seul.
Plus grande ville du Wisconsin, Milwaukee offre un visage bien plus cosmopolite que les grandes étendues rurales de cet Etat du Midwest, avec près de 40% d'habitants noirs et 20% hispaniques.
En 2016, la participation à la présidentielle avait plongé de 40.000 voix dans cette ville de près de 600.000 habitants par rapport à la dernière élection de Barack Obama.
Provoquant une onde de choc, Donald Trump avait remporté le Wisconsin avec moins de 25.000 voix d'avance. Et gagné, grâce à d'autres victoires sur le fil dans le Midwest, la présidentielle.
La mobilisation des électeurs noirs devrait dont jouer un rôle clé pour déterminer le vainqueur entre Joe Biden et le président républicain, le 3 novembre.
Un scrutin qui sera marqué par la confluence de crises historiques: la pandémie de Covid-19 qui frappe particulièrement les Afro-Américains, la récession économique et le mouvement historique de colère contre le racisme et les violences policières.
"Je vais voter pour cette élection", assure Oscar Walton, 28 ans, qui travaille pour une association d'aide aux sans-abri et fait de la musique.
Même s'il estime que le parti démocrate a d'une certaine façon "laissé tomber" les Américains noirs, il choisira Joe Biden.
Le septuagénaire vétéran de la politique ne l'enthousiasme pas mais il pourra servir à "garder la place jusqu'à ce que quelqu'un d'autre arrive".
Ce qui est sûr, c'est qu'on ne "peut pas" garder "Trump à la Maison Blanche pour quatre ans de plus", dit-il.
"C'est un raciste systémique. Un point c'est tout".
"Voix noires pour Trump"
Un petit groupe d'habitants, en grande majorité afro-américains, écoute avec lui les discours émouvants de jeunes femmes, reconnues pour leurs parcours en dépit de circonstances difficiles.
Parmi eux, David Bowen, 33 ans, élu démocrate de l'Assemblée du Wisconsin, veut croire que cette fois, les électeurs se mobiliseront.
"Ce qui est différent c'est qu'on a un candidat différent, et que Donald Trump a déjà été élu et les gens ont pu voir les dégâts qu'il a faits".
S'il craint que les électeurs noirs aient de nouveau à surmonter des obstacles pour accéder aux urnes --longue attente, risques liés à la pandémie, problèmes avec le vote par correspondance-- , il estime qu'après les manifestations provoquées par la mort de George Floyd, "certains ont réalisé à quel point leur vote avait de la valeur".
Et se demandent quel candidat "apportera les changements nécessaires dans le pays" pour eux, leur famille, leur quartier, leur communauté.
Pour Khenzer Senat, la réponse est toute trouvée: Donald Trump.
Ex-joueur de football américain de 30 ans, ce républicain gère la première annexe de campagne ouverte par le parti, cet hiver, dans le quartier historiquement noir de Bronzeville, à Milwaukee.
"Le président en a plus fait pour la communauté noire selon moi que tout autre de mon vivant", explique-t-il d'un ton posé, dans les locaux décorés d'affichettes "Les voix noires pour Trump".
Auprès des électeurs du quartier, il met en avant les points de la candidature de Biden qu'il juge rédhibitoires: la question des "incarcérations massives" qui frappent surtout les Afro-américains, à cause notamment d'une loi que le démocrate avait soutenue dans les années 1990.
Mais aussi le bilan de Kamala Harris, première colistière noire de l'histoire américaine dont le passé de procureure à San Francisco puis de procureure générale en Californie est controversé.
Les "Afro-américains votent d'habitude pour les démocrates, mais rien ne change. Surtout ici à Milwaukee", dans ces quartiers "frappés par la pauvreté", affirme-t-il.
Les efforts républicains ne "vont rien changer" sur le scrutin, balaye, catégorique, Baboonie Tatum, assise dans l'un des deux cafés "Rise and Grind" dont elle est co-propriétaire.
Celui-ci est installé à Sherman Phoenix, une galerie commerciale conçue après des émeutes contre la police en 2016 et dédiée aux petits commerces tenus par des propriétaires noirs.
Elle est l'une des rares voix démocrates se disant "enthousiastes" avant l'élection.
"En tant que femme afro-américaine", mère de deux filles, "je suis heureuse du choix" de Kamala Harris, première femme noire et d'origine indienne nommée colistière par un grand parti.
"Nous marquons l'histoire encore une fois".
Son passé de procureure ? "Les gens évoluent. Alors tant qu'elle s'en tient à son programme, ça me va".
De toute façon,"je crois que les gens (...) veulent du changement", poursuit cette femme de 43 ans. "C'est dur en ce moment, pour tout le monde."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.